Grèce : la fin de la démocratie en Europe et le retour de la souveraineté limitée de Brejnev

Modifié le

Myard
Jacques Myard

Selon Jacques Myard, Député : « C’est devenu une sorte de jeu que de brocarder ces “vilains Grecs” qui auraient triché pour entrer dans la zone euro, ils n’auraient que ce qu’ils méritent et ils doivent encore se serrer la ceinture ! En réalité ce qui se passe aujourd’hui est d’une extrême gravité. Au-delà de la question propre de l’euro, l’euro groupe vient de signifier au peuple grec que la démocratie est morte, mise hors la loi en Europe !

En effet, en rompant unilatéralement les négociations avec Athènes au motif que le Premier Ministre Alexis Tsipras décide de soumettre au référendum le projet d’accord avec l’UE – Tsipras estime en effet qu’il n’a pas été élu pour imposer à son peuple de nouveaux sacrifices et que seul le peuple peut trancher – l’Eurogroupe joue tout simplement le renversement du gouvernement grec, sa chute en lui signifiant c’est comme cela, c’est à prendre pour le 30 juin, point final.

C’est tout simplement scandaleux et extrêmement dangereux de jouer ainsi la chute de Tsipras. C’est non seulement fouler au peuple la libre détermination d’un peuple fondement même de l’Europe – du moins comme ses pères fondateurs l’ont rêver – mais c’est aussi prendre le risque d’une guerre civile en Grèce, tout simplement parce-que les Grecs sont à bout et ne peuvent plus se serrer la ceinture.

Les masques sont tombés ! L’Allemagne impose son diktat et sa purge et petit toutou la France la suit ! Berlin réinvente la fameuse doctrine de la souveraineté limitée de ce champion de la démocratie qu’était Brejnev, on croit rêver !

L’Europe, par dogmatisme, soumise à l’oligarchie technocratique totalement aveugle aux réalités entre dans une zone de risques tout azimut.

Vouloir la chute du gouvernement d’Athènes, et croire qu’un nouveau gouvernement puisse imposer de nouveaux sacrifices au peuple grec pour rembourser ceux-là mêmes qui ont mis la Grèce en faillite relève tout simplement du délire !

La Grèce sortira de la zone euro, il n’y a pas d’autre solution. Elle dévaluera, elle retrouvera alors de la compétitivité et les créanciers devront rééchelonner sa dette à long terme et petit à petit elle retrouvera de la croissance ! C’est le seul moyen pour les créanciers de la Grèce de récupérer à l’avenir une partie de leurs créances !

Ce scenario ne peut pas plaire aux eurobéats qui voient leur monde s’écrouler, ils préfèrent sacrifier les peuples sur l’autel vaniteux de leur utopie. Mais ils oublient que la colère des peuples peut être terrible ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.