Archives de catégorie : Actualité de la gestion

Manutan conclut un mécénat avec ESCP Business School

Répondant à un objectif de conquête et d’accompagnement de nouveaux talents pour préparer son avenir, Manutan, leader européen du e-commerce spécialisé dans la distribution BtoB, conclut un mécénat avec ESCP Business School et la Fondation ESCP.

manutan
Logo Manutan

Manutan et ESCP Business School, une collaboration à succès

Manutan et ESCP avaient déjà initié un premier rapprochement : de mai à décembre 2019, Manutan a été accompagnée notamment par ESCP pour valoriser les « Leaders of tomorrow », un programme de 20 mois conçu pour le développement des talents internes. Ce programme, dont certains modules ont été co-construits avec et co-pilotés par ESCP, visait à challenger collectivement et individuellement des collaborateurs en leur confiant un projet de direction générale. L’école est ainsi intervenue à l’occasion du kick-off dans ses locaux pour soutenir le contenu pédagogique et a organisé la « learning expedition » à ESCP Berlin avec les 20 talents du programme. 

Désormais, c’est sous l’égide de la Fondation ESCP, que la collaboration s’inscrit. Parmi la centaine d’électifs proposés aux étudiants du programme « Grande Ecole » du MiM (Master in Management), figure le cours « Design Thinking ». Un cours de 30h dont la promotion 2020 lancée le 15 janvier l’est désormais avec le soutien de Manutan.

Ce cours est porté par le Département Entrepreneuriat de ESCP et l’Institut Jean-Baptiste Say.

Pour le Professeur Rober Sheldon, co-coordinateur de ce cours avec Anna Glaser, «le Design Thinking est une méthode d’innovation qui s’inscrit dans l’action. Quoi de plus naturel d’associer une entreprise à ce cours pour offrir à nos étudiants de formidables terrains d’apprentissage. Je me réjouis de ce partenariat avec Manutan dont la culture entrepreneuriale sera riche d’enseignement.»

L’ensemble de la promotion, composée de 82 étudiants de 16 nationalités différentes, est divisé en 14 groupes. Les étudiants travailleront, en appliquant la méthode de Design Thinking, sur différents business cases proposés par Manutan. Ces business cases, incarnés par les membres de la Direction Générale de Manutan et de ses filiales européennes, auront pour thématiques :

  • L’entreprenariat : créer de nouvelles opportunités de business pour Manutan ;
  • Le développement ou l’amélioration des produits ou services existants ;
  • L’optimisation des organisations internes.

Les étudiants rencontrent les équipes de Manutan

Le 15 janvier dernier, les 82 étudiants ont rencontré les équipes Manutan pour le lancement de la promotion ! Ils ont également visité le siège européen du Groupe à Gonesse, le 29 janvier dernier afin de découvrir les métiers et les expertises. Ce fut également l’occasion d’échanger avec les porteurs des business cases et de récolter un maximum d’informations pour nourrir leurs projets.

« Ce partenariat avec ESCP représente une réelle opportunité d’expérimentation qui va nous permettre de faire connaître Manutan, de challenger les projets de l’entreprise par des jeunes, et d’identifier de potentiels talents pour l’entreprise », commente Edouard Michel, Directeur RH & Université du groupe Manutan.

Le 25 mars, date de fin de la promotion, chaque groupe pitchera son projet avec, à la clé, deux prix : « Best project » et « Design thinking Excellence ».

Manutan, étant en recherche constante de leaders et de talents, souhaite être en contact avec des jeunes qui vont pouvoir apporter des manières innovantes de fonctionner, challenger certains aspects du business, proposer de nouvelles opportunités, etc.

« ESCP a 200 ans d’existence et possède déjà de nombreux partenaires de renom : des très grandes entreprises aux start-ups. Il est rare de croiser cette voix intermédiaire que représente Manutan, à savoir l’ETI qui a l’agilité d’une PME, donnant le pouvoir de mettre en œuvre des projets de grande envergure ! Nous avons construit une relation solide avec l’école, avec comme but prochain d’intégrer l’écosystème de ESCP, dont le BDE, afin de leur permettre de relayer nos offres d’emplois ! » ajoute Edouard Michel.

Ces jeunes talents connaissent désormais Manutan et pourront s’ils le souhaitent dans un avenir proche rejoindre l’ETI pour des postes en CDI, CDD, alternance ou encore des stages en France et en Europe

Étude FNEGE 2019 : Devenir du travail du manager

La nouvelle étude FNEGE 2019, « Devenir du travail du manager : (Des)illusions du collaboratif, espoirs de solidarité, coordon­née par François-Xavier de VAUJANY, Professeur à l’Université Paris Dauphine et Pierre-Yves GOMEZ, Professeur à l’emlyon Business School, paraît ce jour.

Dans cette enquête, les auteurs ont voulu porter un regard sur l’évolution du travail dans le monde des entreprises, en paral­lèle avec l’évolution du monde de la formation supérieure en management. L’objectif de cette étude est d’aider à mieux comprendre comment les institutions de formation supérieure au management peuvent s’adapter aux transformations ac­tuelles et attendues du travail et de contribuer à éclairer leurs stratégies selon la manière d’aborder cette question.

L’opposition des mondes du travail (académique et professionnel, « ancien » et « nouveau ») n’est pas tranchée car le monde des entreprises évolue en même temps que celui des institutions qui forment… au management dans les entreprises. Les universités et les écoles qui produisent les futurs managers sont aussi parties prenantes du discours sur les transformations du travail dans les entreprises. Elles les soutiennent et parfois les anticipent par des recherches, des cours ou des conférences.

Les auteurs analysent l’ampleur réelle des transformations du travail dans les entreprises et notamment des managers en activité sur la manière dont ils la vivent ou l’anticipent. Cette démarche de travail a permis de recueillir les avis de 653 managers en distin­guant trois catégories de managers selon leur ancienneté dans la vie professionnelle.

L’étude invite à nuancer les discours sur les transformations «disruptives» du travail. Cette mutation importante du travail dans les organisations est en cours depuis des décennies mais il faut la placer dans la perspective d’une transformation permanente qui constitue un mode de gouvernement autant dans les entreprises que dans les institutions d’ensei­gnement supérieur. Elle prend aujourd’hui une forme particulière et originale, notamment avec l’explosion spatiale et temporelle de la façon de travailler, et donc de manager le travail.

FNEGE : Jérôme CABY nouveau Délégué Général

Ce mardi 24 mars 2020 s’est tenu un Conseil d’Administration extraordinaire de la FNEGE pour désigner le nouveau Délégué Général de la Fondation. Jérôme CABY a été élu à l’unanimité pour succéder à Maurice THEVENET, en poste depuis 2016. Le nouveau Délégué Général prendra ses fonctions à compter du 1er Juillet 2020.

Qui est le nouveau Délégué Général, Jérôme CABY ?

Jérôme CABY est Professeur de finance d’entreprise à l’IAE de Paris, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Il a publié de nombreux articles dans des revues scientifiques françaises et internationales, six ouvrages en tant qu’auteur ou coordinateur et commente régulièrement l’actualité financière dans les médias grand public.

Il a exercé à plusieurs reprises des fonctions de direction d’établissements d’enseignement supérieur, successivement directeur de l’IAE de Paris, Directeur Général d’ICN Business School Nancy-Metz et Directeur Général de l’ESCE à Paris.

Composition du Conseil d’Administration de la FNEGE

Le Conseil d’Administration de la FNEGE est paritaire, composé de représentants des pouvoirs publics et d’entreprises.

Son Président, aujourd’hui Jean-Marc JANAILLAC, est un ancien dirigeant d’entreprise.

Il est actuellement composé de :

  • Michèle AMIEL (Danone)
  • Daniel BAROIN (Carewan)
  • Anne-Sophie BARTHEZ (Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche)
  • Frank BOURNOIS (ESCP Business School)
  • Carole COUVERT (CESE)
  • David DERRE (IUMM)
  • Hélène DUCHENE (Ministère des Affaires Etrangères)
  • Alice GUILHON (Chapitre Management de la Conférence des Grandes Ecoles – Skema Business School)
  • Jean-Pierre HELFER (Professeur émérite)
  • Bruno LAFONT (ancien Président de la FNEGE)
  • Eric LAMARQUE (IAE France – IAE Paris)
  • Jean-Claude LE GRAND (L’OREAL)
  • Jean-Luc NEYRAUT (CCI Paris Ile-de-France)
  • Séverine LEGUILLON (Ministère du Travail)
  • Pierre-Michel MENGUER (Collège de France)
  • Jean-Luc PLACET (PwC)
  • Philippe TASSI (Médiamétrie)
  • Daniel VITRY (Professeur émérite)
  • Jean-Louis WALTER (Pôle Emploi)
  • Helen ZEITOUN (IPSOS)
  • Agnès ZOBEL (Ministère de l’Economie et des Finances)

Nous sommes La Revue Internationale des Sciences de Gestion depuis 1965

Depuis 1965, LaRSG est la revue internationale des sciences de gestion. Plus ancienne des revues francophones de sciences de gestion, LaRSG a été distinguée du titre de « première revue française de management » par Raymond Barre, alors Premier ministre, en 1978 :

La Revue des Sciences de Gestion – direction et gestion des entreprises
ISSN 1160-7742

La revue internationale des sciences de gestion ouverte à la diversité des cultures managériales

Le monde des sciences de gestion est fait de différences. Les cultures managériales sont diverses dans le monde des organisations. Aussi, LaRSG a publié 207 articles sur les 5 dernières années. 30,4% ont été rédigés par ou avec des auteurs non français.

Origine des 104 auteurs ventilée selon les continents d’appartenance :

  • Amérique
    Canada 14% – Etats-Unis 1%
  • Europe
    Belgique 23% – Kosovo 4% – Suisse 2% – Royaume-Uni 1% – Espagne 1%
  • Afrique
    Tunisie 19% – Cameroun 10% – Liban 10% – Maroc 6% – Burkina Faso 4% – Madagascar 3% – Algérie 2% – Congo 2% – Bénin 1%
  • Océanie
    Nouvelle-Calédonie 1%
Carte des pays de rattachement des auteurs de LaRSG, un exemple de revue internationale des sciences de gestion ouverte à la diversité des pratiques managériales. Pour découvrir la liste de nos auteurs.

La revue internationale des sciences de gestion classée par les écoles et universités

Plus ancienne revue internationale de gestion francophone, elle offre depuis sa création une synthèse pluridisciplinaire des idées et concepts, des courants de pensée, des méthodes, des idées en création qui naissent et se développent dans tous les domaines qui intéressent la vie des organisations, à destination du monde de la recherche et de l’enseignement comme  à celui des cadres dirigeants des entreprises ou des organisations.

Aussi, la meilleure manière de favoriser la diffusion de la recherche est de faciliter sa consultation au sein des écoles, universités, entreprises et organisations de toute nature. Pour cela, comme revue internationale des sciences de gestion, nous sommes classés :

CLASSEMENTS INTERNATIONAUX

CLASSEMENTS NATIONAUX

Pour reconnaître les faux-semblants

Pour reconnaître des faux-semblants , il existe une liste des Éditeurs savants potentiellement prédateurs en libre accès : Beall’sList.

Colloque : La viande cellulaire ? Est-ce possible ? Est-ce bon ? Est-ce acceptable ?

Colloque “La viande cellulaire ? Est-ce possible ? Est-ce bon ? Est-ce acceptable” de l’Académie d’agriculture de France et de l’Association française de zootechnie. En partenariat avec l’Académie vétérinaire de France et la Société Française de Nutrition. Le jJeudi 18 novembre 2021 de 9h 30 à 17h30

Pour participer à ce colloque sur la viande cellulaire

  • en présentiel : en salle des séances de l’Académie d’agriculture de France (18, rue de Bellechasse – 75007 Paris). Séance ouverte à tous. Entrée limitée aux 60 premiers inscrits. Attention : respect des conditions sanitaires en vigueur (masque et QR code obligatoires). Inscription par mél auprès de : claude.allo@orange.fr
  • en visioconférence :
    – matinée : séance ouverte à tous. Lien pour s’inscrire
    – après-midi : séance réservée aux membres des sociétés organisatrices. Lien pour s’inscrire.

Objectif du colloque

Les techniques de culture cellulaire initialement mises au point pour des applications médicales, vont-elles devenir le nouvel instrument de l’industrie agroalimentaire pour produire des « cellules musculaires cultivées », ce que certains nomment de la « viande de culture » ?

Depuis la présentation en 2013 du premier tissu musculaire cultivé in vitro à visée alimentaire, les annonces se multiplient. L’autorisation de vente de nuggets issus de la production in vitro de tissu musculaire de poulet a été annoncée en 2020 à Singapour.

En quelques années le nombre de start-ups qui s’y intéressent a notablement augmenté captant des financements conséquents. Les grandes entreprises alimentaires mondiales et la « Tech » s’y impliquent. Les producteurs sont optimistes sur les perspectives et annoncent une production de masse d’ici 5 à10 ans en visant l’imitation, sous différentes formes, de la chair des animaux terrestres ou aquatiques.

Malgré les incertitudes qui subsistent (nutritionnelles, économiques, sensorielles, etc.), ces produits sont parfois présentés comme des réponses aux critiques envers l’élevage, ainsi qu’aux questions de sécurité alimentaire mondiale. Ils sont aussi parfois évoqués comme des pistes pour assurer la transition nutritionnelle, particulièrement dans les pays en cours de développement.

Réalité ? Utopie ? Aberration ?

Le sujet, controversé, pose des questions de société majeures. Il interpelle tout particulièrement les professionnels des filières de l’élevage et les consommateurs. Au moment où les systèmes alimentaires sont à l’ordre du jour du sommet des Nations Unies, ce colloque a pour objectif de présenter l’état actuel de l’art en matière de cultures de cellules musculaires et d’instaurer un dialogue scientifique, ouvert et argumenté à propos des questions posées, clairement exposées.

Les interventions de la première demi-journée du colloque seront consacrées à l’analyse de l’existant : état des projets en cours, évolution des procédés, caractéristiques des produits existants, stratégies des entreprises et perspectives, avec le témoignage d’acteurs majeurs de start-ups étrangères.

L’après-midi, les grandes questions que posent le développement éventuel de cultures musculaires à visée alimentaire seront débattues dans trois tables rondes.

  • y-a-t-il un avantage alimentaire et environnemental comparé à l’élevage ?
  • quelles réponses aux questions sémantiques, règlementaires et éthiques ?
  • finalement, les produits proposés sont-ils de la « viande » et quelles perspectives ouvrent-ils pour l’alimentation du futur ?

PROGRAMME

9h15 : Ouverture du colloque : Jacques BRULHET, Président de l’Académie d’agriculture de France

Matinée : présentation de l’état de l’art
Techniques utilisées, produits, stratégies d’entreprise et perspectives
Présidence : Claude ALLO, Académie d’agriculture de France

9h30-10h10 : Quelle place dans l’alimentation du futur ?

  • Céline LAISNEY Directrice du Cabinet AlimAvenir. Présentation de 40’, questions incluses

10h10-11h30 : La vision des entrepreneurs :

  • Didier TOUBIA, cofondateur et PDG de ALEPH FARMS (Israël). Présentation de 30’ questions incluses
  • Gabriel LESVEQUE-TREMBLAY, cofondateur et CTO de ORBION BIO (USA). Présentation de 30’ questions incluses
  • Débat avec la salle et les internautes : 11h15-11h30

Pause : 11h30-11h45

11h45-12h 20 : Du labo aux applications : une approche scientifique multidisciplinaire

  • Marie-Pierre ELLIES-OURY, Bordeaux Sciences Agro avec les contributions de S. CHRIKI ISARA et Jean François HOCQUETTE, INRAE Présentation de 40’ questions incluses : 10′

12h30 : Sous réserve de l’accord des promoteurs, présentation de produits

Après-midi : Les questions posées par la « culture de cellules musculaires » à visée alimentaire
Séance réservée aux membres des sociétés organisatrices
Présidence : Eric Poudelet, Académie vétérinaire de France

14h-15h : Débat 1 : Y a-t-il un bénéfice environnemental comparé à l’élevage ?
Animatrice Marie Pierre ELLIES-OURY

Intervenants :

  • Gabriel LESVEQUE-TREMBLAY : Orbillion Bio Inc (10’)
  • Eric BIRLOUEZ, agronome, sociologue de l’agriculture et de l’alimentation (10’)
  • René LAPORTE, Académie de la Viande (10’)

Débat avec la salle et les internautes (20 à 30’)

15h-16h : Débat 2 : Les questions sémantiques, réglementaires et éthiques
Animateur : Michel DUCLOS, INRAE et membre de l’AAF

Intervenants

  • Hervé THIS, INRAE et membre de l’AAF (10’)
  • Eric DUMOULIN, DGAL, inspecteur général de santé publique(10’)
  • Frédéric DENHEZ, écologue, auteur et chroniqueur. (10’)

Débat avec la salle et les internautes (20 à 30’)

16h-17h : Débat 3 : Les questions de qualité nutritionnelle, sensorielle et sanitaire
Animatrice : Béatrice MORIO, présidente de la Société Française de Nutrition

Intervenants :

  • Didier TOUBIA, ALEPH FARMS (10mn)
  •  Anne-Marie VANELLE, Académie vétérinaire de France (10mn)
  • Jean-Michel LECERF, Institut Pasteur de Lille, membre de l’AAF (10mn)

Débats avec la salle et les internautes (20 à 30 mn)

17h-17h15 Conclusion : Jean-François HOCQUETTE, INRAE,Président de l’AFZ

Denis Boissin nommé directeur du Programme Grande École de SKEMA Business School

Denis Boissin, 46 ans, prend la direction du Programme Grande Ecole de SKEMA Business School, sous la responsabilité de Patrice Houdayer, directeur des Programmes, de l’International et de la Vie étudiante.

Denis Boissin nouveau directeur du Programme Grande Ecole de Skema Business School

Nouvelles missions

Denis Boissin était jusqu’à présent directeur-adjoint du Programme Grande Ecole de SKEMA, en charge des primo-entrants (L3).

En parallèle de ses nouvelles fonctions, il conserve le poste de responsable des concours pour les classes préparatoires et les admissions sur titre, les deux voies d’entrée au Programme Grande Ecole de SKEMA.

« Dans un contexte marqué par le gain de la 6e place de SKEMA au classement SIGEM 2021, les principales missions de Denis Boissin seront de poursuivre les innovations dans le Programme Grande Ecole en résonnance avec le plan stratégique SKY25, tout en renforçant le continuum d’enseignement post classes préparatoires et en accompagnant le développement des parcours existants en Intelligence Artificielle, Finance, Développement Durable et Consilience ».

Selon les propos de Patrice Houdayer – Vice Dean – SKEMA Business School

Le parcours de Denis Boissin

Professeur en développement durable et en économie de l’environnement, Denis Boissin est titulaire d’un Doctorat en sciences économiques de l’Université Côte d’Azur (2011) portant sur l’arbitrage politique entre information scientifique et impact économique dans la prise de décisions publiques concernant l’environnement. Il est également diplômé du Master en Gestion de l’Environnement et du Développement Durable de l’UCA (1998), du Bachelor of Science en Santé et Environnement de Western Carolina University (1997) et du BBA en Management Environnemental de SKEMA (1995).

Après divers postes en tant que consultant et auditeur aux États-Unis et en France entre 1996 et 2000, Denis Boissin rejoint SKEMA Business School et le campus de Sophia Antipolis en septembre 2000 pour prendre en charge les programmes Bachelors de l’école. Puis en 2009, il est nommé directeur scientifique du MS en Management Stratégique du Développement Durable. En 2011, il s’expatrie en Chine pour prendre les fonctions de directeur académique puis de directeur du campus de SKEMA à Suzhou. Il revient en France en 2014 pour prendre la direction du programme Bachelor postbac en 4 ans : le Global BBA. En 2017, son expérience conduit SKEMA à le nommer simultanément directeur-adjoint du Programme Grande École et responsable des concours Grande École.

Colloque : L’économie sociale et solidaire : courants de pensée, acteurs et politiques

L’économie sociale et solidaire : courants de pensée, acteurs et politiques

En partenariat avec le laboratoire CRISS (UPHF), le laboratoire CLERSE (Université de Lille) et le SIILAB, dans le cadre du centenaire de la RECMA, la chairESS Hauts-de-France organise un colloque intitulé : L’économie sociale et solidaire : courants de pensée, acteurs et politiques

Le 10 novembre 2021, 9h – 16h30

Lieu : MESHS (Espace Baietto), 2 rue des canonniers, 59000 LILLE (pass sanitaire requis)

Inscriptions : amelie.lefebvre@chairess.org

À l’occasion de son centenaire, la Recma, Revue internationale d’économie sociale a proposé d’organiser des événements autour des courants de pensée qui ont inspiré et qui inspirent l’économie sociale et solidaire d’aujourd’hui. La ChairESS des Hauts-de-France a souhaité répondre à cette invitation pour rendre compte des dynamiques de l’ESS en région en restituant les travaux universitaires menées territorialement sur le sujet mais aussi en mobilisant des universitaires de la région poursuivant des travaux plus généraux sur l’ESS.

Tout d’abord, en s’intéressant aux rapports de l’économie sociale et solidaire avec l’État et le marché le colloque reviendra sur la manière dont l’associationnisme du XIXème siècle a donné naissance à l’économie sociale en portant l’attention sur les modalités de reconnaissance par l’Etat. Les rapports avec le marché seront quant à eux appréhendés à travers les tensions que la mutualité connaît entre ses aspirations solidaristes et l’assimilation aux assurances que les institutions lui imposent.

Dans un deuxième temps, le colloque reviendra sur les liens mais aussi parfois ruptures qu’ont entretenu certaines familles de l’économie sociale avec deux courants forts dans la région.

Seront ainsi explorés les relations entre une coopérative de consommation et le mouvement socialiste puis celles entre les associations catholiques et la construction du secteur de l’aide à domicile.

Enfin, le colloque abordera les rapports entre acteurs, chercheurs et politiques publiques de l’économie sociale et solidaire sous différents angles : en s’intéressant aux apports des épistémologies du sud dans la compréhension de la construction des savoirs entre population et chercheurs ; en revenant sur les différents réseaux d’acteurs de l’économie sociale et solidaire pour comprendre leur évolution et leur rôle dans la construction des politiques publiques régionales.

Programme

9 h 30 – La construction de l’économie sociale : une stratégie étatiqueAnne Fretel, économiste, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. 

10 h 00 – Tensions entre solidarisme et assurance dans les mutuellesHervé Mauroy, économiste, CRISS, Université polytechnique Hauts-de-de France.

Histoires coopératives et associatives dans le Nord

11 h 30 – La coopérative « l’Union de Lille » et le mouvement socialiste : d’où vient l’oubli ?, Collectif Samson : Sylvain Celle, économiste, Clersé, Université de Lille, Thomas Chevallier, politiste, Ceraps, Université de Lille, et Vianney Schlegel, sociologue, Ceraps, Université de Lille. 

12 h 00 Les associations catholiques dans le Nord et la création du secteur de l’aide à domicile, Bruno Duriez, sociologue, CNRS, Clersé, Université de Lille.

Acteurs, chercheurs et politiques de l’économie sociale et solidaire

14 h 30 Les épistémologies du Sud et la création de l’Union coopérative internationale (LUCI)Jacqueline Descarpentries, MCF HDR en sciences de l’éducation, UMR CNRS LADYSS, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis.

15 h 00 Le réseau d’économie alternative et solidaire dans le Nord-Pas-de-CalaisElodie Ros, sociologue, Laboratoire CRESPPA – CSU et LISRA, Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis. 

15 h 30 La construction de l’ESS dans le Nord-Pas-de-Calais de 1970 à 2014, réseaux d’acteurs et politiques publiquesLaurent Gardin, sociologue, CRISS, Université polytechnique Hauts-de-de France.

Programme complet : https://chairess.org/leconomie-sociale-et-solidaire-courants-de-pensee-acteurs-et-politiques/

Création du « Centre Inria de l’Université Paris-Saclay »

Inria et l’Université Paris-Saclay, avec CentraleSupélec et l’ENS Paris-Saclay, ont signé lundi 25 octobre 2021 un accord cadre de partenariat stratégique qui détaille leur stratégie et leur feuille de route communes dans le domaine des sciences et technologies du numérique que portera le « Centre Inria de l’Université Paris-Saclay ».

Les établissements souhaitent œuvrer au renforcement des disciplines

L’Université Paris-Saclay, ses composantes universitaires, grandes écoles (CentraleSupélec, ENS Paris-Saclay, AgroParisTech, Institut d’Optique Graduate School), et Inria, à travers son centre de recherche Inria Saclay Île-de-France, entretiennent depuis de nombreuses années des collaborations concrétisées par des actions communes, notamment au travers de la construction d’équipes-projets communes (EPC) ou encore de dispositifs de coopération pour la mise en œuvre de leur politique commune. En signant cet accord cadre de partenariat stratégique, les établissements s’engagent à renforcer leur ambition conjointe notamment sur leurs thématiques de recherche prioritaires (Santé numérique ; IA et Sciences de la donnée ; Cybersécurité, privacy, preuve et vérification ; Quantique ; Interaction Humain Machine) et leur attractivité dans le domaine du numérique – l’Institut Convergences DATAIA Paris-Saclay étant une illustration de cette volonté.

Les établissements souhaitent œuvrer au renforcement des disciplines qui se situent au cœur des sciences informatiques et mathématiques et de leurs interactions avec d’autres disciplines, notamment dans le cadre de la stratégie de site partagée. Ils entendent notamment relever des grands défis en recherche et favoriser la prise de risque scientifique, mais aussi favoriser et co-construire des recherches interdisciplinaires au sein des graduate schools de l’Université ou à leurs interfaces.

Cette ambition sera soutenue par la mise en place d’une politique de recrutement concertée et d’actions d’appui à la recherche communes. Le partenariat prévoit également un dispositif qui vise à favoriser l’implication des chercheurs dans la formation en leur proposant notamment des contrats pluriannuels d’enseignement et, en corollaire, des dispositions pour faciliter l’activité de recherche des enseignants-chercheurs.

L’augmentation de l’impact économique sur le territoire est aussi une priorité du partenariat. Inria et l’Université Paris-Saclay conviennent de faciliter la création d’équipes-projets communes avec des industriels et de développer la synergie de leurs dispositifs respectifs pour favoriser l’émergence et l’accompagnement de projets de startups intensives en logiciel. Enfin, les partenaires entendent dynamiser leur politique de formation continue dans le domaine du numérique à destination des PME et ETI du territoire engagées dans leur transformation numérique, en renforçant la synergie entre leurs dispositifs respectifs (offre de formation continue des composantes et établissements-composantes).

L’accord cadre de création du Centre Inria de l’Université Paris-Saclay

En signant cet accord cadre de partenariat qui acte la création du « Centre Inria de l’Université Paris-Saclay », Inria et l’Université Paris-Saclay se dotent d’une feuille de route commune au service de leur ambition conjointe en matière de formation, de recherche et d’innovation et des moyens opérationnels pour la mettre en œuvre.

« La signature de ce partenariat stratégique avec l’Université Paris-Saclay marque l’inscription de la politique d’Inria, en tant qu’organisme national de recherche dans les sciences et technologies du numérique, au service du développement de grandes universités de recherche de rang mondial. Avec le ‘Centre Inria de l’Université Paris-Saclay’, nous construisons une vision stratégique conjointe et nous nous dotons des dispositifs pour la mettre en œuvre, avec un seul objectif : l’impact en matière de formation, de recherche et d’innovation dans le numérique », précise Bruno Sportisse, PDG d’Inria.

« A travers ce partenariat rassemblant des acteurs majeurs du numérique, l’Université Paris-Saclay concrétise une évolution de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français vers un système qui dépasse les clivages anciens pour favoriser les synergies en répondant aux standards internationaux », déclare Sylvie Retailleau, Présidente de l’Université Paris-Saclay.


Cérémonie de signature de l’accord-cadre de partenariat stratégique entre l’Inria et l’Université Paris-Saclay le lundi 25 octobre 2021. De gauche à droite : Pierre-Paul Zalio, Président de l’Ecole normale supérieure Paris-Saclay, Bruno Sportisse, Président-directeur général de l’Inria, Sylvie Retailleau, Présidente de l’Université Paris-Saclay, Romain Soubeyran, Directeur général de CentraleSupélec” © Univ. Paris-Saclay / Christophe Peus

SKEMA Business School + MINES ParisTech | PSL Executive Education lancent un certificat online en Data Science et IA for Business

Première business school à avoir introduit l’IA dans ses programmes de formation initiale et continue et implanté un centre de ressources en IA à Montréal, SKEMA annonce le lancement avec MINES ParisTech | PSL Executive Education d’un programme certifiant en Data Science et IA for Business.

Parce ce que managers et dirigeants doivent être en mesure d’intégrer la data science et IA à leur stratégie pour mener des projets de transformation en créant de la valeur, SKEMA et Mines ParisTech leur apportent des réponses à travers une nouvelle formation online orientée business qui débutera en janvier 2022.

Un parcours Data Science et IA 100 % à distance

D’une durée de 4 jours, le programme est construit autour de 5 modules. Il associe e-learning et classes virtuelles animées par des intervenants experts dans leur domaine.

  • 1er module : s’approprier la data science et l’IA
  • 2e module : prendre des décisions business grâce à l’IA et créer de la valeur
  • 3e module : expérimenter la data science et l’IA à travers 3 applicatifs métiers au choix : Supply Chain, Finance ou Marketing
  • 4e module : manager et piloter des data spécialistes
  • 5e module : maîtriser les enjeux de cybersécurité, conformité, déontologie et numérique durable

Etienne de Saint-Martin : expert de l’IA

Entrepreneur et expert en data science, numérique et transformation, Etienne de Saint-Martin est le directeur pédagogique du programme. Diplômé de plusieurs grandes écoles dont l’ENS Cachan et Polytechnique, il a évolué dans différents environnements, startups, grands groupes, consulting.

Il est actuellement Chief of Staff, Data de La Redoute.

« A travers ce certificat, nous souhaitons accompagner les managers et les leaders désireux d’enclencher une transformation digitale dans leur organisation. La Data Science et l’IA constituent aujourd’hui deux leviers incontournables de création de valeur pour les entreprises et il est important que les managers s’en emparent. Notre parcours permet aux participants d’expérimenter l’IA dans différents domaines (Finance, Supply Chain ou Marketing), d’identifier des opportunités de croissance pour leur business et de mettre en œuvre le changement au sein de leurs équipes » résume Pascale Viala, directrice du Corporate Office de SKEMA Business School.

« En conjuguant nos expertises – celle d’une business school très bien classée au niveau national et international et celle d’une école d’ingénieurs reconnue pour son ouverture à l’économie, au management et à la société au-delà des sciences de l’ingénieur, ce partenariat apportera une réponse globale aux managers et leaders souhaitant développer leur culture autour de la Data Science et de l’IA pour pouvoir l’intégrer dans leur stratégie business et mener des projets de transformation » indique Laurent Amice, directeur général de MINES ParisTech | PSL Executive Education.

Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises – Édition 2021

Le Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, porté par la Fondation d’entreprise Maison de Salins, a pour objectif de mettre en valeur les travaux de recherche inédits en histoire des entreprises et, par-delà, d’éclairer le monde des entreprises ; il concerne les thèses et mémoires d’habilitation à diriger des recherches (HDR) traitant d’une problématique propre à l’histoire des entreprises du XIXe au XXIe siècle.

Distinguer un travail remarquable

Tous les champs et types de recherche en histoire des entreprises sont couverts, qu’il s’agisse de monographies, d’histoires de branches, de produits ou de services, de biographies d’entrepreneurs ou d’histoires de groupes sociaux liés à l’entreprise. Le Prix s’attache à distinguer un travail remarquable par la pertinence et l’originalité de sa problématique, la solidité des sources et de la méthode ainsi que la qualité de l’écriture. Le jury est composé de personnalités du Crédit Agricole, de la presse, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le montant du Prix est de 6 000 euros qui seront partagés de la manière suivante : 3 000 euros pour le lauréat et 3 000 euros d’aide à l’édition du manuscrit primé. Comme pour les années précédentes, le travail primé par le jury sera proposé pour publication dans la série « Entreprises » s’inscrivant dans la collection « Perspectives historiques » des Presses Universitaires François Rabelais qui offrent un cadre éditorial aux manuscrits lauréats du Prix. Si le lauréat est déjà engagé auprès d’un autre éditeur lors de sa participation au Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, la subvention de 3 000 euros pour l’édition devient caduque. Par ailleurs, le lauréat sera accompagné par un tuteur éditorial afin d’assurer le passage du travail primé à un ouvrage publiable.

Edition 2021 du Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises

L’édition 2021 du Prix concerne les thèses et les mémoires inédits d’habilitation à diriger des recherches, soutenus entre le 16 juin 2020 et le 15 juillet 2021.

Doté d’une forte culture entrepreneuriale, le Groupe Crédit Agricole est un partenaire de longue date des entreprises, par le biais des Caisses régionales, de Crédit Agricole SA ou de ses filiales, notamment Crédit Agricole CIB et LCL. Le Crédit Agricole souhaite donc promouvoir la recherche de haut niveau en histoire des entreprises grâce au Prix Crédit Agricole d’histoire des entreprises, porté par la Fondation d’entreprise Maison de Salins et son partenaire, la revue Entreprises et histoire.

Les dossiers de candidatures sont à adresser à Pascal Pénot (pascal.penot@credit-agricole-sa.fr), sous forme numérique de préférence, jusqu’au 16 juillet 2021.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature devra comporter les éléments suivants :

  • La thèse de doctorat ou le mémoire d’habilitation à diriger des recherches rédigé en français. Les thèses en cotutelle internationale sont admises. Dans le cas où la langue n’en serait pas le français, il est nécessaire d’y joindre le résumé long en français qu’exige la cotutelle.
  • Le rapport de soutenance (qui peut être transmis dans un second temps s’il n’est pas encore parvenu au candidat).
  • Une présentation d’une page maximum dans laquelle le candidat expliquera l’intérêt de publier son travail.

Colloque Nucléaire – Innovation – Éducation

Le 25 mars 2021 un colloque sur le nucléaire sera réalisé en visioconférence. Le nucléaire est depuis très longtemps frappé d’ostracisme par la plupart des mouvements écologistes, qui continuent à mener contre lui une croisade déconnectée de la réalité et des nécessités, faisant douter, par là-même, de la réelle motivation de ces mouvements à limiter la montée des températures. C’est pourtant une énergie en plein changement. Les réacteurs qui se construisent aujourd’hui présentent une sûreté renforcée ; la recherche sur les déchets commence à déboucher sur des solutions concrètes qui pourront se mettre en place dans un futur relativement proche.

Elle présente donc toutes les caractéristiques lui permettant d’être parmi les solutions à développer dans la lutte pour le climat. Dans le monde, de nombreux pays l’ont reconnu et l’ont intégrée dans leur plan énergétique, investissent dans des réalisations, alors que, pendant ce temps, l’Europe s’englue dans des discussions byzantines sur la taxonomie des différentes sources d’énergie.
Une chose est certaine, les solutions du passé et les solutions actuelles vont être bousculées dans un futur qui n’est pas lointain par de nouveaux besoins et de nouvelles contraintes. Le nucléaire devra s’adapter, et donc innover, dans un monde où la sélection des technologies va s’intensifier.
L’irruption du digital dans notre vie quotidienne a bousculé, pour le meilleur et pour le pire, notre accès à l’information. Elle a globalisé l’accès au savoir et fortement accéléré le progrès technologique, mais aussi favorisé la désinformation par la diffusion de rumeurs, de fausses nouvelles et autres théories du complot, estompant ainsi les frontières entre le rationnel et l’irrationnel.
Dans une société en pleine mutation, où des masses d’informations hétérogènes et souvent antinomiques sont à la disposition de tout un chacun, l’éducation prend un rôle encore plus essentiel. Non seulement l’acquisition d’un référentiel robuste de connaissance et d’acquis est nécessaire, mais il devient encore plus crucial de fournir à chacun l’esprit critique et les outils d’analyse, ancrages nécessaires dans un univers flottant d’informations contradictoires.

Le colloque s’articulera sur trois volets, chacun permettant d’approfondir les défis des prochaines décennies.

Colloque gratuit, inscription obligatoire

Vous recevrez le lien de la visioconférence après l’inscription.
Inscription ci-dessous ou à passages4@wanadoo.fr

https://passages-adapes.us20.list-manage.com/track/click?u=c4561e4c372a086a9eba98f93&id=ffdfc67f0a&e=8a92ea2e26

Programme du colloque

Présentation et introduction : 9h00- 10h00

  • Bernard Accoyer, Président de PNC France, ancien Président de l’Assemblée Nationale
  • Emile H. Malet, Directeur de Passages-ADAPes

Première session – Un monde en mutation : 10h00-12h00

Cette mutation est générale, tant sociale (fractures), qu’économique (mondialisation) et environnementale (prise de conscience). Elle est impulsée par la révolution digitale et l’accès fourni à des masses d’informations vraies ou fausses, accessibles par tous. Elle est amplifiée par le défi du réchauffement climatique, facteur de désordre en lui-même, mais aussi par les réponses qui lui seront fournies, qui déstabiliseront les schémas sociaux, économiques et industriels du passé.

La production d’une électricité décarbonée est le nexus de notre futur énergétique. L’électricité devra devenir alors le vecteur dominant de nos usages énergétiques, couvrant de nombreux secteurs de manière accrue, comme les transports, l’industrie et l’habitat.

  • Bernard Salha, directeur de la recherche et du développement, EDF
  • Colette Lewiner, conseillère du président de Capgemini
  • Stéphane Sarrade, Directeur des programmes Énergies, CEA
  • Christine Goubet-Milhaud, présidente de Union française de l’électricité

Modérateur : Alain Vallée, président, NucAdvisor

Deuxième session – Innover pour s’adapter : 14h00-15h30

Il ne faut pas se cacher derrière la transition énergétique, un concept attrape-tout, créé pour donner l’impression que les gouvernants savent où ils nous dirigent. En réalité, personne ne peut définir aujourd’hui ce qui est bon pour 2050. Le succès d’une recherche dépend non seulement de critères scientifiques, mais aussi des besoins de la société lorsque cette recherche débouche, et sciences et sociétés vont changer.
La recherche autour des énergies non carbonées doit être ouverte, sans exclusive et le nucléaire doit en faire partie. Mais pour progresser, s’adapter, il faut aussi des projets concrets qui permettent à la filière nucléaire de vivre et de se développer. Tout arrêt ou moratoire laisserait le champ libre aux pays du monde travaillant à son développement, comme la Chine et la Russie, et laisserait l’Europe au bord de la route.

  • Andrey Rozhdestvin, Directeur de Rosatom Western Europe, Vice-président de Rosatom International Network
  • Yves Desbazeille, directeur général de Foratom
  • Bernard Fontana, président Framatome
  • Cyril Pinel, Directeur des Affaires Internationales, IRSN
  • Renaud Crassous, Directeur de projet SMR, Direction Ingénierie et projets nouveau nucléaire, EDF

Modérateur : Gérard Kottmann, ancien président, Association des Industriels Français Exportateurs du Nucléaire (AIFEN)

Troisième Session – L’éducation au cœur du futur : 15h45-17h15

Dans cette période de mutation, fournir aux nouvelles générations les outils de compréhension du monde dans lequel ils vivront est essentiel.

Dans la recherche frénétique de nouvelles solutions pour résister au réchauffement climatique, former des jeunes aux sciences physiques et humaines pour les préparer à leur tâche est fondamental.

Et leur donner des perspectives attrayantes de développement personnel et professionnel est l’assurance qu’ils seront présents demain pour innover et construire un monde différent.

Le secteur nucléaire, sur la défensive, est moins attirant qu’autrefois. Comment faire basculer cette tendance, et y retrouver un dynamisme créatif ?

  •  Armand Laferrère, directeur des Affaires Publiques, Orano
  • Sébastien Candel, professeur des universités, physicien, président du conseil scientifique d’EDF
  • Ann MacLachlan, journaliste
  • Jacques Treiner, chercheur associé au Laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, Université de Paris
  • Claude Gatignol, Député honoraire de la Manche, ancien Président du Groupe Énergie de l’AN

Modérateur : Emile H. Malet, Directeur de Passages-ADAPes

Modérateur des 3 sessions :

Jean-Claude Perraudin, ancien Adjoint à la Directrice des Relations internationales, Chargé des énergies renouvelables, CEA

Nouvelle carte d’identité : la France enfin devenue province américaine ?

Une forfaiture civique et linguistique, une de plus, est en train de se mettre en place dans notre pays, et cela a été annoncé, qui plus est, le 16 mars 2021, durant la Semaine mondiale de la langue française et de la Francophonie : la future carte d’identité des français va devenir bilingue français-anglais !

Nouvelle carte nationale d'identité
Nouvelle carte d’identité – source Ministère de l’Intérieur.

La carte d’identité : l’anglicisation en marche !

Nouvelle provocation contre les Francophones et les amis de la langue française en France et dans le monde : le gouvernement a choisi la Semaine de la Francophonie et de la langue française pour présenter, sans le moindre débat parlementaire préalable, son projet de nouvelle carte d’identité bilingue où les rubriques sont toutes libellées en français et… en anglais.

Ça ne suffisait pas à l’équipe gouvernementale en place de fermer les yeux sur les innombrables  entorses des grandes entreprises « françaises » privées et publiques (Renault, PSA) qui basculent leur communication technique vers le tout-anglais ou qui nomment leurs produits et enseignes en anglais (« Ma French Bank », « TGV Night », etc.). 

Ça ne lui suffisait pas non plus de laisser nombre de grandes écoles et d’Universités multiplier les enseignements en anglais destinés… à des francophones dans toutes sortes de disciplines pendant que, illégalement, toutes sortes de collectivités publiques rebaptisent leurs « territoires » en anglais (« Oh my Lot ! », « Only Lyon », « In Annecy Mountains », « Purple Campus », « Lorraine Airport »,  etc.).

Enfin, ça ne suffisait pas au gouvernement de laisser la Commission de Bruxelles, sans aucune protestation française qui fût à la hauteur de cette forfaiture, installer le fait accompli d’une communication européenne exclusivement délivrée en anglais.

Voilà maintenant que l’État français lui-même décide de passer outre l’article II de la Constitution (« la langue de la République est le français », est un élément fondamental de la personnalité et du patrimoine de la France. ) et de violer lui-même, et fort grossièrement, la loi Toubon de 1994 (le français est la langue de la République… en éditant une carte d’identité dont l’effet réel sera de désétablir le français de son rôle de seule langue officielle du pays, de le reléguer au rang de langue locale en niant sa dimension internationale et d’instituer du même coup l’anglais – et cela en plein Brexit ! – comme seule langue internationale reconnue par la France.

De plus en plus se confirme la volonté, voire l’acharnement des milieux dominants imbus d’idéologie atlantiste et « post-nationale » de désétablir à toute vitesse notre langue nationale, premier service public de France, socle de la République indivisible et ciment de la Francophonie internationale. 

Cette carte d’identité de la honte

Cette carte d’identité de la honte est un test de la résistance civique et linguistique des citoyens.

Si nous citoyens français laissons passer cette grossière forfaiture linguistique, le pouvoir saura qu’il peut donner son feu vert à l’entreprise visant à faire de l’anglais la seule langue de travail de l’UE, puis à en faire une langue co-officielle en France même: ce qui accélèrera prodigieusement la politique linguistique d’arrachage du français, de substitution systématique de l’anglais à notre langue maternelle commune et de basculement général, en France et dans le reste de l’UE, à la langue unique ardemment désirée par la finance et par les grandes sociétés transnationales, avec tous les énormes dangers que cela représente sur les plans économique, social, culturel et politique.

C’est pourquoi nous, associations de défense du français, adjurons les parlementaires, les intellectuels, les syndicalistes, les journalistes, d’interpeller fortement le président de la République et le gouvernement, qui jusqu’ici n’ont même pas la courtoisie démocratique de répondre à nos adresses citoyennes, pour qu’ils retirent au plus tôt ce projet attentatoire à la loi, à la Constitution, à la personnalité même de la France et à la langue commune du peuple français et des autres peuples de la Francophonie internationale.

Régis Ravat,
Président de l’Afrav

Note :  l’Afrav a adressé un recours gracieux à la ministre responsable de cette énième anglomanie, Mme Marlène Schiappa,  pour lui demander expressément de renoncer au bilinguisme illégal auquel devraient être soumises nos futures cartes nationales d’identité. 

  • Albert Salon, ancien ambassadeur, président d’honneur d’Avenir de la Langue française (ALF), président du FFI-France, et Secrétaire général du Haut Conseil de la Langue française et de la Francophonie (HCILFF)
  • Georges Gastaud, philosophe, président exécutif de CO.U.R.R.I.E.L. (COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Émancipation Linguistiques) 
  • Catherine Distinguin, présidente d’Avenir de la Langue Française (A.L.F.)
  • Ilyes Zouari, président du Centre d’Etudes et de Réflexion sur le Monde Francophone
  • Thierry Saladin, secrétaire de l’A.FR.AV. (Association Francophonie Avenir) 
  • Philippe Reynaud, président de Défense de la Langue Française (D.L.F.) en pays de Savoie, ainsi que M. Lucien Berthet, DLF en pays de Savoie. 

Le CNRS Section 37 renonce au CLASSEMENT EN SCIENCES DE GESTION

Selon un communiqué, la Section 37 du CoNRS renonce à assurer le classement en Sciences de Gestion pour les revues.

La fin du classement en Sciences de Gestion par le CNRS Section 37

“Dans le contexte national et international de mise en œuvre des politiques publiques de la science ouverte et en accord avec l’engagement de la recherche signé et mis en œuvre par le CNRS, la
décision a été prise de renoncer à toute forme de classement de revues en économie et en gestion.”

Motion de fin du classement en Sciences de Gestion par le CNRS Section 37

Christine Moisson : nouvelle directrice de ISCPA Toulouse

Comme le précise Christine Moisson, la nouvelle directrice pour ISCPA Toulouse : « Un établissement d’enseignement supérieur doit proposer à ses étudiants une expérience à vivre, singulière et à forte valeur ajoutée. Cela passe évidemment par la découverte d’un métier, avec l’acquisition de nouvelles compétences. Mais au-delà, cela implique les lieux, les méthodes, les personnes. Toutes ces dimensions ont un impact majeur sur l’expérience et la perception des étudiants et, in fine, sur leur choix de carrière ».

Selon Christine Moisson le défi de l’école ISCPA Toulouse – aujourd’hui – est même de préparer ses étudiants et ses alternants à des métiers en pleine évolution, toujours plus digitaux, plus interactifs et plus responsables.

Pour les disposer à ces marchés changeants, il est nécessaire non seulement de leur transmettre un excellent bagage à la fois académique et pratique, mais également de leur permettre d’acquérir les qualités nécessaires à l’exercice de ces métiers, la curiosité, l’esprit critique, l’éthique et bien sûr l’agilité et la résilience.

Le parcours de Christine Moisson, nouvelle directrice pour ISCPA Toulouse

10 ans d’enseignement en communication dans le supérieur (Sciences Po, Amos…), 20 ans de direction de projets en agence de communication, le relationnel rythme le parcours professionnel de Christine Moisson. Elle endosse deux carrières, celle de transmettre et d’accompagner les apprenants (chargée d’enseignement et consultante en Formation continue) et celle de Directrice de clientèle senior au sein d’ICOM, Agence conseil en communication responsable (2009 à 2020). 

Christine Moisson - ISCPA Toulouse
Christine Moisson – Directrice ISCPA Toulouse

« La pédagogie active et l’innovation sont notre cœur de métier. Les métiers de la communication et du journalisme ne s’apprennent pas exclusivement sur les bancs des écoles. C’est pour cette raison que l’ISCPA, depuis sa création, s’applique à réinventer les standards pédagogiques au profit d’une nouvelle forme d’enseignement. Aller sur le terrain et comprendre son métier en le pratiquant reste le meilleur moyen d’acquérir des compétences. Ce qvue confirme les recherches du National Training Laboratories Institute, selon lequel nous retenons 90% de ce que nous apprenons lorsque nous l’utilisons immédiatement contre 5% lorsque nous assistons à un cours ou à une conférence » selon Christine Moisson.

ISCPA Toulouse : un fort développement

ISCPA Toulouse connait depuis son ouverture en septembre 2013 un fort développement. L’école accompagne près de 250 étudiants et alternants dans la construction de leur projet professionnel vers les métiers du journalisme ou de la communication. Les programmes de formation sont rythmés tout au long de l’année par de nombreux projets, ainsi que par des immersions fréquentes dans le monde de l’entreprise et des médias (stages longs et alternance selon les cursus). En 2021, l’ISCPA propose 6 programmes de formation, de Bac à Bac +5. 

A propos de L’ISCPA : L’Institut Supérieur des Médias propose 3 filières de formation professionnalisantes de Bac à Bac+5 : Journalisme, Communication, et Production (TV, musique, cinéma, spectacle vivant, contenus web). Des titres certifiés par l’État sont délivrés en fin de cycles. L’ISCPA est une école du Groupe IGS. et est présente sur les 3 campus de Paris, Lyon et Toulouse. www.iscpa-ecoles.com