Archives de catégorie : Dernier n° de LaRSG

N°306 – Homo sum et humani nihil a me alienum puto !

Homo sum et humani nihil a me alienum puto* !

par Philippe Naszályi – Directeur de La RSG

consulter sommaire
Philippe Naszalyi LaRSG Stratégies et innovations

Ce n’est pas sans trembler qu’après Cicéron, Sénèque, les Pères de l’Église, Montaigne, Rousseau, Voltaire, Chénier, Kant, Benjamin Franklin, et tant d’autres avant eux et depuis eux, que l’on pose en titre, ce merveilleux vers de Térence !

Depuis la scène romaine, où elle fut jouée, vers 163 avant Jésus-Christ jusqu’à nos jours, « puni par soi-même » ou « le bourreau de soi-même », cette comédie latine, inspirée du grec Ménandre[1] au titre imprononçable nous a également donné les si beaux vers de Baudelaire dans les Fleurs du Mal[2] !

On mesure alors combien nous sommes présomptueux, devant de tels devanciers de choisir d’introduire le numéro d’une revue de gestion par ce monument de la pensée mondiale.

Et pourtant, ce titre nous est venu tout simplement à la lecture des articles qui composent le sommaire de la dernière  parution, datée de cette année si particulière qu’est l’année 2020.

Il est des années comme des personnes qu’on ne regrette pas et pourtant, elles n’en sont pas moins des jalons, des souvenirs, voire des marqueurs d’une évolution qui se fait, s’est faite ou se fera, avec ou sans notre accord.

Homo sum… L’humain : le meilleur atout du gouvernement des entreprises

Gouvernement des entreprises, c’est bien le titre que nous choisissons sciemment pour éviter celui de gouvernance qui marque le triomphe de la pensée économico-financière du capitalisme depuis le milieu des années 1970, notamment dans la lignée du néo-libéralisme qui sévit toujours et dont l’emploi doit rester cantonné à la finance. Avec la gouvernance, est apparu dans la Fonction publique et en France, le New Public Management qui vient de montrer ses limites, ses échecs et pour tout dire sa totale fausseté.

On ne peut raisonner plus mal que ces hauts ou moyens fonctionnaires qui ont collaboré à déshabiller les services publics et ont rendu exsangue celui qui est le plus nécessaire en cette pandémie, la santé et avec son corollaire, l’environnement !

Ces politiques publiques catastrophiques sont dues à ces demis-savants, qui ne sont plus de vrais serviteurs du bien commun mais sont en revanche bien une caricature des vrais entrepreneurs dont ils singent sans le comprendre souvent, le vocabulaire !

On peut leur imputer la honte de ce chômage de masse endémique, cette perte des repères pour des millions de familles jetées dans la pauvreté et souvent la désespérance sociale par l’application de cet inepte concept du « chômage naturel », inventé par Milton Friedman !

Comme ils ne sont plus administrateurs et qu’il ne sont pas non plus des hommes d’entreprise, même quand le goût du lucre les entraîne dans ce que l’on appelle le « pantouflage[3] », ces hauts fonctionnaires apportent les insuffisances de leur formation au secteur privé. Ils sont parfois à l’origine même de catastrophes dans les entreprises privées ou publiques qu’ils vont servir, voire s’y servir, ou diriger !

Tout cela vient d’exploser, et ce n’est pas en changeant de nom de l’école qui stigmatise pour l’ensemble de la population, les échecs des politiques menées depuis des années en matière, économique, financière et sociale que l’on va changer quoi que ce soit aux faits. Leur nocivité s’est révélée avec acuité depuis le début de la crise sanitaire. Les aveugles n’ont pas mieux vu depuis que, sous un président qui vient de nous quitter, ils sont devenus les « non-voyants », et les sots, même devenus « non-comprenants », n’en seront pas plus intelligents après qu’avant comme le rappelle la sagesse populaire.

Il faut penser autrement, mieux et de manière moins monopolistique en rejetant ce « main stream » néolibéral qui envahit tout notre vocabulaire, ne trouve-t’on pas désormais des clients à la CAF[4] ou à la Sécurité sociale, et on n’y supprime pas des emplois, on y rend des postes !

La cause de ces maux est la LOLF[5]. Depuis son adoption sous le Gouvernement Jospin en 2001, elle s’est appliquée à toute l’administration à partir de 2006. C’est l’alliance entre la droite giscardienne, représentée par le sénateur Alain Lambert et la gauche rocardo-strausskhanienne, du député Didier Migaud.

Cette réforme constitutionnelle, en abrogeant l’ordonnance du 2 janvier 1959, s’est incrustée depuis, au cœur de tout l’appareil d’État puis de la sécurité sociale.

Didier Migaud, président de la Commission des Finances de l’Assemblée nationale à partir de 2007, est nommé Président de la Cour des Comptes en 2010 et il ne quitte ses fonctions qu’en 2020 pour prendre en charge la Haute Autorité de la Transparence. Comme président de la Cour des Comptes, il est désormais chargé de valider les comptes de l’État et de faire des préconisations de gestion dans l’esprit de la LOLF.

Quand on sait que le quasi recrutement de cette Cour est dans la botte de l’ENA, on n’est pas étonné des approximations qu’elle émet en matière de management.

Laurent Fabius, président de l’Assemblée nationale au début du processus de la LOLF, est ministre des Finances lors de son adoption et est désormais depuis 2016, le Président du Conseil Constitutionnel qui examine toutes les lois budgétaires à l’aune de cette nouvelle conception de la gestion publique fondée sur la « performance » dans les budgets publics.

La révision générale des politiques publiques (RGPP) qui se veut « programme de modernisation de l’action de l’État touchant l’ensemble des politiques publiques et l’ensemble des ministères[6] » est le bras armé de la LOLF. Elle est mise en place par le Ministre Éric Woerth, actuel président de la Commission des finances de l’Assemblée. Si elle semble bienheureusement oubliée, du fait de sa parfaite inefficacité à restaurer les finances publiques, elle n’en a pas moins gravement obéré toutes les capacités de l’État, des collectivités publiques et des grands secteurs à partir de 2007.

René Rémond y aurait peut-être vu une sorte de coalition louisphilipparde entre orléanistes unissant un Thiers, pas encore massacreur au Guizot de « l’enrichissez-vous ! » sous les auspices du banquier Laffitte !

C’est au nom de ces « Rapports Annuels de Performance » (RAP) qu’on ferme des lits d’Hôpitaux, qu’on valorise la rémunération à l’acte dans la santé (la T2A) , qu’on regroupe des services dont on réduit les effectifs, qu’on désertifie les campagnes ou les banlieues des services publics, qu’on ne renouvelle pas les matériels de la police et de l’armée ou qu’on abandonne l’entretien de centaines de ponts, de routes mais aussi qu’on songe à privatiser les infrastructures comme on l’a fait pour les autoroutes et qu’on souhaite le faire pour les barrages. Cette idéologie mortifère s’épanouit dans des Projets Annuels de Performance (PAP). Même s’il estime que la baisse du nombre de lits n’induit pas nécessairement une dégradation de la prise en charge des patients, le président du SMPS (Syndicat des managers publics de santé), on appréciera le terme qui pastiche celui de l’entreprise, reconnaît malgré tout « que l’encombrement des services d’urgences, lié au manque de lits, se traduit par des complications de prise en charge[7]. Alors que dire de ces suppressions de lit, en pleine pandémie, par des ARS comme le relève notamment le très sérieux Quotidien du Médecin[8] ?

Cette idéologie transforme un commissariat de police en un centre de profit où la sécurité des citoyens n’est plus l’objectif mais où la remontée (le reporting) des indicateurs s’accompagne de la mise en place des outils de service de leur « performance financière[9]… ». L’hôpital devient une entreprise dont le sens n’est pas le soin mais le profit comme l’explique Jean de Kervasdoué, l’un des principaux thuriféraires de la mise en place de la T2A : « plus l’activité est soutenue, plus l’hôpital gagne de l’argent, exactement comme dans une entreprise[10] » !

Cette idéologie destructrice vient d’aboutir à ce qui n’a que l’apparence d’un contresens en terme de néolibéralisme et qui est l’endettement massif des États. Des centaines de milliards d’euros ne vont pas aller aux priorités criantes comme la santé, mais vers une partie seulement de l’économie. C’est une chance pour ce capitalisme de connivence, dont nous avons à plusieurs reprises dénoncé les effets délétères. La crise Covid constitue une opportunité que décrit très bien dans son dernier ouvrage, COVID-19 : La Grande Réinitialisation, le père du forum de Davos, Klaus Schwab !

C’est l’application, déjà vue lors de la crise financière de2009, de la privatisation des profits, mais de la mutualisation des pertes qui défavorise les petits, entreprises comme particuliers.

Ainsi, toutes les statistiques démontrent qu’à l’issue de cette année de crise, les plus riches le sont encore plus[11] !

Que le lecteur ne s’inquiète pas, il ne lit pas ici un brûlot révolutionnaire, mais simplement une analyse de gestionnaire qui s’inquiète des effets de cette tendance économique sur l’avenir. En 2017, déjà, le FMI qui ne passe pas pour une officine anticapitaliste, s’inquiétait du fait que « le creusement des inégalités met en danger une croissance économique durable.

De ce fait, la lutte contre les inégalités relève pleinement de la mission du FMI qui consiste à aider les pays à améliorer leurs résultats économiques[12] »

… Et humani nihil a me alienum puto !

Bien sûr, et on le regrettera, le tirage de notre revue ne lui permet pas de faire accroire qu’elle va changer la pensée économique toujours dominante. Bien sûr, notre revue n’a pas la force de ces télévisions en continu qui pour la plupart répandent cette idéologie mortelle véhiculée par des chroniqueurs stipendiés, experts souvent en rien. Le plus honteux exemple est à l’évidence la fondation IFRAP dont la directrice qui pérore sur tous les plateaux, n’a aucune formation économique et fonde son discours sur une totale absence de travaux de recherche… l’imposture par excellence ! Les maîtres ont toujours besoin de leur cohorte de laquais !

Il faut donc proposer autre chose et vite !

D’abord parce que nous rejetons comme le site du Ministère de l’économie ose le prétendre[13] que « le gouvernement d’entreprise…

répartit les droits et les obligations des différents intervenants au sein de l’entreprise, tels que les actionnaires ou les dirigeants, et pose les règles et les procédures de prise de décision. »

L’entreprise n’est pas réductible à une simple société de capitaux où seuls compteraient actionnaires et dirigeants, ces shareholders. Il est révélateur que cette conception étroite et passéiste de l’entreprise soit celle que l’on trouve encore en 2020 sur le site du Ministère de l’Économie français. Elle illustre ce que nous venons de décrire sur l’exceptionnelle méconnaissance de l’économie réelle des hauts fonctionnaires, allaités à la dérive néolibérale du «nouveau » management public durant leurs études à l’ENA comme à l’EHESP[14] ou à l’EN3S[15] pour ne citer que ces remarquables fleurons de la formation gangrénés par ce mal de la « performance » et de la rentabilité !

En ne considérant pas toutes les parties prenantes (les stakeholders) comme l’a notamment démontré dans notre revue Astrid Mullenbach[16], on mutile toute l’entreprise ! Celle-ci est aussi, – et il est important de le souligner – et peut-être d’abord composée de salariés qui ne sont pas pour rien dans l’enrichissement de cette dernière. Richesse de ce capital humain, et non coût ! En cette année 2020, qui ne doit pas nous faire oublier qu’elle était dédiée « au plus illustre des Français[17] », le Général de Gaulle, rappelons toute la modernité de sa pensée : « C’est en effet dans l’entreprise que les travailleurs, les capitalistes, les dirigeants, collaborent d’une manière pratique. » pour mettre en place ces « contrats de société, passés sur pied d’égalité entre les divers éléments, les engagements des uns vis-à-vis des autres, mais évidemment de types très divers, suivant la nature, la dimension des entreprises[18] »…ce qui implique la démocratie au sein des entreprises et la participation des salariés pas seulement aux gains, mais à son gouvernement.

Aussi à l’évidence, choisir d’ouvrir ce numéro par :

  • la « gouvernance » coopérative, condition du référentiel durable d’une organisation est un choix emblématique que nous assumons parfaitement ;
  • la confiance au secteur des sociétés de conseil est le thème suivant ;
  • le financement bancaire des PME est ensuite passé au crible des liens sociaux ;
  • l’intention environnementale des propriétaires-dirigeants des PME enfin, s’inscrit lui aussi dans notre logique éditoriale humaniste.

Le deuxième dossier qui s’intitule naturellement gouvernance, puisqu’il traite de finance, Gouvernance : normes et bonnes pratiques, s’insère dans notre souhait de demeurer dans une vision prospective propre à une situation de remise en cause des fondements existants.

  • Le risque dans les entreprises du CAC 40.
  • Le passage des états financiers de la norme comptable OHADA en norme IFRS à la Bourse des Valeurs mobilières.

Et puisque nous avons pris le parti de commencer en latin, terminons par cette injonction que Bossuet adressait en admonestation à Louis XIV et qui est tirée du psaume ii :

Et que nous traduirons librement :

« Et maintenant, vous les grands de ce monde, comprenez instruisez-vous, vous qui décidez du sort du monde ! (Et nunc, reges, intelligite, erudimini, qui judicatis terram !)

Apprenez enfin de vos erreurs !

* « Je suis un homme et je considère que rien de ce qui est humain ne m’est étranger », Térence (Heautontimoroumenos, ἑαυτὸν τιμωρούμενος I, 1, V, 77).

1. Ménandre (342-341 -291-292 av. J.-C.).

2. Baudelaire, Spleen et Idéal, Les Fleurs du Mal, 1857.

3. Terme emprunté à l’argot de Polytechnique, préférer la pantoufle, c’est-à-dire renoncer au service public, « la botte », pour désigner le passage dans les entreprises privées des hauts fonctionnaires !

4. CAF : Caisse d’allocations familiales.

5. La loi organique relative aux lois de finances (LOLF).

6. Source www.rgpp.modernisation.gouv.fr.

7. https://www.lci.fr/sante/hopital-69-000-lits-ont-ils-ete-supprimes-ces-15-dernieres-annees-2137618.html

8. https://www.lequotidiendumedecin.fr/hopital/politique-hospitaliere/fermer-des-lits-en-pleine-epidemie-tolle-apres-des-propos-du-directeur-de-lars-grand-est-veran

9. Présentation de la démarche de pilotage à la Police nationale : https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documents/performance/controle_gestion/fonctions_support/SI/26_Performance_a_la_DGPN.pdf

10. L’opinion, 11 février 2018, https://www.lopinion.fr/edition/economie/il-faut-controle-bien-fonde-prescriptions-a-l-hopital-143087

11. « Selon une étude réalisée par la banque suisse UBS et le cabinet d’audit et de conseils PwC, la fortune des milliardaires a passé un nouveau sommet pendant la pandémie de Covid-19, et a ainsi franchi la barre des 10 000 milliards de dollars ». 7/10/2020 https://www.capital.fr/economie-politique/comment-lapandemie-a-encore-plus-enrichi-les-milliardaires-1382576.

12. https://www.imf.org/external/french/np/blog/2017/022217f.htm

13. https://www.economie.gouv.fr/facileco/gouvernement-ou-gouvernancedentreprise

14. École des Hautes Études en santé publique de Rennes qui forme l’essentiel des directeurs d’Hôpitaux.

15. École Nationale Supérieure de Sécurité Sociale, de Saint-Etienne qui forme les cadres dirigeants des organismes de sécurité sociale : URSSAF, CPAM, MSA, CAF…

16. Mullenbach Astrid, « L’apport de la théorie des parties prenantes à la modélisation de la responsabilité sociétale des entreprises », La Revue des Sciences de Gestion, 2007/1 (n° 223), p. 109-120. DOI : 10.3917/rsg.223.0109. URL : https://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion-2007-1-page-109.htm

17. « Le premier des Français est désormais le premier en France », mot d’accueil du Président René Coty au Général de Gaulle à l’Élysée, lors de son installation comme premier Président de la Ve République, le 8 janvier 1959.

18. Charles de Gaulle, Discours au vélodrome de Paris, 14 décembre 1948.