Archives de catégorie : Actualité de la gestion

ISTEC : une Chaire de Recherche Sciences de l’Innovation

L’ISTEC vient de lancer au 15 septembre 2018, la première Chaire d’Enseignement et de Recherche dédiée aux Sciences de l’Innovation™. Cette chaire apportera aux entreprises les outils théoriques et les bonnes pratiques indispensables à l’ère du digital surtout en matière d’organisation et de management.

istec Sciences de l'Innovation

Pour Benoît HERBERT, Directeur Général de l’ISTEC : « Grâce à cette Chaire, les dirigeants des entreprises seront au fait des évolutions organisationnelles rendues nécessaires par les progrès technologiques et les nouvelles aspirations sociétales. Elles pourront échanger en permanence avec les experts et les enseignants-chercheurs de l’École, elles pourront modéliser l’impact des différentes options d’organisation envisagées ».

Organisation et management à l’ère du digital

Les enseignants-chercheurs apporteront leur expérience et leur vision pour partager et enrichir les connaissances au sein des entreprises partenaires. Leurs recommandations destinées à optimiser les méthodes de management et les modes d’organisation contribueront à accélérer le développement économique des entreprises.

Ils apprendront à maîtriser les référentiels nécessaires pour savoir élaborer une stratégie d’entreprise éclairée et instrumentée. Ils en comprendront les fondements scientifiques et épistémologiques, leurs limites et leurs complémentarités. Ils apprendront également à utiliser ces connaissances dans leurs projets professionnels et dans le cadre de stratégies collectives et multiculturelles.

La nouvelle Chaire Sciences de l’Innovation™ aura 4 axes de recherche principaux : Systèmes de connaissances, innovation et performances ; Intelligence collective et innovation organisationnelle à l’ère du digital et d’internet ; Fondements scientifiques de l’innovation : les clés de l’adaptation ; Applications et perspectives : ouverture de nouveaux marchés par repositionnement ou par hybridation de domaines techniques, apprentissages stratégiques et modes d’évaluation, développement humain.

La Recherche à l’ISTEC

A l’ISTEC, la Recherche est coordonnée par le CERI (Centre d’Études et de Recherche de l’ISTEC), véritable interface entre la formation, les chercheurs et les entreprises.

Les enseignants-chercheurs, qui ont des niveaux de qualification très élevés (multi-primés, publiant dans des revues scientifiques de référence et assumant des positions académiques internationales), mènent des travaux dans 3 domaines : Transformation Marketing et Digitale de l’entreprise ; Market and Business in Society ; Marchés du travail: Employabilité, Contrats, Carrières et Capacités.

Pour plus d’informations : Géraldine Ernst : g.ernst@istec.fr.

L’ISTEC ouvre un Executive DBA en Marketing Digital et Entrepreneuriat

L’ISTEC lance une nouvelle formation destinée aux cadres en activité, titulaires d’un diplôme de niveau Bac +5 et ayant déjà au moins 3 ans d’expérience : un Executive DBA (Doctorate of Business Administration). Organisé sur 3 ans, ce DBA préparera les cadres à haut potentiel à exercer des fonctions stratégiques dans leur entreprise. Deux spécialités seront proposées : le Marketing Digital et l’Entrepreneuriat.

ISTEC pour plus de pratique dans les doctorats

La particularité du doctorat de l’ISTEC sera d’associer recherche et professionnalisation, alors que la plupart des doctorats actuellement proposés aux cadres sont très peu professionnalisants.

Pour Benoît HERBERT, Directeur Général de l’ISTEC : « Certaines entreprises emploieraient très volontiers des cadres ayant un Doctorat, si toutefois ces cursus étaient plus pratiques. Justement, la particularité de notre Executive DBA, c’est qu’il associera recherche académique et professionnalisation. Pour dire les choses autrement, les cadres découvriront des concepts mais ils apprendront surtout à les mettre en pratique. Ajoutons qu’avec cet Executive DBA, l’ISTEC disposera d’une offre de formation complète : Bachelor en 3 ans, BBA en 4 ans, PGE en 5 ans, et DBA en 8 ans. Un atout important pour poursuivre notre développement ».

Modules Recherche et modules appliqués

Destiné aux cadres en activité, et d’une durée de 3 ans, l’Executive DBA comportera chaque année 5 séminaires obligatoires d’une semaine chacun, ce qui correspondant à 150H de présentiel par an. L’année 1, les cadres élaboreront leur projet de Recherche. L’année 2, ils réaliseront des études concrètes et des missions de terrain. L’année 3 sera consacrée à la rédaction et à la soutenance de la thèse professionnelle.

Plusieurs modules seront strictement académiques et dédiés à la Recherche : épistémologie, méthodologie de la recherche, Research design, Méthodes qualitative et quantitative. L’occasion pour chaque participant d’affiner son organisation et sa méthodologie de travail. Chaque participant améliorera ses méthodes de travail.

Dans d’autres modules les participants passeront de la théorie à la pratique ; les concepts théoriques du Management et du Marketing stratégiques seront appliquées aux problématiques concrètes de l’entreprise qui les emploie.

La Recherche à l’ISTEC

Les enseignements s’appuieront sur les travaux de Recherche du Centre d’Etude et de Recherche de l’ISTEC (CERI) et les thèses seront encadrées par des enseignants-chercheurs de l’ISTEC ayant une HDR (Habilitation à Diriger des Recherches). Le CERI (Chiffres clés : nombre d’enseignants-chercheurs, nombre d’HDR, nombre de publications).

Rappelons qu’à l’ISTEC, la Recherche porte sur 3 domaines : Transformation Marketing et Digitale de l’entreprise ; Market and Business in Society ; Marchés du travail : Employabilité, Contrats, Carrières et Capacités.

Etablissement ISTEC
Intitulé de la formation Executive DBA
Diplôme délivré Certificate of Research in Doctorante Business Administration
Label/accréditation En cours
Profil des participants Cadres de niveau Bac+5 ayant au moins 3 ans d’expérience professionnelle
Dépôt des candidatures Tout au long de l’année auprès de Stéphane Djelilate : s.djelilate@istec.fr
Sélection des candidats Sur dossier + entretien
Durée de la formation 3 ans
Contenu de la formation • Entrepreneuriat et innovation • Stratégies d’innovation marketing • Introduction à l’épistemologie et à la méthodologie de la recherche • Research design • Méthode qualitative et quantitative • Modules professionnels
Objectifs pédagogiques
• Appliquer la rigueur de la recherche académique aux problématiques contemporaines de l’entreprise.
• Questionner et améliorer les pratiques, les stratégies et les business models existants
Tarif de la formation Frais de scolarité : 9 000 € par an Aides dédiées aux formations continues : – Financement via le plan de formation ou le Compte Personnel de Formation – Financement via les organismes collecteurs (OPACIF, Fongecif…) – Financement possible par le Conseil Régional et Pôle Emploi.
Contact Pédagogie : d.bencherqui@istec.fr
Admission : s.djelilate@istec.fr
Site web www.istec.fr
https://istec.fr/programmes/executive-mba/dba/

istec

Prix Académique de la recherche en Management

En 10 ans, le Prix Académique de la recherche en management est devenu une référence pour le monde de la recherche comme dans le secteur du conseil. Qu’il s’agisse des stratégies de management innovant, de la dynamique des innovations, de l’innovation responsable… les lauréats sélectionnés cette année par le jury ont mis en lumière les moteurs et les freins face aux innovations dans la société, au regard des enjeux liés avec les entreprises.

Prix académique de la recherche en management
Prix académique de la recherche en management en partenariat avec la FNEGE

Le Prix Académique de la recherche en management met l’innovation à l’honneur

Porté par Syntec Conseil (instance représentative du conseil en stratégie et management français), en partenariat avec la Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises (FNEGE), le Prix Académique de la Recherche en Management vient de récompenser – pour sa 10e édition – les trois meilleures publications de recherche et le meilleur ouvrage de management de l’année, avec un maître-mot : « innovation ».

Le prix offre ainsi aux lauréats des opportunités nouvelles de recherches et leur permet de bénéficier du regard des entreprises sur leurs travaux pour les aider à mieux les adapter aux besoins des professionnels.

« L’innovation est au cœur de la transformation des entreprises, poussées par un environnement de plus en plus digitalisé et de nouvelles attentes de la part des salariés et de la société dans son ensemble. De nouveaux termes émergent : de la co-construction à la co-opétition, les systèmes collaboratifs révolutionnent les pratiques managériales. Depuis 10 ans, le Prix Académique de la Recherche en Management a toujours permis d’anticiper les tendances industrielles et sociétales qui auront un impact sur les organisations et le management. Pour les cabinets de conseil, il est important de rester à l’avant-garde de ces réflexions, afin de les mettre en pratique dans les entreprises qu’ils conseillent »

Rémi Legrand, président de la commission stratégie et management de Syntec Conseil

Les lauréats 2019

Prix de la catégorie
« Refonder la relation Entreprise et Société vers de nouveaux modèles de croissance »

« Experimentations in emerging innovation ecosystems: specificities and roles. The case of the Hydrogen Energy Fuel Cell Leveraging Technological Change: the Role of Business Models and Ecosystems », article publié dans l’International Journal of Technology Management (Janvier 2017)
Auteures : Florence CHARUE-DUBOC (École Polytechnique- CNRS) et Sihem BEN MAHMOUDJOUINI (HEC).

  • Les auteures se sont attachées à démontrer le rôle des écosystèmes dans le succès des innovations. Elles démontrent comment les prototypes et les expérimentations, en contribuant aux connaissances et à la réduction des incertitudes, favorisent la stabilité des relations entre de multiples acteurs. L’article s’intéresse à une innovation particulière et souligne les 4 intrants nécessaires pour un développement réussi : la coopération entre acteurs, l’expérimentation en condition réelle, la transparence des données et enfin, une solution industrielle complète et pertinente.

Prix de la catégorie
« Ré-inventer le Management »

« All for One and One for All – Knowledge broker roles in managing tensions of internal coopetition: The Ubisoft case », article publié dans Research Policy (Octobre 2018)
Auteurs : Paul CHIAMBARETTO (Montpellier Business School, i3/ Ecole Polytechnique, CNRS), David MASSE (Telecom ParisTech, i3, CNRS / Ecole Polytechnique) et Nicola MIRC (TSMResearch, Universite. Toulouse Capitole, CNRS).

  • La co-opétition, ou coopération entre acteurs concurrents, est devenue une stratégie omniprésente pour les entreprises innovantes. L’article primé analyse les effets de la coopétition en interne, sur le partage des connaissances et de l’innovation. Il souligne le rôle essentiel des « knowledge broker » (courtier en connaissance) dans la gestion des tensions liées aux innovations. S’appuyant sur l’exemple d’une entreprise de jeux vidéo, l’article met en exergue le rôle limitatif des tensions en internes dans le partage des connaissances entre unités. Les auteurs proposent 3 mécanismes de résolution des tensions pouvant être mises en place dans les organisations pour les surmonter.

Prix de la catégorie
« Accélérer la transformation digitale des affaires et des organisations »

« Consumer Resistance to Innovation in Services: Challenges and Barriers in the Internet of Things Era ». Article paru dans le Journal of Product Innovation Management (Juin 2018) Auteurs : Zied MANI (Université de Nantes) et Inès CHOUK (Université de Cergy-Pontoise).

  • L’Internet des objets (IoT) soulève des défis liés au développement des services dits « intelligents ». Montres, téléphones, voitures, maisons… l’heure du tout connecté est technologiquement possible, pour autant, les consommateurs sont-ils prêts à changer leurs habitudes ? L’article primé par Syntec Conseil analyse les résistances des consommateurs aux services intelligents, afin d’identifier les freins à leur adoption : vulnérabilité technologique (l’anxiété technologique et la dépendance à la technologie), barrières idéologiques (le scepticisme du consommateur) ou barrières individuelles (l’inertie).

Meilleur ouvrage de management de l’année

Xavier PAVIE pour son livre « L’innovation a` l’épreuve de la philosophie : le choix d’un avenir humainement durable » (Éditions PUF)

Internet, manipulations génétiques, transhumanisme, nanotechnologies, les innovations technologiques soulèvent des problématiques nouvelles dont les conséquences sont aussi importantes qu’irréversibles. L’innovateur, incarné par Steve Jobs, Mark Zuckerberg ou Elon Musk, apparaît comme une personnalité aussi géniale quedestructrice, qui ambitionne de changer le monde en dépit dela violence de son innovation. Il est alors nécessaire d’établir l’innovation-responsable, dans laquelle l’innovateur devrait rendre compte de ses actes et revoir sa position de héros.

Ouvrage coup de cœur du jury

Franck GUARNIERI et Sébastien TRAVADEL pour leur livre « Un récit de Fukushima – le directeur parle » (Éditions PUF)

Mars 2011, la catastrophe de Fukushima. De par l’enchaînement des péripéties et l’épaisseur des personnages, le témoignage de Masao Yoshida apparaît comme un « roman technique ». Il livre son expérience hors du commun avec un réalisme et une cohérence qui confèrent un sens profond à son action. Pourtant, en transgressant la procédure, Masao Yoshida a assurément empêché une catastrophe pire encore : l’explosion pure et simple de toute la centrale. Dans ce témoignage présenté et mis en lumière par deux chercheurs spécialistes de la sûreté nucléaire, il apparaît que lorsque les probabilités sont contrariées et les manuels devenus inutiles, l’humain est le dernier rempart face au pire.

La FNEGE lance un Observatoire de la Transformation Digitale des Ecoles de Management

L’objectif de l’Observatoire lancé par la FNEGE est d’accompagner les écoles de management françaises dans leur transformation digitale dans le nouveau contexte de l’économie numérique et collaborative.

Observatoire de la Transformation Digitale

Pourquoi un tel Observatoire de la Transformation Digitale ?

En effet, pour faire face à une compétition accrue, à une pression à la production scientifique et à l’in- novation pédagogique et aux accréditions, elles sont amenées à faire évoluer leurs offres de formation, leurs pratiques pédagogiques, leurs pratiques de recherche, leurs modes d’organisation et parfois même leurs modèles d’affaire (Business Models). La thématique de la transformation digitale des Ecoles de Management dépasse la seule transformation pédagogique et concerne de nombreuses facettes de leur projet et de leur fonctionnement. Il devient donc nécessaire pour un établissement d’évaluer sa maturité dans ce processus de transformation numérique de manière à l’accélérer, l’ajuster et l’optimiser dans une démarche d’amélioration continue.

Quelles missions s’est fixé l’Observatoire ?

Elles sont au nombre de trois :

  • Produire tous les deux ans une cartographie de la transformation digitale des écoles de management permettant à chacune de se situer et de bénéficier d’expériences et de pratiques mises en œuvre dans d’autres établissements ;
  • Proposer aux établissements un Label certifiant leur prise en compte du phénomène et l’évolution de leurs pratiques pour s’adapter et tirer profit des nouvelles opportunités offertes par la transformation digitale ;
  • Accompagner les établissements, qui le souhaitent, dans la mise en place de processus, pratiques de travail, formations pour accompagner cette mutation.

Comment a émergé l’idée de cet Observatoire de la Transformation Digitale ?

Cet Observatoire prolonge l’étude menée sur ce thème par la FNEGE en 2018, en partenariat avec les établissements d’enseignement supérieur de son réseau.

L’animation est confiée à Aurélie DUDEZERT, Professeur à l’Université Paris Sud, et Imed BOUGHZALA, Professeur à Institut Mines-Télécom Business School, coordinateurs de l’étude de 2018.

Aurélie Dudezert, Professeur à l’Université Paris Sud, et Imed Boughzala, Professeur à IMT – Telecom EM, reviennent sur l’étude FNEGE sur “La transformation numérique des écoles de management”

L’Observatoire utilise un outil développé par la FNEGE, déjà testé auprès de plusieurs établissements-pilotes. La grille d’autodiagnostic sera déployée auprès de l’ensemble des établissements du réseau FNEGE dans les prochaines semaines. La première parution de l’Observatoire de la Transformation Digitale des Ecoles de Management devrait paraître en fin d’année 2019.

Les banques de sperme misent sur l’image du ‘héros macho’ pour attirer les donneurs

Au Royaume-Uni et en Australie, les banques de sperme utilisent des images et des slogans associés à la masculinité pour attirer des donneurs, car la législation leur interdit de rémunérer le don de sperme.

les banques de sperme
Agency : The Core Agency | Client : IVF Austrailia (2105)

Les banques de sperme face à un dilemme

Dans une nouvelle étude dont elle est le coauteur, le Dr Laetitia Mimoun de la Cass Business School (City University of London) a analysé les stratégies marketing utilisées par les banques de sperme au Royaume-Uni et en Australie. Elle a ainsi découvert qu’elles étaient fondées sur des archétypes masculins afin de créer de la valeur en échange d’une ressource impossible à acheter légalement.

Au niveau mondial, le secteur du don de sperme est estimé à plus de 3,5 milliards de dollars américains ; l’acceptation croissante des relations homosexuelles et l’augmentation de la demande de traitements contre l’infertilité devraient stimuler la croissance du secteur au cours des prochaines années.

Les banques de sperme du Royaume-Uni et d’Australie sont désavantagées au sein de ce secteur, car elles ne sont pas en mesure de payer les donneurs ni de protéger leur anonymat. En effet, elles font l’objet de limitations concernant le nombre de dons qu’un homme peut effectuer. De plus, l’importation et l’exportation de sperme sont strictement règlementées.

Ces contraintes ont contribué à des pénuries de sperme dans les deux pays, notamment après que le Royaume-Uni ait mis fin à l’anonymat des donneurs en 2005, entraînant la fermeture de la banque nationale de sperme.

Pour surmonter les contraintes réglementaires et augmenter le nombre de donneurs, les banques de sperme du Royaume-Uni et d’Australie commencent à présenter le don de sperme comme une façon d’affirmer sa masculinité.

“le don de sperme fera de vous un véritable homme…”

« Autrement dit, elles veulent vous convaincre que le don de sperme fera de vous un véritable homme, meilleur que tous ceux qui ne peuvent pas le faire pour une raison quelconque ».

Propos de Dr Laetitia Mimoun de la Cass Business School

La chercheuse explique que cette stratégie repose sur deux archétypes de la masculinité : le « soldat » qui sert son pays et le « héros de tous les jours » qui sauve une demoiselle en détresse.

L’archétype du soldat utilise des images et des slogans associés au devoir, à l’honneur et à l’héroïsme pour affirmer sa masculinité ; un donneur est prêt à se sacrifier et à donner de son temps, sans rien attendre en retour.

On retrouve des exemples de l’archétype du soldat dans une reprise de la célèbre affiche de propagande « Lord Kitchener » utilisée pour recruter des soldats du Corps expéditionnaire britannique en 1914 et dans une campagne décrivant les pénuries de sperme comme une « véritable crise bancaire ».

L’archétype du héros de tous les jours utilise des images d’hommes dont le métier permet de sauver des vies, par exemple des pompiers ou des sauveteurs. Cela établit un lien entre la création et le sauvetage d’une vie.

Les chercheurs ont découvert que des images d’hommes hypersexualisées ou romancées étaient parfois utilisées dans les campagnes exploitant l’archétype du héros de tous les jours, dans le but de rendre ces dernières plus attrayantes.

On trouve notamment des exemples dans les affiches de campagne montrant des hommes athlétiques en maillot de bain ou en sous-vêtements, mais également des vidéos mettant en scène des hommes préparant un barbecue ou offrant des roses à une femme.

Le Dr Laetitia Mimoun explique que l’utilisation de ces stratégies marketing a eu des effets notables sur le secteur du don de sperme au Royaume-Uni et en Australie.

« Cela a aidé les secteurs britannique et australien à combler la pénurie de donneurs dans une large mesure », déclare la chercheuse.

« Il est très intéressant de constater que les banques de sperme sont en mesure de se procurer du sperme gratuitement tant qu’elles le présentent comme un moyen d’affirmer la masculinité des donneurs, en particulier dans le contexte actuel, où la notion de masculinité est sans cesse remise en question. »

L’étude « Soldiers and Superheroes Needed! Masculine Archetypes and Constrained Bodily Commodification in the Sperm Donation Market » (Soldats et super-héros recherchés ! Archétypes masculins et marchandisation corporelle forcée dans le secteur du don de sperme) a été acceptée pour publication chez notre consœur la revue Marketing Theory.

les banques de sperme
IVF “Everyday Heroes” Campaign.
Agency : The Core Agency 
Client : IVF Australia
IVF "Everyday Heroes" Campaign
IVF “Everyday Heroes” Campaign.
Agency : The Core Agency
Client : IVF Australia

Lutte contre les retards de paiement interentreprises

La lutte contre les retards de paiement interentreprises change de braquet avec les premières amendes de plus de 500 000 € en application de la loi du 9 décembre 2016.

dgccrf

Les retards de paiement dans le viseur

Dans le cadre de ses contrôles du respect des délais de paiement interentreprises, la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) a sanctionné au cours des derniers jours trois entreprises à des amendes d’un montant supérieur à 500 000 € :

  • 670 000 € pour CIMENTS CALCIA
  • 501 000 € pour FRANCE MANCHE
  • 500 000 € pour MMA IARD

Ces sanctions sont ainsi les premières à dépasser le seuil des 375 000 € qui constituait auparavant le plafond applicable en la matière.

La loi « Transparence » du 9 décembre 2016 a en effet relevé de 375 000 € à 2 millions d’euros le plafond de l’amende en cas de retards de paiement. Cependant, ce nouveau cadre n’est applicable que lorsque toutes les factures analysées par la DGCCRF ont été émises après cette date de promulgation de la loi.

Les contrôles devant porter sur un échantillon important de factures (par exemple, plus de 20 000 factures reçues sur une durée de 6 mois dans le cas de l’entreprise CIMENTS CALCIA), et étant donné le temps nécessaire pour analyser ces factures et permettre un échange contradictoire avec les entreprises concernées, le relèvement de ce plafond s’applique pour la première fois pour ces sanctions.

Garante de l’ordre public économique, la DGCCRF s’assure du respect des délais de paiement interentreprises par des contrôles réguliers. Ainsi, en 2018, 263 décisions de sanction ont été notifiées par la DGCCRF aux entreprises contrôlées, représentant un montant total d’amendes de 17,2 millions d’euros. Ces contrôles constituent une priorité d’action pour la DGCCRF, les retards de paiement étant susceptibles de provoquer des défaillances d’entreprises en fragilisant leur trésorerie, en particulier pour les PME.

« La lutte contre les retards de paiement interentreprises constitue un enjeu majeur pour le bon fonctionnement de l’économie. Les retards de paiement sont en effet à l’origine des difficultés de trésorerie d’une PME sur quatre et les privent de 19 milliards d’euros de trésorerie, selon l’Observatoire des délais de paiement. C’est inacceptable ! C’est pour ces raisons que j’ai demandé à la DGCCRF de poursuivre de manière déterminée ses contrôles des délais de paiement. Les premières sanctions de plus de 500 000 € viennent ainsi d’être prononcées. C’est un signal fort adressé aux mauvais payeurs : les sanctions prononcées seront dorénavant à la hauteur des dommages qu’ils induisent sur l’économie. »

Agnès Pannier-Runacher, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances

Les vacations d’enseignement du supérieur sont payées 17 centimes sous le SMIC

La Confédération des Jeunes Chercheurs dénonce, dans un communiqué de presse du 23 mai 2019 dont nous reprenons en intégralité le contenu – la rémunération des vacations d’enseignement payées sous le SMIC horaire, alors que les jeunes chercheur-es vacataires sont au moins titulaires du grade de Master.

La Confédération des Jeunes Chercheurs fait une demande au Ministre  de l’enseignement supérieur pour la revalorisation des rémunérations des jeunes chercheur-es vacataires
La Confédération des Jeunes Chercheurs fait une demande au Ministre de l’enseignement supérieur pour la revalorisation des rémunérations des jeunes chercheur-es vacataires

Sous le SMIC horaire

Depuis la hausse automatique du SMIC au 1er janvier 2019 à 10,03 euros brut, les enseignant‑es vacataires sont désormais payé‑es à l’heure de travail effectif 17 centimes en dessous du SMIC (salaire minimum interprofessionnel de croissance). En effet, une heure de vacation équivalent TD est payée 41,41 euros brut[1] et représente 4,2 heures de travail effectif[2].

Rappelons que les 133 000 vacataires du supérieur estimés[3] ne sont que très rarement payé‑es mensuellement, mais parfois des mois voire plus d’un an après la fin de leur service. Par ailleurs, ils et elles ne bénéficient ni de la prise en charge partielle des frais de transport, ni des droits sociaux associés au paiement des cotisations sociales, sous prétexte qu’ils et elles disposeraient déjà d’une activité principale[4].

Les vacataires sont ainsi une main d’œuvre très bon marché qui, dorénavant, ne bénéficie même plus d’un droit social aussi élémentaire que le salaire minimum. Ce statut inique permet aux universités de faire peser sur les plus précaires l’austérité budgétaire qui leur est imposée ou qu’elles mettent en œuvre d’elles-mêmes.

En outre, une part importante des vacataires sont des doctorant‑es ne disposant d’aucun contrat de travail, dits agents temporaires vacataires (ATV), ou bien des docteur‑es devant se déclarer auto-entrepreneur‑es[5] pour justifier d’une activité principale auprès de l’université qui les emploie, comptant alors parmi les chargés d’enseignement vacataires. Aujourd’hui, la CJC estime à plus de 17 000 le nombre d’enseignant-es vacataires réalisant plus de 96 heures équivalent TD par année universitaire, soit au moins la moitié du service enseignement d’un-e maître-sse de conférence ou d’un-e professeur-e des universités, en étant rémunéré-es sous le SMIC horaire.

La situation actuelle des vacataires, et en particulier des ATV, doit alarmer l’ensemble de la communauté universitaire, à commencer par les responsables des composantes et les présidences d’université, qui font fonctionner leurs établissements et leurs UFR grâce à la précarisation d’une part importante de leur personnel enseignant. Et ce d’autant plus lorsqu’une part non négligeable de ces travailleuses et travailleurs réalisent leur recherche sans rémunération dédiée.

La demande au Ministre de l’enseignement supérieur

Cette année encore, la CJC demande donc à Frédérique Vidal, Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, d’abroger le statut d’agent temporaire vacataire, et de contractualiser l’ensemble des jeunes chercheur-es vacataires.


[1] Bulletin officiel de l’Éducation nationale n° 25, 13 juillet 2017 [lien].

[2] L’arrêté du 31 juillet 2009 indique qu’« une heure de travaux dirigés en présence d’étudiants correspond à 4,2 heures de travail effectif et une heure de travail effectif équivaut à 0,24 heure de travaux dirigés ».

[3] Sur la base de MESRI, DGRH, « Les enseignants non permanents affectés dans l’enseignement supérieur. Bilan de l’année 2016-2017 », mai 2018 [lien].

[4] CJC, « Enseignant-es vacataires du supérieur : la CJC appelle la ministre F. Vidal à passer de l’instrumentalisation aux actes », 4 mai 2018 [lien].

[5] « Mathieu, 32 ans, devenu autoentrepreneur pour être professeur précaire à l’université », Le Monde, 26 avril 2017 [lien].

Crédit d’impôt recherche : simplification administrative pour les entreprises réalisant moins de 100 millions d’euros de dépenses de recherche

Crédit d’impôt recherche : les entreprises réalisant moins de 100 millions d’euros de dépenses de recherche sont dispensées de l’obligation de dépôt de l’annexe décrivant la nature des travaux en cours.

Crédit d'impôt recherche : les entreprises réalisant moins de 100 millions d'euros de dépenses de recherche
Crédit d’impôt recherche simplifié

Une simplification administrative

Afin d’améliorer l’information sur la nature des dépenses financées par les entreprises bénéficiant du crédit d’impôt recherche (CIR), l’article 151 de la loi de finances pour 2019 a abaissé de 100 à 2 millions d’euros le seuil de l’obligation de déclarer l’état annexe à la déclaration de CIR, décrivant les travaux de recherche en cours (formulaire n° 2069-A-1-SD).

L’accès au CIR constitue un enjeu fort de financement pour les entreprises qui engagent des dépenses de recherche et développement. Dès lors que cette nouvelle obligation déclarative pourrait constituer une charge administrative significative, en particulier pour les petites entreprises ou les entreprises en phase d’amorçage, une mesure de tolérance administrative est mise en œuvre en 2019.

Afin de faciliter les démarches des entreprises, celles ayant engagé des dépenses de recherches comprises entre 2 et 100 millions d’euros sont dispensées du dépôt de l’état annexe 2069-A-1-SD en 2019. Il s’ensuit que seules les entreprises engageant plus de 100 M€ de dépenses de recherche restent soumises à cette obligation déclarative.

Le formulaire n° 2069-A-1-SD et sa notice en ligne sur impots.gouv.fr ont été aménagés en ce sens

Décès du doyen de l’ISG : Monsieur Jean Mader

Jean Mader s’est éteint dans la matinée du vendredi 19 avril 2019,
à l’âge de 97 ans. Il était le Doyen de l’ISG.

Le dynamisme du Doyen, le Dr Jean Mader

Doyen du Corps Professoral de l’ISG, Délégué auprès de l’ONU pour le développement Industriel, il a été un guide, en particulier dans ses développements internationaux, un stimulant par l’importance qu’il donnait puis qu’il faisait donner à l’esprit entrepreneurial. La dimension internationale qui souffle plus que jamais au sein de l’ISG doit beaucoup à son doyen, lui qui osa le premier initier le voyage d’une école en Chine au cours des années 70. De même, la vie associative de l’école, sous son influence, a vite dépassé son cadre traditionnel pour devenir l’autre école, l’autre ISG, faites d’ambitions et de passions et que bien des diplômés ont encore en mémoire.

Le dynamisme du Doyen, le Dr Jean Mader, ont permis à l’ISG de devenir, en 1989, titulaire et bénéficiaire des statuts consultatifs de l’UNIDO (Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel, comprenant 171 états membres et dont le siège est à Vienne, Autriche) en tant qu'”ONG statutaire”. L’ISG a participé à toutes les Assemblées Générales de l’UNIDO depuis la 4e session de 1991.

Pas une cérémonie, pas une remise des diplômes, pas un évènement majeur sans la présence du Doyen Mader, son éternel sourire, son obsession de nouvelles conquêtes et de nouveaux développements pour l’école, son exceptionnelle capacité à dialoguer et à réfléchir au futur avec des jeunes diplômés ou étudiants…

Le Doyen Mader avait un secret qui rencontre l’époque. Il avait compris bien avant Facebook et Linkedin ce que représentait l’importance du réseau professionnel. Il avait surtout cette avance qui fait que les liens qu’il tissait avec les gens, quel que soit le domaine, le pays, le profil, étaient tout autant le partage de passions et de projets que des liens du cœur. C’était un doyen respecté. C’était une personne qu’on aimait aimer.

Pour les anciens étudiants comme pour les 3500 jeunes au sein de l’école pour la direction de l’ISG à Paris comme dans les 7 villes dans lesquelles l’institution est implantée, pour ses enseignants et intervenants, c’est l’incarnation d’une figure très populaire, proche des jeunes même la barre des 90 ans franchie, toujours prêt à apporter son aide et à faire agir ses réseaux, à conseiller et à innover.

Cette disparition affecte particulièrement les Anciens, celles et ceux qui ont eu la chance de connaître le Doyen dans ses années d’intense activité et l’Association des Diplômés de l’ISG s’associe étroitement à la direction du Groupe IONIS et à celle de l’ISG dans cet hommage.”

« Nous étions tellement habitués à l’enthousiasme de notre Doyen, à ses projets novateurs, à sa passion communicative, à sa vision d’un monde pacifique et fraternel, lui qui n’avait rien oublié des affres de la seconde guerre mondiale, qu’on ne pouvait que remarquer sa moindre présence ces derniers temps. Voilà quelques mois encore, il m’appelait plusieurs fois dans la journée pour me proposer une nouvelle et belle idée et ce n’était pas un homme à lâcher sur ses convictions. Nous perdons un doyen, une figure emblématique de l’ISG. Mais, et celles et ceux qui ont connu personnellement Jean Mader le comprendront bien, nous perdons un exemple, celui d’un esprit entrepreneur, d’un homme ouvert sur le monde, qui considérait qu’être bon n’était pas un signe de faiblesse, que la concurrence était saine quand elle se jouait dans le respect, que l’Europe des peuples et des amitiés avait bien plus de valeur et de futur que celle des frontières et des antagonismes. »

Marc Sellam, président-fondateur du Groupe IONIS et Président de l’ISG

Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur DÉPLOIE le moteur de recherche Qwant

Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur a déployé le moteur de recherche européen Qwant sur son parc informatique. Qwant devient le moteur de recherche par défaut sur les postes de travail de 2.400 collaborateurs.

LE MOTEUR DE RECHERCHE QWANT

Qwant pour une meilleure protection de la vie privée

Par ce choix, le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur démontre sa volonté de participer à une meilleure protection de la vie privée, des données personnelles et du secret professionnel et bancaire. Il contribue activement au développement de l’indépendance numérique européenne. En choisissant Qwant, la banque met en œuvre ses engagements de confidentialité et de respect du secret professionnel vis-à-vis de ses clients, personnes morales ou physiques.

Proche des valeurs et de l’éthique du Crédit Agricole, Qwant porte haut et fort ses engagements de protection de la vie privée des internautes, et promeut un modèle de minimisation de la collecte des données personnelles, conforme aux prescriptions du RGPD. Il ne conserve et ne transmet aucune donnée personnelle liée à ses utilisateurs.

Ainsi, le déploiement de Qwant est effectif depuis le 10 avril 2019 sur l’ensemble des 3.000 postes de travail de l’entreprise. Ceci permet à tous les collaborateurs du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur d’effectuer leurs recherches sur le web avec la garantie de ne pas être traqués et que leur historique de requêtes ne soit pas conservé et analysé par le moteur de recherche.

Pour José Santucci, Directeur Général du Crédit Agricole Provence Côte d’Azur, « Dans le respect de la charte déontologique du Groupe Crédit Agricole, j’ai souhaité que le moteur de recherche Qwant – entreprise de notre territoire dont la proximité est source de confiance – soit paramétré par défaut sur tous nos postes de travail afin que chaque salarié de la Caisse Régionale l’utilise dans ses recherches professionnelles. Nos 900.000 clients nous font confiance au quotidien pour gérer leurs comptes. Aussi, est-il essentiel pour nous d’avoir la garantie que les données générées lors de nos recherches restent confidentielles… »

« Le Crédit Agricole Provence Côte d’Azur est à nos côtés depuis le début et a su croire et soutenir ce projet d’envergure, qui lui sera désormais utile au quotidien. Nous portons ensemble une vision européenne du Web portée par des valeurs de respect des utilisateurs et de leurs droits, pour permettre à un internet éthique et durable de se développer. Le Crédit Agricole y participe avec nous. ».

Propos d’Eric Léandri, Président et co-fondateur de Qwant

Focus sur “L’effet Janus du contrôle interne”

L’objectif de cette recherche sur le contrôle interne, réalisée par Tawhid Chtioui et Stéphanie Thiéry Dubuisson, est de montrer, à travers une revue exhaustive de la littérature sur le sujet, que maîtriser une organisation ne peut se limiter aux aspects formels du contrôle (hard controls) et que les aspects informels (soft controls) sont à la fois délicats à définir et complémentaires pour couvrir au mieux les risques.


Tawhid Chtioui

La structure de la recherche sur le contrôle interne

La première partie de cet article est consacrée à la définition et à la mise en place, parfois inflationniste, de strates de contrôles formels, ainsi qu’aux problèmes liés à l’ajout successif de ces réglementations. La seconde partie tente de définir ou, du moins, d’approcher, les aspects des contrôles informels, afin d’aboutir, dans une dernière partie, à la question de la nature de l’interaction entre les deux aspects du contrôle interne.

Tawhid Chtioui présente la recherche