Archives par mot-clé : CPME

En 2017, la CGPME – Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises devient la CPME – Confédération des PME | CPME

Mastère Management de l’Innovation, Intrapreneuriat et Entrepreneuriat

Télécom Ecole de Management, Télécom SudParis, l’Ensiie et l’Université d’Évry-Val-d’Essonne lancent leur Mastère Spécialisé M2IE : Management de l’Innovation, Intrapreneuriat et Entrepreneuriat.

Accrédité par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE), cette formation de haut niveau sera enseignée conjointement par quatre établissements membres du Pôle Scientifique d’Evry Vals de Seine : Télécom Ecole de
Management, Télécom SudParis, l’Ecole nationale supérieure d’informatique pour l’industrie et l’entreprise (Ensiie), et l’Université d’Évry-Val-d’Essonne. Les inscriptions sont ouvertes pour une rentrée prévue en janvier 2011.

Accompagner le développement du bassin économique d’Evry centrée sur les NTIC et les biotechnologies. Le Mastère Spécialisé M2IE (Management de l’Innovation, Intrapreneuriat et Entrepreneuriat) a pour but de favoriser la création d’entreprises et d’accompagner le développement des PME innovantes dans le bassin économique d’Evry centré sur les NTIC et les biotechnologies. Il est donc soutenu par de nombreux partenaires : les entreprises innovantes, les collectivités territoriales et les structures œuvrant au développement économique local (Bioparc Genopole, l’Agence pour l’Economie en Essonne, Opticsvalley, la Fédération SYNTEC, la CGPME Ile de France, AGEFA-PME et l’association FIPES).

120 000 euros de bourses réservés aux doctorants. Les créateurs et partenaires du Mastère Spécialisé M2IE ont prévu de verser 120 000 euros de bourse aux doctorants qui suivront la formation, permettant ainsi la prise en charge partielle ou intégrale d’une dizaine de participants.

A qui s’adresse le MS M2IE ?

  • aux doctorants, qui pourront prendre conscience des possibilités et opportunités que leur donne leur projet de thèse, valoriser leur insertion professionnelle en tant que cadre ou entrepreneur, et se préparer à l’accompagnement de grands projets innovants.
  • aux cadres en activité, pour compléter leurs acquis et leur permettre d’évoluer rapidement vers des fonctions de haut niveau dans l’accompagnement de projets innovants dans l’entreprise.
  • aux jeunes diplômés de formation scientifique, pour acquérir des compétences spécialisées dans le domaine du management en vue d’intégrer un premier poste à responsabilité.

420 heures de cours et la mise en œuvre d’un projet d’activité réel

Les participants suivront des matières telles que : Gestion de projets innovants, Stratégie d’entreprise et Management, Environnement
juridique de l’innovation, Ingénierie Financière, Marketing & Business Développement, Technologie & Entrepreneuriat. Ils pourront choisir entre 2 modules de spécialisation : Management des Biotech ou Management des NTIC. Ces spécialisations incluent la mise en œuvre d’un projet d’activité réel au contact des acteurs économiques et scientifiques locaux.

Informations pratiques

  • Frais de scolarité : 10 000 euros.
  • Gratuit pour les doctorants, sous condition.
  • Le programme peut être dispensé en alternance sur 24 mois.
  • Conditions d’admission : doctorant, diplômés bac+5, bac+4 avec 3 ans d’expérience professionnelle.

Inscription et renseignements

Olivier Epinette, Directeur des Programmes Spécialisés de Télécom Ecole de Management

Coordonnées : 
olivier.epinette@telecom-em.eu

(+33)1 60 76 47 52

n°275-276 Stratégies et innovations

consulter sommaire

Stratégies et innovations

par Philippe Naszályi – Directeur de La RSG

Philippe Naszalyi LaRSG Stratégies et innovations

C’est un titre à la fois simple et programmatique qui clôture l’année du cinquantenaire de la revue. Il est à la fois le titre du cahier central tout entier consacré à la « relation client » et l’annonce du numéro qui ouvrira 2016 pour publier les travaux du colloque que nous avons organisé le 26 mars 2015, pour célébrer le cinquantenaire de notre revue.

N’anticipons pas sur cette publication, mais rappelons-nous que l’innovation dans tous les domaines qui intéressent La RSG, est bien l’objet d’une stratégie réfléchie, voulue et mise en pratique.

Ce numéro n’épuise donc pas tous les programmes que nous avons mis en chantier, supportes (au sens de leur apporter notre soutien), diriges ou encourages.

Je l’ai dit, au cours des parutions de 2015, notre petite équipe de « permanents », s’était assignée une tâche que nos procédures de qualité et de contrôle, que nos exigences de forme et de fond, que l’engagement volontaire de tous, rendaient difficiles à réaliser dans les 365 jours de 2015 !

Tant pis pour ceux qui ronchonnent, véritables victimes, parfois involontaires, de ce système fou qui oblige en permanence à remplir toujours très vite, des dossiers qu’une administration plus bureaucratique et tatillonne que jamais, regardera, si elle les regarde, dans des délais toujours plus longs.

Festina lente, ai-je appris jadis, avant qu’une marque suisse ne s’inspire de cet adage. Se hâter lentement, non pas, par indélicatesse ou paresse, non pas par égoïsme ou mépris, mais bien, parce que, sans nous élever au rang de l’Art poétique, nous pensons comme Nicolas Boileau que le travail de publication ne peut se faire qu’avec la réflexion et la vérification qu’il sied à une revue internationale comme la nôtre, de maintenir pour le bien de ses lecteurs et donc de ses auteurs :

Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage.
Polissez-le sans cesse et le repolissez[1].

Nous avons tous appris ces vers, et propulsés que nous sommes, dans une société de l’immédiateté, nous devons en permanence lutter pour nous ressouvenir de mettre en application cette vérité que, dit-on, l’empereur Auguste lui-même, avait fait sienne : σπεῦδε βραδέως et qui est la devise de l’université de Salamanque !

Ces références antiques ne sont peut-être plus du goût de nos modernes « Trissotins » !

En cette année de la Miséricorde, vertu fondamentale du vivre ensemble, et de ce fait si martyrisée, vilipendée et méprisée, à l’heure de la compétition effrénée et en ces temps ou des populations les plus diverses, comme les Érinyes, crient vengeance a tout propos, au nom d’un psychanalytique deuil à faire !, nous prônons avec humour, qu’on leur pardonne leur ignorance !

Elles demeurent en effet, pour nous, gage d’excellence, puisque ce mot au moins, a l’heur de leur plaire.

Nous n’entrerons pas ici, dans une réflexion sur ce qu’il faut entendre par ce concept, mis à toutes les sauces dans les différents challenges que les politiques (français) qui, parce qu’ils n’y ont pratiquement jamais étudié, ont asservi les universités dont ils se méfient tant.

Pour disqualifier toute recherche féconde, infantiliser les chercheurs en les plaçant en permanence dans une compétition stérile et favoriser cette caste de pseudo gestionnaires, déjà développée dans les hôpitaux et l’enseignement secondaire, ils ont inventé cette nouvelle « excellence » !

A l’école primaire, lors des Trente glorieuses, elle était simplement un prix que l’on me remettait sous forme d’un livre, chaque année !

Le goût de la revanche sur ceux qui enseignent ou cherchent, a conduit cette caste administrative qui a jeté aux orties même les apparences des missions  fondamentales du service public, a en inventer une nouvelle. Cette « nouvelle » excellence-la, se place résolument sous les fourches caudines des calculs les plus minimalistes et les moins ambitieux pour s’inféoder en « collaboration » avec le système économique dont le seul souvenir du mot résume la finalité. C’est un mélange de la réalité d’ « Au bon beurre[2] » dans laquelle Marcel Déat et dans une moindre mesure, Jacques Doriot, auraient introduit leurs lumineuses idéologies pour inspirer leurs (pas si) lointains successeurs.

« Propos amers » diront certains, « excessifs » pour d’autres, voire « injustes », peut-être, sans doute aussi, mais qui par leur outrance même, rappellent que la caricature est toujours empreinte d’une vérité profonde qui, à défaut de faire agir, pourrait au moins faire sortir de leur torpeur, tous ceux, trop nombreux, qui sont gagnés par le découragement devant cette machine bureaucratique que même Weber n’aurait pas envisagée si totalitaire !

L’on s’éloigne, mais si peu en fait, de ce qu’une revue de gestion, académique au sens français du terme, doit présenter. L’iconoclasme dans le domaine de la pensée n’est pas une finalité, mais il nous semble un passage obligé, pour rendre fertile toute contribution élaborée : « Se situant selon les cas, sur des thématiques émergentes pour lesquelles les champs institutionnels n’étaient pas encore constitués, à la frontière de plusieurs disciplines, ou faisant entendre des voies dissidentes par rapport aux théories bien établies, La RSG a su accueillir des recherches par essence novatrice, et par la même occasion, des (jeunes) chercheurs qui y ont, pour la plupart, poursuivi une trajectoire de recherche féconde. » Ces mots empruntés à Aude d’Andria, par anticipation, – privilège de celui qui lit tout par avance -, a son remarquable éditorial à venir, du numéro du cinquantenaire[3], illustrent notre constance.

Entrepreneuriat et gouvernance, premier dossier de ce numéro 275-276, s’ouvre sur l’un des points saillants, développé par les représentants des entreprises en France, notamment et très récemment le Président de la CGPME, François Ainselin, sur le nécessaire apprentissage entrepreneurial des étudiants » (page 13).

Deux économistes rappellent ensuite fort justement, l’un des paradigmes en débat : celui du passage de la société salariale à la société entrepreneuriale où la création d’entreprises au secours de l’emploi » (page 23). Vaste programme qui ne devrait pas faire l’économie de la vérification que c’est peut-être le système même qui est en cause, et non quelque remuement à effectuer sur quelque code plus ou moins abscons.

L’article qui suit s’inscrit ainsi fort à propos, dans la logique de l’analyse des systèmes nationaux de gouvernance (page 33), qui induit une réflexion forcement globale.

Enfin suivant le vieil adage, et toujours si actuel de Bodin qu’il n’est de richesse que d’homme, deux contributions abordent le thème très actuel des ressources humaines :

  1. le capital humain (page 41) – rappelons que nous soutenons un colloque sur ce thème, à Bordeaux en juin 20164- et,
  2. la diffusion de la logique compétence au sein des structures d’insertion (page 49) qui prolonge le très innovant dossier du numéro 273-274 sur la Déconstruction créatrice du travail[5].

– Le cahier qui suit, prolonge un colloque scientifique : Relation Client : stratégies et innovations, organise par l’ICD Business School, les 8 et 9 juin 2015. Il ne s’agit pas ici de la publication des actes du colloque, mais d’une sélection des meilleures communications comme le rappelle son rédacteur en chef invite, le Professeur Tawhid Chtioui (page 65).

Nous l’avons composé de huit articles « dans des approches disciplinaires et méthodologiques diverses comme : la co-innovation entreprise/client, l’estime de soi pour mieux penser la relation client, l’évaluation des performances des téléopérateurs, la relation client comme facteur de développement, de la résilience des PME, l’expérience de consommation d’un espace urbain de consommation festive et enfin le contrôle dans les réseaux de franchise… »

– Enfin, il nous a paru cohérent de faire suivre cette réflexion, d’un dossier constitue d’éclairages mettant en parallèle ou en discussion « Valeurs et comportements », toujours dans le champ du marketing en y incluant l’innovation comme la problématique de la captation et de (la) conservation des publics au sein des industries créatives numérisées, (page 153), de la « création de valeur pour le client dans la distribution des produits pharmaceutiques, (page 173) ou des stratégies permettant de gérer la sensation de foule (page 183) sans en oublier d’y insérer, la stratégie que l’article consacre aux alliances asymétriques (page 165) illustre en son cœur.

_________________________________________________

  1. Art poetique, I, 171-173.
  2. Jean Dutourd (1952), « Au Bon Beurre ou Dix ans de la vie d’un crémier », Éditions Gallimard, 277 pages, Prix Interallie 1952. Le livre qui est situé, à Paris 17e arrondissement, sous l’occupation allemande, rapporte la vie des propriétaires de la crèmerie « Au bon beurre » qui s’enrichissent grâce à la misère des autres et sans aucune morale et pensent ainsi devenir riches et respectable, a été repris par le téléfilm du même nom, d’Édouard Molinaro (1981) avec l’interprétation par Roger Hanin et Andrea Ferréol du couple d’épicier, les Poissonard. «  Or, à mesure que, ces jours-ci j’avançais dans le livre, j’éprouvais un sentiment de délivrance : Enfin me disais-je, tout de même, cela aura été dit. Ce couple a qui, plus ou moins, nous aurons eu tous affaire, pendant quatre ans, le voilà dénoncé, expose sur un pilori qui désormais dominera l’histoire de ces noires années. Que l’auteur de ce beau livre soit un homme courageux, il faudrait pour le nier ne rien connaitre de la lâcheté qui, aujourd’hui, incite tant de paupières à se baisser opportunément, scelle tant de lèvres. ≫ François Mauriac.
  3. Aude d’Andria, (2016), « La RSG : 50 ans de publications », La Revue des Sciences de Gestion, n°277, pp. 1-3.
    « De la théorie a la pratique, quels enjeux aujourd’hui pour le management et le reporting du capital humain ? », IAE de Bordeaux, 23 et 24 juin 2016. Voir page 60. https://www.larsg.fr/la-revue-des-sciences-de-gestion/capital-humainquels-enjeux-pour-le-management-et-le-reporting.
  4. Jean-Luc Moriceau, Géraldine Guerillot, Isabela Paes, Julien Billion, (2015), « La déconstruction créatrice du travail : Innovations, opportunités et pièges ≫, La revue des Sciences de Gestion, n° 273-274, pp.107-156 ; http://www.cairn.info/revue-des-sciences-de-gestion.htm.

Planète PME, le congrès des patrons de PME

Pour sa 7e édition, Planète PME attend plus de 15 000 visiteurs, dont 2/3 de dirigeants, et de nombreuses personnalités
politiques et économiques.

Lieu de services par excellence,
le congrès renouvelle les espaces plébiscités : L’Espace PME, le Forum de la Formation Professionnelle, la Place des Métiers, le Village International qui cette année met les Pays de l’Europe
Centrale et Orientale à l’honneur.

Porteur de solutions, il développe trois nouveaux espaces, synonymes d’avenir
pour vos entreprises, Planète Numérique, Planète Business Vert et Planète Innovation.

Moment de rencontres privilégié, il mettra à l’honneur avec les Planètes d’Or,
les entreprises qui auront excellé dans des domaines comme la Formation Professionnelle, la Croissance, l’Emploi, le Numérique, le Développement à l’international…

Rendez-vous majeur des entreprises, il sera l’occasion pour la CGPME d’interpeller les pouvoirs publics avec les demandes et propositions élaborées à partir des résultats de la
consultation nationale réalisée en avril/mai.

Par toutes ces actions, Planète PME veut cette année plus que jamais être un rendez-vous, convivial, utile et porteur.

 

http://www.planetepme.org

Le 28 juin 2012, la France a rendez-vous avec ses TPE-PME !

Planète PME – Palais des Congrès de Paris

Le jeudi 28 juin prochain au Palais des Congrès de Paris, la CGPME organise la 10e édition de Planète PME ! Les dirigeants, créateurs d’entreprise et leurs partenaires sont invités à débattre de leur avenir.

Echanges, rencontres, idées, business, Planète PME renouvelle son engagement pour des PME performantes et durables !

Alors que le nouveau Président de la République aura constitué son gouvernement et que nos députés auront été élus, deux plénières réuniront responsables politiques, grands partenaires des PME, experts, dirigeants de PME… pour confronter leurs points de vue et nous éclairer sur les enjeux PME face aux grandes tendances de l’économie mondiale. L’éditorial privilégiera la prospective du modèle économique PME pour les 5 années à venir.

Des espaces thématiques accueillent les dirigeants de PME pour une information exhaustive et des réponses à leurs questions autour de :

-la formation professionnelle, l’emploi et le recrutement ;

-le financement ;

-la reprise et la transmission d’entreprise ;

-le développement à l’international ;

-les services aux entreprises ;

-la performance PME (focus sur l’optimisation des coûts et la performance commerciale) ;

-les relations Grands Groupes/PME, l’innovation, la RSE…

Emploi et Formation professionnelle seront au cœur des échanges avec, regroupés dans un Forum dédié, l’ensemble des partenaires privés et publics sur ces sujets. Et toujours les opérations à succès, Job Dating et Job Matching VIE pour des recrutements en direct.

Après leur plébiscite en 2011, les Rendez-vous d’Affaires mettront en contact exposants et visiteurs pour des rencontres préparées, constructives.

Pour son 10e anniversaire, Planète PME démultiplie également les réseaux avec une soirée spéciale networking, le Business Quick Meeting !

Rendez-vous politique attendu, au lendemain des élections présidentielles et législatives, Planète PME sera certainement la première prise de parole du nouveau gouvernement sur le thème des PME.

L’édition 2011a rassemblé : 160 journalistes – 11.300 visiteurs dont 2/3 de patrons – 130 partenaires et exposants – 85 ateliers et conférences – 200 intervenants – présence de François Fillon, Christine Lagarde et 7 autres membres du gouvernement, des chefs d’entreprise : Emmanuel Chain, Joël de Rosnay, Guy Savoy… – 150 postes pourvus et 83 missions VIE conclues à l’issue des Job Matching et Job Dating – 1971 Rendez-vous d’affaires réalisés.

Les PME en chiffres : la France compte
3 287 000 PME. Celles-ci emploient 13 253 000 salariés, soit 80% des salariés du secteur privé. Elles produisent 55% du chiffre d’affaire, 57% de la valeur ajoutée, 40% des exportations, 66% des
investissements.

Retrouvez toutes les informations sur www.planetepme.org

Mouvements sociaux : l’exaspération des patrons de PME

Un message de la CGPME reçu par la rédaction.

La CGPME tient à faire entendre le ras-le-bol et l’exaspération de ceux qui font la croissance et l’emploi. Elle souligne les
difficultés auxquelles se heurtent les salariés pour parvenir sur leur lieu de travail et s’interroge sur le système d’organisation des transports en commun pouvant être bloqués par une minorité.
Il est scandaleux que la France du travail, de l’initiative, de la création de richesses voit ses efforts minés par les partisans de l’immobilisme aujourd’hui regroupés pour défendre une simple
addition d’intérêts catégoriels. Les artisans, les TPE/PME du commerce, de l’industrie et des services sont frappés de plein fouet par un mouvement social rétrograde qui se traduit pour eux par
une perte de clientèle, une diminution de chiffre d’affaires et des difficultés d’approvisionnement. Les entreprises dont la trésorerie est la plus fragile risquent de disparaître; menaçant
directement des dizaines de milliers d’emplois. La Confédération appelle les acteurs du conflit à la responsabilité. Elle réclame par ailleurs que les pouvoirs publics prennent dès à présent les
mesures qui s’imposent, en particulier vis-à-vis des organismes sociaux afin que les entreprises aient la possibilité de bénéficier, à tout le moins, d’étalement du paiement des cotisations et
d’absence de pénalités en cas de retard.

7es RENCONTRES INTERNATIONALES DE LA DIVERSITE

CORTE (CORSE) LES 29 & 30 SEPTEMBRE 2011

En partenariat avec l’ACSé, l’AFPA, l’AGRH, l’IAS, l’AFMD, l’ANDRH, l’ADERSE, l’ARACT Corse, le CRAII Corse, La Charte de la Diversité, IMS-Entreprendre pour la Cité, Entreprise & Carrières, Management & Avenir et Diversity Conseil.

DIVERSITÉ(S) : APPROCHES INTERNATIONALES

PROGRAMME PROVISOIRE AU 13 SEPTEMBRE 2011

JEUDI 29 SEPTEMBRE 2011

8h00 à 9h00 ACCUEIL ET PETIT DEJEUNER

9h00 à 9H30 Ouverture par Jean Marc CERMOLACCE, Président du CA de l’IAE de Corse, Jean-Marie FURT, administrateur provisoire de l’IAE de Corse, les professeurs Jacques ORSONI, Président « Les Défis de la Diversité », Zahir YANAT, Vice-président de l’AGRH et de l’ADERSE, Jean-Marie PERETTI, Président de l’IAS et Antoine FERACCI,
Président CPIE A Rinascita.

9h30 à 11h00 TABLE RONDE I : Diversité (s) : convergences internationales

Présidée par le professeur Zeineb BEN AMMAR MAMLOUK, Université de Tunis,

Animée par Jean-Marie PERETTI, professeur IAE de Corse

Avec Frédérique POGGI, directrice Diversité Groupe ACCOR, Raphael DOUTREBENTE, DRH et Organisation, Groupe MONIER, Marie-Paule ISTRIA, directrice, MPI, , Iula SALA, Responsable diversité, ORSE, Benjamin BLAVIER, Délégué général de Passeport Avenir et Elie BASBOUS, Professeur, Université libanaise, Beyrouth.

11h00 à 11h30 – PAUSE CAFE

11h30 à 12h30 Remise des TROPHEES Groupe AFPA “Politiques de formation innovante en matière de lutte contre les discriminations”
par Jean-Luc VERGNE, Président AFPA, Président ANACT, Jacques ORSONI, Président “les defis de la diversité” , Jean-Marie PERETTI, Président de l’IAS et Marie Christine GABILLAUD-WOLF, Déléguée générale AFMD.

Présentation de leur “politique et pratiques de formation pour développer l’égalité des chances” par les responsables diversité des entreprises et organisation lauréates

12h30 à 14h00 – DEJEUNER

14h00 à 15h15 TABLE RONDE II: Mesurer et évaluer les résultats d’une politique de Diversité.
Présidée Jean Luc VERGNE, président AFPA.
Animée par professeur Luc BOYER, directeur “Management & Avenir”
Avec Jean-Michel MONNOT, Vice président Diversity & Inclusion, groupe SODEXO, Kag SANOUSSI , Secrétaire Général de la Charte de la Diversité, Alain GAVAND, A compétence égale, Gérard LEFRANC, Responsable mission insertion, groupe THALES. Marie Christine BARJOLIN, BNP Paribas Cardif, Marie DELMONT, MPI-Conseil, Sabine LUNEL-SUZANNE, Responsable Développement des Compétences & Diversité, INEO-GDF-SUEZ, Dominique MASSONI, DRH et Communication, ARKEMA

15h15 à 15h30 PAUSE

15h30 à 16h45 TABLE RONDE III: Les approches internationales des politiques de diversité

Présidée par Hicham ZOUANAT (Président AGEF Maroc, DRH Centrale Laitière)
Animée par Alain LEMPEREUR, professeur, Université Brandeis, Boston, USA.
Avec Christian SANCHEZ, Directeur du développement social de LVMH, Yassine FOUDAD, (Président AAAS, Algérie), Laurence RECKFORD, chef de projet diversité, TOTAL, Laurent DEPOND, Vice Président Diversité groupe France Telecom, Catherine TRIPON, Porte parole de l’Autre Cercle, Natacha SEGUIN, Groupe ALPHA et Frédérique ALEXANDRE BAILLY, ESCP Europe.

16h45 à 18h15 Cérémonie de remise des “6es TROPHEES DE LA DIVERSITE” de Diversity conseil en partenariat avec IMS-Entreprendre pour la Cité, le secrétariat de “La Charte de la Diversité” et l’association “les défis de la Diversité”, animée par Anne SAÜT Diversity Conseil :

– Présentation des actions menées par les entreprises lauréates pour leur “Politique globale de diversité”

– Remise des trophées par les membres du Jury et les représentants du Secrétariat de la Charte, l’IMS, l’IAS, l’AGRH, l’ANDRH, le MEDEF, la CGPME, l’ADERSE, l’AFMD et Diversity Conseil.

19h30 DINER TRADITIONNEL DANS UNE FERME-AUBERGE:

« U CENTU CHIAVE ».

VENDREDI 30 SEPTEMBRE 2011

8h30 ACCUEIL ET PETIT DEJEUNER

9h00 à 10h30 : Symposium et Ateliers

Atelier 1 : Marketing et Diversité I

Présidé par Jean-Claude ANDREANI, ESCP Europe et Nehmé AZOURY, USEK, Liban

Animé par Jacques ORSONI, IAE de Corse

Avec Jean François TRINQUECOSTE (Université de Bordeaux IV) et Valentina KIROVA (ESC La Rochelle), Françoise ANDREANI, ESCP Europe, Jean Louis MOULINS (Université de la Méditerranée) et Jean François TOTI (IAE d’Aix), Thérèse ALBERTINI, Delphine BERENI et Thierry FABIANI (Université de Corse)

Atelier 2 : Diversité et Genre

Co présidé par Stephan GRÖSCHL, ESSEC Business School et Catherine TRIPON, Porte Parole de l’Autre Cercle

Animé par Anne Marie FRAY, ESCEM

Avec Christina CONSTANTINIDIS ((Centre de recherche Henri TUDOR, Luxembourg), Rey DANG (Université d’Orléans), Désiré LOTH (Université de Grenoble 3), Marie José SCOTTO (IPAG), Hervé TIFFON (IPAG), André BOYER (IAE de Nice), Noura SALMAN (Université de Liège), Manal El ABBOUBI (ESC La Rochelle), Sana GUERFEL-HENDA (Groupe Sup de Co Amiens) et Françoise de BRY, PROPEDIA, Groupe IGS, Cercle d’éthique des affaires, Laurent DEPOND, France Telecom Orange.

Atelier 4 : Diversité des âges

Co Présidé par Eric VATTEVILLE, Université de Rouen et Dominique BALLOT, consultant.

Animé par Delphine VAN HOOREBEKE, IAE de Toulon

Avec Julie CHRISTIN- MOULINS (EMD Marseille) Diane-Gabrielle TREMBLAY(UQAM), Abdelkarim YAOU (IAE de Corse), Jean Marie ESTEVE, SOLATRAG, Gwenaëlle POILBOT-ROCABOY et Natacha PIJOAN (Université de Rennes 1), Bruce ROCH, Vice Président AFMD, directeur RSE, ADECCO

Symposium 1 : Egalité des chances et insertion professionnelle

Co-présidé par Hervé BELMONT, DIRECCTE Corse et Dany BERGEOT, directeur régional Pôle Emploi.

Animé par Pascal OBERTI, Université de Corse.

Avec Claudine FILIPPI, DRJCS-ACSé, Alain GAVAND, A compétences égales, Dominique MERLINGHI, Atlas Insertion, Pierre-Jean RUBINI, FALEP Corse-du-Sud, Nathalie ROYER, Ecole de la 2e chance, Catherine MARTINETTI, A Mossa, Cécile BIANCHI, Maison de l’emploi d’Ajaccio, Ange-François FILIPPI, Greta Corse-du-Sud, Claire

CICCOLINI, Boutique de Gestion, Jacqueline MUFFRAGGI, Association Culture et Solidarité, Didier GRASSI, IRA Bastia, Christophe STORAI, Directeur du CFA – Université de Corse, François GABRIELLI, Président de la Chambre Régionale des Métiers de Corse, Dominique GIOVANANGELI, Président de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, Jacques VINCENTELLI, GRETA Corse du Sud, Corine NOBILI, DGASEP Mairie D’Ajaccio, Maryse DROFF, Responsable égalité des chances, Groupe France Telecom

10h30 à 12h00 TABLE RONDE IV : “Le Label Diversité: Bilan (après trois ans) et perspective en France et en Europe”

Présidée par Bruce ROCH, Vice Président AFMD, directeur RSE, ADECCO

Animée par Emmanuel FRANCK, Entreprise & Carrières

Avec Antoine MAURI, Management de la Diversité, La Poste, Thierry GEOFFROY, Chargé de mission, AFNOR certification, Patrick AUBERT, chef du bureau de l’intégration professionnelle, direction de l’intégration et de la citoyenneté, ministère de l’intérieur, Vincent BAHOLET, Délégué Général de FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), Daniel MERILLOU, ANDRH, Cristina LUNGHI, Présidente d’Arborus, Hélène LOUBEYRE, Responsable Projets Diversité, IMS Entreprendre pour la Cité.

12h00 à 13h30 DEJEUNER

13h30 à 14h45 Symposiums et Ateliers

Atelier 5 : Diversité, carrière et apprentissage

Coprésidé par Jean-Michel MONNOT, Vice Président Group Diversity &
Inclusion, SODEXO, & Philippe NEGRONI, ARACT de Corse

Animé par Alain GAVAND, Président d’A Compétences Egales.

Avec Nathalie PHOEBE-MONTARGOT (Université de Cergy-Pontoise), et Michael PICHAT (Université Paris 8), Patrick MICHELETTI (Euromed Management Marseille). Audrey BECUWE (Université de LIMOGES), Isabelle Laurent MERLE (Université de Limoges), Nathalie BERTIN BOUSSU (Groupe Sup de Co Amiens), Laëtitia CZAPSKI (Grenoble Ecole de Management) et Anissa DJABI (Université Paris-Est, FACE) et Benjamin BLAVIER, Délégué général de Passeport Avenir

Atelier 6 : Diversité : visions, expériences et approches internationales

Coprésidé par Fernando CUEVAS, ESC PAU et Alexandre GUILLARD, CNP Assurances

Animé par Zeineb BEN AMMAR, Université de Tunis.

Avec Désiré LOTH (Université de Grenoble 3), Nicolas GHANTY (Université Paul
Sabatier Toulouse), Alain Pekar LEMPEREUR (Université de Brandeis), Marie Giuseppina BRUNA (Université Paris-Dauphine), Alain AKANNI (Université de Dakar), Jean Marie ESTEVE (SOLATRAG), Stéphane
LEYMARIE, Pascal TISSERANT et Sébastien

ARCAND (Université de Metz).

Atelier 7 : Recruter et gérer les compétences sans discrimination. Evolution
des compétences Cadres en Europe

Coprésidé par Khalid HAMDANI, Institut Ethique & Diversité et Sana
GUERFEL-HENDA (Groupe Sup de Co Amiens)

Animé par Alain GAVAND, A compétences égales Avec Jean-Yves MATZ, consultant
APEC, Dany BERGEOT, Pôle Emploi, Marie Paule ISTRIA, MPI Conseil.

Symposium 2 : Egalité des chances, lien social et politique de la
ville

Co-présidé par Claudine FILIPPI, DRJCS-ACSé & Christian SANCHEZ,
Directeur du développement social de LVMH,

Animé par Patrice TERRAMORSI, Université de Corse.

Avec Philippe TEJEDOR, Direction départementale de la cohésion sociale et de
la protection des populations de Haute-Corse, Jean-Louis ARIBAUD, Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des population de Corse du Sud, François PIERI, Adjoint au
Maire d’Ajaccio en charge de la politique de la ville et de la jeunesse, Emmanuelle CAUSSE
, DGASEP Mairie D’Ajaccio, Isabelle AUBERT, Mairie de Bastia, Marie Josée ANDREUCCI, CRAII.

14h45 à 15h00 PAUSE CAFE

15h00 à 16h15 Symposium et Ateliers

Atelier 8 : Mesurer la diversité : les outils de diagnostic et
d’évaluation

Coprésidé par Marc VALAX, IAE de Lyon et Vincent MATTEI, Recrutement et
mobilité, THALES

Animé par Soufyane FRIMOUSSE, IAE de Corse

Avec Natacha SEGUIN, Groupe ALPHA, Abderrahman JAHMANE, IAE de Lille, Zahir
YANAT (BEM), Odile FARRET (Crédit Agricole Aquitaine), Fernando CUEVAS, ESC PAU, et
Benjamin
BLAVIER,
Délégué général de Passeport Avenir

Atelier 9 : Ethique, RSE et diversité

Coprésidé par Corinne FORASACCO, Vice Présidente, Essec Alumni et Françoise
De BRY, PROPEDIA, groupe IGS et Cercle Ethique des affaires.

Animé par Erick LEROUX, Université de Paris XIII

Avec Khalid HAMDANI, Institut Ethique & Diversité, Mantiaba COULIBALY,
Groupe SUP-CO Amiens, François GOXE (Université Paris-Dauphine), Jean PERSON (.Université d’Orléans.), Laurent SERPAGGI, Université de Corse

Atelier 10 : Diversité et croyances

Coprésidé par Iulia SALA (Observatoire de la responsabilité sociétale des
entreprises, ORSE) et Roger-Pierre

HERMONT Université de Paris XII & IAS.

Animé par Alain PEKAR LEMPEREUR (Université de BRANDEIS).

Avec Eric VATTEVILLE, Université de ROUEN, Martine BRASSEUR (Université
Paris DESCARTES),
Hicham BENAISSA (CNRS-EPHE, FACE).

Symposium 3 : Egalité des chances et prévention

Présidé par : Co-présidé par Claudine FILIPPI, DRJCS-ACSé & Ludovic
MARTEL, Université de Corse.

Animé par Danièle MAOUDJ, écrivain.

Avec Laurent MEGE, Collectif antiraciste Avà Basta, Krimau EL MAJOUTI,
Direction Régionale de la Jeunesse et de la Cohésion Sociale, Patricia JACQUES, Conseil départemental de l’accès au droit de Corse-du-Sud (CDAD 2A), Bénédicte SIMON, Association CORSAVEM, Jacques
VINCENTELLI, GRETA Corse du Sud, Sébastien FREMONT, GRETA Haute-Corse, Marie PERETTI, EHESS, Marie Josée ANDREUCCI, CRAII et Jacqueline MUFFRAGGI, Association Culture et Solidarité.

16h30 à 17h30 : TABLE RONDE V : “Politiques et acteurs de l’égalité des
chances”

Co-présidée par Claudine FILIPPI, DRJCS-ACSé et Jacques ORSONI, IAE de
Corse

Animée par Vannina BERNARD-LEONI, Fondation de l’Université de
Corse.

Avec Simon RENUCCI, Député-Maire d’Ajaccio (à confirmer), Émile ZUCCARELLI,
Maire de Bastia (à confirmer), Joël PAIN, Directeur Général de PlaNet Finance, Dominique GIOVANANGELI, Président de la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire, Hervé BELMONT,
DIRECCTE Corse, Dany BERGEOT, directeur régional Pôle Emploi. Marie-Ange BIASINI-MORICONI, Déléguée du préfet de Corse-du-Sud, Marie-Ange SUSINI, Délégué régionale aux Droits des Femmes, Jean
ALESSANDRI, FALEP 2A,

17h30 à 17h45 Synthèse par Gwenaëlle POILBOT-ROCABOY

17h45 à 18h00 Clôture des « Septièmes rencontres de la Diversité » par les
professeurs

Jacques ORSONI et Jean Marie PERETTI.

20h00

BUFFET DINATOIRE ET ANIMATION POLYPHONIQUE

Les partenaires des septièmes rencontres internationales de la
diversité

La CPIE A Rinascita, L’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des changes
ACSé, l’Association francophone de gestion des ressources humaines – AGRH, l’Association pour le Développement de l’Enseignement et de la Recherche sur la
Responsabilité Sociale de l’Entreprise – ADERSE, l
Institut International de l’Audit Social – IAS, l’Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines ANDRH, l’’Association Française des Managers de la Diversité – AFMD,  l’Association Française pour la Formation Professionnelle pour Adultes
AFPA, l’Association Régionales pour l’Amélioration des Conditions de Travail de
Corse – ARACT de Corse – l’ORSE, Observatoire

de la responsabilité sociale de l’entreprise, le CRAII Corse, le secrétariat de la Charte de la Diversité, IMS-Entreprendre pour la Cité, Entreprise & Carrières,
Management & Avenir
, Diversity Conseil.

Les participants des septièmes rencontres internationales de la
diversité

Acteurs nationaux et internationaux

A compétence égale, ADECCO, AFNOR certification, Agence pour l’Emploi des
Cadres – APEC, Arborus, Arkema, BNP Paribas Cardif, CNP Assurances, Crédit Agricole Aquitaine, Essec Alumni, la CGPME, Fondation Agir Contre l’Exclusion, FT-ORANGE, Groupe ACCOR, Groupe ALPHA,
Groupe SODEXO, IFME, INEO-GDF-SUEZ, Institut Ethique & Diversité, l’ORSE, LVMH, MPI Conseil, THALES, TOTAL, Cercle Ethique des affaires.

Acteurs régionaux et locaux

Association A Mossa, Association CORSAVEM, Association Culture et
Solidarité, Atlas Insertion, Boutique de Gestion, Conseil départemental de l’accès au droit de Corse-du-Sud (CDAD 2A), Centre Régional

d’appui aux Acteurs de l’Insertion et de l’Intégration, CFA – Université de
Corse, Chambre Régionale des Métiers de Corse, Collectif antiraciste Avà Basta, DIRECCTE Corse, Ecole de la 2e chance de Corse, FALEP Corse-du-Sud, Greta Corse-du-Sud, Chambre Régionale de
l’Economie Sociale et Solidaire de Corse, Déléguation régionale au Droits des Femmes, FALEP Corse-du-Sud, GRETA 2A-2B, Maison de l’emploi d’Ajaccio, Pôle Emploi, Institut Régional
d’Administration de Bastia, Direction Régionale Jeunesse, sport et Cohésion Sociale – Corse, Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi
de Corse, Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations 2A-2B, Ville d’Ajaccio, Ville de Bastia,
Universités et écoles de management

Bordeaux Ecole de Management, Centre de recherche Henri TUDOR, Luxembourg, Ecoles des hautes études en sciences sociales –EHESS, ESC La Rochelle, ESC PAU, ESCP Europe, ESSEC Business School, Euromed Management Marseille, Grenoble Ecole de Management, Groupe Sup de Co Amiens, IAE d’Aix, IAE de Lille, IAE de Nice, IPAG, PROPEDIA (Groupe IGS), Université d’Orléans, Université de Bordeaux IV, Université de Brandeis (USA) Université de Cergy-Pontoise, Université de Corse, Université de Dakar, Sénégal, Université de Grenoble 3, Université de la Méditerranée, Université de Liège, Belgique, Université de Limoges, Université libanaise (Beyrouth), Université de Lyon III, Université de Metz, Université de Paris XII, Université de Paris XIII, Université de Rennes 1, Université de Rouen, Université de Tunis, Tunisie, Université Paris 8, Université Paris DESCARTES, Université Paris-Dauphine, Université Paul Sabatier Toulouse, UQAM, Canada.

CPME : “Le recrutement dans les PME doit être la priorité du quinquennat d’E. Macron”

Selon un sondage réalisé par Harris interactive pour Indeed* : « 91% des Français jugent que le recrutement dans les PME doit être une priorité du quinquennat d’Emmanuel Macron. »

Le recrutement comme priorité

La CPME se réjouit de cette prise de conscience collective du rôle et de la place des PME dans l’emploi et l’économie française. Mais cela marque également une forte attente vis-à-vis des réformes en cours, notamment en matière sociale.

S’il est indéniable que la création d’emplois est avant tout liée au carnet de commandes, il est impératif de créer les conditions permettant aux entrepreneurs d’être suffisamment confiants pour embaucher. Le coût du travail, la stabilité des textes et des normes tant en matière sociale que fiscale ou environnementale sont, à cet égard, déterminants. De même, il est essentiel que les règles applicables soient le plus simple possible et prennent en compte la réalité des PME.

La réforme du Code du travail sera sur ce point un test grandeur nature.

Les PME continueront à recruter si l’embellie économique se confirme, si on leur redonne de la souplesse et qu’on allège les carcans fiscaux et sociaux qui freinent leur développement.

Les Français l’ont compris, aider les PME est un enjeu prioritaire.

On se demande alors pourquoi, suite à ce communiqué de la CPME, François Asselin comme président de la CPME n’aura pas souhaité soutenir l’action menée à l’occasion de la présidentielle concernant le projet de relance économique proposé par Michel Leclerc visant au retour au plein-emploi en France, et donc faciliter l’embauche dans les PME du pays en supprimant toutes les cotisations sociales des fiches de salaire tout en maintenant l’intégralité du financement de la protection sociale… Il s’agit de ce que Michel Leclerc appelle le plan TRES, emprunté à Charles de Gaulle.

* Sondage « les 100 jours d’Emmanuel Macron » réalisé du 8 au 10 août 2017 sur un échantillon de 994 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

CPME recrutement François Asselin

La CGPME devient la CPME

La CGPME change de nom et devient la CPME, la Confédération des PME. Un nom plus direct et une nouvelle identité visuelle qui affirme les valeurs de l’organisation.

La CGPME tourne une page. L’organisation patronale des TPE et PME françaises créée en 1944 se dote d’un nouveau nom plus simple, qui revendique son héritage. Et amorce son changement d’identité visuelle avec un nouveau logotype.

Organisation patronale interprofessionnelle nationale, la CPME défend avec énergie les TPE-PME de tous les secteurs de l’économie. Elle rassemble 125 unions territoriales en métropole, en Outre-mer et près de 200 fédérations et syndicats de métiers.

Elu en 2015 Président de la Confédération, François Asselin a fait approuver une feuille de route stratégique dont les quatre objectifs à horizon 2020 sont :
– Encourager la prise de risque au sein des TPE-PME
– Agir pour un environnement économique et social favorable
– Etre le moteur de l’innovation et du développement responsable
– Favoriser un dialogue social serein et non contraint, dans l’entreprise.
L’organisation déploie une communication proactive, qui fait peau neuve, afin de développer la visibilité de la CPME et promouvoir l’image des petites et moyennes entreprises.

Pourquoi la CPME

François Asselin explique que les PME : « ce sont des patrons qui dirigent directement leur entreprise avec liberté et esprit d’initiative, qui risquent leur propre patrimoine. Ils sont en contact avec tous les salariés, d’où une éthique et une solidarité très fortes. »

Ainsi, la CPME affiche un nouveau logotype qui porte ses valeurs :
– Les valeurs humaines, le lien à l’œuvre dans les TPE-PME, symbolisés par l’enchevêtrement des lettres et les formes courbes, évocatrices de convivialité.
– La proximité, évoquée par les caractères minuscules.
– La rigueur, la fiabilité de l’organisation, avec les caractères droits.
– La couleur rouge symbolise le dynamisme, la combativité.
– La créativité de ces entreprises, représentée par la police de création du logo.
– La CPME est l’institution des PME françaises, avec les couleurs bleu blanc rouge.

Nouveau nom, nouvelle identité visuelle, la CPME se donne un nouvel élan à l’aube d’une année cruciale où elle compte bien placer les préoccupations des PME au cœur de l’élection présidentielle.

http://www.cpme.fr/

CPME