Archives de catégorie : Actualité de la gestion

PwC France et Afrique francophone nomme Pierre-Antoine Balu

Avec cette nomination de Pierre-Antoine Balu, PwC consolide son pôle d’expertises en matière d’organisation, de changement de culture, de leadership et de gestion des talents.

Le cabinet réaffirme ainsi sa place de cabinet de référence en matière d’innovation et de conseil sur les enjeux liés à l’avenir du travail et la transformation par l’humain.

Pierre-Antoine Balu
Pierre-Antoine Balu

Pierre-Antoine Balu, 45 ans, est diplômé de l’ESC Toulouse, de l’IAE et d’un MBA ESCP Europe. Il débute sa carrière à Londres dans le conseil puis rejoint les Etats-Unis en tant qu’attaché commercial en ambassade. Il a ensuite travaillé comme consultant pour plusieurs cabinets à Paris et à Bruxelles, se spécialisant sur les enjeux de transformation et de réorganisation auprès de l’industrie bancaire. Il intègre PwC France et Afrique francophone en 2008 en conseil, puis est nommé associé en 2012.

Passionné par les enjeux des pays émergents, il a contribué activement au développement des activités conseil de la firme en Afrique. Basé ces 4 dernières années à Casablanca, il pilotait l’industrie Financial Services au sein des activités de conseil de PwC en Afrique du nord et francophone. Pierre-Antoine Balu prend aujourd’hui la tête des activités de conseil du pôle People & Organisation de PwC France et Afrique francophone.

Prix académique de la Recherche en Management

Le Prix académique de la Recherche en Management, en partenariat avec la FNEGE, récompense les meilleures publications de recherche, ainsi que le meilleur ouvrage de management de l’année.

En 9 ans, ce Prix est devenu une référence dans le monde académique, plébiscité par les chercheurs en sciences de gestion qui considèrent son obtention comme une véritable opportunité de valorisation de leurs travaux auprès du monde de l’entreprise et de développement de leur notoriété.

Consult’in France, syndicat professionnel des métiers du Conseil en Management et la FNEGE, vous invitent à participer à ce concours dédié aux enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur, dont les établissements sont localisés en France, quelle que soit leur nationalité. Cette initiative a pour objectif de renforcer les liens entre la profession du Conseil en stratégie & Management et le « monde académique » en favorisant la rencontre d’Hommes et d’Idées neuves.

C’est aussi l’opportunité d’offrir une fenêtre sur la profession et ses enjeux d’innovation aux professeurs des options ou spécialités Conseil de dernière année d’études de master ou de diplôme de Grande École.

Trois catégories de prix selon vos thèmes de recherche :

  •  « Refonder la relation Entreprise et Société vers de nouveaux modèles de croissance »
  • « Ré-inventer le Management »
  • « Accélérer la transformation digitale des affaires et des organisations »
  • La remise des prix se déroulera en mai / juin 2019 (date à venir).
  • Date limite d’inscription : le 31 janvier 2019

Informations & Inscriptions

Rennes School of Business : nouvelles ambitions pour 2023

François Châtel et Thomas Froehlicher, respectivement Président et Directeur Général de Rennes School of Business ont dévoilé ce vendredi 7 décembre le nouveau plan stratégique et pédagogique 2018-2023 de l’École, à l’occasion de l’inauguration du nouveau campus international.

Nouveau campus de Rennes School of Business

Rennes School of Business poursuit son développement réussi depuis plusieurs années. Son ADN international et son ancrage dans une métropole rennaise attractive et ouverte au monde lui permettent de figurer parmi les meilleures écoles de management.

L’ambition de l’École à 5 ans : devenir l’une des business schools les plus novatrices et multiculturelles en Europe. L’École entend doubler son budget (70 millions d’euros en 2023), capter de nouveaux étudiants étrangers (+50%) de 100 nationalités différentes, étendre les programmes d’Executive Education (de 8 à 12% du budget) et favoriser l’alternance.  

Une mission : explorer les nouveaux territoires

Rennes SB a dégagé 3 grands axes, 3 grands chantiers, 3 grands territoires :

  • Les nouveaux territoires de demain : appréhender les enjeux professionnels à travers des expertises distinctives, des cursus innovants et de nouvelles alliances d’excellence. Rennes SB a identifié 4 territoires d’excellence en collaboration avec l’International Scientific. Committee Thriving Through Complexity ǀ IA-Driven Economy ǀ Green, Data & Demand Driven Supply Chain Management ǀ Agri(o) Business
  • Les nouveaux territoires du monde : réinventer l’immersion des étudiants dans un contexte international tout au long de leur cursus
  • Les nouveaux territoires pédagogiques : réinventer le modèle d’éducation et de transmission du savoir des écoles de management.

L’École tient à renforcer son ancrage dans l’écosystème régional en favorisant l’installation sur son campus rennais de 7 grands partenaires internationaux (les deux premiers partenaires provenant de Chine et d’Inde) en conjuguant cette présence avec de nouvelles alliances stratégiques (IMT Atlantique, B<>Com, Agrocampus Ouest, INRA), et en favorisant le multiculturalisme (parcours immersifs bilingues, généralisation du double-diplôme PGE-MSc, lancement d’un Global Bsc).

Un nouveau campus international

Pour accompagner ce nouveau plan stratégique, Rennes School of Business a agrandi et transformé son campus. Plus « smart » et plus centré sur les espaces de vie comprenant des services à valeur ajoutée. Ce nouvel ensemble de 21 000 m² est composé de 4 bâtiments d’enseignement, d’espaces de co-working, d’espaces extérieurs de convivialité, d’un terrain de sport et d’une résidence pour accueillir les étudiants internationaux.

Une nouvelle signature de marque 

Le nouveau plan stratégique 2018-2023 voit déjà plus loin et s’accompagne d’une nouvelle identité de marque qui sera déployée plus largement à partir de mars 2019. Le logo évolue légèrement et la signature de marque devient #Unframed Thinking.

À propos de Rennes School of Business

Rennes School of Business est une école internationale de management située en Ille-et-Vilaine, en Bretagne. Rennes School of Business, c’est la possibilité d’expérimenter des pratiques diversifiées de management dans les différentes zones du monde et de développer des compétences indispensables mises au service des entreprises. École de management cosmopolite – 91 % des professeurs et 53 % des étudiants sont internationaux – Rennes School of Business a pour mission de préparer des managers responsables et innovants à agir efficacement dans un environnement globalisé.

Accréditée EQUIS, AACSB, AMBA ǀ 4513 étudiants ǀ 260 universités partenaires sur les 5 continents.

www.rennes-sb.fr

DemoFutures recrute un.e post-doctorant.e

L’équipe française du projet ANR-DFG Democracy and its futures – between governance and counter-publics (DemoFutures) recrute un.e post-doctorant.e (36 mois, mi-temps) du 1/3/2019 au 28/2/2022

demofutures

Vous trouverez ci-dessous la description du projet DemoFutures.

Profil :

  • Docteur.e en sciences sociales
  • Théories sociales, théories critiques, sociologie générale
  • Enquêtes empiriques
  • Langues : français, allemand, anglais

Mission :

  • Suivi organisationnel du projet DemoFutures (partie française)
  • Participation aux travaux empiriques et théoriques de l’équipe
  • Recherche personnelle au sein du projet

Lieu d’exercice : Université Paris Descartes, Faculté SHS – Sorbonne, Paris

Date limite de candidature : 15/1/2019

Contact : Jan Spurk – Professeur des Universités jan.spurk@parisdescartes.fr

DemoFutures

DemoFutures analysera les tendances actuelles et les avenirs possibles de la démocratie à moyen et à long terme, en réunissant des analyses sociologiques et philosophiques dans une perspective critique. Le projet mettra l’accent sur le contraste entre, d’une part, la logique instrumentale de la gouvernance qui domine la plupart des politiques démocratiques institutionnelles et, d’autre part, la logique expressive et subjective des critiques et des protestations publiques.

Les citoyens vivent une «crise d’érosion» des pratiques et des institutions démocratiques. L’un des facteurs sous-jacents est la logique de plus en plus puissante de la gouvernance, qui va du niveau local au niveau mondial, et qui se superpose et remplace souvent les formes démocratiques de prise de décision. Cela conduit à un sentiment d’inauthenticité et à l’expérience d’un manque d’alternatives à cette situation. Néanmoins, nous pouvons également observer la mobilisation publique, la critique et la protestation, qui se cristallisent souvent autour de questions spécifiques, par exemple des projets d’infrastructure locaux. Ils conduisent au développement de publics critiques hors des sentiers battus de l’espace public dominant. La délibération qui prend place dans ces mobilisations offre le potentiel de se transformer en contre-publics, dans lesquels des futurs alternatifs peuvent être imaginés. Il est à noter, cependant, que la dynamique de ces protestations et mouvements en France et en Allemagne prend des dynamiques assez différentes, ce qui nécessite une analyse plus approfondie.

Afin de comprendre les avenirs possibles de la démocratie, deux dimensions de ces mouvements doivent être comprises: leur logique subjective et leurs significations expressives perçues – qui sont explorées par la sociologie critique – et les pratiques et institutions de délibération – qui sont explorées par les théories délibératives. DemoFutures vise ainsi à réunir une équipe de chercheurs français et allemands issus de ces deux disciplines. Des chercheurs juniors et seniors de l’Université Paris Descartes – Université Paris Sorbonne Cité et de la Hochschule für Politik an der Technischen Universität München collaboreront à une série de recherches parallèles et interconnectées ; ils organiseront un certain nombre d’événements afin de créer un réseau franco-allemand qui travaille sur l’avenir de la démocratie.

Le projet développera une approche interdisciplinaire dans lequel les perspectives sociologiques et philosophiques sont intimement liées ; il analysera également des «cas exemplaires» en France et en Allemagne dans une perspective comparative. Une attention particulière sera portée aux conditions générales de l’espace public numérique ainsi qu’aux relations entre experts et acteurs de protestation. Ainsi, les synergies franco-allemandes se feront à la fois au niveau des méthodes et des approches, et au niveau des objets de l’analyse.

Hackers éthiques : les cyber-experts de demain ?

Une étude menée par Cybersecurity Ventures estime que, d’ici 2021, les dommages liés aux cyberattaques pourraient atteindre 6 milliards de dollars. Pour se prémunir, les entreprises doivent faire de la cybersécurité une priorité. De nombreuses solutions existent : outils de protection, bonnes pratiques à mettre en place, etc. Parmi celles-ci, une, plus atypique, consiste à avoir recours à un hacker éthique. Un métier qui a le vent en poupe et qui pourrait bien, demain, révolutionner le marché de la cybersécurité.

Hacker, un métier pas comme les autres

On les appelle les “White Hats”. Dans les séries américaines, ils sont souvent interprétés comme des hackers qui ont changé de camp. La réalité est un peu différente. Profils passionnés, compétences pointues, certifiés « éthiques » à l’international : ces hackers 2.0 sont encore rares mais ô combien passionnés par leur métier pas tout à fait comme les autres.

La profession est relativement récente et elle n’a rien de standard. Ici, pas de diplôme universitaire, pas de formation institutionnelle si ce n’est le CEH (pour Certified Ethical Hacker) : une semaine pour valider les connaissances de base du hacking, et certifier ses bonnes intentions pour rassurer les entreprises.

Leur rôle ? Attaquer un système informatique de façon bienveillante pour cartographier les vulnérabilités d’une entreprise et la pousser à se protéger davantage. À l’inverse de leurs homologues « classiques », ces profils mettent leurs compétences au service de la cybersécurité en effectuant des tests de pénétration en conditions réelles.

Un marché fertile

Avec Wannacry et Petya, la cybercriminalité a passé un nouveau cap. Les attaques, de plus en plus ciblées et sophistiquées, s’avèrent difficiles à enrayer, notamment pour les ransomwares : une fois les données cryptées, le virus est inarrêtable. Les hackers éthiques ont pour objectif d’anticiper ces attaques de façon légale en vérifiant les SI et en détectant de potentielles failles de sécurité. Une solution de protection mal configurée peut, par exemple, manquer d’alerter suite à une intrusion.

Les évènements et les séminaires autour du hacking éthique se multiplient. Aux Etats-Unis, la « Black Hat », salon dédié à la sécurité informatique, présente les nouvelles failles et attaques qui montent sur le marché noir. Ce concept s’exporte aussi au niveau européen : à Paris, la « Nuit du hack » rassemble ingénieurs et codeurs en tous genres durant une nuit, avec un objectif unique : hacker le système d’une grande entreprise. A la clé, le prix de l’année, et une certaine reconnaissance sur ce marché naissant.

 Qui de mieux que les hackers pour contrer les hackers ? Les compétences des hackers éthiques ne sont pas nouvelles. Nombre d’entre elles sont déjà intégrées à des postes d’ingénieur sécurité recherchés par les grandes entreprises. Il y a donc fort à parier que l’on verra de plus en plus ces profils dans les prochaines années. Jusqu’à démocratiser la pratique d’ici 5 à 10 ans ? Difficile à dire. Car si l’on a besoin de ces compétences pour comprendre comment les cyberattaquants s’immiscent dans les systèmes informatiques, celles-ci demeurent rares… et onéreuses.

Pierre Guesdon
Pierre Guesdon,
Ingénieur Avant-Vente chez Exclusive Networks

L’État officialise son soutien aux E2C

Muriel PÉNICAUD, Ministre du Travail, et Jean-Marie MARX, Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi, ont signé une convention de partenariat avec le Réseau E2C France (Ecoles de la deuxième chance) dans le cadre du Plan d’Investissement dans les Compétences. Cette signature a eu lieu à la suite de la visite d’Alméa Formations Interpro de la Marne à Châlons-en Champagne, ce vendredi 30 novembre 2018. Alméa est l’organisme gestionnaire du CFA Interpro de la Marne et de l’E2C en Champagne Ardenne.

Signature de la convention de partenariat entre Reseau E2C et Etat
Signature de la convention de partenariat entre Reseau E2C et Etat. Deg. à d. : Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C Franc ; Muriel PÉNICAUD, Ministre du Travail, et Jean-Marie MARX, Haut-Commissaire aux compétences et à l’inclusion par l’emploi.

Développement des E2C dans le cadre du Plan d’Investissement des Compétences (PIC)

Le dispositif E2C est un acteur incontournable pour l’inclusion des jeunes sans qualification ni emploi, en s’appuyant sur un triptyque basé sur l’acquisition de compétences, l’expérience en entreprise et l’accompagnement à l’inclusion. Ses résultats positifs, cités en exemple dans plusieurs études et rapports institutionnels, ont conduit à des propositions de développement dans le cadre du Grand Plan d’Investissement 2018-2022 du Gouvernement.

Lors des 20 ans du dispositif E2C, organisé en juin dernier, la ministre du Travail a annoncé le soutien du gouvernement pour accompagner le développement des E2C. Cette annonce sera officialisée le vendredi 30 novembre avec la signature d’une convention de financement se déclinant en 3 axes :

  • le financement de nouveaux parcours entre 2019 et 2022 ;
  • un soutien à la mise en oeuvre de l’Approche par compétences ;
  • et à l’ingénierie des Systèmes d’Information du Réseau E2C France.

Pour Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France : « La signature de cette convention entre le gouvernement et le Réseau E2C France, qui s’inscrit pleinement dans les objectifs du plan d’Investissement dans les Compétences (PIC), prévoit un renforcement quantitatif et qualitatif du dispositif pour une intégration dans le monde des métiers des jeunes en difficulté. Avec leur approche pédagogique par les compétences, la pratique de l’alternance et l’accompagnement post parcours, les E2C sont aujourd’hui un complément des efforts de l’enseignement initial sur les décrocheurs, une passerelle vers les contrats de travail en alternance et un outil des politiques publiques de réinsertion des jeunes sans emploi et sans qualification. »

Rencontre avec des jeunes bénéficiant de l’apprentissage et de l’alternance

La journée du 30 novembre a permis aux représentants du gouvernement de rencontrer des apprentis du CFA Interpro de la Marne, ainsi que des jeunes en parcours à l’E2C en Champagne-Ardenne. Les temps forts de cette journée sont les suivants :

  • visite du centre Alméa Formations Interpro 51 et échanges avec des apprentis au sein des laboratoires alimentaires et des ateliers mécaniques. Alméa est le 1er centre de formation en alternance de la Région Grand Est ;
  • visite de l’E2C en Champagne-Ardenne avec découverte de différents ateliers et échanges avec des stagiaires en parcours ;
  • signature de la convention entre les représentants du gouvernement et Alexandre SCHAJER, Président du Réseau E2C France.

La CJC contre la hausse des frais d’inscription en doctorat pour les étrangers

Les associations membres de la Confédération des Jeunes Chercheurs, réunies en assemblée générale à Paris, se prononcent fermement contre le projet gouvernemental d’augmentation considérable des frais d’inscription en doctorat pour les étrangers extra-communautaires.

frais d'inscription en doctorat

La question posée sur les frais d’inscription en doctorat

« Nous craignons qu’avec ce projet, le gouvernement s’engage dans une course sans fin à la hausse des frais d’inscription derrière les modèles britannique et américain, où la plupart des étudiant-es et doctorant-es s’endettent lourdement pour respectivement se former et travailler.

Que cette hausse massive des frais d’inscription soit à ce stade limitée aux étranger-es non communautaires ne constitue qu’un élément aggravant. Les doctorant-es étranger-es sont déjà sélectionné-es par l’établissement d’enseignement supérieur dans lequel ils ou elles souhaitent s’inscrire, par l’employeur qui souhaite les recruter, par les services leur délivrant des visas, et payent un nombre conséquent de taxes et frais de dossiers pour venir travailler en France. L’argument de l’attractivité internationale de l’enseignement supérieur français est fallacieux. Des pays ayant mis en place ce type de barrière financière ont connu dans les années suivantes une baisse importante du nombre de leurs étudiants et étudiantes internationales. Cet argument camoufle mal la volonté d’éviction des jeunes chercheur-es, étudiants, et étudiantes internationales venant de pays en développement, en particulier des pays francophones du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. Appliquer des frais d’inscription dix fois supérieurs aux étrangers extracommunautaires revient en effet à réserver l’accès à la formation à la recherche aux plus fortuné-es en provenance de ces pays, hormis quelques rares élu-es à qui sera attribué une “aide sociale” stigmatisante. Les doctorant-es étranger-es faisant le choix de venir se former par la recherche en France ne sont pas un coût pour notre pays, ils et elles apportent beaucoup à sa recherche et à son économie. Penser qu’ils et elles ne font le choix de la France que par calcul financier est méprisant à leur égard et infamant pour la recherche française.

La Confédération des Jeunes Chercheurs appelle l’ensemble des jeunes chercheur-es de France à rejoindre les différentes mobilisations initiées contre ce projet. Nous mettons à disposition des jeunes chercheur-es élu-es dans les conseils de laboratoire, d’école doctorale, d’organisme de recherche, de composante universitaire ou de conseils centraux d’établissements d’enseignement supérieur, des propositions de motion à déposer dans ces différentes instances, afin de rendre visible le rejet de ce projet par la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous appelons également l’ensemble des associations ou collectifs formels ou informels de jeunes chercheur-es de France souhaitant se mobiliser contre cette mesure, à entrer en contact avec la confédération afin de nous coordonner. Nous mettrons nos outils et notre structure à disposition de tous les collectifs de jeunes chercheur-es souhaitant converger dans cette mobilisation. »

Deux propositions contre cette hausse des frais d’inscription en doctorat

  • Proposition de motion type à faire voter en conseil de composante, d’unité, de laboratoire, ou d’école doctorale
    Le conseil [du laboratoire/de l’unité/de l’école doctorale/de l’UFR/de l’école…] X se prononce fermement contre la hausse discriminatoire des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur, ciblant les étrangères et étrangers extra-communautaires, annoncée par le Premier ministre Édouard Philippe. Il adresse toute sa solidarité aux étudiantes et étudiants, doctorantes et doctorants étrangers qu’il accueille aujourd’hui ou souhaite accueillir à l’avenir. De même, il soutiendra les mobilisations des étudiantes et étudiants comme des personnels opposés à cette hausse.
  • Proposition de motion type à faire voter en conseil central d’établissement d’enseignement supérieur (université, COMUE, grand établissement…)
    [Le conseil d’administration/Le conseil académique/La commission de formation et de vie universitaire/La commission de la recherche/tout autre conseil central d’établissement d’enseignement supérieur] de X se prononce fermement contre la hausse discriminatoire des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur, ciblant les étrangères et étrangers extra-communautaires, annoncée par le Premier ministre Édouard Philippe. Il/Elle adresse toute sa solidarité aux étudiantes et étudiants, doctorantes et doctorants étrangers que notre établissement accueille aujourd’hui ou souhaite accueillir à l’avenir. Il/Elle souhaite que [l’université, la COMUE, l’établissement…] X refuse pour sa part d’appliquer cette réforme, et maintienne l’application des frais d’inscriptions nationaux à tous ses usagers et ses usagères, sans discrimination de nationalité, comme il/elle est en droit de le faire.

LinkedIn dévoile la liste des influenceurs en France pour 2018

LinkedIn, le plus grand réseau professionnel en France et dans le monde, révèle aujourd’hui les listes des Top Voices 2018 pour la France.

LinkedIn

LinkedIn se félicite de ses auteurs

Établies pour la troisième année consécutive, elles mettent à l’honneur les 10 Influenceurs et les 25 membres les plus influents sur LinkedIn en France – et sont établies selon leur activité sur l’année écoulée (articles, partages, commentaires et vidéos).

Michel-Edouard Leclerc, Président de E.Leclerc, fait une ascension fulgurante dans le classement puisqu’il passe de la 10e à la 1re place ; il est suivi par Emmanuel Faber, Chairman & CEO de Danone. Également dans le trio de tête, Isabelle Kocher, à la tête d’Engie et unique femme directrice générale d’un groupe du CAC40, qui reste sur le podium cette année encore.

Top 10 des Influencers sur l’année 2018

  1. Michel-Edouard Leclerc, President de E.Leclerc
  2. Emmanuel Faber, Chairman & CEO de Danone
  3. Isabelle Kocher, Directrice Générale d’Engie
  4. Emmanuel Macron, Président de la République française
  5. Frédéric Oudéa, Directeur général de la Société Générale
  6. Laurence Paganini, Directrice Générale de Kaporal
  7. Anne-Sophie Pic, Chef triplement étoilée de la Maison Pic
  8. Bertrand Piccard, Pilote et fondateur de Solar Impulse
  9. Frédéric Mazzella, Président-fondateur de BlaBlaCar
  10. Clara Gaymard, Co-fondatrice du fonds Raise France

LinkedIn met également à l’honneur les membres qui suscitent le plus de conversations, en partageant leur expertise et en valorisant leurs connaissances sur LinkedIn.

La liste complète des 25 membres LinkedIn Top Voices

Ces membres appartiennent à des secteurs aussi divers et variés que :

  • La santé et le sport : Anne Beinier (Conseillère-Experte auprès de la Ministre des solidarités et de la santé), Laila Hamdouni (Infirmière à l’hôpital Tonnerre), Benjamin Louis (Fondateur de Cœur Handisport) et Benjamin Carlier (Directeur associé chez Olbia Conseil).
  • L’économie et la finance : Nicolas Bouzou (Économiste et Directeur fondateur d’Asterès), Isabelle Job-Bazille (Directrice des Études Économiques du groupe Crédit Agricole), Philippe Waechter (Chef Économiste chez Ostrum Asset Management) Pierre Paperon (Fondateur de Solid), Stéphanie Villers (Chef Économiste à Humanis) et Olivier Goy (Fontateur et PDG d’October France, ex-Lendix).
  • Les RH : Stéphanie Carpentier (Fondatrice de DR.RH&CO), Isabelle Deprez (Coach de Dirigeants), Christel de Foucault (Fondatrice de Conseil en Recherche d’Emploi) et Catherine Testa (Fondatrice de L’optimisme.com).
  • Les médias et la communication : David Abiker (journaliste à Europe 1), Cyrielle Hariel (journaliste à Yahoo Green, Europe 1 et Ushuaïa TV) et Olivier Cimelière (Fondateur de Heuristik Communications).

« LinkedIn est devenu le lieu privilégié de conversations et de partages d’informations dans l’univers professionnel, explique Sandrine Chauvin, rédactrice en chef de LinkedIn en France. Cette année, nous constatons une percée des membres qui travaillent dans le domaine de la santé, ou des experts du développement durable. La diversité de la communauté LinkedIn se reflète ainsi dans la variété des sujets abordés et les échanges d’analyses qu’ils suscitent. »

La méthode

Pour établir ce palmarès, l’équipe éditoriale de LinkedIn a agrégé des données chiffrées et des signaux éditoriaux. Cela inclut l’engagement (likes, commentaires, partages, posts vidéos et commentaires) ainsi que la croissance du nombre d’abonnés a également été prise en compte, ainsi que la qualité des contenus et la diversité des secteurs et des profils. Toutes ces activités ont été mesurées sur une période de 12 mois, de septembre 2017 à septembre 2018. Comme pour tous les classements LinkedIn, les employés de LinkedIn et de sa maison-mère, Microsoft, n’ont pas été pris en considération.

#LinkedInTopVoices

 

L’ICD et l’EPF lancent le Bachelor Digital Innovators

Les fonctions commerciales et marketing évoluent et se transforment dans un contexte marqué par la globalisation et la digitalisation, c’est la raison d’être de ce nouveau Bachelor Digital Innovators. L’ICD et l’EPF anticipent pour répondre aux nouvelles demandes des entreprises en proposant aux étudiants une collection de Bachelors « Future Innovators ». Élaborés sur 3 ans, exclusifs, hybrides et professionnalisants, ils explorent les nouveaux territoires de développement des entreprises pour répondre aux demandes émergentes mondiales.

icd

Le Bachelor Digital Innovators, ou comment former des experts du marketing 4.0

Former des spécialistes du marketing, capables de manier les données et d’introduire l’intelligence artificielle dans leurs actions, tel est l’objectif du nouveau Bachelor Digital Innovators créé par l’ICD et l’EPF. La révolution DATA que vit aujourd’hui le secteur du marketing, s’accompagne de l’émergence de nouveaux métiers pour lesquels des profils dotés de compétences hybrides en marketing et en informatique sont nécessaires. Le Bachelor Digital Innovators permettra à ces digital Marketeurs de demain de savoir collecter, valider, décrypter la DATA afin d’opérer une segmentation des marchés sur des bases statistiques et informatiques et de monter des campagnes de communication et marketing quasiment automatisées (blockchain, marketing automation) pour une meilleure fidélisation par du contenu et des offres personnalisées. Dans l’enseignement proposé par l’ICD et l’EPF une part importante sera également accordée à la créativité et la culture (art, design, cinéma…) afin de cultiver curiosité et ouverture sur le monde.

Le Bachelor Tech Sales Management devient le Bachelor Business Innovators

Premier né de la collection « Future Innovators » le Bachelor Tech Sales Management est aujourd’hui rebaptisé Business Innovators. Ce programme créé en septembre 2016, verra sa première promotion diplômée en juin 2019. Conçu dans l’objectif de proposer une formation unique à double compétence ingénierie et business, le Bachelor Business Innovators a pour vocation de former des spécialistes capables de développer, de gérer et de déployer la vente de biens et services techniques tels que du matériel, des équipements scientifique ou industriel ; des systèmes d’information ou de production, des services informatiques, de télécommunications, énergétiques et d’électricité à destination des entreprises, des collectivités territoriales ou des Etats, sur le marché national et international.
Ce bachelor est le premier résultat d’une hybridation totale entre formations polytechnique et commerciale pour former les managers des ventes technologiques de demain.

Les points forts des Bachelors Digital Innovators et Business Innovators :

  • Programme conjoint école de commerce / école d’ingénieur-e-s,
  • Cursus en 3 ans,
  • Semestre à l’international,
  • Enseignement 100% en anglais dès la 2e année,
  • Alternance en 3e année,
  • 10 mois d’expérience professionnelle,
  • Une approche transversale,
  • Accessible aux bacheliers S, STI2D, STMG, ES et L spé Maths,
  • Inscription sur parcoursup.fr,
  • Poursuite d’études à Bac+5 programme Grande Ecole ou MBA à l’ICD. Possibilité d’intégrer le cycle ingénieur de l’EPF, sous réserve du niveau académique (soumis à étude du dossier et jury).

Pour une différenciation

 « Nous avons décidé de co-concevoir des programmes différenciants qui allient stratégie et technicité fondés sur nos expertises respectives en commerce et en ingénierie. Ils permettent de répondre aux demandes croissantes des start-up et des entreprises investies dans des domaines d’activités à fort potentiel de développement » explique Benoît Aubert, Directeur de l’école ICD, International Business School,

« Le futur appartiendra à ceux qui se saisiront des opportunités d’un monde qui se réinvente sans cesse. C’est pourquoi nous avons conçu une collection de formations exclusives pour accueillir les grands défis technologiques et économiques de demain. Future Innovators s’adresse à celles et à ceux qui souhaitent écrire cet avenir » ajoute Jean-Michel Nicolle, Directeur de l’EPF, Ecole d’ingénieur-e-s.

« J’ai intégré le Bachelor Business Innovators en 2e année après une réorientation en prépa ingénieur. Je souhaitais faire une formation très concrète. Ce cursus est passionnant car il fait le lien entre deux mondes qui doivent se comprendre pour travailler ensemble. La double compétence de la formation permet d’une part d’apprendre à mesurer les besoins et les enjeux économiques à travers les enseignements « commerce », et d’autre part, à travers les enseignements ingénierie à comprendre les technologies, leurs impacts et trouver des solutions techniques » souligne Laurène Armandon, étudiante 3e année Bachelor Business Innovator. »