Archives de catégorie : Actualité de la gestion

Le 19e  prix d’histoire François Bourdon remis à Anaïs BERTRAND

Pour la 19e édition du prix d’histoire de l’Académie François Bourdon-Le Creusot et de la Fondation Arts et Métiers : « François Bourdon, Techniques, entreprises et société industrielle », les membres du jury ont décidé de ne pas attribuer de prix pour la première catégorie (thèse, ouvrage, manuscrit d’une HDR) contrairement à l’an passé, mais on remarqué les travaux de madame Anaïs BERTRAND.

Anaïs BERTRAND récompensée

Le prix jeune chercheur a été attribué à Anaïs BERTRAND pour son mémoire de Master 2, LES MAISONS DE CHAMPAGNE REMOISES PENDANT LA GRANDE GUERRE. Produire et vendre des vins de luxe dans la « Ville-martyre » – (août 1914 – mars 1918.), Université de Reims Champagne-Ardenne

Comme le veut le principe du prix, le dix-neuvième jury était composé d’industriels et d’universitaires. Participaient à ce jury mesdames Claudine Cartier, Conservateur général honoraire du patrimoine, Anne Dalmasso, professeure d’histoire à l’Université de Grenoble-Alpes ; Nadège Sougy, Chercheuse associée ; Dominique Varinois, IA-IPR, rectorat de Bordeaux;, Gérard Chrysostome, ingénieur centralien ; Nicolas Coupain, Directeur du patrimoine chez Solvay, Jean-Claude Daumas, professeur émérite à l’Université de Franche-Comté ; François Labadens, ancien secrétaire général d’USINOR ; Philippe Mioche, professeur d’histoire émérite à Aix-Marseille Université ; Pascal Raggi, maître de conférences en histoire à l’Université de Lorraine ; Serge Wolikow, professeur d’histoire émérite à l’Université de Bourgogne;

Anaïs BERTRAND, LES MAISONS DE CHAMPAGNE REMOISES PENDANT LA GRANDE GUERRE. Produire et vendre des vins de luxe dans la « Ville-martyre » – (août 1914 – mars 1918.), Université de Reims Champagne-Ardenne

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville de Reims connaît 1051 jours de bombardements et est détruite à près de 90% à l’issue du conflit. La « cité des Sacres » devient « ville-martyre » ; l’incendie de sa cathédrale en septembre 1914 devient un des symboles de la « barbarie allemande ». Les vins de Champagne, qui assurent un prestige et une force économique à la ville depuis le XIXème siècle, sont directement impactés par le conflit. Les sites de production sont détruits, les dirigeants et ouvriers mobilisés, les voies de circulation coupées. Pourtant, les maisons de négoce rémoises parviennent à maintenir une activité durant tout le conflit. Le mémoire de recherche propose ainsi de découvrir comment les familles de négociants, les cavistes et les vignerons sont parvenus à maintenir une production et une commercialisation d’un vin de luxe durant la Grande Guerre.

Académie François Bourdon
Cour du Manège-Château de la Verrerie
BP 60031
71201 Le Creusot Cedex
Tél. : 03 85 80 81 51

www.afbourdon.com

Anaïs BERTRAND prix d'histoire de l’Académie François Bourdon

iaelyon : le Master Management et Commerce International accrédité EPAS

Le 6 juin 2017, l’accréditation EPAS, EFMD Programme Accreditation System, a été renouvelée pour le Master Management et Commerce International de l’iaelyon – Université Jean Moulin pour 5 ans, soit la durée maximale.
L’iaelyon obtient ainsi la confirmation de la reconnaissance accordée par l’EFMD à ce Master depuis 2008.

L’accréditation confirme la perspective internationale du diplôme et des carrières auxquelles il prépare, l’équilibre entre rigueur académique et dimension professionnelle des enseignements ainsi que la qualité du niveau des étudiants et des enseignements. Les auditeurs ont particulièrement souligné l’agilité et la culture de développement de projets de l’iaelyon dans un contexte universitaire public français ainsi que la densité des partenariats socio-économiques de l’école de management sur ses territoires.

Le Master Management et Commerce International : 5 parcours de formation

Le Master Management et Commerce International constitue une des treize mentions de masters de l’iaelyon. Ce diplôme forme des managers experts en actions et décisions en contexte international.  Il propose 5 parcours de formation : Commerce Extérieur, Management des Activités Internationales, Manager des Affaires Européennes, International Business Realities (entièrement dispensé en langue anglaise) et un parcours individualisé (dispositif de formation à la carte à l’international).

Les activités conduites par les enseignants-chercheurs au sein de l’axe de recherche Management International du Centre de recherche iaelyon Magellan contribuent aux enseignements qui intègrent les avancées majeures des connaissances dans ce domaine.

Le Master Management et Commerce International est organisé en deux ans, avec deux parcours (langue anglaise ou française) durant la première année. Il forme 200 diplômés par an, dont 30% d’étudiants internationaux. La dimension internationale du Master est très présente tant par la diversité des profils des étudiants et des intervenants que le caractère international des contenus de cours et des études de cas.

Les partenariats spécifiques développés avec l’Université VSE à Prague (accréditée EQUIS et EPAS), l’Université de Turin, l’Université de Bamberg, l’Université de Tamkang (Taiwan) et l’Université de Bilbao permettent aux étudiants de préparer des double-diplômes. Cette formation est également proposée à Canton en partenariat avec l’Université Sun Yat Sen, à Casablanca et Tanger avec HEM Business School, à Abidjan avec l’Université Félix-Houphouët-Boigny, et au Burkina Faso avec l’Université de Ouagadougou.

Une reconnaissance des parties prenantes du diplôme

La démarche d’accréditation inclut la constitution d’un dossier d’auto-évaluation et un audit impliquant des entretiens avec plus de soixante-dix personnes durant deux journées : équipe de direction, enseignants, étudiants, diplômés, entreprises partenaires, services support (carrières et relations entreprises, international, qualité, communication). Dans une logique d’amélioration continue, cette démarche permet l’identification de points de progrès, conduisant à être « chaque jour meilleur » dans la réalisation des activités et la conduite des projets du diplôme.

Le renouvellement de l’obtention du label EPAS confirme les entreprises dans leurs choix de recrutement des diplômés, valorise les alumni et augmente l’attractivité du diplôme, tant sur le plan national qu’international. En interne, la démarche constitue un levier de changement pour l’ensemble de l’iaelyon, au-delà de la seule formation accréditée.

Cette reconnaissance conforte l’iaelyon dans ses objectifs de développement, pour continuer à rayonner et à compter, au plan national et international, parmi les écoles de management internationalement reconnues.

Une accréditation qualité internationale délivrée par l’EFMD et partagée par une centaine de programmes de formation à travers le monde

EPAS est un système international d’accréditation qualité de l’EFMD, the Management Development Network. Organisme dont l’action est reconnue dans le monde de l’enseignement supérieur international, l’EFMD joue un rôle clé dans l’approche de l’enseignement supérieur de la gestion et du management en travaillant à l’élaboration de standards internationaux de qualité. Le label EPAS est une évaluation internationale de diplômes de management, garantissant que leurs contenus et modes d’organisation sont conformes aux plus hauts standards internationaux.

L’EFMD est l’un des deux principaux organismes mondiaux de certification qualité des Ecoles de Management et Universités d’Entreprises. A ce jour, l’EMFD compte près de 900 membres dans 86 pays ; 172 Ecoles de Management bénéficient du label qualité EQUIS à travers le monde, et 102 diplômes de 76 Ecoles de Management sont accrédités EPAS.

Master Management et Commerce International iae lyon

WayzUp lance l’initiative de l’éco-bonus covoiturage

Pendant 3 mois, 65.000 salariés pourront covoiturer gratuitement pour aller travailler. Dans le cadre de la semaine du développement durable, qui aura lieu du 30 mai au 5 juin prochains. WayzUp, la startup française du covoiturage domicile-travail, propose une initiative d’écomobilité inédite à ses 60 entreprises partenaires : l’éco-bonus covoiturage.

WayzUp veut l’éco-bonus covoiturage

Pendant 3 mois et partout en France, les entreprises partenaires de WayzUp vont pouvoir offrir les trajets en covoiturage à leurs salariés afin de les encourager à partager leur voiture et ainsi découvrir les avantages du covoiturage domicile-travail à la fois sur le plan économique, environnemental et de la qualité de vie au travail.

De grandes entreprises comme La Poste, Carrefour, Veolia, Renault, VINCI ou encore BNP Paribas participeront à l’opération, à partir du 30 mai et jusqu’au 30 août 2017.

L’ADEME, la Fabrique des Mobilités, programme d’accélération dédié aux projets de transports et mobilités, The Shift Project, think-tank engagé pour la transition énergétique et Le Lab RH, association des acteurs innovants dans les ressources humaines sont également partenaires de l’initiative.

« Notre cible, ce sont les « autosolistes », ces automobilistes qui prennent tous les jours leur voiture seuls pour aller au travail. Pendant 3 mois, nous leur proposons de laisser leur voiture au garage et de covoiturer gratuitement en tant que passager. Pour les faire franchir le pas, c’est WayzUp, en partenariat avec leur entreprise, qui paie leur conducteur ! » s’enthousiasme Julien Honnart, Président et Fondateur WayzUp.

Dès 2015, WayzUp avait été le premier opérateur à avoir mis en place avec la filiale informatique de l’énergéticien Engie une « prime covoiturage » pour récompenser les salariés les plus actifs en covoiturage.

Un premier pas vers un « chèque covoiturage » en entreprise

À partir du 1er  janvier 2018, la loi sur la transition énergétique oblige les entreprises à réaliser des plans de mobilité et à encourager le covoiturage de leur salarié.

Mais les entreprises qui souhaiteraient réellement le faire en donnant un coup de pouce financier aux salariés qui covoiturent seraient amenées à le payer en charges sociales supplémentaires, ce qui les décourage. Pourtant, le remboursement du transport en commun et depuis 2016 le remboursement du vélo, sont eux exonérés de charges sociales.

L’objectif affiché de WayzUp est de sensibiliser le nouveau gouvernement aux vertus que pourraient avoir un cadre législatif plus favorable au covoiturage domicile-travail, qui en a besoin pour se développer et devenir une vraie alternative à la voiture individuelle.

Il suffirait en effet de supprimer 1 à 3 voitures sur 10 pour éradiquer la congestion partout en France. Sans aucun coût d’infrastructure ni investissement supplémentaire, simplement en utilisant les places disponibles dans les voitures qui circulent.

« L’ADEME et la Fabrique des Mobilités soutiennent les démarches visant à développer le covoiturage quotidien dans tous les territoires. La Fabrique travaille sur plusieurs communs identifiés dans le domaine des incitatifs car ils jouent un rôle clé. L’action de WayzUp avec son éco-bonus nous semble importante pour développer des masses critiques et accompagner les changements de pratique de mobilité au quotidien. » déclare Gabriel Plassat, fondateur de la Fabriques de Mobilités et spécialiste des questions de transport à l’ADEME.

« Dans son rapport à paraître prochainement sur les alternatives à la voiture individuelle dans les zones périurbaines, The Shift Project conclut que le covoiturage présente l’un des meilleurs potentiels de réduction des émissions de CO2 dans ces zones (jusqu’à – 30 %), pour un coût très faible et des gains économiques importants pour les ménages. Ceci à condition de trouver les leviers de son développement : réaffectation de l’espace routier et des financements (Versement Transport, indemnités kilométriques, ou encore Certificats d’Economie d’Energie), incitation pour que les employeurs mettent en place un Plan de Déplacement Entreprise, avantages divers pour les covoitureurs réguliers, etc. L’éco-bonus proposé par WayzUp fait partie de cette palette de leviers possibles. » analyse Francisco Luciano, Coordinateur du Groupe de Travail de The Shift Project.

« Cette initiative unique vise à développer massivement le covoiturage en entreprise. WayzUp permet de créer un nouvel espace d’interactions entre collègues en aplatissant, le temps d’un trajet, la pyramide hiérarchique. Cela permet de créer plus de diversité, de favoriser l’innovation et d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés » explique Alexandre Delmas, Ecosystem Builder Le Lab RH.

1  « Nous militons pour une « indemnité kilométrique covoiturage », sur le modèle de l’indemnité kilométrique vélo, afin de faire « sauter les bouchons ». Aujourd’hui, nos covoitureurs sont des précurseurs, mais ils sont encore trop peu nombreux pour avoir un véritable impact sur la qualité de vie en ville. Si demain, nous voulons convertir au covoiturage la « masse » des automobilistes, nous avons besoin d’un argument financier imparable. Ne plus prendre sa voiture doit devenir un réflexe et un réflexe qui rapporte, car c’est la société toute entière qui en bénéficiera. » conclue Julien Honnart.

WayzUp covoiturage

Livre blanc Arpejeh : propositions pour les jeunes en situation de handicap

Chez Arpejeh il n’y a ni tapis rouge, ni palme d’or, mais cette association est toutefois fiers de présenter LE CLIP de l’événement de lancement du Livre blanc Arpejeh : « Pour un accès effectif des jeunes en situation de handicap aux études supérieures et à l’emploi » et ses 7 propositions d’actions.

L’Arpejeh fait des propositions

Rappelons-le, ce Livre blanc est le fruit d’une série d’entretiens avec divers acteurs du monde éducatif, associatif, politique et économique ayant pour but de construire une véritable synergie dans les domaines de la formation et de l’insertion des jeunes en situation de handicap.

… Et après des jours d’une longue attente – dixit l’association agréée au niveau national par le Ministère chargé de l’Education nationale au titre des associations éducatives complémentaire de l’enseignement public – l’heure est enfin venue pour vous de découvrir le clip qu’Arpejeh a défendu tout au long de cette édition 2017.

Livre blanc Arpejeh présenté en vidéo

http://www.arpejeh.com/site/show-video.php?id=4201

Livre blanc Arpejeh bertrand signé

Appel à candidature pour l’édition 2017 des talents de l’outre-mer

Vous êtes Originaire des Outre-mer français, par naissance ou par filiation. En fin de cursus, jeune diplômé ou déjà dans la vie active, et vous avez suivi en Métropole ou dans le monde une formation d’excellence, dans une discipline intellectuelle ou manuelle, ou bien encore dans une discipline relevant de la musique, du chant ou de la danse classiques.

185 talents de l’outre-mer à ce jour

Rejoignez les 185 “Talents de l’Outre-mer” déjà distingués par le CASODOM depuis 2005 qui rayonnent à travers le monde. Déposez sans tarder votre candidature pour la sélection des Talents de l’Outre-mer 2017.

Soit dans la catégorie des «Jeunes Talents», Si vous êtes étudiant, en fin de cursus, jeune diplômé ou jeune actif

Et vous recevrez si vous êtes lauréat une récompense de 2000 €

Soit dans la catégorie des «Talents confirmés»

Si vous êtes déjà reconnu dans le milieu professionnel

Clôture des inscriptions le 31 juillet 2017.

Le CASODOM, association reconnue d’utilité publique, est depuis 1956 l’interlocuteur social de référence des ultramarins en métropole. L’initiative des Talents de l’Outre-mer, qu’il a lancée en 2005, a pour objectifs de mettre en valeur les parcours d’excellence des Ultramarins, de les promouvoir en exemples pour démontrer aux Jeunes qu’il n’y a pas de fatalisme qui s’opposerait à leur ascension sociale, et de donner à nos concitoyens une image plus positive de nos Outre-mer que celle que certains pourraient s’en faire

REMISE DES PRIX LE 15 DÉCEMBRE 2017AU PALAIS D’IÉNA,

siège du Conseil Économique, Social et Environnemental à Paris

Informations et Dossier de candidature sur le site www. casodom.fr

Contact : CASODOM, 7 bis rue du Louvre 75001 Paris

Tél. 01 42 36 24 54

casodom.75@gmail.com

talents de l'outre-mer

Le nombre d’entreprises en EdTech en augmentation de 47% depuis 3 ans

MOOC, adaptive learning, cours à distance, campus étendu, student analytics, réalité mixte, intelligence artificielle sont autant d’usages qui viennent transformer l’éducation de demain. Dans ce contexte, Deloitte Digital en collaboration avec la Caisse des Dépôts, publie l’observatoire en EdTech, une filière d’entreprises innovantes dédiées au secteur de l’éducation et de la formation.

EdTech et chiffres

Cette filière dynamique compte 242 structures : des start-up en très grande majorité mais aussi des PME historiques et des associations.

  • L’organisation EdTech est jeune, parisienne et de petite taille : l’âge moyen des structures est de 4 ans, 50% d’entre elles sont situées à Paris intramuros, et seuls 31 acteurs ont plus de 20 employés
  • 95% des entreprises de l’EdTech ont un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros
  • La filière est plutôt BtoB : 44 % des structures s’appuient sur ce modèle uniquement
  • 50% des levées de fonds dans l’EdTech sont inférieures à 300 000 euros

La filière EdTech mobilise des compétences très diverses

37% des entreprises de l’EdTech offrent des outils de gestion pour l’éducation et la formation, elles proposent également des services permettant le développement de compétences liées au digital (36%) ainsi que le développement de compétences techniques et professionnelles spécialisées (33%). En outre, les technologies les plus plébiscitées par les utilisateurs sont les contenus innovants (49%), les games et learning apps (35%), et les solutions de distribution (33%) que sont les MOOC (formation en ligne ouverte à tous) et SPOC (cours en ligne privé).

La start-up éducative est de petite taille puisque 181 structures de l’EdTech comptent moins de dix collaborateurs et 73% des organisations créées entre 2014 et 2017 sont composées de un à cinq employés.

Les EdTech s’adressent en priorité aux établissements d’enseignement (62%) et aux entreprises (60%). Mais si la filière s’est structurée initialement autour du BtoB, ce modèle économique tend à s’amoindrir au profit du modèle BtoC. Ce modèle double en volume depuis 3 ans, avec une majorité d’utilisateurs adultes (56%), 40% sont des enfants et 37% des étudiants.

Comme dans d’autres filières tech, l’étude constate une diminution de la présence des technologies historiques (Learning Management de diffusion et de distribution (+8%). Néanmoins, la croissance pressentie des technologies liées à l’apprentissage (adaptative learning, learning app) n’est pas confirmée : le nombre de start-up qui mettent en avant des technologies telles que l’iOT ou la réalité virtuelle progressent moins rapidement que prévu et stagnent à 6%.

Des levées de fonds tardives et relativement faibles

Les start-up de l’éducation font face à une véritable difficulté à grandir : le modèle économique, les services proposés, les cibles adressées ne semblent pas avoir d’impact significatif sur la capacité à lever des fonds. Seulement 50% des fonds sont levés avant la deuxième année d’existence de l’organisation et pour des montants plutôt faibles. 1 levée de fonds sur 2 est inférieure à 300 000€.

La grande majorité des start-up ayant déjà levé des fonds (93%) ont également eu recours aux subventions publiques, avances et prêts. Néanmoins, quelques belles levées de fonds témoignent d’une certaine vitalité de la filière et d’un potentiel qui reste à exploiter.

L’EdTech : une filière dynamique en attente de consolidation

Le développement des start-up de l’éducation s’accélère avec une multiplication des structures (+ 47% depuis trois ans), ainsi qu’une diversification des offres et des cibles. Elles couvrent la majorité des segments : étudiants, établissements de l’enseignement, particuliers, individus en reconversion ou sans emploi. Malgré leur petite taille et leurs faibles revenus, ces entreprises sont agiles et parviennent à proposer une offre riche et équilibrée : elles s’investissent dans le développement des compétences techniques spécialisées, académiques et digitales, sans oublier le champ de la gestion de l’éducation et de la formation ou celui de l’accompagnement scolaire.

Cependant, la filière n’est pas encore consolidée et connait une croissance relativement lente. Elle existe depuis plus de 10 ans, pourtant 95% des entreprises qui en sont issues disposent d’un chiffre d’affaires inférieur à 500 000 euros.

En France, la culture de l’achat de services numériques doit évoluer en s’ouvrant à des acteurs aux modèles économiques mélangeant BtoC et BtoB, ou privilégiant des modèles économiques innovants. Bien que le niveau de maturité de la filière n’ait pas encore atteint celui observé dans certains pays comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni, elle devrait se structurer dans les années à venir. Les levées de fonds à plusieurs millions d’euros se multiplient depuis 2016, le rythme de nouveaux projets ne faiblit pas, et les acteurs majeurs du secteur s’investissent de plus en plus dans l’animation et la structuration de l’écosystème.

L’accompagnement à la scolarité et l’orientation, l’offre de formation relative aux métiers du numérique, la découverte de la culture et des sciences pour les plus jeunes, la certification de compétences et l’apprentissage des langues ne se conçoivent plus aujourd’hui sans l’apport des start-up de l’EdTech. Sur ce marché au fort potentiel où la formation professionnelle représente 30 milliards d’euros et où les dépenses d’éducation avoisinent les 150 milliards d’euros, il est primordial de renforcer le lien entre les entrepreneurs et les acteurs de l’enseignement, voire les acteurs de l’entreprise.

EdTech

ISG : la grande école de commerce célèbre ses 50 ans le 1er juin 2017

A l’occasion de ses 50 ans, l’école ISG présentera le livre « Et si demain… », préfacé par Jacques Attali. 50 idées et projets originaux pour changer le monde racontés par des Anciens de l’ISG.

50 ans pour  c’est ISG c’est l’âge de raison

L’ouvrage préfacé par Jacques Attali, président de la fondation Positive Planet, donne le ton « 50 ans, c’est l’âge de la raison, de la maturité, d’une nouvelle vie. C’est le moment où l’on réfléchit. À ce qu’était le monde un demi-siècle plus tôt, pour mieux comprendre ce qu’il pourrait devenir dans un demi-siècle. À la place qu’on y occupera et à celle qu’on aura préparée pour nos enfants. L’ISG, comme toute grande école, doit faire cet examen de conscience et cette projection dans l’avenir. Beaucoup d’étudiants de la première promotion sont encore actifs, et beaucoup de ceux de la promotion à venir le seront encore en 2067. »
Parmi les 50 contributions à l’ouvrage, on retrouve de nombreuses personnalités : Marine Chevalier, Christian Courtin-Clarins, Alain Crozier, Isabelle Edessa, Anne-Sophie Pic, Frank Tapiro… qui ont su et savent encore faire avancer leur secteur et notre monde.
Plusieurs représentants participeront à la soirée des 50 ans de l’ISG qui se déroulera sur la péniche Le Pavillon Seine, Port Debilly, dans le 16e à Paris, le 1er juin 2017 à partir de 19h30.

ISG

Prix FNEGE 2017 : Libérer la compétitivité de Jérôme Barthélemy

L’ouvrage Libérer la compétitivité de Jérôme Barthélemy a remporté le Prix du meilleur ouvrage en management dans la catégorie Essai. C’est un prix très prestigieux décerné par la FNEGE (Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises).

Jérôme Barthélemy présente son ouvrage

Jérôme Barthélemy Libérer la compétitivité

Chapitre 1 : Il n’y a pas de recette du succès
Chapitre 2 : Les ingrédients du succès
Chapitre 3 : Les règles du jeu : en tenir compte ou pas ?
Chapitre 4 : Le management aujourd’hui… et demain
Chapitre 5 : Des tentations auxquelles il faut résister
Chapitre 6 : Des pièges dans lesquels il ne faut pas tomber
Chapitre 7 : Ceux que les entreprises devraient moins écouter
Chapitre 8 : Péparer l’avenir… tout en s’occupant du présent
Chapitre 9 : Le paradoxe des grandes entreprises et de l’innovation
Chapitre 10 : Rester au sommet

L’ISTEC ouvre une nouvelle VAE pour les professionnels de l’immobilier

ISTEC vient de signer un partenariat avec Le Bon Agent, un réseau national de mandataires immobiliers[1] et développe avec une Validation des Acquis de l’Expérience (VAE). Il s’agit de permettre à tous les négociateurs, quel que soit leur statut, d’obtenir un diplôme de grade Master : Stratégies et Carrières Immobilières.

ISTEC construit les fondations d’une nouvelle VAE

Pour Géraldine ERNST, Directrice des Relations Entreprises de l’ISTEC : « À tout âge, la VAE permet de booster sa carrière et de faire reconnaitre son expérience professionnelle grâce à un diplôme. Obtenir une VAE à l’ISTEC, c’est favoriser et développer son employabilité, aussi intégrer et bénéficier du réseau des anciens. Cette VAE Stratégies et Carrières Immobilières correspond à une réelle demande des professionnels de l’immobilier. Désormais, pour intégrer un grand groupe ou créer une agence, il est indispensable de se former au Management, au Marketing et au Commercial. Depuis janvier 2017, l’ISTEC propose également une VAE Management Opérationnel et Stratégique des Équipes, preuve que l’établissement est toujours à l’écoute des besoins des entreprises ».

Transformer son expérience en diplôme

La VAE consiste à obtenir un diplôme ou un titre certifié par l’État[2], grâce aux compétences acquises dans sa vie professionnelle. Un titre obtenu par la VAE est de même valeur qu’un titre obtenu par une formation classique. Évidemment, un diplôme ou un titre certifié par l’État est un facteur d’employabilité et de sécurité professionnelle.

En 6 à 9 mois, le salarié justifiant d’une expérience minimale de 3 ans dans le domaine de l’immobilier peut réaliser une VAE Stratégies et Carrières Immobilières : pour cela, il doit passer un entretien de présentation de son parcours, un entretien de motivation, et une évaluation de ses compétences par rapport aux compétences visées du diplôme. Une des valeurs ajoutées de cette VAE consiste à réaliser un mémoire professionnel pour développer les capacités du candidat, suivi d’une soutenance orale devant un jury de professionnels.

À l’ISTEC ont lieu les cours de Management, Stratégie Commerciale et Marketing de l’immobilier. Les cours de Droit et les autres enseignements sont assurés par le fondateur du réseau Le Bon Agent, Claude-Olivier BONNET, expert du secteur avec plus de 15 ans d’expérience.

À l’issue de la formation, le négociateur obtient le diplôme Stratégies et Carrières Immobilières de l’ISTEC (Master – Niveau Bac +5). Le diplômé obtient aussi la carte professionnelle de transaction (carte T), indispensable pour exercer le métier d’agent immobilier.


[1] Ensemble d’agents commerciaux en immobilier qui vont conduire des négociations entre vendeurs et acheteurs d’un bien immobilier

[2] Bac+5 Visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et délivrant le Grade Master – Homologué Niveau I (niveau de qualification le plus élevé) au RNCP – Répertoire National des Certifications Professionnelles.

l'ISTEC istec paris