Archives de catégorie : Colloques-Conférences

Pour la défense des libertés académiques

A l’occasion de la journée internationale pour la défense des libertés académiques, le SNESUP-FSU organise un colloque à l’ENS site JOURDAN, le samedi 8 février 2020 de 14h à 17h, au 48 boulevard Jourdan, Paris XIVe.

Au programme des interventions et des témoignages à propos :
– des attaques contre les libertés académiques dans le monde, avec un focus sur la Turquie et un autre sur l’Europe et la France ;
– du développement du néolibéralisme au niveau international et de ses attaques contre les libertés académiques, sous la formes de l’autoritarisme étatique, de la mise en concurrence et de la focalisation sur l’innovation marchande ;
– des mobilisations pour la défense des libertés académiques et de la coopération syndicale internationale sur ce sujet.

Inscription obligatoire auprès de l’adresse : international@snesup.fr

15e Université d’Hiver de la Formation Professionnelle (Biarritz)

L’Université d’Hiver de la Formation Professionnelle (UHFP) aura lieu à Biarritz du 31 janvier au 2 février 2018, sur le thème : Compétences, transitions, pratiques : le défi de l’innovation.

Organisée par Centre Inffo tous les 2 ans, l’UHFP est le rendez-vous incontournable des acteurs et des professionnels de la formation. C’est le lieu idéal pour échanger sur les enjeux et sur les pratiques de l’orientation et de la formation professionnelle.

Rappelons que Centre Inffo, référent en matière d’information et de documentation sur la formation continue, développe à la fois une offre de formation professionnelle, une expertise juridique et documentaire, une dimension d’ingénierie et de conseil ainsi qu’un rôle d’animateur du débat public. Pour cela, il dispose d’une équipe d’experts, juristes, consultants, documentalistes, journalistes et professionnels du multimédia. Cette édition 2018 se tiendra alors même que le Gouvernement aura envisagé les bases d’une réforme de la formation professionnelle.

Transformation numérique et innovation solidaire

L’impact de la transformation numérique sera analysé dans une série de conférences et d’ateliers : la place de l’intelligence artificielle dans la formation ; les Nouveaux supports pédagogiques (MOOC, SPOC, blendedlearning). Autant de sujets fortement débattus par les professionnels alors que les nouvelles technologies transforment rapidement les métiers et les formations. Autre sujet : l’innovation solidaire, avec plusieurs thèmes de réflexions : Comment favoriser l’insertion et la reconnaissance par des nouveaux parcours pédagogiques ? Comment favoriser l’accès de tous à la formation ?

Les neurosciences au cœur de la formation de demain

Le jeudi 1er février, une conférence s’interrogera sur la manière dont les neurosciences peuvent contribuer à améliorer nos modèles d’apprenance. Alors que de nouvelles méthodes permettent d’explorer les différences de fonctionnement du cerveau d’un individu à l’autre, l’avenir est peut-être à des formations 100% personnalisées et accessibles à tout moment.

Récompenser les projets innovants

Autre nouveauté: les 1ers Innov’Trophées. Créés par le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP), le Copanef, en partenariat avec Centre Inffo, ces Trophées de l’innovation en Formation récompenseront des pratiques, des méthodes et des expériences très innovantes dans le domaine de la formation.

Plus d’infos : http://www.centre-inffo.fr/uhfp/#accueil

Colloque : Entreprendre dans les économies medievales et modernes. innover, risquer, organiser

La 8e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse, en Italie (province de Turnin les 26, 27 et 28 août 2019. Les séances auront lieu à l’Archivio Diocesano à partir de 9h00 le lundi 26 août. La thématique retenue cette année est : “Entreprendre dans les économies medievales et modernes. innover, risquer, organiser”.

Entreprendre dans les économies medievales et modernes. innover, risquer, organiser
Affiche du colloque

La 8e école d’été d’histoire économique se réunira à Suse (Piémont, Italie) les 26, 27 et 28 août 2019. La thématique retenue cette année, « Entreprendre dans les économies médiévales et modernes : innover, risquer, organiser », insistera sur la liaison entre les innovations techniques et l’action économique. Entreprendre signifie en effet agir sur le réel et, à cette fin, implique de mobiliser des compétences, des savoirs, des techniques et de les mettre à la preuve de la vie économique.

Ce thème, « Entreprendre dans les économies médiévales et modernes : innover, risquer, organiser », permettra de poursuivre et d’approfondir celles qui ont été développées les années précédentes (la valeur des choses, la pauvreté, les biens communs, les moyens de paiement, la qualité, l’organisation du travail, les écritures de l’économie[1][1]

Institutions partenaires

L’école d’été d’histoire économique rassemblera des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des chercheurs postdoctoraux, et des doctorants de toutes nationalités. Les institutions partenaires sont l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, l’Université de Toulouse 2 Jean-Jaurès, l’EPHE, les Archives Nationales (Paris) et le CNRS. Les laboratoires impliqués sont les suivants : LAMOP (UMR 8589, Paris 1/CNRS), FRAMESPA (UMR 5136, Toulouse 2/CNRS), SAPRAT (EA 4116 EPHE), IDHES (UMR 8533 Paris 1/CNRS). La manifestation reçoit également l’appui financier du LabEx HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques et des Croyances) et se déroulera sous le patronage de l’Association Française d’Histoire économique (AFHé).

Organisateurs / comité scientifique

Michela Barbot (CNRS, Idhes ENS Cachan), Patrice Baubeau (Univ. Paris-Nanterre, Idhes), Marc Bompaire (EPHE, Saprat), Julie Claustre (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Anne Conchon (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Idhes), Laurent Feller (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop), Agnès Gramain (Univ. Lorraine, Beta), Emmanuel Huertas (Univ. Toulouse 2 Jean-Jaurès, Framespa), Rosine Lheureux (Archives Nationales – Paris)

Lieu et dates

Suse (Piémont, Italie) du 26 au 28 août 2019

Objectifs et nature de l’opération

La nature du thème implique, outre la mobilisation d’historiens médiévistes et modernistes, la présence d’économistes et de sociologues spécialisés dans l’étude de la vie économique. La méthode proposée est de faire présenter une série d’exposés par des spécialistes et de les mettre en débat. Le but poursuivi est d’approfondir nos connaissances et nos réflexions sur ces matières et de permettre à des doctorants ou à des postdoctorants de s’associer à ces travaux par une participation active. La partition des doctorants/postdoctorants prendra la forme d’exposés sur leurs propres travaux et de prises de paroles dans le débat suivant les interventions.

Thématique de la session 2019

Entreprendre dans les économies medievales et modernes

innover, risquer, organiser

Entreprendre ne peut se concevoir sans un arrière-plan de compétences et de techniques. Le Moyen Âge a beaucoup entrepris et su innover. Si le secteur agraire a longtemps connu une sorte de stase technologique, il a cependant toujours eu à sa disposition les moyens matériels et organisationnels de sa croissance et a pu par conséquent mener des entreprises de plus ou moins grande taille qui ont assuré l’augmentation globale de la production et de la richesse. La question de la mobilisation du stock technique disponible a permis aux agents de multiplier les constructions d’infrastructures de toute taille, souvent d’importance vitale. Édifier un moulin suppose, par exemple, de maîtriser les problèmes du foncier, ceux de l’hydraulique, ainsi que la métallurgie nécessaire à la mise en place et à l’entretien des engrenages. L’opération, au total, n’est pas compliquée, mais elle est complexe dans le détail de sa réalisation. Elle suppose aussi que des risques soient assumés. Risque du crédit souvent nécessaire à la réalisation d’infrastructures même de petite taille. Risque aussi de la perte, si l’affaire n’est pas bien menée ou pensée.

D’autres opérations supposent également de savoir mobiliser et risquer pour réussir. Les opérations de peuplement, par exemple, entraînent des prises de risque financier souvent considérable, même durant le haut Moyen Âge. Il faut souvent procéder à des emprunts sur gage foncier pour couvrir l’investissement que constitue l’ouverture d’un nouveau terroir, la construction des habitations paysannes et des fortifications nécessaires à leur mise en sûreté et à l’affirmation du pouvoir seigneurial. L’entreprise de peuplement amène les seigneurs, d’autre part, à user de leur prestige pour convaincre ou de leur force pour contraindre : les conditions concrètes des déplacements de population, même sur de courtes distances sont, elles aussi parfois compliquées. Si l’entreprise agraire médiévale passe par l’utilisation des instruments de domination et de pouvoir que sont les seigneuries, elles ne s’affranchissent cependant pas des règles qui amènent ou non à la réussite d’une opération et l’incompétence du seigneur autant que les difficultés matérielles peuvent être cause d’échecs et de matérialisation des risques. Les défrichements organisés selon des opérations de grand style peuvent être abandonnés. Les villages de fondation ne pas connaître l’expansion que les seigneurs espéraient. Dans ces domaines, au demeurant, les actions individuelles, souvent subreptices, font de la prise d’initiative individuelle un facteur de changement économique et favorisent l’accroissement de la production.

Le monde artisanal, de son côté, connaît une organisation structurée qui ne se limite pas à l’encadrement juridique, moral et religieux que proposent les corporations. Les ateliers sont de véritables entreprises dont la logique économique peut être retracée. Le monde de la métallurgie a ainsi fait l’objet ces dernières années d’enquêtes novatrices qui montrent quelles sont les logiques à l’œuvre en matière d’organisation du travail et en matière d’utilisation des innovations. Les moulines du xve siècle, qui combinent un dispositif de soufflerie et un moulin à battre sont, en Catalogne, un très bel exemple de ce qu’est une entreprise de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne : un instrument de production, identifié par le nom de son propriétaire et la qualité de ses produits. Les dépouillements systématiques des registres de notaires ont permis, de plus, de cerner assez précisément les identités sociales des agents, montrant que les propriétaires de moulines avaient parfois une formation intellectuelle non négligeable (l’un d’eux était apothicaire) et qu’ils maîtrisaient parfaitement aussi, depuis, leurs villages, les circuits financiers, de même que les techniques de maniement de l’argent, nécessaires à leur activité.

Entreprendre, dans ces cas, signifie élaborer des objets identifiables par leurs propriétés et dont la valorisation se fait aisément. Les ateliers proposent, en fonction des savoir-faire et de la nature des minerais des produits de qualité différente. Il a fallu pour cela raffiner des procédés de fabrication déjà sophistiqués afin de parvenir à fabriquer les objets demandés par un marché exigeant, mais surtout segmenté et éclaté en fonction des besoins spécifiques de chaque activité ou de chaque localité. La petite taille des unités de production dont chacune correspond peu ou prou à une entreprise correspond à l’état de ce marché. Des remarques analogues peuvent être faites pour le textile médiéval, ou pour toute autre branche d’activité devant allier des compétences, des tours de main mais aussi des capitaux et des réseaux. Entreprendre, dans ces conditions, c’est mettre en valeur tous ces éléments. Cela implique aussi la mobilisation des réseaux familiaux et clientélaires, l’échange, né et développé autour des produits, échappant souvent aux règles du marché mais recoupant aussi des préoccupations non directement économiques.

Entreprendre, c’est aussi organiser des activités à grande échelle. Le commerce à longue distance est ainsi le vecteur d’innovations techniques de première importance. Son activité repose sur les progrès de la navigation et donc sur les modifications intervenues dans la construction navale. Elle repose aussi sur la mobilisation de formes juridiques particulières, celles des associations commerciales qui vont des ententes les plus simples, comme celles de la commenda, aux formes les plus sophistiquées qui organisent la vie des grandes compagnies, de leur formation à leur dissolution. L’action de l’entrepreneur passe donc aussi par l’invention et l’utilisation de formes juridiques qui permettent de rassembler des capitaux afin de promouvoir une activité et de programmer la répartition des bénéfices ainsi que le partage des risques qui, au Moyen Âge, sont considérables. Des formes documentaires neuves apparaissent et se perfectionnent autour de ces activités, et en particulier les comptabilités, qu’elles soient strictement analytiques ou qu’elles reposent sur une capacité mathématique importante commSTLS e le sont les comptabilités à partie double, apparues au xve siècle, sans que leur usage soit jamais généralisé dans l’activité commerciale.

Ces entreprises sont désormais mieux connues grâce à l’attention portée aux correspondances commerciales qui, à la fin du Moyen Âge et durant l’époque moderne, documentent la matérialité même de la vie des bureaux comme elles éclairent la nature et les modalités des échanges, les négociations qui ont lieu autour des prix, les vérifications de poids des marchandises, l’estimation des pertes et des coulages, bref tout ce qui fait le quotidien de la vie commerçante. Les grandes firmes internationales, comme celle de Francesco di Marco Datini, qui ont des représentants et des boutiques dans tout le bassin méditerranéen, tiennent par la multiplication des courriers. Cela suppose un personnel compétent, toujours à la recherche d’informations de toute nature, susceptibles de guider les choix du patron qu’est Datini ou de rendre compte ou d’expliquer ceux effectués par les facteurs répartis dans un très vaste espace. Le réseau de correspondance qui naît et se développe alors, d’une densité tout à fait remarquable, est une nouveauté : il mobilise des formes d’écriture particulières et inaugure une communication éloignée des formes documentaires très sophistiquées des correspondances officielles, qu’elles relèvent de l’État ou de l’Église. Elles donnent à voir un monde grouillant, dont la novellistique italienne du xive siècle, qu’il s’agisse des textes de Boccace ou de ceux Sercambi, a donné un aperçu extraordinaire. Le monde de l’entreprise commerciale et le monde de la haute culture ou celui des humanistes sont en rapport l’un avec l’autre et ce rapport donne à l’action économique une saveur particulière propre à la fin du Moyen Âge sans doute et aux débuts de l’époque moderne.

D’autres formes d’entreprise très spectaculaires requièrent des prodiges d’organisation. Il en est ainsi du travail de la mine, spécialement en contexte colonial à l’époque moderne. L’extraction de l’argent du Potosi, par exemple, et son transport jusqu’en Espagne entraînent une activité matérielle considérable, la construction d’une infrastructure, le recours au travail forcé des Indiens et l’organisation d’un transport toujours périlleux et de toute façon délicat à mettre en œuvre. À une autre échelle, et avec des valeurs moindres, l’économie de transhumance pose des problèmes de logistique considérables. Elle pose également la question du rapport entre l’entreprise privée qu’est l’élevage et le public, puisqu’il faut parcourir des distances importantes et, pour cela, utiliser les routes et les chemins qui, eux, relèvent d’une gestion publique. La question de l’affectation des espaces de pâturage implique les autorités de l’État comme elle implique aussi les communautés humaines auxquels ils appartiennent. La question de la réunion et de la gestion des capitaux nécessaires à l’organisation du déplacement de troupeaux de plusieurs milliers de têtes, qu’il s’agisse de moutons, de bovins ou de chevaux n’est pas de facile résolution et fait passer l’élevage du stade d’une économie largement informelle et ne nécessitant pas l’apport d’un capital particulier à une économie d’entreprise mobilisant d’importants capitaux ainsi que différents métiers, complémentaires les uns des autres et ayant besoin pour exister d’un rapport stable à l’État, caractérisé par des droits d’usage sur l’espace public et ses infrastructures et s’appuyant sur les biens communs produits par l’État, à savoir la justice et la sécurité.

Enfin, entreprendre suppose aussi d’assumer le risque de l’échec. Celui-ci se marque matériellement dans le territoire par l’abandon, celui de sites d’habitat mal choisis ou celui de sites industriels lorsque cesse l’activité. L’échec se marque aussi par la faillite, qui est l’un des problèmes de droit commercial les plus importants et les plus complexes qui soient. La faillite est également une question d’ordre politique et social, parce qu’elle est un des modes de régulation de la vie économique et des conflits qui traversent les élites sociales, comme dans la Florence du xive siècle, où les faillites des grandes compagnies des Bardi et des Peruzzi apparaissent comme éléments d’un système économique qui intègre la disparition et la liquidation dans ses paramètres de fonctionnement. Le risque et la perte font partie intégrante de la vie économique. Ce ne sont pas seulement des accidents mais aussi des moments normaux, voire attendus dans des processus de régulation. 

Le fait d’entreprendre afin d’agir sur son environnement et de produire, d’échanger et de transformer des biens, a une histoire. Celle-ci part des actions individuelles, non formalisées, comme les défrichements subreptices opérés aux dépens de la forêt seigneuriale, et culmine avec les grandes institutions commerciales ou industrielles de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne, qui sont, elles de véritables entreprises au sens où l’entendent les économistes.

L’étude de cette évolution, qui oblige à multiplier les angles d’approche et à considérer différents niveaux d’organisation et d’institutions comme elle oblige aussi à considérer la capacité des sociétés anciennes à lier techniques, innovations et prise de risques, a été puissamment renouvelée ces dernières années à la fois par l’histoire des techniques mais aussi par celle des entreprises comme du travail. C’est de ce renouvellement que nous voudrions discuter lors de la 8e école d’été d’histoire économique.

C’est pourquoi nous envisageons une école d’été comportant six sessions de leçons, entrecoupées d’études de cas présentées par les doctorants et postdoctorants. D’autre part, la documentation produite par les entreprises sera mise en valeur dans un atelier dirigé par deux conservateurs des Archives Nationales afin que la question de la documentation et des sources puisse être abordée.

            1. L’historiographie médiévale et moderne

            2. Le point de vue des économistes et des sociologues

            3. Entreprendre : figures et réseaux

            4. Entreprendre : investir, risquer, financer

            5. Innover et organiser une entreprise

            6. Présentation de deux fonds des Archives Nationales


Journée LITEM – Enjeux et perspectives de la publication en français en sciences de gestion

Journée LITEM
L
aboratoire en Innovation, Technologies, Economie et Management

Recherche organisée dans le cadre de la Journée LITEM

Telecom Ecole Management, Grenoble Ecole Management et Université d’Evry-Val d’Essonne

jeudi 26 mars 2015
sur le Campus de Télécom Ecole de Management (Evry) 

PROGRAMME
Inscription obligatoire
Plan Vigipirate – une pièce d’identité sera demandée à l’entrée

Enjeux et Perspectives
de la publication en français en sciences de gestion

en partenariat avec

la revue des sciences de gestion

50 ans d’innovations

Depuis cinquante ans, La Revue des Sciences de GestionDirection & Gestion des entreprises vise à offrir une tribune à des recherches originales en gestion. Sans se limiter à une thématique, sans exclusivité disciplinaire, sans parti-pris méthodologique, LaRSG privilégie les articles innovants.
A l’occasion de l’anniversaire de la parution du 1er numéro (mars-avril 1965), cette journée d’étude aborde les enjeux et les perspectives de la publication en français en sciences de gestion.
Elle accueille à dessein des communications originales qui ne trouvent pas nécessairement leur place dans les canaux académiques traditionnels de diffusion. Qu’elles se situent à la frontière de plusieurs disciplines, qu’elles concernent des thématiques émergentes pour lesquelles les champs institutionnels ne sont pas encore constitués, qu’elles fassent entendre des voies dissidentes par rapport aux théories bien établies, les propositions de communication sont considérées avec bienveillance, dès lors qu’elles sont stimulantes et rigoureuses.
Les recherches réflexives sur les pratiques professionnelles de la communauté académique sont particulièrement bienvenues mais, à l’image de la politique éditoriale de La RSG, toute recherche innovante peut être proposée.

Programme provisoire

8h30 – 9h00 Accueil des participants

9h00 – 9h30 50 ans de publication francophone en gestion

Philippe Naszályi (Directeur de La Revue des Sciences de Gestion-direction et gestion des entreprises)

  • « Le dogmatisme, voilà l’ennemi ! »

Aude d’Andria (Rédactrice en Chef de La Revue des Sciences de Gestion – LITEM – UEVE)

Chantal Ammi (Directrice du LITEM – TEM)

9h45 – 11h15 Sessions parallèles : Ateliers 1-2-3 et 4

Atelier 1 : Publications et référencements
Présidente : Sylvie Chevrier (Université Paris-Est, Marne-la-Vallée)

  • Droit et gestion : la pluridisciplinarité à l’épreuve de la non reconnaissance des publications juridiques d’enseignants-chercheurs rattachés aux départements de gestion
    Emmanuel Bayo (ESSCA Ecole de Management)
  • La publication au Maroc
    Hayat El Adraoui (Université Hassan II, Casablanca)
  • La recherche et la publication francophone en management stratégique
    Mouhoub Hani (IRG – Université Paris-Est Créteil)
  • L’Afrique, un continent en marche vers une constitution de bases de données d’entreprises : une application aux entreprises camerounaises
    Nadège Ingrid Gouanlong Kamgang (Université de Ngaoundéré-Cameroun)

Atelier 2 : Quelles nouvelles pistes en entrepreneuriat ?
Présidente : Aude d’Andria (LITEM-UEVE-rédactrice en chef de LaRSG)

  • Etude de la motivation entrepreneuriale des jeunes entrepreneurs de la génération Y
    Inès Gabarret (EDC Paris Business School) et Pascal Etzol (EDC Paris Business School)
  • Bricolage et effectuation dans les pratiques d’accompagnement des petits incubateurs
    Annabelle Jaouen (Montpellier Business School), Walid A. Nakara (Montpellier Business School), Benjamin Vedel (IAE Lille, École universitaire de Management) et Inès Gabarret (EDC Paris Business School)
  • Sur l’intrapreneuriat dans le champ de la stratégie : quelques implications épistémologiques
    Aurélie Ewango-Chatelet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Le projet est mort, vive le projet ! Le rôle de l’effectuation dans la survie des entreprises en création
    Benjamin Vedel (IAE Lille, École universitaire de Management), Florence Law (EDC Paris Business School) et Inès Gabarret (EDC Paris Business School)

Atelier 3 : Recherche et action
Président : Chantal Ammi (LITEM-TEM)

  • Une démarche innovante de recherche-action : le voyage apprenant
    Elizabeth Poutier (ESSCA Ecole de Management) et Valérie Billaudeau (Université d’Angers)
  • Une approche philosophique de la responsabilité sociale du chercheur
    Jean-Jacques Pluchart (Université Paris I Panthéon-Sorbonne)
  • Réflexivité et éthique du chercheur dans la conduite d’une recherche intervention
    Pascale Château-Terrisse  et al. (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, IRG)
  • L’évaluation des compétences orthographiques lors du processus de recrutement : une analyse expérimentale des décisions et des discours d’un échantillon de recruteurs
    Christelle Martin-Lacroux (Université de Toulon)

Atelier 4 : La finance, toujours des questions ?
Président : Fredj Jawadi (LITEM-UEVE)

  • La contagion des crises financières à travers l’interdépendance de long terme des marchés des actions
    Nadhem Selmi (Université de Sfax) et Nejib Hachicha (Université de Sfax)
  • Une refonte des enseignements et de la recherche en finance
    Catherine Karyotis (Neoma Business School), Denis Dupré (Université de Grenoble), Emmanuel Raufflet (HEC Montréal) et Sharam Alijani (Neoma Business School)
  • La relation entre la politique d’endettement et la gestion du résultat
    Safa Lazzem (Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis)

11h30 – 13h00

Table ronde n°1 : Publication et évaluation de la recherche
animée par Sylvie Chevrier (Université Paris-Est, Marne-la-Vallée)

Participants :

  • Jean-François Chanlat (Université Paris-Dauphine)
  • Claude Martin (Président du réseau PGV, Université Pierre Mendès France deGrenoble)
  • Eric Pezet (Université Paris Ouest, Nanterre La Défense)
  • Eric Séverin (IAE de Lille, Ecole universitaire de Management)

13h00 – 14h15 Buffet-Déjeuner

14h30 – 16h30

Table ronde n°2 : La publication scientifique francophone et la vie des entreprises
animée par Philippe Naszályi (Directeur de La Revue des Sciences de Gestion– LITEM-UEVE)

Participants :

  • Gérard Chevalier (président de Cybel)
  • Lionel Ferraris (Directeur du Développement Durable, des Achats et de l’Immobilierde l’UCANSS)
  • Patrice Noailles (auteur et ancien conseiller du Ministre de la Recherche, Seillans Investissement)
  • Thierry Perdereau (Président de l’Association des Acteurs Economiques de l’Arpajonnais)

16h30 Clôture de la journée par M. Denis Guibard, directeur de Télécom Ecole de management et pot du cinquantenaire

—————

Comité d’organisation : Chantal Ammi, Aude d’Andria, Sylvie Chevrier, Philippe Naszályi, Eric Séverin, Yves Soulabail, Thibaut Daudigeos, Romain Zerbib

Comité scientifique :
– Amina Bécheur, Université Paris-Est Marne la Vallée
– Sami Ben Larbi, Université de Toulon/Kedge Business School
– Martine Brasseur, Université Paris Descartes
– Didier Chabaud, Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse
– Amélie Clauzel Charbaut, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
– Andrée De Serres, ESG, Université du Québec à Montréal,   GIREF
– Delphine François-Philip de Saint-Julien, Université Versailles St Quentin
– Inès Gabarret, Ecole des Dirigeants & Créateurs d’entreprise, Paris La Défense
– Fredj Jawadi, Université d’Evry Val d’Essonne
– Annabelle Jaouen, Groupe Sup de Co Montpellier-Montpellier Business School
– Vassili Johannidès,  Grenoble École de Management / Queensland University of Technology
– Catherine Léger-Jarniou, Université Paris Dauphine
– Jérôme Maati,  IAE de Lille, Ecole universitaire de Management
– Olivier Mamavi, ICD/LARA, groupe IGS
– Olivier Meier, Université Paris-Est Marne la Vallée
– Maria Mercanti-Guérin, Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris
– Gilles Paché,  Aix-Marseille Université
– Serge Raynal, Université du Québec à Chicoutimi
– Evelyne Rousselet, Université Paris-Est Marne la Vallée
– Michel Roux, Groupe international de recherche en éthique financière et  fiduciaire (GIREF)
– Sylvie Scoyez, IAE de Valenciennes
– Pascale Terrisse, Université Paris-Est Marne la Vallée
– Benjamin Vedel, IAE de Lille, Ecole universitaire de Management

S’INSCRIRE

en partenariat avecr2ie revue internationale d'intelligence économique revue internationale de management et de stratégie

Le Prix Turgot aura lieu à Bercy le 14 mars 2019

La 32e édition du Prix Turgot aura lieu à Bercy le 14 mars 2019 sous le Haut Parrainage de Bruno Lemaire, Ministre de l’économie et des finances.

Inscription exclusivement par mail avant le 2 mars sur prixturgot@outlook.fr

Les nominés du Prix Turgot 2019

  • Gilles DUFRENOT : Les pauvres vont-ils révolutionner le XXIe siècle – Atlande
  • Jean-Pierre ESTIVAL : La malédiction des comptes  extérieurs de la France – l’Harmattan
  • Guillaume PITRON : La guerre  des Métaux rares – Les liens qui libèrent
  • Bernard RAFFOURNIER : Théorie  de la comptabilité financière – Economica
  • Marie- Anne VALFORT et Stéphane CARCILLO : les discriminations au travail – Presses de Sciences Po

Les prix qui seront remis

  • Prix Spéciaux remis par Philippe DESSERTINE – Directeur Général de l’Institut de Haute Finance IHFI
  • Prix Turgot des Ouvrages Collectifs remis par Serge MASLIAH – DG de KYRIBA
  • Prix Turgot du Jeune Talent remis par Philippe LEGREZ – délégué général de la fondation Michelin
  • Prix Turgot de la Pédagogie Economique remis par Alain DEMAROLLE – Président de My Money Bank
  • Prix des Directeurs Financiers TURGOT – DFCG remis par Bruno de LAIGUE – Président DFCG
  • Prix de la Francophonie – FFA – TURGOT – eemis par le Président Steve GENTILI

L’affiche du Prix Turgot

prix turgot 2019

Colloque international « Le capitalisme, la personnalité et la culture »

L’objet de ce colloque qui est organisé à Paris – du 11 au 13 avril 2019 – est de présenter à la fois, de façon pluridisciplinaire, les relations qui régissent capitalisme, personnalité et culture, et de confronter diverses perspectives contemporaines sur le sujet.

Les effets du commerce et de l’industrie ont été un sujet de réflexion pour les philosophes, les dramatistes, et les commentateurs de la vie en société depuis l’Antiquité. Cette réflexion s’est accrue avec le développement des sociétés commerciales et capitalistes en Europe dès le XVIIIe siècle. Le théâtre, les œuvres romanesques, le développement de nouvelles théories politiques et sociales ont été la source des lumières au même titre que la philosophie. Au cours du XXe siècle, le cinéma et la télévision ont souvent débattu ces questions, qui continuent à susciter l’intérêt du grand public tout autant que celui du monde universitaire.

Le programme est disponible sur le site d’inscription.

Pour s’inscrire : http://msh-paris-saclay.fr/event/colloque-capitalisme-personnalite-culture/

Affiche du colloque LE CAPITALISME, LA PERSONNALITÉ ET LA CULTURE

Améliorer les relations donneurs d’ordres/sous-traitants dans le secteur industriel

Conférence européenne « Améliorer les relations donneurs d’ordres/sous-traitants dans le
secteur industriel » mercredi 8 février 2012 à Lyon

L’ANACT et l’Institut Confluences organisent une conférence européenne « Améliorer les relations donneurs
d’ordres/sous-traitants dans le secteur industriel » le mercredi 8 février 2012 au siège de la Région Rhône-Alpes à Lyon, avec le soutien du CESER et du Fonds social européen.

La performance de l’entreprise industrielle et de sa filière dépend de la qualité de la relation entre donneur
d’ordre et sous-traitants. Il importe donc de soutenir cette relation avec des outils de gestion, des pratiques de concertation et des politiques d’achats qui favorisent l’articulation des enjeux
techniques, économiques et sociaux sur la chaîne de valeur.

· Quelles stratégies
développent les entreprises et filières françaises et européennes ?

· Comment les pouvoirs
publics influent-ils sur ces pratiques ?

· Quelles sont les
pratiques les plus porteuses pour l’avenir de l’industrie ?

· Comment la relation
donneur d’ordre/sous-traitant intègre-t-elle la question des conditions de travail ?

Cette conférence permettra de découvrir des cas d’entreprises issus d’une étude européenne, des exemples de
pratiques de branches et des témoignages d’experts français et européens.

Elle s’adresse aux directions des achats, directions métier des groupes, sous-traitants,
partenaires sociaux, experts et acteurs publics.


Programme et inscriptions en ligne : http://www.conferencelyon-soustraitance.com

http://www.mt02.org/dossier_Une/anact/anact_logo.jpg

« Semaine de la finance » à l’ISEG Finance School

L’ISEG Finance School (membre de IONIS Education Group) organise sur ses 7 campus de France (Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Strasbourg, Toulouse) une semaine dédiée à la finance, du 18 au 22 novembre 2013.

Cette semaine est organisée, dans chaque ville, par une équipe d’étudiants de 2e année. L’orchestration de
l’événement leur permet de
mettre en pratique connaissances et savoir-faire.

Cette nouvelle édition sera ponctuée de conférences, de tables rondes mais aussi d’interviews et d’ateliers. De
nombreux professionnels de la finance viendront animer les échanges et partager leur expérience avec les étudiants.

La semaine est ouverte aux étudiants de toutes les promotions de l’ISEG Finance School ainsi qu’aux professionnels
et au public.

Parmi les conférences et tables rondes qui auront lieu tout au long de la semaine, dans les 7 campus de France,
les thèmes suivants
seront abordés :

· «
Le trading de haute fréquence » (Paris)

· «
La communication financière » (Paris)

· « Bruit numérique et
anticipation des changements économiques »
(Bordeaux)

· « Retour de la
croissance ou embellie provisoire ? Quels sont les indicateurs les plus pertinents»
(Bordeaux)

· « Crowdfunding :
investir avec 1€ en poche ou comment financer son projet sans passer par les banques ?»
(Lille)

· « La finance
est-elle devenue folle ? »
(Lille)

· « Nouvelle crise :
nouvelles régulations ? »
(Lyon)

· « Reprise
d’entreprise et LBO Small Cap »
(Lyon)

· «
La relation banque – PME : la peur du risque ? » (Nantes)

· « Les clefs d’une
négociation bancaire réussie »
(Nantes)

· «
Les tensions actuelles sur le financement des sociétés cotées au CAC 40 » (Strasbourg)

· «
Le rendez-vous des entreprises cotées (hors CAC 40) »(Strasbourg)

· «
Finances humanistes, la maxime des politiques »(Toulouse)

· «
L’humanisme Jaurésien, une place dans la finance ? »(Toulouse)

Parmi les invités :

· Laurent Fournier, Head of Business Statistics & Data Intelligence de NYSE Euronext (Paris)

· Patrick
d’Humieres
, fondateur de l’Institut RSE management et président de l’Association des conseils en RSE & développement durable (ADD)
(Paris)

· Eric
Heyer
, directeur adjoint au département analyse et prévision de l’Observatoire français des
conjonctures économiques (OFCE) (Bordeaux)

· Xavier
Gilleron
, gérant de Lexconsulting (Lille)

· Christian
Chavagneux
, rédacteur en chef adjoint d’Alternatives économiques et Rédacteur en chef d’Économie
politique (Lyon)

· Jean-Michel
Laveu
, directeur associé du fonds d’investissement Initiative et Finance (Lyon)

· Gaël Le Touzé
(ISEG Group promo 1996)
, directeur administratif et financier de Cat Amania (Nantes)

· Jean Marc
Tariant
, dirigeant du Cabinet Finance & Stratégie (Nantes)

· Joël
Chaulet
, président du conseil d’administration d’A2micile Europe (Strasbourg)

· Stéphane
Boissel
, directeur général adjoint de Transgène (Strasbourg)

· François
Masclanis
, enseignant-chercheur en sciences politiques (Toulouse)

Colloque du C.E.D.A.G. sous le haut patronage de Jean-Louis Borloo

Le Centre de Droit des Affaires et Gestion organise, sous le haut patronage de M. Jean-Louis Borloo,

ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, un
colloque international.

Cette manifestation se déroule à l’Université Paris Descartes les Jeudi 18 mars 2010 et Vendredi 19 mars 2010 sous
le haut patronage de M. Jean-Louis Borloo, ministre d’Etat, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer en charge des technologies vertes et des négociations
sur le climat

 

Jeudi 18 mars 2010 : « Quel droit pour la RSE ? »

sous la responsabilité de M. François-Guy TREBULLE

au 10 avenue Pierre Larousse, Malakoff (M°/T3 Porte de Vanves)

Télécharger le programme

 

Vendredi 19 mars 2010 : « Quels modèles de gestion pour quelle RSE ? »

sous la responsabilité de Mme Odile UZAN

au 12 rue de l’école de médecine, Paris VIe (M° Odéon)

 

Télécharger le programme

Vous
trouverez le bulletin d’inscription en cliquant ici

Du réalisme économique dans le traitement de l’information

A travers trois thématiques, « raconter des
histoires », raconter une histoire, raconter l’Histoire, les auteurs de La bêtise économique http://labetiseeconomique.wordpress.com/le-livre-extraits  (Perrin, 2008) s’interrogent
sur la part de l’historicité et du réalisme économique dans le traitement de l’information économique aujourd’hui.

L’article est en ligne, visible sur la page d’accueil : http://www.communication-sensible.com

Le débat
est ouvert sur : http://labetiseeconomique.wordpress.com

Source : Catherine Malaval

PLANETE PME s’ouvre sur la Méditerranée

6e édition le mardi 3 juin 2008 à Marseille au Palais des Congrès – Parc
Chanot, sous le Haut Patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République.
 
Planète PME, le seul événement entièrement dédié aux patrons de PME, tiendra sa 6e édition le 3 juin prochain à Marseille. Plusieurs milliers de chefs d’entreprise sont attendus.
Conçue comme le prélude économique à la rencontre des chefs d’Etat de l’Union méditerranéenne le 13
juillet, Planète PME 2008 a décidé de se décentraliser à Marseille et de se thématiser.
Jean-François Roubaud, Président de la CGPME, donne rendez-vous aux patrons de PME français et internationaux, en présence de nombreuses
personnalités économiques et politiques.
Lancement du nouveau site internet de l’événement : Retrouvez toutes les informations sur www.planetepme.org
Contacts Visiteurs et pré-programme : www.planetepme.org 

Toutes les informations sur www.cgpme.fr

Colloque Altares et AFDCC sur LME : 1er Bilan et perspectives d’avenir

Altares organise en partenariat avec l’AFDCC (Association Française des
Credit Managers) une Conférence Débat sur le thème LME : 1er BILAN ET PERSPECTIVES D’AVENIR

 

• Où en sont les entreprises dans l’application de la LME ?

• Comment évoluent concrètement les délais de paiement et les dérogations ?

• 4 mois après la mise en place de la loi, quelles sont les bonnes pratiques des Directions Financières

 

Cette Conférence se tiendra mardi 28 Avril prochain , de 9h à 11h à l’Hôtel Astor Saint Honoré, Salon Scott
Fitzegerald 11 rue d’Astorg 75008 Paris.

 

Les 3 principaux intervenants seront Jean Didier Clemençon, Président de l’AFDCC, Thierry Millon,
Directeur des Analyses chez Altares et David Comte, Directeur de l’Observatoire des comportements de paiement chez Altares.

 

www.actualconsultants.fr