Archives de catégorie : Les amis de LaRSG

Jean Miot s’est éteint ce mardi 18 avril

Figure de la presse, Jean Miot s’est éteint dans la nuit de lundi 17 à mardi 18 avril dans son Berry natal, à l’âge de 77 ans.

Une cérémonie se tiendra vendredi 21 avril à 15h30 en l’église Saint Justin de Levallois-Perret.

Nous lèverons un verre à sa mémoire à L’Opportun, 62 Boulevard Edgar Quinet – 75014 Paris.

L’inhumation se déroulera dans l’intimité familiale.

Jean Miot
Jean Miot

Le Palmarès du Prix TURGOT 32e édition

« … Ce grand rendez-vous annuel de la littérature et de la pédagogie Economique met à l’honneur, à la fois des personnalités de notoriété mondiale, auteurs confirmés, et de nouveaux talents très prometteurs : Des éclairages lumineux, humains, sociaux, théoriques et économiques pour relever les défis du « Nouveau Monde » et lutter contre la pauvreté et les inégalités… ».

La 32e édition du Prix Turgot a eu lieu à Bercy le 14 mars 2019, comme nous l’annoncions, sous le Haut Parrainage de Bruno Lemaire, Ministre de l’économie et des finances, et Jean-Claude TRICHET, Président du Grand Jury, a proclamé :

Grand Prix d’honneur de la 32e édition

Monsieur le Gouverneur Michel CAMDESSUS
Ancien Directeur Général du FMI
Auteur de « Vers le Monde de 2050, ce que l’avenir nous réserve » chez Fayard

LAUREAT de la 32e édition du PRIX TURGOT

Monsieur Guillaume PITRON
pour son ouvrage « La guerre des métaux rares » – Les liens qui libèrent
remis par Laurent MIGNON – Président du groupe BPCE – Président en exercice du Cercle Turgot

PRIX du JURY

remis par Patrick COMBES – Président du groupe Viel et Cie

  • Gilles DUFRENOT – Les pauvres vont-ils révolutionner le XXIe siècle – Atlande

Mentions d’honneur :

  • Jean-Pierre ESTIVAL La malédiction des comptes extérieurs de la France – L’Harmattan
  • Bernard RAFFOURNIER Théorie de la comptabilité financière – Economica
  • Marie-Anne VALFORT et Stéphane CARCILLOLes discriminations au travail – Presses de Sciencespo

remis par Catherine LESPINE Présidente du Groupe INSEEC-U

Prix Spéciaux : avec Philippe DESSERTINE – Directeur Général de l’Institut de Haute Finance IHFI

Prix Turgot des Ouvrages Collectifs remis par Serge MASLIAH DG de KYRIBA
« Le financier, le juriste et le geek » – Maxima – dirigé par André-Paul BAHUON – Président de CCEF et Jean-Jacques PLUCHART, Professeur émérite -ae IHFI

Prix Turgot du Jeune Talent remis par Philippe LEGREZ délégué général de la fondation Michelin
Sylvestre FREZAL – Quand les statistiques minent la France et la société – l’Harmattan

Prix Turgot de la Pédagogie Economique remis par Alain DEMAROLLE, Président de My Money Bank
Antonin BEREAUD – Gilbert CETTE – Rémy LECAT Le bel avenir de la croissance – Odile Jacob

Prix des Directeurs Financiers TURGOT – DFCG remis par Bruno de LAIGUE Président DFCG
Pierre-Antoine DONNETQuand la Chine achète le monde – Ed. Piquier
Mention Spéciale à Bernard RAFFOUNIER – Théorie de la comptabilité financière – Economica

Prix de la Francophonie – FFA- TURGOT remis par le Président Steve GENTILI
Bruno METTLING – Le temps de l’Afrique digital – b. Africa
Mentions Spéciales Monsieur l’Ambassadeur KEREKOU Moïse Tchando – Vision Africaine – l’Harmattan et Hillel RAPOPORT – Repenser l’immigration en France – Rue d’ULM.

L’affiche du Prix Turgot

prix turgot 2019

Nouveau site pour la Revue de Management et de Stratégie

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de la Revue de Management et de Stratégie.
La Revue de Management et de Stratégie est une revue académique, 100% en ligne, éditée par le groupe VAPRESS. L’ambition majeure de la revue est de reconnecter la recherche académique en sciences de gestion avec la pratique en publiant des articles scientifiques originaux et opérationnels n’excédant pas 15.000 signes. Les contributions sont soumises à un protocole d’évaluation à triple aveugle mené par deux académiques et un praticien reconnu.  Les arbitrages sont rendus dans un délai maximum de 30 jours.
La Revue de Management et de Stratégie a ainsi pour objet de devenir une référence, tant académique que professionnelle, en matière de publication des meilleures analyses et propositions d’innovations managériales et stratégiques.
revue rms

J’entreprends, le MOOC qui facilite l’entrepreneuriat en Tunisie

Un nouveau MOOC intitulé « J’entreprends » visant à développer l’esprit d’entrepreneuriat est en préparation en Tunisie et devrait débuter avec une mise en ligne dès l’été 2016 sous l’adresse www.moocy.tn (nous ferons un article sur LaRSG.fr pour indiquer la mise en ligne du service).

J’entreprends : la promesse d’indépendance entrepreneuriale à distance

Que l’on soit porteur d’un projet d’entreprise, en attente des compétences nécessaires à la réalisation d’un plan d’affaires ou désireux d’obtenir un soutien dans le cadre d’un accompagnement distant partout dans le monde ces questions restent les mêmes, que l’on soit en France, en Europe ou pour le cas d’espèce en Tunisie.

Cette idée simple, Mohamed Ben Saâd, a décidé de la faire sienne pour initier un projet ambitieux de MOOC francophone dans le domaine de l’entrepreneuriat. Dès l’origine du projet, il a décidé de réunir autour de lui une équipe d’enseignants-chercheurs en sciences de gestion tunisiens – dont LaRSG connait depuis longtemps les compétences indéniables.

Des soutiens de taille

Comme le précise Mohamed Ben Saâd, co-fondateur de Tunisie Université Numérique : “sur Internet, le monde est petit”, mais à grand projet, grands soutiens. C’est le cas avec l’appuis d’Estim Université – une école privée Tunisienne – complété par l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sousse, qui pourraient faire décoller le projet avec un vivier envisagé de près de 8.000 inscrits dès la première session.

Cette facilité technique permet également d’envisager d’autres partenariats , notamment par le soutien de programmes d’aides internationaux au développement qui sont attendus d’ici peu notamment en raison de l’accompagnement des porteurs de projets proposé gratuitement, comme du soutien déjà affirmé des autorités gouvernementales tunisiennes en la personne de Noomen Fehri, le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, qui précisait d’ailleurs fin avril à African Manager : « L’école numérique est le meilleur moyen pour assurer l’égalité des chances ».

Un projet – en tout état de cause – qui pourrait inspirer l’Agence France Entrepreneurs.

Les premiers MOOCs attendus

Une première série de MOOC (Massive Open Online Courses, que l’on peut traduire par « cours en ligne ouvert et massif ») sont actuellement en préparation – sous forme d’un programme e-learning complet sous l’appellation ombrelle “J’entreprends” :

  • Mon projet, comment le protéger de l’idée à la réalisation
    Ce MOOC a pour objectif d’expliquer les différentes démarches à suivre afin de protéger son projet ainsi que les principes fondamentaux du droit des affaires.
  • Plan d’affaires pour les non-financiers
    Ce MOOC a pour objectif l’accompagnement des porteurs de projet au niveau de l’élaboration de leurs plans d’affaires et comportera deux grands volets : l’étude financière et la stratégie marketing.
  • Intelligence émotionnelle pour être mieux avec soi et avec les autres
    Ce MOOC explique comment acquérir l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres.
  • Stratégie d’entreprise, les grands axes
    Ce Mooc a pour objectif d’aborder les fondements de la stratégie d’entreprise afin d’aider l’apprenant dans le choix des actions menées par son entreprise.

mooc tunisie

Les premiers partenaires :

estim universite J'entreprends ecole nationale ingenieurs de sousse J'entreprends

Michel Leclerc en appelle aux candidats à la présidentielle

Michel Leclerc en appelle directement aux différents candidats à la présidentielle : « Quand allez-vous en finir avec les demi-mesures alors que l’on peut augmenter de 34% le pouvoir d’achat et atteindre ainsi le plein-emploi ? »

Yves Soulabail interroge Michel Leclerc

Pour une relance massive du pouvoir d’achat en France

Michel Leclerc a déjà de nombreux combats à son actif. Aujourd’hui, il lance un appel solennel aux candidats à la présidentielle : « Je demande une relance massive du pouvoir d’achat en France sinon nous allons à la catastrophe ». Pour cela, précise-t-il, « il faut baisser les prix de revient en appliquant le plan de relance tel qu’il était prévu par Édouard Leclerc [mon frère] et le général de Gaulle. C’est un plan de « Transfert de toutes les cotisations salariales et patronales sur le budget de l’État permettant la Relance Économique et Sociale » (T.R.E.S.) qui n’a jamais été déployé en France. C’est une urgence ! » Une pétition est d’ailleurs en ligne.

Michel Leclerc veut en finir avec les demi-mesures

« L’idée du Général de Gaulle et de mon frère était simple : libérer les énergies de la France grâce au transfert de toutes les cotisations supportées aujourd’hui par les salaires vers le budget de l’État. Il s’agit bien de 100% des cotisations salariales et patronales. Cela concerne les allocations familiales, l’assurance maladie, la maternité, l’invalidité, le décès ou encore la couverture chômage » souligne Michel Leclerc. Malgré l’augmentation de 3% de CSG pour compenser, cela libère immédiatement 178 € nets pour un Smic qui passe alors à 1.317 € par mois. Tous les salaires seront augmentés automatiquement d’environ 15%.

« Aux patrons, nous demandons que la réduction des cotisations soit destinée – à hauteur de 20% – à investir, se désendetter ou encore faire de la recherche. Surtout, il faut orienter les 80% restants de l’économie réalisée à réduire les prix de revient et donc les prix de vente. C’est là la clé du succès de ce plan.

La hausse des salaires nets à laquelle s’ajoute la baisse des prix de vente, de 10 à 15% en moyenne, génère 34% de pouvoir d’achat supplémentaire par exemple au niveau du Smic. Ainsi, la hausse de la TVA de 4% nécessaire sera totalement absorbée pour les ménages et les entreprises. »

Certains disent que les patrons ne redonnent jamais l’argent : « Moi, Michel Leclerc, je vous dis qu’il sera de leur intérêt de le faire. De plus, les consommateurs leur demanderont. Et s’il le faut, l’État fera le nécessaire. »

« Même les collectivités locales verront, comme l’État, réduire le coût de leur masse salariale. Il ne sera plus nécessaire de supprimer les fonctionnaires dont on nous parle tant mais juste de leur donner de nouvelles missions. L’État n’est pas une start-up mais il lui est possible d’innover. »

Pour plus d’équité

« Chacun a droit à une couverture sociale. Nous voulons pérenniser son financement et que chacun puisse y contribuer dans la mesure de ses capacités. C’est une question de dignité » déclare Michel Leclerc.

Le gain est énorme pour les salariés

Michel Leclerc prévient : « Attention, pour beaucoup de candidats à la présidentielle, nous voyons des réformes partielles qui n’aboutiront pas au plein-emploi. Le plein-emploi est pourtant la seule solution à tous nos problèmes. »

Yves Soulabail, chef d’entreprise qui soutient ce plan de relance, précise : « Nous ne doutons pas de la volonté de ces politiques mais nous savons depuis trop longtemps que les actions marginales ne réussissent jamais. Il y a pourtant tant de précarité à solutionner ».

Ce plan nécessite une mise en place globale et rapide. Ce renouveau économique fera de la TVA sociale un dispositif essentiel de financement de notre protection sociale.

Pour Michel Leclerc cette innovation économique redonnera à la France sa position de grande puissance. « Cela se fera ‘‘sans sang ni larme’’, dans l’intérêt commun de tous nos concitoyens. Les Français ne peuvent qu’adhérer à un tel plan et l’élection du prochain candidat en dépendra ».

Le site reprenant les chiffres www.tva-sociale.fr

Michel Leclerc

Aides à la recherche du Comité pour l’histoire de l’Inserm

Le Comité pour l’histoire de l’Inserm a été créé en janvier 2017 pour contribuer à une meilleure connaissance de l’institution, de ses travaux et plus largement de la santé et de la recherche médicale.

Pour la rentrée 2018, il propose un soutien financier aux étudiants de master qui s’engageront dans un mémoire de recherche concernant l’histoire de l’institution ou plus largement l’histoire de la recherche biomédicale et des questions de santé. Les candidats, historiens ou étudiants relevant d’une autre discipline mais intégrant dans leur mémoire une approche historienne significative, peuvent élaborer avec l’aide d’un directeur de recherche leur propre sujet. Des thématiques sont également proposées par le Comité.

Sur cette base, les candidats peuvent postuler selon les modalités suivantes :

  • Les candidatures seront examinées par le Comité. Elles seront impérativement accompagnées de la recommandation du directeur ou de la directrice du mémoire de recherche.
  • Le montant du soutien financier pourra atteindre un montant maximum de 3 000 euros en fonction des spécificités de chaque projet.
  • Les modalités de versement de l’aide financière seront précisées aux candidats une fois leur dossier retenu.

Retrouvez plus d’informations sur le site http://histoire.Inserm.fr/

La date limite de réception des dossiers de candidature est fixée
au 19 octobre 2018.

Comité pour l’histoire de l’Inserm
http://histoire.inserm.fr/
101, rue de Tolbiac, 75654 Paris Cedex 13
Contact : pascal.griset@ext.inserm.fr

L’AFEP inquiète sur les résultats des qualifications aux fonctions de Professeur

À l’issue de la session de qualifications du CNU 2018, l’AFEP a exprimé son inquiétude concernant les résultats des qualifications aux fonctions de Professeur. Ces résultats étaient particulièrement défavorables vis-à-vis des candidats adoptant des méthodologies, cadres théoriques ou outils non standard. L’inquiétude était d’autant plus vive que ces résultats sont en retrait par rapport à ceux des années précédentes.

L'AFEP

L’AFEP inquiète pour le pluralisme

“Depuis la publication de notre communiqué, nous avons été informés de 9 recours hiérarchiques, établis de manière coordonnée par des candidats recalés à la session de qualification 2018. Une telle action est un des symptômes d’un contexte institutionnel extrêmement défavorable au pluralisme, malgré les décisions de début de mandat de cette formation CNU (voir ici le relevé de décision de la session plénière du 8 janvier 2016 ou ici les recommandations aux candidats).

Le constat porté par l’AFEP depuis dix ans maintenant d’un recul du pluralisme dans la recherche et l’enseignement supérieur en France est à nouveau conforté.

Le durcissement de cette année rappelle que les évolutions institutionnelles positives observées depuis 2010 (principalement le décontingentement de l’agrégation du supérieur) n’ont conduit à aucune transformation structurelle. De fait, un poids démesuré est attribué en pratique à une liste hiérarchisée de revues discriminant les approches non mainstream. Cela discrimine inévitablement des candidats malgré des dossiers solides d’un point de vue de la recherche, de l’enseignement et des prises de responsabilité et d’encadrement de la recherche. Bref, malgré toutes les qualités attendues de dossiers de professeurs des universités. De surcroît, les critères mobilisés lors des sessions du CNU 05 pour juger de la qualité des différents dossiers continuent d’être insuffisamment explicités, non systématiques, laissant libre cours à l’arbitraire.

Dans l’état de la discipline ce juste combat pour le pluralisme est impossible à mener. L’AFEP considère donc toujours qu’il n’y a pas de meilleure solution que la création d’une nouvelle section « Économie et société ».

Académie des Sciences Commerciales : Jean-Paul Aimetti nouveau président

Lors de la dernière Assemblée Générale de la prestigieuse Académie des Sciences Commerciales, Jean-Paul Aimetti a été élu président du bureau, en lieu et place d’Alain Metton, qui exerçait la fonction depuis plusieurs années. Cette réunion du 12 juin 2018 fut l’occasion d’échanges forts sympathiques et constructifs autour des implications de l’intelligence artificielle dans le secteur commercial.

Jean-Paul Aimetti
Jean-Paul Aimetti

Une Académie des Sciences Commerciales qui suit l’actualité du secteur

Pour Jean-Paul Aimetti, Professeur émérite – Chaire Marketing du CNAM  : “L’Académie des Sciences Commerciales doit pouvoir vivre d’un nouvel élan dans ce monde qui bouge en permanence. La mutation numérique en cours bouleverse les méthodes et les initiatives commerciales avec des bénéfices incontestables mais également des dérives potentielles que je développe dans mon récent ouvrage “No Data, Quelle liberté dans un monde numérique ?” Analyser cet environnement en modification perpétuelle est ainsi une tâche ardue, d’autant plus si l’on veut comprendre les faits qui forgeront les tendances des prochaines années.”

Pour Alain Metton, Docteur en géographie et Docteur es-Lettres. Professeur émérite de l’Université de Paris-Est Créteil, il est “en effet important que l’Académie puisse suivre l’évolution du secteur commercial. Chaque année nous récompensons les meilleurs travaux professionnels au travers de la remise des Prix et médailles. J’ai eu le plaisir, à l’occasion de ma dernière présidence, d’accueillir Philippe Houzé comme Président du Directoire du groupe Galeries Lafayette pendant la 56e célébration rassemblée au sein de l’ESCP Europe et lui remettre le Diplômes d’Honneur de notre Académie. Grâce à la gratitude de professionnels de cette envergure, nous pouvons continuer inlassablement à adapter notre dictionnaire. C’est d’ailleurs un projet qui nous a valu dernièrement une reconnaissance dans le cadre des échanges internationaux que la France assure avec la Russie.”

Un nouveau membre

Un nouveau membre a été accepté avec enthousiasme et à l’unanimité par l’Académie : Yves Soulabail, secrétaire général de rédaction de LaRSG, bien connu dans le milieu de la distribution pour son ouvrage sur Carrefour et ses travaux sur les débuts de l’expérience entreprise par Edouard Leclerc, fondateur de l’enseigne bien connue du grand public.

Yves Soulabail Académie des Sciences Commerciales
Yves Soulabail

Gérard Gallo, Yves Soulabail et Alain Metton
De g. à d. : Gérard Gallo, Yves Soulabail et Alain Metton

Une vision de l’intelligence artificielle

En fin d’assemblée générale, Julien Levy, professeur affilié à HEC et Directeur du Centre Digital d’HEC – a donné l’occasion d’échanges en profondeur entre les membres de l’Académie suite à son exposé remarquable sur l’impact de l’Intelligence artificielle et ses implications pour les entreprises.

Jean-Paul Aimetti
De g. à d. : Jean-Paul Aimetti, Julien Levy et Alain Metton

Claude Brosselin, Alain Metton, Michel-Alexandre Bailly, Thérèse Angué et Alain Metton
De g. à d. : Claude Brosselin, Alain Metton, Michel-Alexandre Bailly, Thérèse Angué et Jean-Paul Aimetti

LaRSG arrive sur Twitter

LaRSG arrive enfin sur Twitter… Et oui, il y a toujours du neuf au sein de La Revue des Sciences de Gestion – direction et gestion des entreprises. Du neuf pour aider à développer la recherche en gestion francophone, du neuf pour diffuser les auteurs qui font confiance à notre publication.

LaRSG sur les réseaux sociaux dont Twitter

Nous mettons toujours à disposition sur notre site internet les titres des articles que nous diffuserons dans nos prochains numéros.

LaRSG la revue des sciences de gestion

Nous apprenons la mort tragique de Robert Paturel

Nous apprenons avec une grande tristesse la mort tragique de Robert Paturel, dans un accident impliquant une voiture à Arras. Un collègue et d’un auteur de La Revue des Sciences de Gestion

Professeur des universités à la carrière brillante. L’homme allait avoir 70 ans en juillet.

Nos pensées vont à son épouse Martine Paturel qui confesse dans la presse locale “qu’elle va avoir besoin de beaucoup de temps pour se considérer veuve. La disparition de son époux Robert, écrasé par une voiture dans des conditions dramatiques, ce vendredi à Arras, laisse déjà un grand vide en elle.”

Robert Paturel Martine Paturel

Pourquoi la police française interpelle la journaliste d’un quotidien suisse « Le temps » ?

Après l’interpellation de Caroline Christinaz, journaliste au quotidien suisse « Le temps » et son interrogatoire par la gendarmerie française alors qu’elle effectuait un reportage sur les migrants passant d’Italie en France, au col de l’Echelle, dans les Hautes-Alpes, l’UPF- France demande au procureur de la République de justifier un tel comportement de la part des enquêteurs.

L’UPF-France déplore la façon dont la gendarmerie, dont l’action aurait dû se limiter à un contrôle d’identité, a procédé à un long interrogatoire dans les locaux de la brigade, comme si la journaliste était une délinquante.

L’UPF-France déplore ce qui apparaît comme une atteinte à la liberté de la presse et à la protection des sources. Et apporte son soutien entier à Caroline Christinaz.

Paris, le 15 novembre 2017

Gérard Bardy, président de l’UPF-France