N°296 – Au secours le « scientisme » est de retour !

Modifié le

Au secours le « scientisme » est de retour !

par Philippe Naszályi – Directeur de La RSG

consulter sommaire
Philippe Naszalyi LaRSG Stratégies et innovations

Il fallait s’y attendre, mais est réapparu dans les bagages des idées néolibérales, habitées toujours au fond par le mythe de l”homo economicus, le scientisme et sa volonté de tout expliquer par une raison qui n’a que de très loin rapport avec une méthodologie cartésienne bien comprise.

Ad veritatem per scientiam, lisait-on au fronton de l’observatoire de Camille Flammarion, il y a deux siècles. Être moderne désormais, du moins en France, consiste donc à ressasser les idées développées par quelques physiocrates de la deuxième moitié du XVIIIe siècle et quelques rationalistes du siècle suivant !

Les attendus et arguments qui justifient les récentes ordonnances réformant le droit du travail en France, sont à peu de chose près les mêmes que ceux de l’Édit de Turgot de février 1776 puisque comme de nos jours, les « codes sont obscurs » ! À l’instar de nos juges prud’homaux, les jurés d’alors ont besoin d’être encadrés pour éviter que des sommes importantes soient dilapidées dans des procès (sic).

Bien entendu la liberté de circulation de la main-d’œuvre est une bonne chose et il ne faut pas craindre « que l’affluence subite d’une multitude d’ouvriers nouveaux ruine les anciens, et occasionne au commerce une secousse dangereuse ». L’accueil des travailleurs anglais, non pas chassés par le Brexit, mais alors par l’Indépendance des colonies américaines, est une opportunité du moment qui justifie des mesures particulières… « S’il y a un moment où l’on puisse espérer d’attirer en France beaucoup d’ouvriers anglais, et avec eux une multitude de procédés utiles inconnus dans nos fabriques, c’est celui-ci ! ».

L’innovation n’est pas non plus en reste dans cet argumentaire contre l’organisation du travail qu’on veut disqualifier car il existe des « difficultés multipliées que rencontrent les inventeurs auxquels différentes communautés disputent le droit d’exécuter des découvertes qu’elles n’ont point faites ». Même aussi et déjà, sont remises en cause certaines formations professionnelles jugées inutiles, en 2016 c’était notamment celles des coiffeurs[1], car « fermant la porte à tout ouvrier qui n’a pas passé par de longues épreuves, et en général aux étrangers » écrit Turgot. Quant à Madame de La Fayette, elle n’a qu’à bien se tenir[2] !

On pourrait s’en arrêter là, dans ce rapide et instructif comparatif entre les textes dits modernes et leurs devanciers d’il y a trois siècles que l’on vient de citer. Ce serait oublier cette croyance, cette conviction même et affirmée en la régulation optimale par le marché : « dans les lieux où le commerce est le plus libre, le nombre des marchands et des ouvriers de tout genre est toujours limité et nécessairement proportionné au besoin, c’est-à-dire à la consommation ».

L’étude de l’actualité est devenue un bain de jouvence pour un « moderniste » voire pour un « contemporanéiste » au sens des historiens français, et qui les change de l’habituelle référence aux années 1930, toujours largement exploitées par une caste politique qui ignore généralement ce qui s’est passé avant. Les imbéciles et les ignares croient toujours que leurs idées sont neuves et qu’ils sont des innovateurs ! Les plus cyniques exploitent la méconnaissance générale et la crédulité publique grâce à la complicité des médiocrates que l’information en continu devenue un produit à vendre et donc une communication, a érigé en arbitre d’un prêt à penser réduit aux émotions et aux lynchages.

À ce plagiat des idées libérales initiées notamment par un Clicquot de Blervache dont le mémoire sur les « obstacles que les corps de métiers apportent au travail et à l’industrie, avait été primé par l’Académie d’Amiens », (l’histoire offre quelques clins d”œil) en 1757, ce que l’on nomme néolibéralisme de nos jours, s’ajoute naturellement car ils sont fils d’une même pensée, cet autre sophisme qu’est le « scientisme » ! Même si l’école autrichienne en économie a essayé de faire passer cette doctrine pour celle du clan haï des « planificateurs » ou « collectivistes », il faut bien constater, tout en restant le plus impartial qui soit, que les justifications « scientistes » se trouvent le plus souvent dans ceux qui apportent de l’eau au moulin des produits les moins défendables des firmes industrielles ! Car c’est effectivement dans le domaine de la santé que cette alliance contre nature fleurit le plus et depuis bien longtemps. Les comités Théodule dits de déontologie sont aussi myopes que des taupes (celui de l’administration française semble vouloir s’illustrer par son aveuglement) et sauf très rares exceptions, les déclarations obligatoires de liens d’intérêts sont autant d’inutiles prétextes à une bonne conscience pharisaïque.

Mais les scientistes en santé, ne sont pas seulement des affidés plus ou moins stipendiés des grands groupes ou leurs dévots soumis par une mauvaise compréhension du « doute méthodique », ils professent en outre « qu’en dehors de la connaissance scientifique, aucune autre forme de connaissance n’est légitime[3] ». L‘on est confondu devant tant de suffisance et de prétention alors que le cerveau humain est encore si vaste à explorer, les interactions entre molécules si inconnues qu’elles permettent une crise sanitaire comme celle du Levothyrox[4], que les pratiques médicales des autres civilisations échappent pour beaucoup à nos perceptions comme celles des médecines « dites alternatives » dont fait partie l’homéopathie…

L’appel des 124 « médecins et professionnels de santé[5] » contre les médecines alternatives, appelées « fake médecines » vaut son pesant de suffisance, de vision limitée à un scientisme qui exclut toute ouverture à des pistes à venir et des découvertes dans des champs jusqu’ici inconnus. Ce relent de « vraie foi », qui en fait de véritables émules de Torquemada, nous rappelle avec sourire que le Dr Georges Clemenceau, fier de son titre de médecin, fut avec nombre de professionnels de santé, y compris de l’Académie de Médecine, un virulent propagandiste de la « théorie de la génération spontanée » contre la « découverte » des microbes de Pasteur, à qui on reprochait de n’être même pas médecin ! Contre ces nouveaux inquisiteurs agissant au nom des vérités qu’il faudrait démontrer avec une seule méthode, c’est un rejet de tout découverte hors du connu.

Devant les plaies, Saint Thomas a cru, mais un scientiste ne l’aurait pas fait car son présupposé l’aurait empêché de faire même le constat puisqu’il va contre la vérité scientifique du moment !

On est affligé devant tant de suffisance qui démontre tant de vacuité et qui empêche en fait l’expérimentation, le doute et la marche en avant. « Nous n’avons pas le droit d’avoir un désir, quand la raison parle ; nous devons écouter, rien de plus ; prêts à nous laisser traîner pieds et poings liés où les meilleurs arguments nous entraînent » disait déjà Renan[6].

Ce n’est évidemment pas cette religion de substitution qui rend serf que nous avons voulu développer dans ce numéro en plaçant l’Intelligence comme principe, l’« intelligence des choses » est bien autre et bien plus riche que ces quelques 124 Diafoirus devenus Trissotin et il y a fort à parier que quelque ministre ou Haute Autorité ne serve de Vadius !

Ce qui est indémontré avec nos modestes connaissances du moment ne peut être voué aux gémonies par quelque pédant ou quelque ayatollah !

C’est donc avec cette approche ouverte sur la multiplicité que nous continuerons à rejeter cette science-là en ne séparant pas ce qui la connaissance du laboratoire et celle du terrain ce que dénonce comme nous, Boris Cyrulnik car « Il n’y a pas d’intelligence froide. Il n’y a d’intelligence qui si elle est éveillée. Pour cela, il faut qu’il y ait des émotions et une relation ».

C’est ce que les deux dossiers de ce numéro présentent :

– « Intelligence et perceptions » entend intégrer différentes approches fondées sur la diversité des points de vue pour pouvoir appréhender cette part essentielle dans les organisations que sont :

– « Investissements et gouvernance », un lien ténu, lui-aussi circonstanciel du fait des différentes cultures entrepreneuriales dans le temps et dans l’espace.

« Je crois que 2 et 2 sont 4 et 4 et 4 sont 8 » répond Don Juan à Sganarelle[7] qui demandait à son maître à quoi il croyait.

Eh bien, en ce qui nous concerne et parce que pour paraphraser Térence tout ce qui est humain ne nous est pas étranger, et est aussi sciences de gestion, nous pensons aussi que 1 et 1 sont parfois 3 et que 2 et 2 sont parfois 5, et que tout cela est Intelligere : comprendre, penser, réfléchir, estimer, évaluer, percevoir… en fait tout sauf rejeter l’altérité !

Et nunc, reges, intelligite, erudimini, qui judicatis terram[8] !


[1]. https://www.ladepeche.fr/article/2016/03/14/2303393-macron-defrise-les-coiffeurs.html

[2]. https://www.lemonde.fr/cinema/article/2011/03/29/et-nicolas-sarkozy-fit-la-fortune-du-roman-de-mme-de-la-fayette_1500132_3476.html.

[3]. Marie-Hélène Parizeau, Biotechnologies, nanotechnologies, écologie, entre science et idéologie, éd. Quae, 2010.

[4]. http://sante.lefigaro.fr/article/levothyrox-un-nombre-inedit-d-effets-indesirables/ , 30/01/2018.

[5]. http://sante.lefigaro.fr/article/l-appel-de-124-professionnels-de-la-sante-contre-les-medecines-alternatives-/, 27/02/2018.

[6]. Ernest Renan, Examen de conscience philosophique, Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 94, 1889 (p. 721-737).

[7]. Don Juan ou le Festin de pierre, III, 1.

[8]. « Et maintenant, rois de la terre, instruisez-vous, vous qui décidez du sort du monde ! » Psaumes, 2, 10, cité par Bossuet dans son oraison funèbre d’Henriette-Marie de France, reine d’Angleterre, 16 novembre 1669.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.