Archives de catégorie : revue

n°216 La Revue des Sciences de Gestion – Editorial par Philippe Naszalyi – La République n’a pas besoin de savants !

Modifié le

« La République n’a pas besoin de savants ! »

 par Philippe NASZÁLYI

Directeur de La Revue des Sciences de Gestion
direction et gestion des entreprises

Terrible et lourde de conséquences, cette réplique du président du Tribunal révolutionnaire1scellant le sort du « législateur de la chimie »2qu’est Lavoisier3qui demandait au prononcé de sa condamnation à mort, quelques jours de grâce, pour terminer une expérimentation. Il est vrai que le Tribunal révolutionnaire restait dans la logique de la Convention qui avait supprimé quelque temps auparavant, l’Académie des sciences4.

On peut raisonnablement se demander si les lointains successeurs de la dite Convention, fondatrice de la République française, ne sont pas dans les mêmes dispositions envers nos modernes savants que sont les « chercheurs ».

La marchandisation du savoir

« Chercheur » : ce mot vague, parfois moqué est souvent utilisé dans un sens très restrictif.

Si la recherche médicale ou biologique trouve en général grâce, la recherche fondamentale est plutôt regardée avec mépris par ceux qui attendent d’un chercheur qu’il valorise le « grille-pain » ou invente l’objet qui permettra une rentabilité immédiate dans le sens actuel « de la marchandisation du savoir »5.

Si les hommes d’affaires ont bien souvent une vision qui n’excède pas une année, que dire des hommes politiques dont l’horizon ne dépasse
parfois pas quelques jours et, en tout cas, la « une du 20 heures ». C’est dans cet esprit qu’après avoir célébré en grande pompe, notre admirable défaite navale de Trafalgar6, par, et avec les Anglais, les mêmes n’ont pas eu la raison de s’impliquer dans la célébration d’Austerlitz de cettemême année 18057.

Quel rapport pourra-t-on penser entre la décapitation de Lavoisier et la célébration de la victoire de Napoléon Ier? – loin de nous, l’anachronisme ou l’amalgame !

Nous nous garderons comme d’aucuns, de juger le passé à la lumière du présent, ce qui constitue la plus grande forme d’intolérance, de manque de jugement et d’« ascienticité », mais de comprendre le présent, à la lumière des événements passés.

C’était déjà tout le problème du grand Joseph Roth dans les années 30 : « comment résister à un imbécile ? »8et de plus, ne pas être écouté comme Cassandre ! La Convention décapite les savants et supprime l’Académie des sciences. Rétablie à peu près, dès 1795, cette indispensable réunion des savants élit parmi ses membres, le jeune « mathématicien » passionné qu’est le vainqueur d’Italie, le général Napoléon Bonaparte, en 1797. Les connaissances de ce dernier en sciences, et particulièrement, en mathématiques sont évidentes et connues, même si, bien sûr, son élection demeure aussi politique9.

Toutefois, c’est bien entouré de 150 savants qui vont illustrer tant d’excellences scientifiques dans tous les domaines que le futur empereur part en Egypte en 1798.

De manière comparable, quelque temps après, la victoire d’Austerlitz annonce l’Europe française de 1811. « Et cette Europe, ou du moins ses
élites, parlaient une seule langue, le français, dont Rivarol avait vanté l’universalité dans un discours couronné par l’Académie de Berlin
».10 […] « L’Europe de Napoléon reposait sur la force et sur une édification empirique. Lorsqu’il annexe, lorsqu’il impose, l’empereur ne fait jamais appel au référendum, ce plébiscite dans l’utilisation duquel il était passé maître en France. Le Grand empire est d’abord une machine de guerre contre l’Angleterre : fermer le continent aux marchandises anglaises pour ruiner son commerce et son industrie et précipiter la chute de la livre sterling, condamnant ainsi « la perfide Albion » à accepter la paix.11»

Toutes les raisons pour les thuriféraires des marchés, de ne pas célébrer Austerlitz sont déjà presque réunies dans cette comparaison entre l’ambition et la réussite politiques de l’un et la longue kyrielle d’échecs sans idéal des autres ! 

Cette « démocratie émotive »

Louis-Philippe déjà ne s’était pas grandi à essayer de se parer des cendres du défunt empereur : la leçon a, semble-t-il, été retenue, du
moins pour quelques uns qui ont encore un peu de culture historique, mieux valait parader à Trafalgar. La défaite est soeur du renoncement.

C’est le fruit de cette « démocratie émotive » que souligne encore le sociologue Gérard Mermet qui explique les choix ou plutôt les lâchetés – les non-choix – par peur de heurter ce besoin qui « existe dans nos populations […] d’éprouver les mêmes émotions que son voisin, de vibrer à l’unisson autour des mêmes slogans, de détester les mêmes symboles ou de s’identifier systématiquement à ceux qui apparaissent, à tort ou à raison comme des victimes. »12 « La rationalité a par moments beaucoup de difficultés à l’emporter sur le slogan émotionnel » le rapporte non sans humour, le généticien Axel Khan13 dans un tout autre contexte !

Dans ces conditions, il est alors plus facile d’être en fait, continuateur du président du Tribunal révolutionnaire que successeur du vainqueur d’Austerlitz ! « Décidément, la République n’a pas besoin de savants ! »

En effet, et l’histoire est là pour nous le confirmer, c’est également : « grâce à une politique volontariste (que) Napoléon a élevé (la France) au premier rang des puissances scientifiques. »14

Les différences sont ainsi confirmées et pour mieux le comprendre, il n’est que de reprendre, quelques éléments de l’avis de l’actuelle Académie des Sciences « sur l’avant-projet de loi programme pour la Recherche. » en discussion au Parlement : « Il apparaît, cependant, que la plupart de ces mesures contiennent des zones d’ombre préoccupantes parce que traitées de façon trop imprécise et ne donnant pas les garanties nécessaires pour une application satisfaisante.

En outre, certaines des dispositions proposées risquent d’avoir des effets délétères si elles sont appliquées sans mesure. Il convient ainsi d’insister sur 4 préoccupations qui devront guider la rédaction des textes, notamment des décrets d’application de la loi. Une inquiétude importante persiste, poursuit encore l’Académie des Sciences15, sur l’utilisation de l’augmentation annoncée du budget de la Recherche. Il est impératif d’une part que cette augmentation soit précisée en termes de pouvoir d’achat réel, et d’autre part, qu’elle ne soit pas réduite par les dispositions fiscales accordées aux entreprises. Si la croissance de l’effort financier dévolu à la recherche est bienvenue, celle-ci doit se traduire simultanément par des moyens accrus, pour les organismes et les universités, afin de leur redonner des capacités d’initiative et de financement des bons laboratoires, en particulier pour la recherche fondamentale. »

Décidément, pour reprendre les travaux récents d’une équipe du CNRS, il n’y a pas que les poux pour détruire l’oeuvre et les ambitions de Napoléon Ier !16 

L’absence de politique scientifique volontariste

L’absence de vision prospective et la méconnaissance de l’histoire (ce qui va généralement de pair) doublée de l’application rétroactive de
valeurs du présent sur les faits passés, redonnent sans cesse et malgré tout, vie à cette assertion barbare : « La République n’a pas besoin de savants ! ».

La France ne se situe plus que légèrement au-dessus de la moyenne des « 25 » et globalement en dessous des « 15 » dans le domaine de
l’Innovation17 largement distancée par la Suède, la Finlande ou le Danemark mais aussi par la Suisse, les Etats-Unis ou le Japon…

Comme le constatent les experts de Bruxelles, « l’indice global d’innovation » de la France est inférieur à celui de l’an passé et débute une grave tendance vers le recul. Les causes premières en sont évidentes : l’absence de politique volontariste en faveur de la Recherche, de toute la Recherche, fondamentale ou appliquée, mais aussi, et là encore, contrairement à nos concurrents d’Outre-atlantique, dans tous les domaines des sciences humaines et sociales parmi lesquelles, et nous ne cessons de le dénoncer, les sciences de
gestion sont parmi les plus mal traitées, autant par les instances et organismes de la Recherche d’ailleurs que par les hommes politiques globalement et quasi uniquement formés à l’administration
publique.

Ce n’est pas en France qu’un ministre interromprait sa carrière pour faire des études de gestion… c’est bien entendu outre-Atlantique et
particulièrement au Québec18!

Ce recul, ce besoin de réflexion par rapport à l’immédiateté est le fondement de toute action et de tout travail intellectuel, « chaque
chercheur le ressent comme une évidence : aucune activité scientifique ne peut être menée en prétendant du passé faire table rase.
»19

La connaissance scientifique n’est pas simplement utilitariste, ni de circonstance, comme le montre à l’envie les dévoiements anachroniques de l’histoire. Il n’est pas vrai que l’on puisse faire dire à l’histoire tout et son contraire. L’attribution à des personnages passés ou à des périodes anciennes, de qualifications liées uniquement à l’histoire du XXe siècle, tendant à se généraliser
ces derniers temps, aboutit à une dangereuse banalisation des crimes que l’on pense dénoncer en leur enlevant leur spécificité temporelle.

Comme Yves Coleman, et pour prendre un exemple  transalpin, nous pouvons affirmer que « ceux qui dénoncent l’avènement proche du fascisme en Italie pratiquent sciemment la désinformation ».20
On peut faire la même analyse à propos de la France contemporaine !

Si elle n’est pas immédiatement mercantile comme pour certains auteurs de « brûlots » contemporains (on pourrait même s’interroger sur la finalité réelle de ces dénonciations des siècles passés), l’action de ces demandeurs de repentance, à des morts qui ignoraient tout de ce que l’on peut leur reprocher et ne peuvent se défendre
aujourd’hui, est un trait d’union, décidément avec cette république qui « n’avait pas besoin de savants ! »…

« A vaincre sans péril… »

On se doit donc d’attendre avec impatience, à l’instar des Bourgeois de Calais, le chef de l’Etat italien venir reconnaître humblement et
publiquement les « génocides » de César contre les populations gauloises et la faute de son peuple complice des mauvais traitements envers Vercingétorix, étranglé dans sa prison romaine21 ou encore, le renouvellement de « Canossa » par le président allemand afin de faire repentance du « crime de guerre » que constitue le massacre des légions de Varus par Herman !22

Si l’ancienneté des faits conduit naturellement à sourire, elle n’en est pas moins révélatrice de la confusion des pensées qu’amène l’absence de convictions dans cet état que l’on appelle la « démocratie émotive ou émotionnelle ». Cette mode de l’accusation qui pourrait n’être qu’un moyen de faire parler de soi ou de vendre du
papier fait courir un risque majeur accru aux sciences humaines et sociales. 

L’histoire : mère de toutes les disciplines !

Comme le rappelle Gérard Noisiel, « les sciences humaines sont constamment menacées car elles sont décrédibilisés par les discours que les hommes politiques ou les journalistes tiennent sur le monde social »23.

Procéder en historien est fondamentalement le fait d’une démarche scientifique et méthodologique éprouvée : « La méthode historique présente un intérêt : l’administration de la preuve. Le fait comme preuve est au centre de sa problématique ».24

Tout comme pour les autres chercheurs, la connaissance de l’histoire et l’utilisation de la méthode historique sont aussi indispensables aux
gestionnaires. Marc Nikitin souligne fort justement : qu’« En devenant des partenaires, l’historien et le manager devront nécessairement apprendre à se connaître et se respecter. Oui, l’histoire peut-être utile au manager ! et quand elle accepte de l’être, rien ne l’oblige à se dévoyer. »25

Nous ne pouvions écrire mieux pour expliquer nos propos préliminaires : Historia magister vitae.26 Ce dernier numéro de
l’année du bicentenaire d’Austerlitz, consacré aux rapports entre les finances et l’éthique, entre tout naturellement dans cette logique que définit si bien encore, Anne Pezet lorsqu’elle écrit que : « la construction stratégique de l’investissement… serait la synthèse de la stratégie et de la finance »27. Pas plus que les autres domaines, l’éthique des affaires n’échappe pas à cette règle de la synthèse des faits : « Un cas n’est rien d’autre qu’une pseudo-histoire d’entreprise » le constatent avec raison Luc Marmonnier et Raymond.-Alain
Thiétart28.

C’est donc par le cas Enron que nous ouvrons le dossier consacré à l’évaluation des entreprises et l’éthique qui, en huit articles, fait le point de la recherche managériale la plus poussée sur cette épineuse question et illustrée par des exemples qui dépassent largement le champ hexagonal pour s’implanter dans une vision globale et francophone du management financier.

Cette éthique qui, dans l’esprit de Lévinas dont l’année 2005 qui s’achève, marque le dixième anniversaire de la mort et l’année 2006 qui s’ouvre, le centenaire de sa naissance, n’est pas recherche de « perfectionnement ou accomplissement personnel » mais responsabilités à l’égard d’autrui à laquelle le moi ne peut échapper et qui est le secret de son unicité.

Car, comme l’expose le philosophe « les activités sociales, la science et la technique sont, dans la mesure où elles ont pour but de venir au
secours de l’homme, plus « religieuses » que toute forme de sacralité. »29 

« Il n’est de richesse que d’hommes »

Les relations entre la finance et les hommes et les femmes qui constituent les entreprises n’obéissent pas « à un modèle unique en matière de relation « compétitivité – emploi » mais au contraire un ensemble de relations complexes à la fois interactives, instables, susceptibles d’évolutions drastiques, y compris par les représentations humaines d’autre part. » Nous ne pouvons qu’adhérer à cette conviction défendue par Roland Pérez et Julienne Brabet dans une étude récente.30

C’est dans cet esprit que clôturer ce numéro par une étude empirique qui replace la « culture d’entreprise » souvent un peu oubliée par les
gestionnaires, dans la logique de son interaction sur le contrôle de gestion nous a paru en cohérence avec l’ensemble. Finis coronat opus…31 disaient les Anciens.

En achevant cette présentation consacrée à la Finance, il n’est pas interdit de formuler des voeux qui annoncent à la fois la
nouvelle année 2006 et le 1er numéro de cette 41e année de la revue qui sera consacré à différents aspects des ressources humaines et résumant après Bodin, auteur notamment de « La méthode de l’histoire »32, notre conviction profonde qu’« Il n’est de richesse que
d’hommes
.
»

(1) René-François Dumas est nommé président du tribunal révolutionnaire par Robespierre, le 8 avril 1794 en remplacement de Martial Hermann, jugé « trop mou ».
Dumas fut arrêté le IX thermidor et guillotiné, le lendemain, 28 juillet 1794 avec Robespierre et les principaux « terroristes » jacobins. C’est devant ce tribunal que comparaissent trente-deux fermiers généraux dont Lavoisier, pour malversations, profits excessifs, gratifications abusives, retards injustifiés dans les versements au Trésor et surtout fraude sur le tabac. La Ferme générale est accusée alors, d’avoir majoré ses profits par une « mouillade » excessive et d’avoir utilisé ces profits dans un « complot contre le peuple français tendant à favoriser par tous les moyens possibles le succès des ennemis de la France » (AN, W362, n° 785). Vingt-huit d’entre eux sont condamnés à la guillotine et exécutés le jour même : tous leurs biens sont confisqués. Lavoisier est le quatrième. Il est décapité en même temps que son beau-père Jacques Paulze, avec lequel il s’était spontanément rendu, après le décret d’arrestation contre les fermiers généraux du 24 novembre 1793. On pourra lire, à propos des fermiers généraux et de leur funeste sort notre info : « congrès internationaux : Paris largement dépassé, » page 123 de ce numéro.

(2) Titre décerné par Louis Pasteur à Lavoisier, lors du centenaire de l’exécution du chimiste, en 1894.

(3) Antoine-Laurent de Lavoisier, né et mort à Paris, 1743-1794.

(4) D’abord société de savants qui se réunissent dans la bibliothèque et sous la protection de Colbert à partir de
1666, cette assemblée prend le nom d’Académie royale des sciences lorsque Louis XIV en devient le « Protecteur » et lui donne un règlement. Elle est supprimée comme toutes les académies, par un décret de la Convention en 1793. En 1795, le Directoire rétablit un Institut national des sciences et des
arts. En 1806, Napoléon Ier transporte ce qui est désormais, l’Institut de France, dans l’ancien collège des Quatre-Nations. Bicentenaire de l’installation des cinq Académies au Collège des
Quatre-Nations. http://www.institut-de-france.fr

(5) Sophie Boutillier et Blandine Laperche, Savoir et recherche, la place des femmes : le cas de l’Université
du Littoral Cote d’Opale (Nord-Pas-de-Calais), cahiers de recherche du Lab. RII — documents de travail, n° 116, janvier 2006, p.3.

(6) A Trafalgar, près de Cadix, le 21 octobre 1805, les flottes françaises et espagnoles furent détruites par l’Amiral
Horatio Nelson. Pour célébrer le bicentenaire de leur victoire, les Anglais ont organisé le 28 juin 2005, une parade navale internationale, où étaient représentés 35 pays, sous la présidence de
la reine Elizabeth II. La France avait dépêché pour fêter la mort de 4 400 marins français et alliés et la destruction de 22 de ses navires, le fleuron de sa flotte, le porte-avions Charles-de-Gaulle !

(7) Le 2 décembre 1805, le jour du 1er anniversaire de son sacre, l’empereur des Français, Napoléon Ier remporte une
victoire décisive contre les armées coalisées du Tsar de Russie et de l’empereur du Saint empire romain germanique, François II qui, quelques jours après, au traité de Presbourg, devait constater
la dissolution du vieil empire germanique médiéval et prendre le titre de François Ier d’Autriche. Outre que cette victoire consacre le triomphe des idéaux révolutionnaires qu’incarne Napoléon Ier sur les souverains d’Ancien Régime que sont Alexandre Ier Romanov et François II de Habsbourg-Lorraine, il est à noter que le projet « Austerlitz 2005 » mis en place par plusieurs organismes internationaux et des sociétés savantes internationales, sous la conduite du gouvernement tchèque, comportait parmi les buts de cette commémoration: (www.austerlitz2005.com)

• « Inciter à mieux connaître l’histoire et la culture française…
• Permettre aux historiens du monde entier et à tout intéressé de se rencontrer… » Décidément, on comprend mieux l’absence de retentissement dans les instances officielles… « La République continue à ne pas avoir besoin de savants ! ». Heureusement que l’on ne sait pas très bien où se situe Alésia, sinon nos vaillants dirigeants s’y seraient précipités pour célébrer la défaite gauloise… Heureusement, il leur reste 2015, le 18 juin. Il est certain qu’ils se précipiteront alors en Belgique fêter le bicentenaire de Waterloo et laisseront de côté le Mont Valérien et le 75e anniversaire de l’appel à la résistance du Général de Gaulle ! Ne serait-ce pas lui qui fustigeait par avance certains de ceux qui viendraient après lui : « place aux doctes spécialistes de la décadence et de l’abdication…. » si l’on s’en réfère à Philippe Seguin.

(8) Joseph Roth, « La Filiale de l’enfer. Ecrits de l’émigration », traduit de l’allemand par Claire de Oliveira,
Seuil/Le don des langues, Paris 2005.

(9) Pendant la campagne d’Italie, lors d’une veille de bataille, il lui aurait été soumis le problème suivant : «
retrouver le centre d’un cercle (non marqué bien sûr) avec la seule aide d’un compas ? ». Il résolut ceci, qui désormais porte le nom de « problème de Napoléon » tandis qu’on appelle « théorème
de Napoléon » le texte suivant : « un triangle quelconque, construire sur chacun des côtes, vers l’extérieur, un triangle équilatéral. Construire le « centre » de chacun de ces triangles (point
de rencontre des médianes, hauteurs et bissectrices). Alors, le triangle formé par les trois centres est un triangle équilatéral. Source : Serge Etienne, professeur de mathématiques, Lycée Fesch, Ajaccio.

(10) Jean Tulard, président de l’Académie des sciences morales et politiques, texte de la conférence prononcée lors de la séance de cette Académie, le 9 janvier 2004.

(11) Jean Tulard, op. cit.

(12) Denise Bombardier, « La Démocratie émotionnelle », Le Devoir, 5 août 2003.

(13) Axel et Jean-François Khan : « Comme deux frères, Mémoires et visions croisées », Stock, 302 pages, Paris 2006.

(14) Eric Sartori : « Napoléon et ses savants », Masterclass de l’association Sciences et télévision, 3 juin 2004, www.sciences-television.com.

(15) Recommandations de l’Académie des sciences sur l’avant-projet de loi de programme pour la Recherche. Texte voté en séance le 22 novembre 2005 (modifié le 15 décembre 2005 par la suppression de la référence aux articles de la loi).

(16) Selon les résultats de l’équipe franco-lituanienne de Didier Raoult (CNRS-Université de la Méditerranée) sur une
fosse où s’ont ensevelis des soldats de la Grande armée à Vilnius, datant de décembre 1812 et mise à jour en 2001, près d’un tiers des soldats ont été victimes d’infections et de fièvres transmises par les poux plus que par les assauts des Cosaques.

(17) Source : Tableau de bord européen de l’Innovation, 5e édition, publiée par la Commission européenne, Bruxelles, 2006.

(18) André Boisclair a été élu le 15 novembre 2005, chef du Parti québécois à l’âge de 39 ans. Après avoir exercé les charges de ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration puis de la Solidarité sociale, de l’Environnement et enfin des Affaires municipales, il avait choisi à l’été 2004 de quitter ses fonctions pour parfaire sa formation en devenant étudiant en gestion à Harvard…

(19) Marc Nikitin – laboratoire orléanais de recherche (LOG), IAE, document de recherche « Utilité et méthodes de l’histoire pour les sciences de gestion » n° 1997-5, p. 11

(20) Yves Coleman : « Voter les yeux fermés : une curieuse conception de la démocratie ». http://www.mondialisme.org

(21) En 46 avant J.-C., après son triomphe officiel à Rome, César fit étrangler Vercingétorix dans sa prison romaine après six ans d’incarcération.

(22) En 9 après J.-C., Herman ou Arminius après les avoir attirées, dans un piège, massacra les trois légions romaines
menées par Varus dans la forêt de Teutberg. (23) Entretien avec Gérard Noisiel, auteur des « Fils maudits de la république, l’avenir des intellectuels en France », Nouveaux regards, n°29, avril-juin 2005.

(24) Anne Pezet, « Le management stratégique et financier de l’investissement: un siècle d’histoire de la décision
dans l’industrie française de l’aluminium », Finance Contrôle Stratégie, vol. 3, n° 3, septembre 2000, p. 157.

(25) Marc Nikitin, op cit., page 10.

(26) L’Histoire est maîtresse (enseignante) de la vie.

(27) Anne Pezet, op. cit., p. 159.

(28) Luc Marmonnier et Raymond-Alain Thiétart, « L’histoire, un outil pour la gestion ? », La revue française de gestion, n° 70, septembre-octobre 1988, p. 164-5, cités par Marc Nikitin, op. cit., page 5.

(29) Emmanuel Levinas (1906-1995), d’après l’édition francaise du Jerusalem Post, 7 janvier 1997.

(30) Roland Perez et Juliennne Brabet, « Management de la compétitivité et emploi : un cadre d’analyse », Humanisme et entreprise, n° 304-44, 05-273, 2005, pp. 14-66.

(31) « La fin couronne l’oeuvre » en traduction littérale.

(32) Jean Bodin (1529 ou 30-1596), « La méthode de l’Histoire », 1566.

n°214-215 La Revue des Sciences de Gestion – Spécial marketing

Modifié le

>>« Allo New-York, je voudrais le 22 à Asnières …»

>> Tourisme culturel, nouvel enjeu du tourisme : la Sicile

1er Dossier : COMPRENDRE LES COMPORTEMENTS

>> Management interculturel en Europe
>> Le concept « d’hésitation »
>> L’introduction de l’Euro sur la fixation des prix
>> Prix à terminaison « 9 » et influence du comportement
>> Analyse de la décision multicritères sur le prix de vente
>> Le comportement écologique du consommateur
>> Communication familiale et contribution de l’adolescent
>> Apprendre d’un échec commercial

2e Dossier : COMMERCE ÉLECTRONIQUE

>> L’Internet et les liens relationnels entre entreprises
>> L’épicerie en ligne : les atouts des petits commerces
>> Spécificités de l’internaute des pays en développement
>>Les sites Web bancaire

Hors dossier

>> Coopération logistique et mercatique entre industriels et distributeurs

>> Rubrique des livres (pdf)
>> Infos de la rédaction(pdf)

n°214-215 La Revue des Sciences de Gestion – Editorial par Philippe Naszalyi – Allo New-York, je voudrais le 22 à Asnières…

Modifié le

« Allo New-York, je voudrais le 22 à Asnières… »

parPhilippe NASZÁLYI
Directeur de La Revue des Sciences de Gestion
direction et gestion des entreprises

C’est par ce sketch populaire d’il y a tout juste cinquante ans qu’un humoriste français1 raillait l’incohérence de l’Administration des Postes, Télégraphes et Téléphone (PTT) comme l’on disait alors, et ridiculisait ceux qui, pour atteindre la banlieue parisienne, devaient passer par New York. On n’était pas avare en ce temps là, de « soumission Atlantique»… Toujours cité parmi les cinq sketches les plus populaires, par les Français2, malgré la disparition tragique de l’humoriste3 il y a plus de 30 ans, sa renommée dépasse largement les frontières de l’Hexagone. Cela montre, s’il en était besoin, que malgré les progrès réalisés, notamment en « technique »4, le fond qui justifiait la raillerie n’a pas disparu. En effet, il est peu vraisemblable que les représentants des gouvernements successifs rappellent à une grande société de transport ferroviaire :

– que le service public est celui du public ;

– que le progrès des techniques ne peut compenser une politique managériale fleurant bon le XIXesiècle ;

– qu’un « marketing des services tronqué » qui sacrifie le service et la sécurité des usagers par des économies sur le personnel ne peut fonctionner qu’en faussant la représentation pourtant bien faible, des associations de voyageurs.5

Ils ne rappelleront pas plus à l’ordre, une société de transport en commun parisien, à prétention internationale, mais de statut toujours public, dont le service commercial décide sans aucune justification légale qu’elle ne prélèvera pas les abonnements de transport sur certains types de compte…

C’est bien oublier cet excellent apport de chercheurs en marketing que sont notamment les Américains affirmant, études à l’appui, qu’il ne peut y avoir de marketing intelligent que lorsque l’entreprise vise « la satisfaction réelle des besoins de ses clients tout en gérant un  système de production de services, profitable, délivré par des employés qualifiés et agréables »6 et non la poursuite de chimères propres à satisfaire l’ego et le carriérisme de ces fossoyeurs des entreprises qu’ils ont pourtant mission de défendre et développer.

Pratiquant ce que dans le pays dont ils idolâtrent les méthodes, on appelle « racket », nos modernes Trissotin avec la neutralité bienveillante voire la complicité des hommes de gouvernement, estiment pourtant appliquer une politique managériale et de marketing de pointe !

L’on ne peut cesser de s’interroger sur la véritable schizophrénie de ces praticiens qui, souhaitent tout à la fois le renforcement de la construction économique européenne mais appliquent aux entreprises des modèles mal copiés et souvent obsolètes d’un autre continent. Ces mêmes qui oublient que la liberté d’entreprendre chez les Anglo-Saxons s’accompagne d’un contrôle réglementaire scrupuleux et d’une éthique des affaires que la justice n’hésite pas à mettre en application de manière stricte avec des condamnations souvent rigoureuses.7

Il n’en est pas de même en France où — avec regret — on peut craindre par exemple, qu’un rapport pourtant bien clair de la Direction de la Concurrence heureusement ébruité par la presse8 cet été, ne change en rien les pratiques inqualifiables de nos téléphonistes si peu respectueux des règles de la concurrence,
pourtant fondamentales dans un régime de libre entreprise.

« Pourquoi ne pas enseigner les techniques et pratiques de corruption si la référence à une morale de l’action n’est pas jugée nécessaire ou si, après calcul, on peut montrer que transgresser les règles du droit rapporte davantage que de les respecter ? »9

Hubert de La Bruslerie pose bien ici, la question de fond, mais il ne pouvait prévoir que d’aucuns en plus que d’enseigner n’hésitent plus à mettre en pratique, dans l’indifférence générale des « zélateurs de la vertu ».10

Le nombre des entreprises, souvent grandes, et apparemment respectables pratiquant des politiques qui tomberaient sous les coups de la justice chez les Anglo-Saxons est tel, qu’on peut souvent désespérer de l’utilisation en France, des termes « éthique », « responsabilité sociétale » qui sont encore bien souvent des arguments de mauvais « marketing » plus que des pratiques.

Heureux encore lorsque ces méthodes ne se transforment pas elles-mêmes en des pratiques délictueuses !

Nous ne souhaitons pas quant à nous, faire nôtres les travers de nos correcteurs de versions grecques ou latines qui jadis épinglaient discrètement dans la marge de nos copies ces abréviations : CS11
ou plus gravement NS12, pas plus que nous n’épouserons l’« antiaméricanisme » par ailleurs, de bon aloi.

Nous sommes et voulons demeurer à l’écart de toutes les modes, comme nous le rappelions dans notre éditorial d’ouverture de la 40e année de notre revue. C’est donc une recherche originale, fondée sur l’analyse et l’expérimentation que le numéro double « spécial marketing » présente à ses lecteurs.

S’ouvrant par une analyse du « tourisme culturel en Sicile », il comprend en outre, deux gros dossiers thématiques :

– le premier s’intéresse à tous les acteurs pour « comprendre les comportements » ce qui est le fondement d’un bon marketing ainsi que nous l’écrivions précédemment, y compris en « apprenant d’un échec commercial»…

– le second qui poursuit l’analyse du « e commerce » commencée dans notre numéro précédent, s’ouvre comme la « toile » sur des auteurs du monde entier et aura, bien sûr une suite.

Enfin, c’est par un opportun rappel de l’importance de la « politique des petits pas » que se clôt ce numéro de près de 200 pages !

Bonne lecture !

__________________

(1) Sketch de Fernand Raynaud de 1955.

(2) Etude réalisée en face-à-face du 27 novembre au 5 décembre 2003 pour DMLSTV et TF1 auprès d’un échantillon de 500 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, activité) et stratification par région et catégorie d’agglomération. http://www.tns-sofres.com/

(3) Fernand Raynaud, 1926-1973.

(4) Belgacom propose toujours un service de mise en connexion manuelle : Allo, je voudrais le 22 à Asnières, DH, la Dernière heure, 30 juillet 2005. http://www.dhnet.be.

(5) Méthode de corsaire à la SNCF, 28 février 2003, communiqué des organisations nationales de consommateurs
signataires : Adéic – AFOC – ALLDC — Asséco-CFDT – CGL – CNAFC – CNAFAL — CNL – CSF – Familles de France – FNAUT – Familles Rurales — INDECOSA-CGT – ORGECO – UFCS – UNAF. http://www.adeic.asso.fr/article_detail.php?article_id=23
; Pour ne citer que cet exemple parmi des centaines.

(6) Christopher Lovelock, Jochen Wirtz et Denis Lapert, Marketing des services, traduit de l’anglais, page 3, 5e édition, Pearson education, 619 pages, Paris 2004.

(7) L’ex-PDG du conglomérat industriel Tyco, Dennis Kozlowski, 58 ans, et son ex-directeur financier Mark Swartz, 44 ans, accusés d’avoir détourné des centaines de millions de dollars des caisses de l’entreprise, ont été condamnés, lundi 19 septembre (2005) à New York, à 25 ans de prison, avec une période incompressible de huit ans »… « La condamnation de M. Kozlowski est la dernière d’une série.
Même si le procès de l’affaire Enron n’a pas encore eu lieu (il est prévu en janvier (2006) au Texas), plusieurs scandales des années 2001-2002 ont connu cet été leur dénouement judiciaire.
En juillet (2005), Bernard Ebbers, l’ex-PDG de l’opérateur télécoms américain WorldCom, a luiaussi écopé de 25 ans de prison pour fraude et complot dans l’affaire de la plus grande faillite de l’histoire des Etats-Unis en 2002. Il devrait commencer à purger sa peine début octobre (2005) dans sa région du Mississippi. En juin (2005) le fondateur du câblo-opérateur américain Adelphia, John Rigas, 80 ans, a été condamné à 15 ans de prison. Inculpés en 2002, John Rigas et son fils Timothy étaient accusés par le ministère de la justice d’avoir « pillé massivement Adelphia, se servant de la trésorerie de la compagnie comme d’une tirelire pour leur famille, aux dépens des investisseurs ». Le Monde, 19 septembre 2005, AFP. Le Monde.fr Les dates entre () sont de la rédaction de La RSG. (8) Rapport de la DGCCRF, Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 24 mai 2004 cité par Le Canard enchaîné, n° 4426, 24 août 2005, page 3 et Le Parisien, Aujourd’hui, 24 août 2005, page 10.

(9) Hubert de La Bruslerie (sous la direction), Ethique, déontologie et gestion des entreprises, cité par Hervé Mesure et Jacques Lauriol, L’Ethique d’entreprise : présentation, bilan et interprétations, Humanisme et Entreprise, 204-267,15, page 83, 2004.

(10) Nos lecteurs pourront lire avec intérêt ce rapport définitif de la Chambre régionale des Comptes de Rhône Alpes, en particulier des pages 10 à 22. Ils y comprendront notre désabusement… http://www.ccomptes.fr/crc/votre-region/rhone-alpes/Travaux/lettres-et-rapports_obs/rapports_obs2005/rar200506_universite_lyon_2/RAR200506.pdf, Lyon 15 février 2005.

(11) Contre sens, en général moins 4 points sur 20.

(12) Non-sens.

n°213 La Revue des Sciences de Gestion – Editorial par Philippe Naszalyi – Quand le Journal Officiel montre le chemin…

Modifié le

Quand le Journal Officiel montre le chemin…

par Philippe Naszályi,

Directeur de la publication et de la rédaction.

Il paraîtra peut-être étonnant, à l’orée de ce dossier sur la « stratégie de la gouvernance » dans les entreprises, de s’arrêter sur un des fleurons du secteur public à la française qu’est le Journal Officiel (le JO)[1].

Incarnation du pouvoir de l’Etat, de ses lois et règlements, la Direction des Journaux Officiels, dotée d’un budget annexe voté chaque année par le Parlement, et la SACIJO[2] créée en même temps qu’était instaurée la liberté de la presse en France[3], sont devenues, en quelques années, un modèle de novations sociales et de management responsable.

Près de 1 000 salariés (non fonctionnaires) constituent le personnel de ces deux entreprises de service et d’intérêt général et de missions éminemment publiques[4].

Y développer l’apprentissage, comme cela se fait déjà dans quelques entreprises privées et, bien sûr dans le commerce et l’artisanat, était un pari raisonné et intelligent.

Pari d’abord, parce que, malgré l’évidence, les Elus de tous bords, les gestionnaires publics de tous niveaux rechignent – et c’est pitié – à ouvrir les innombrables métiers possibles dans la fonction publique à des jeunes en formation par le biais de l’alternance.

Les lenteurs, les blocages, la mauvaise volonté, viennent au secours de la lâcheté des hommes de gouvernement, qui préfèrent subventionner à profusion des emplois « parking » associatifs ou autres, des formations elles aussi « parking », que la réforme telle qu’elle a été menée jusque là du LMD[5] , ne fait que ravaler comme le « sépulcre blanchi » des Ecritures, mais surtout sauvegarder pour le plus grand profit des différents professionnels de la formation de tout acabit mais nantis.

C’est le « Tartuffe aux affaires[6] » qui s’est ainsi prolongé.

Pari raisonné et intelligent ensuite, sous l’inspiration et grâce à la ténacité constructive de l’un de ses sous-directeurs[7] rompu en la matière, qui a imaginé que l’on pouvait faire cohabiter dans une institution aussi riche en emplois différents que le JO, des apprentissages variés. Du CAP de restauration au diplôme d’Ingénieur des systèmes d’information en passant par des BTS variés, le JO offre une palette impressionnante de métiers tout en
privilégiant, comme il se doit, son métier cible, la publication de données avec son indispensable adaptation aux techniques de pointe actuelles et en devenir.

C’est la parfaite compréhension des enjeux de l’apprentissage qui ne peut être cantonnée, comme beaucoup se l’imaginent encore, dans des métiers traditionnels et de niveau faible de diplôme, mais bien, à l’instar de nos voisins allemands[8]au cœur même de l’enseignement supérieur et professionnel hautement qualifié.

Gageons que malgré le peu d’empressement de la Presse à valoriser ce modèle, il puisse inspirer enfin le secteur public français sous toutes ses formes, lui qui manque si cruellement de vision prospective dans le domaine du recrutement et de la formation. Car le développement de l’apprentissage constitue toujours une « bataille » qu’il faut mener, comme le prix Nobel Pierre-Gilles de Gennes le conseille vivement[9].

Mais, loin de s’arrêter en si bonne voie, le JO est devenu également un modèle pour la formation de son personnel, en particulier dans l’application du Droit Individuel à la Formation (DIF). Peut-être parce que c’est sous ses « presses » que le premier exemplaire de la loi qui institue ce droit novateur[10] est apparu, que le JO a ouvert depuis le 1er janvier 2005, avant même que la loi ne le rende obligatoire, le DIF à ses salariés.

Rappelons que la loi prévoit un crédit de formation de 20 heures par année, cumulables sur six ans pour atteindre un maximum de 120
heures. Au JO, les salariés peuvent bénéficier par anticipation, dès la première année, d’une enveloppe de 60 heures de formation. L’entreprise a elle-même défini les actions prioritaires suivantes : techniques de communication, langues, développement personnel, cours par correspondance, préparation à la retraite et culture générale. Ces dispositions ont fait l’objet d’un accord signé mi-février 2005 avec les partenaires sociaux.

Il est encore trop tôt, contrairement à la mise en place de l’apprentissage, pour tirer un premier enseignement de cette action[11].

Notons encore que pour s’assurer du bon relais de l’information à propos du DIF à l’ensemble de l’entreprise, une session de formation
a été dispensée dès septembre 2004 à tous les chefs de service et à tous les membres de la Commission paritaire de formation professionnelle. Les cadres intermédiaires chargés de l’application du
nouveau dispositif ont été formés à leur tour au début de l’année.

N’est-ce pas cela aussi mettre en place une politique responsable ou tout simplement : « une stratégie de la gouvernance » ?


([1]) http://www.journal-officiel.gouv.fr/

([2]) SACIJO, Société anonyme de composition et d’impression des Journaux officiels, fondée en 1881.

([3]) Loi du 28 juillet 1881.

([4]) Les missions des Journaux officiels :

la Direction des Journaux officiels est chargée de l’édition et de la diffusion des textes législatifs et des principaux textes
réglementaires, de leur organisation en banque de données et de l’édition de débats parlementaires et annonces légales sur support papier et numérique.

([5]) LMD : abréviation pour Licence, Mastère, Doctorat, c’est-à-dire, l’application de la réforme européenne des accords de
Bologne dans la France du « post-bac ».

([6]) Kaltenbach, Pierre Patrick, Tartuffe aux affaires, génération morale et honneur politique – 1980-2000- Les éditions de
Paris, 2001.

([7]) Patrick Butor a été nommé depuis avril 2005, Directeur de la Population et des Migrations au Ministère de l’emploi, du travail et
de la cohésion sociale.

([8]) Hugonnier René, « Quand nous savons mieux que les Allemands former des apprentis » Direction et gestion des entreprises, page 9, n° 134, 1992.

([9]) Cambon Christian et Butor Patrick « la bataille de l’apprentissage » : une réponse au chômage des jeunes « préface
de Pierre-Gilles de Gennes, Prix Nobel de physique, Descartes et cie, Paris 1993.

([10]) Loi n° 204-391 du 4 mai 2004 relative à la formation professionnelle tout au long de la vie et au dialogue social

([11]) Pour tout complément d’information ; Sacha Lauzanne : téléphone : + 33 (0)1 40 58 75 04 ; télécopie
+ 33 (0)1 45 78 99 39 ; courriel : sacha.lauzanne@journal-officiel.gouv.fr

n°213 La Revue des Sciences de Gestion – Stratégie de la gouvernance

Modifié le

Editorial (pdf)
Télécharger tous les résumés (pdf)

>>Quand le Journal Officiel montre le chemin… (pdf)

Dossier : Stratégie de la gouvernance
>> Histoire et mémoire de la pensée stratégique
>> Changement stratégique et gouvernance
>> Le modèle de création de valeur « EVA-MVA »
>> Cumul des fonctions dans les conseils d’administration
>> Génération et transfert de connaissance
>> Approche culturelle des rapports entre Tunisiens et Occident
>> Mesure de la performance d’une alliance

Hors dossier
>> Prise de décision d’achat au sein du couple

> L’attitude à l’égard d’Internet : la vente de disques

>> Rubrique des livres (pdf)

>> Infos de la rédaction (pdf)

n°211-212 La Revue des Sciences de Gestion – Editorial par Philippe Naszalyi – 40 ans…

Modifié le

40 ans…

par Philippe Naszályi,
Directeur de la rédaction et de la publication

Vous avez dit : « responsable… »

Nous avons choisi de consacrer ce 1er numéro de la 40e année à l’éthique de la responsabilité…

Le « management responsable » doit être étudié, analysé, mis en pratique, … avec tout ce qui caractérise nos propresconceptions de l’entreprise et de la société que nous vivons mais aussi que nous voulons.

Cela ne peut, cela ne doit pas être d’abord une pâle copie de ce que l’on pratique Outre Atlantique voire Outre Manche.

Non que ces méthodes soient condamnables en soi, mais bien parce qu’à la suite de Montesquieu, Aristote, Hippocrate, … nous pensons
qu’il existe réellement une théorie des climats, (1) que Max Weber a admirablement, et, à mon sens, fort bien décrite ce qui fait la particularité du capitalisme anglo-saxon (2) qui malgré tous les « thuriféraires de la décadence » n’est pas le nôtre !

Ce n’est pas critiquer les Américains, et l’actualité très récente le montre bien, que de considérer que le proverbe « right or wrong, my country » (3) continue d’avoir un sens pour eux, alors qu’il est incompréhensible pour un Français. C’est ce que l’on appelle tout simplement le management interculturel dans la lignée de Geert Hofstede. (4)

Les codes éthiques d’Enron, de Wordcom, les arrangements financiers de la justice californienne dans la fâcheuse affaire du Crédit
lyonnais et consorts sont là pour nous rappeler que justice, éthique, morale n’ont pas tout à fait le même sens des deux côtés de l’Atlantique !

Bon nombre de notations éthiques pour les « investissements responsables » qui y sont pratiquées, encore que la mode (c’est-à-dire le manque d’idées) nous  les apporte de plus en plus, n’ont normalement aucun sens pour nous : alcool, tabac, violence, sexe, …Ces notations, ces engagements sont souvent là pour satisfaire aux relations publiques et au marketing des groupes de pression internes plus qu’à un engagement réel des sociétés.

Il y a même souvent duplicité, tromperie, à mettre en place des politiques industrielles et commerciales qui ne visent qu’à contenter les puissants du moment, avec un management en fait totalement, « irresponsable » à moyen ou long terme. Cette pratique a déjà ses émules en France, depuis quelques années, aussi bien dans certaines grandes entreprises privées que dans le management directorial de certaines entreprises publiques ou semi publiques… les télécommunications naguère, les chemins de fer aujourd’hui. L’utilisation du  mot éthique dans les affaires, la pseudo recherche de satisfaction des « usagers/clients » masquent l’absence totale et réelle de morale de certains dirigeants  qui sacrifient de très belles entreprises à leurs soucis carriéristes.

Ce n’est évidemment pas cela que nous appelons le Management responsable et qui constitue un très complet et copieux dossier de ce
numéro double qui ouvre cette année anniversaire.

Ce dossier est le fruit d’une collaboration étroite entre notre rédaction et les organisateurs d’un colloque sur ce thème en 2004, à
Lyon, l’ESDES.

Comme le souligne Philippe de Woot dans un ouvrage récent et remarquable : « en matière d’éthique, l’évolution culturelle consiste à développer celle-ci comme une pensée qui imprègne les différents niveaux de l’entreprise et chacune de ses fonctions : finance, marketing, recherche, etc. » (5)

Dans cet esprit, nous avons sélectionné les meilleures contributions à ce Colloque et notre Comité scientifique de Lecture a effectué, comme à chaque fois, le choix final pour ne retenir que les articles que nous présentons ici.

La Revue de recherche… libre :

Permettez-moi de saluer ceux qui contribuent à faire de notre revue à la fois la référence académique dans la recherche managériale,
mais aussi à préserver son indépendance.

Qu’il me soit permis un mot particulier pour le Professeur Pierre Lassègue alors professeur à la faculté de Droit de Paris et Directeur de l’Institut d’administration des entreprises qui faisait parti du comité de patronage du premier numéro. Devenu depuis professeur émérite à l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne, il est à l’heure actuelle toujours  un éminent  et efficace membre du Comité Scientifique de Lecture présidé par Alexandre Baetche, lui aussi professeur à la Sorbonne, et qui ne compte jamais son temps et son action de directeur et d’âme du comité.  Il n’est pas possible de citer tous ceux qui furent du comité de patronage de la revue :

Universitaires, comme le Doyen Georges Vedel, le professeur Pierre Tabatoni de l’Université de Paris IX Dauphine, aujourd’hui membre de l’Académie des Sciences Morales et Politiques, Jacques
Lesourne
qui présida ensuite aux destinées de notre confrère Le Monde ;

Grands commis de l’Etat, comme Pierre Massé, Commissaire au Plan, François Bloch- Lainé qui présida aussi aux destinées du Crédit lyonnais ou François Xavier Ortoli, qui fut également Ministre des Finances mais également président de la Commission européenne ou Olivier Giscard d’Estaing qui dirigea aussi le comité de perfectionnement de l’INSEAD ;

Grands patrons, comme Paul Huvelin, président du CNPF, Arnaud de Vogüe, Président de Saint-Gobain ; Gérard Chevalier, PDg de Cybel, mais aussi, et on leur réservera une attention particulière, Marcel Boiteux qui présida aux destinées d’EDF GDF après Pierre Massé, mais  avant, Pierre Gadonneix qui s’occupait alors de la rubrique stratégie et structure de la revue et qui est devenu depuis
président de GDF puis d’EDF…

Syndicalistes, comme G. Nasse  Secrétaire Général de la Confédération Générale des Cadres

Comme toutes les énumérations, celle-ci n’échappera pas à la règle des oublis que l’on ne me pardonnera pas… Citons pourtant encore
parmi les membres du comité de patronage ou du comité de rédaction : Michel Fitoussi, chargé des modèles économiques et dont on connaît la carrière…, Jean Bénassy, ingénieur général, qui avait en charge les questions de production et dont on retrouve des papiers recherche très récents, Henri Moingeon qui dirige la
recherche à HEC…

Rappelons bien que direction et gestion des entreprises est  née, en mars 1965,  de la volonté de Roger Labourier et de l’Institut de Contrôle de Gestion (ICG), devenu Institut Français de Gestion (IFG) et qu’elle a conquis son indépendance complète, depuis 1985, grâce à son rédacteur en chef d’alors, Jean-Pierre Gravier.

Nous n’appartenons de près ou de loin à aucun groupe financier, à aucun groupe d’entreprises, à aucune académie, aucune association,
aucune  fondation…

Nous n’avons aucune dépendance d’aucune école, université, groupe de pression ou coterie …

En un mot, et pour paraphraser le plus grand des Français du siècle dernier, nous n’appartenons à personne car nous
appartenons à tous
,… c’est-à-dire à  la Recherche managériale, riche, diversifiée, ouverte aussi bien aux  jeunes chercheurs qu’aux plus reconnus, aux hommes d’entreprise pour que la revue puisse « offrir à l’ensemble des Cadres de Direction, une publication qui fasse une synthèse utile également au spécialiste » comme Roger Labourier l’écrivait en 1965 (6) avec les obligations et les contrôles d’une véritable société de presse que nous sommes depuis l’origine.

Comme Michel Berry l’écrit,  nous appartenons à ceux qui «  en France et à l’étranger… pensent qu’il y a des voies fécondes en dehors du mainstream américain. » (7)

Généraliste, mais toujours référence dans chacun des domaines traités, la revue s’est étoffée, internationalisée. Elle est devenue la
référence francophone dans tous les domaines de la recherche et de la pratique managériales, tant pour les entreprises que pour les organisations au sens le plus vaste.

C’est sur le site de recherche universitaire et américain www.proquest.com de Abbi inform que nous comprenons toute la responsabilité  internationale qui est la nôtre.

C’est pour rendre cette action et cette présence internationales plus lisibles que nous sommes devenus La RSG, La Revue des Sciences de Gestion, en conservant bien entendu notre titre originel, direction et gestion des entreprises.

Publier la recherche managériale en français, c’est-à-dire les travaux de chercheurs qui pensent que la culture francophone et européenne a un sens, quel que soit le pays auxquels ils appartiennent ou dans lequel ils travaillent sont une vaste et difficile mission.

La gestion : instrument au service de la domination géopolitique.

Le mot n’est pas trop fort en effet, puisque, comme le montre si bien notre confrère Michel Berry, qui s’opposait à juste titre au classement surprenant et dénué de bon sens des revues, fait par une commission Théodule  du CNRS  faisant la part belle aux revues américaines et plaçant en 4e catégorie, les revues françaises pour autant qu’elles étaient nommées !

Citons encore,  le directeur de Gérer et Comprendre : « Comme beaucoup, j’ai été abasourdi par le classement des revues d’économie et de gestion publié récemment par la commission 37 du CNRS : comment peut-on à ce point nier l’identité du CNRS et est-ce vraiment le moment de s’aligner, en gestion, sur les nonnes dominantes américaines, alors même qu’elles sont l’objet de remises en cause aux USA ? » (8)

Comme nous ne recevons pas de subventions de ce comité, d’ailleurs composé essentiellement de personnes qui ne font pas de gestion…
notre revue n’est jamais classée…

Avec humour, ces doctes apôtres de la recherche publique se  retrouvent aux côtés de Libéraux de tout bord qui ont déjà admis, selon les mots de Léon Bloy, l’auteur impérissable du « Salut par les Juifs » (9)  que leur adversaire a raison et qu’il vaut mieux passer avec armes et bagages à l’anglo américain et à ses pratiques entrepreneuriales. (10)

Sans aller jusqu’à lancer l’anathème, rappelons-nous ce qu’écrivait déjà en 1927 Julien Benda ; « La loi du clerc est, quand l’univers entier s’agenouille devant l’injuste devenu maître du monde, de rester debout et de lui opposer la conscience humaine. »
(11)

« Le parti de l’Etranger » n’est jamais vraiment mort…

Que dire des gouvernements successifs : Qui du Ministère de la Culture et de la Communication arc-bouté sur les « arts » ou
le  Ministère de la Recherche, plus archaïque encore dans son positivisme scientiste, ne comprend pas que « Les Etats-Unis consolident leur domination à travers le savoir en science managériale », comme le rappelle si bien Jean-Claude Thoening qui ajoute : «  De même que leurs normes comptables s’imposent à ous les pays, la formation en gestion devient géopolitique. » (12)

Il existe bien une idéologie gestionnaire telle que la décrit pour la stigmatiser Vincent de Gauléjac  dans un très récent et très roboratif ouvrage. (13)

Sans partager toutes ses convictions, il faut être conscient que, dans une économie mondialisée, la recherche managériale est bien un
enjeu de domination  et que la première chose offerte par George W. Bush aux Irakiens consiste en  des bourses d’études en gestion aux Etats-Unis. (14)

Comme le rappelle encore Jean-Claude Thoenig : «  ce sont les rentes académiques (qui) induisent des rentes financières. » (15)

La Recherche en gestion : outil de management interculturel

Plus pragmatiquement, nous relevons ce que  souligne avec justesse Richard D. Lewis, « la question vitale est de savoir comment l’esprit est culturellement conditionné… » (16) aussi  pensons-nous que le management interculturel signifie d’abord qu’il existe une coexistence des cultures, y compris dans celui de la gestion des entreprises.

La langue est à l’évidence un des éléments déterminants, il est donc indispensable, que promoteur d’une pensée managériale
euro-méditerranéenne, La Revue des Sciences de Gestion,
bien que fondamentalement et intrinsèquement  francophone, cherche à
développer son audience auprès de publics toujours plus variés et souvent non francophones.

A partir de ce numéro, les articles sélectionnés et publiés seront précédés, non seulement de résumés en anglais comme cela était le
cas depuis fort longtemps, mais également dans la langue de Cervantès dont nous célébrons cette année aussi l’anniversaire.

Bâtir la recherche managériale euro méditerranéenne, non pas contre les autres cultures mais à côté et en collaboration avec elles, en
particulier l’anglo américaine, tout en demeurant certains de son droit à l’existence propre, originale  et autonome, est notre but depuis
1965.

Faire commencer cette année anniversaire par un dossier sur le management responsable  et ses implications, voilà qui me conduit à  laisser conclure Julien Benda : « il existe des hommes qui veulent unir les peuples, des hommes qui pensent à “faire l’Europe”. Je ne m’adresse pas à tous. Parmi ces hommes certains cherchent ce que l’Europe devra faire pour exister dans l’ordre politique, d’autres dans l’ordre économique, d’autres dans l’ordre juridique. Je n’ai point qualité pour retenir leur audience. D’autres pensent à la révolution qu’elle devra accomplir dans
l’ordre intellectuel et moral. C’est à ceux-là que je parle. »

« Bien entendu, je ne viens pas nier les graves transformations économiques que l’Europe devra réaliser pour se faire. Je dis que ces transformations ne lui seront vraiment acquises, ne pourront être tenues pour stables que lorsqu’elles seront liées à un changement profond de sa moralité, de ses évaluations morales. »

(1) Hafid – Martin (Nicole) : Evolution et critique de la théorie des climats à travers le XVIIIe siècle en France. Du déterminisme géographique à la liberté politique. Acura di Paolo Quintili – quintili@lettere.uniroma2.it (2001).

(2) Weber (Max) : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Erfurt (1904-1905), traduction française, Gallimard (2003).

(3) cité par  Fèvre (Jean-Marie) : Manuel de gestion interculturel. Sarreguemines (2004).

(4) Hofstede (Geert) :Culture’s Consequences, Comparing Values,
Behaviors, Institutions, and Organizations Across Nations
Newbury Park, CA: Sage Publications (1980) ; 2nd Edition; (2003)- édition renouvelée et enrichie de l’édition de 1980, Culture’s Consequences : International differences in work-related
values
.

(5) Woot (Philippe de) : Responsabilité sociale de l’entreprise. Faut-il enchaîner Prométhée ?
Economica, Paris (2005).

(6) Labourier (Roger) : Direction et gestion des entreprises. N°1, mars-avil 1965

(7) (8) Berry (Michel) : Classement des revues : le CNRS va-t-il perdre son âme ? Lettre ouverte au CNRS.
(2003)

(9) Bloy (Léon) : Le Salut par les Juifs. Paris, Adrien Demay, 1892, iii-143 p. Édition nouvelle revue et corrigée par l’auteur, Paris, Victorion, 1906, vii-163 p.

(10)  voir la démission de Thomas Legrain,  PDg de Coach’ invest, de l’association des diplômés de l’ESSEC dont il était le vice-président.  A la suite de son article dans les Echos,  4 mars 2005 (Grandes écoles de gestion : oser le débat ! ).

(11) Benda (Julien) :La  Trahison des clercs, Paris (1927). Julien Benda dénonce la capitulation des intellectuels français.

(12) Thoenig (Jean-Claude) : Décider, gérer, réformer. Les voies de la gouvernance. Revue Sciences humaines, n° 44 (hors série), mars-avril-mai 2004.

(13) Gauléjac (Vincent de) : La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social. Seuil, Paris (2005).

(14) Thoenig (Jean-Claude) : ibid.

(15) Thoenig (Jean-Claude) : ibid.

(16) Lewis  (Richard D.) When Cultures Collide : Managing Successfully Across Cultures; Published by Nicholas Brealey,
Londres (1996) 2ème édition ( 2001).

(17) Benda (Julien) : Discours à la nation européenne. Gallimard, Paris (1933)