Archives de catégorie : Postes à pourvoir

Un « job-dating » entre Diasporas Africaines et entreprises françaises

Une session de job-dating sera organisée à l’occasion du Forum des Diasporas Africaines qui se tiendra le vendredi 22 juin au Palais des Congrès, Paris.

Le principe de cet événement sera d’organiser la rencontre entre d’une part, des entreprises souhaitant recruter en vue d’activités sur le continent africain et d’autre part, des personnes issues de la diaspora ou souhaitant faire carrière en Afrique.

Des opportunités professionnelles pour poursuivre une carrière en Afrique

L’ambition de ce forum est d’apporter des solutions professionnelles à toute personne, issue de la diaspora ou non, formulant l’ambition de travailler en Afrique.
La session de job-dating vise tout particulièrement à accompagner les personnes cherchant à s’impliquer professionnellement dans des activités sur le continent africain, qu’elles soient issues de la diaspora ou non, et qu’elles bénéficient d’une expertise préalable sur le continent africain ou souhaitent y opérer une reconversion professionnelle. Ainsi, qu’ils soient français, européens ou africains, les participants auront l’opportunité de rencontrer les entreprises les plus à même de leur permettre de concrétiser leur projet professionnel.
Les offres d’emploi publiées concerneront tous types de postes – employé, cadre, cadre supérieur – dans des secteurs tels que la banque, les télécoms, la formation, le bâtiment, ou l’énergie.
Les candidats désireux de postuler peuvent dès à présent retrouver les différentes offres à l’adresse suivante : http://www.forumdesdiasporas.com/job-dating
La sélection des profils et l’organisation des entretiens avec les entreprises sera assurée par FedAfrica, l’un des pionniers du recrutements et des solutions RH sur le continent africain.

Les grands groupes français au rendez-vous pour redynamiser leur présence sur le continent

Pour les entreprises désireuses de s’exporter ou redynamiser leur activité en Afrique, ce « job-dating » constitue une occasion exceptionnelle pour faire face aux difficultés de recrutement sur place. La session de job-dating se veut une manière de donner aux entreprises accès à l’expertise terrain propre au “repats” ou aux personnes issues de la diaspora, ainsi qu’à des profils hautement qualifiés et adaptés aux postes à pourvoir.
Pour les nombres entreprises présentes, cette session de job-dating constitue une réelle opportunité dans un contexte économique où les besoins et les exigences en termes de recrutement sur le continent évoluent.
Les entreprises souhaitant participer à la session de job-dating du Forum des Diasporas Africaines peuvent dès à présent renseigner en ligne le ou les profils qu’elles recherchent. L’offre sera publiée par le Forum des Diasporas Africaines sur tous les job-bords partenaires ainsi qu’au sein du réseau privé de l’événement, de manière à leur assurer un nombre maximum de candidatures.

Un climat économique et culturel  favorable aux échanges entre la France et l’Afrique

Ce « job-dating » se veut plus particulièrement un accélérateur de la nécessaire rencontre entre les entreprises françaises se développant sur le continent africain et les diasporas qui en sont issues.
En effet, l’événement viendra concrétiser la convergence observée entre d’une part les entreprises françaises intéressées par le continent africain, qui font face à une redéfinition des relations économiques entre la France et l’Afrique sur les bases d’un partenariat équitable, et de l’autre, une diaspora parmi laquelle 63% des « repats » ont pour objectif d’avoir un impact sur le continent et 70% des jeunes africains souhaitent retourner dans leur pays d’origine à la fin de leurs études.
Cet événement s’inscrit enfin dans un contexte politique et économique à part: alors qu’Emmanuel MACRON a annoncé lors de son discours de Ouagadougou le développement d’un plan d’investissement externe pour l’Afrique de l’ordre de 44 milliards d’euros, le climat des relations d’affaires entre la France et l’Afrique se présente sous un jour très favorable.

À propos du Forum des Diasporas Africaines

Organisé sous le haut patronage de M. Emmanuel MACRON, Président de la République, piloté par l’IPEMED, le forum des diasporas africaines organisé le vendredi 22 juin 2018 à Paris (Palais des Congrès) représente le plus important événement dédié aux rencontres et au partage d’expériences entre membres des diasporas et décideurs économiques et politiques en France.
Plus de 1500 personnes de la société civile, 200 leaders d’opinion et personnalités politiques et 150 journalistes ou dirigeants de médias sont attendus à l’occasion de cette journée. Elle s’organisera autour de plusieurs conférences, animations et ateliers abordant le dynamisme économique des diasporas sur le continent africain ainsi que les solutions pratiques pour renforcer le rôle des diasporas dans les relations économiques entre la France et l’Afrique.

Forum des Diasporas Africaines

Contrat CIFRE “Développer des compétences collectives dans et pour l’ÉSS”

La notion de compétences collectives est l’objet d’une longue tradition de recherche en ergonomie, en sociologie du travail, en psychologie cognitive et en sciences de l’éducation. Elle a également donné lieu au cours de ces dernières années à de multiples efforts de conceptualisation dans le champ des sciences économiques et des sciences de gestion. Reste que cette notion a été étudiée surtout en référence à des contextes productifs d’entreprise et moins en lien avec les contextes propres aux organismes de formation, à commencer par ceux de la formation professionnelle, qui demeurent caractérisés, dans la majorité des branches professionnelles, par un important découplage vis-à-vis des premiers. Or, les organismes de formation français sont appelés par la réforme en cours et la future agence nationale France Compétences à se penser plus que jamais comme des développeurs et des certificateurs de compétences. Reste qu’il faut bien le reconnaître, le terme renvoie, implicitement, dans les débats et discussions en cours, essentiellement aux compétences individuelles et beaucoup moins à celles collectives.

Les compétences collectives apparaissent pourtant centrales dans les nouvelles organisations de travail. Il en va de même dans et pour les organisations historiques de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) où le “savoir agir en commun” est censé être à la fois un moyen et une finalité de l’action. Là encore, peu de travaux de recherche se dédiant à ces organisations ont investi cette notion alors même que lesdites organisations sont sommées depuis plusieurs années de se professionnaliser.

Il va de soi en conséquence que le développement et la certification des compétences collectives est un enjeu majeur pour un organisme de formation professionnelle rattaché et se dédiant à l’ESS. Cela n’est pas sans poser des questionnements au moment même où ces organismes doivent s’approprier les nouvelles technologies de l’information et de la communication et donner une place plus importante à la formation à distance. Les organismes de formation de l’ESS sont donc appelés à repenser leurs processus formatifs et de certification, et, plus largement leur fonctionnement.

Tel est le cas d’Arobase Formation, organisme né à Grenoble en 1982 de la rencontre de professionnels de l’économie sociale, d’acteurs de l’éducation populaire et d’universitaires issus des sciences de gestion. Concepteur, réalisateur et certificateur d’une filière de formations, du niveau III au niveau I, inscrites au RNCP, Arobase Formation a construit un espace de professionnalisation destiné aux acteurs de l’ESS dans lequel le faire- ensemble et le développement de compétences collectives sont essentielles. Depuis plus de 35 ans, Arobase assure son développement grâce à son indépendance et sa capacité d’innovation pédagogique qui lui permettent d’anticiper et d’adapter son offre de formation aux besoins des professionnels, dans un secteur concurrentiel en pleine évolution. Il dispose à présent de cinq sites de formation situés à Fort-de-France (97), Grenoble (38 ; siège), Toulon (83), Valence (26) et Villeurbanne (69), et de partenariats avec d’autres organismes de formation qui co-produisent certains de ces titres.

Arobase Formation a toujours pris le soin d’assurer une activité de recherche appliquée de façon à nourrir son processus d’innovation. Cette activité a pour cadre principal, des projets européens dont le projet EMISE (European Manager in Social Economy) initié en 2011 et qui devrait se poursuivre de septembre 2018 à août 2021. Ce projet pourrait offrir un riche terrain d’étude pour la thèse en contrat CIFRE via la communauté d’entrepreneurs sociaux européens (300 entrepreneurs potentiels) qui seront accompagnés et des partenaires associés (consortiums de coopératives Italiennes et catalanes, Université de Pecz (Hongrie), Ecole doctorale de l’Université de Lisbonne (Portugal), IRTESS de Bourgogne-Franche-Comté et Réseau REVES (Réseau des Villes Européennes engagées dans l’Economie Sociale)).

Le présent appel à candidatures concerne donc l’engagement d’une thèse de doctorat en contrat CIFRE avec Arobase Formation et le laboratoire CIRNEF (centre interdisciplinaire de recherche normand en éducation et formation) de l’Université de Rouen Normandie dont l’orientation sera suivante : comment développer des compétences collectives dans les parcours d’un organisme de formation professionnelle rattaché à l’économie sociale et solidaire ? En particulier, dans le cadre d’un parcours de formation d’entrepreneurs sociaux européens ?

La personne recrutée partagera son temps entre deux lieux : Arobase Formation à Grenoble (il sera rattaché à la direction pédagogique située au siège) et l’Université de Rouen Normandie, laboratoire CIRNEF à Rouen, sous la forme de semaines complètes alternées.

Le calendrier de l’appel à candidatures est le suivant :

  • Date limite de réception des candidatures le 30 juin 2018
  • Étude des dossiers par une commission mixte AROBASE/CIRNEF entre le 01 et 15 juillet 2018 et retour dans la foulée vers les candidats retenus pour une audition (en précisant les attendus et modalités)
  • Audition des candidats début septembre 2018
  • Dépôt du projet de convention CIFRE auprès de l’ANRT au plus tard à la mi-octobre 2018
  • Inscription en thèse et démarrage du contrat CIFRE en décembre 2018.

Les candidats/tes feront parvenir par courrier électronique un dossier comportant les pièces suivantes :

  • Un curriculum vitae détaillé
  • Une lettre de motivation
  • Un relevé de notes de Master 1 et 2
  • Le mémoire de M2 soutenu (si tel est le cas).

Le dossier devra être transmis par courriel simultanément aux deux adresses suivantes :   dupuis@arobase-formations.fr et richard.wittorski@univ-rouen.fr (en indiquant la mention « APPEL CIFRE AROBASE » dans l’intitulé du message).

Pour toute information complémentaire, les candidats/tes pourront prendre attache auprès de : Jean-Claude Dupuis, Conseiller scientifique, Arobase Formation Courriel : dupuis@arobase-formations.fr Tél. : 06 31 32 00 83 et/ou Richard Wittorski, Professeur, Université de Rouen Normande, chercheur au CIRNEF Courriel : richard.wittorski@univ-rouen.fr Tél.: 06 33 87 65 15

Appel à candidatures pour cinq contrats doctoraux 2018-2021

Voici un appel à candidatures pour cinq contrats doctoraux 2018-2021 en partenariat avec les Écoles françaises à l’étranger que nous recevons de Michel Bertrand, le Président du Comité des Directeurs des EFE.

Madrid, le 14 mars 2018
Mesdames et Messieurs les directeurs des Écoles doctorales,

Dans le cadre du soutien apporté aux actions de coopération internationale, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI) flèche chaque année cinq contrats doctoraux en partenariat entre une École Doctorale et l’une des cinq Écoles françaises à l’étranger (EFE) : École française d’Athènes, École française de Rome, Institut français d’Archéologie orientale du Caire, École française d’Extrême-Orient, Casa de Velázquez (École des hautes études hispaniques et ibériques).

Les dossiers de candidatures devront parvenir directement à celle des EFE concernée, sous forme d’un document au format pdf comprenant :

  • un projet de thèse de cinq pages au maximum ;
  • le CV du candidat pressenti pour entreprendre cette recherche ;
  • une lettre de présentation du ou des directeur(s) de thèse pressenti(s) ;
  • l’avis du directeur de l’École doctorale.

Les détails et procédures de dépôt des candidatures peuvent être consultés sur les sites respectifs :

Les documents de candidature pourront être envoyés jusqu’au 4 mai 2018, 15h (heure de Paris), selon les modalités propres à chaque EFE.

Les résultats seront transmis au cours du mois de juin, avant la réunion des conseils des Écoles doctorales pour l’attribution des contrats ministériels.

Veuillez noter que cette allocation vient s’ajouter au contingent dont dispose chaque École Doctorale : elle constitue donc à la fois un renforcement de l’aide aux jeunes chercheurs, un soutien à la recherche française à l’étranger et un renforcement des partenariats entre les universités françaises et les EFE. Par ailleurs, l’obtention de l’allocation n’implique pas nécessairement une résidence dans le pays hôte de l’EFE.

En espérant que cette possibilité de contrats doctoraux en partenariat avec les EFE saura retenir votre attention ainsi que celle des directeurs de laboratoires fédérés au sein de votre ED, je vous prie d’agréer, Chères et Chers Collègues, l’expression de mes meilleurs sentiments.

Michel Bertrand
Président du Comité des Directeurs des EFE

Forum Afrique Destination Emplois

 Organisé par Campus France, le premier Forum Afrique Destination Emplois, se tiendra les 24 et 25 novembre prochain, au CENTQUARTE. Inauguré par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et rassemblant Ambassades, entreprises françaises et africaines, établissements d’enseignement supérieur français et jeunes diplômés, cette première édition s’annonce comme un succès.

Le principal objectif de ce Forum est de faciliter l’insertion professionnelle et d’accompagner l’entrepreneuriat en Afrique subsaharienne des diplômés de l’enseignement supérieur français en offrant un espace de rencontres et d’échanges avec les entreprises qui recrutent dans cette zone.

Conscientes du dynamisme de la zone et des opportunités économiques, 50 entreprises et start-up françaises et africaines participent et proposent d’ores et déjà plus de 1000 offres d’emplois et de stages sur l’ensemble du continent. Une chance pour les 500 étudiants et jeunes diplômés déjà inscrits qui bénéficieront d’entretiens d’embauche lors de rencontres en face à face (speedating) ces entreprises.

Dans la perspective d’adapter au mieux l’offre de formation aux besoins des entreprises, 25 établissements d’enseignement supérieur français se joindront à l’événement.

Afin de mieux appréhender le contexte africain et les spécificités locales, 17 pays seront représentés par leur Ambassade ou des correspondants dédiés à l’attractivité économique et universitaire.

Enfin, au travers de conférences, tables rondes et ateliers, une Afrique à la fois innovante, dynamique et en mouvement sera présentée. L’entrepreunariat, l’amélioration de l’employabilité, l’insertion professionnelle, la formation professionnelle, les espaces numériques d’apprentissage, autant de thématiques débattues par les experts français et africains invités pour l’occasion.

Les chiffres clés

  • 60 entreprises, start-up et structures d’appui à l’entreprenariat en provenance de France et d’Afrique
  • 17 pays représentés
  • 25 établissements d’enseignement supérieur français
  • 600 étudiants et jeunes diplômés inscrits et ayant déposé leur CV
  • 1000 offres d’emploi et de stages
  • 26 conférences, tables rondes et ateliers

Les partenaires du Forum

  • Active Growth&Youth Program by MEDEF (AGYP by MEDEF)
  • Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)
  • Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII)
  • Conseil français des Investisseurs en Afrique (CIAN)
  • Business France
  • Agence Française pour le Développement (AFD)
  • Moniteur de Commerce International (MOCI)

Informations pratiques

  • Entrée gratuite, inscription obligatoire
  • Dates : 24 & 25 Novembre 2017
  • Horaires : de 8h30 à 18h30
  • Adresse : LE CENTQUATRE, 5 rue Curial 75019 Paris
  • Toute l’actualité du Forum Afrique Destination Emplois

Afrique destination emploi

Offre de post-doctorat en économie sociale et solidaire

Voici une offre de post-doctorat autour des aspects juridiques notamment de l’économie sociale et solidaire, proposée par le Laboratoire de Recherche Juridique de l’ULCO.

Les candidats doivent postuler très rapidement; la campagne étant quasiment close. Les candidatures de dernière minute seront les bienvenues. Les personnes en charge de la sélection sont ouvertes à différents profils.

Laboratoire d’accueil ULCO : LARJ (EA 3603)

Encadrants ULCO :

Catherine Minet-Letalle
Maître de conférences en Droit privé, HDR, ULCO
Responsable du Master 2 Droit européen des affaires
Directrice du Laboratoire de recherche juridique (EA 3603)

Camille Carbonnaux
Maître de Conférences en droit public ULCO
Responsable du Master 1 droit des collectivités territoriales
Co-directrice du Laboratoire de Recherche Juridique  (LARJ – EA 3603)

Projet de recherche : L’économie sociale et solidaire : quels enjeux juridiques ?

Le recrutement du docteur se fait hors Ecoles Doctorales de la COmUE Lille Nord de France.

Mots-clés : Droit social – contrats de travail – insertion sociale – droit de l’urbanisme – droit public économique – Droit de l’Union européenne

Objet du post-doctorat

Les valeurs et principes communs portés par les structures de l’ESS engendrent un certain nombre de difficultés juridiques autour de l’utilité sociale, la coopération, l’ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants ou encore le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. Ces difficultés juridiques se rattachent aux deux axes de recherches du LARJ de droit des affaires et d’action publique locale et environnementale.

Il existe des études juridiques générales sur les textes nouveaux qui ont été adoptés ou au contraire des études de terrain dans d’autres disciplines (sociologie par exemple). Ce qui intéresse le LARJ, c’est de lier la théorie avec des exemples pratiques. L’objectif est d’aller plus loin dans l’analyse juridique que ce qui est proposé actuellement et de confronter les possibilités théoriques offertes par la loi à leur mise en pratique. En d’autre terme, il s’agit de comparer les différentes possibilités offertes par la loi et de déterminer le choix le plus cohérent à adopter selon le projet ESS envisagé.

Le post doctorant aura pour mission d’observer les pratiques existantes en matière d’ESS à travers plusieurs expériences conduites dans la région des Hauts-de-France, et notamment dans le projet « Tast’in Fives » dans lequel le LARJ est déjà impliqué et d’identifier au travers ces expériences les enjeux juridiques autour de l’économie sociale et solidaire. Il existe une Chaire ESS dans la Région des Hauts de France. Le post doctorant pourra donc se rapprocher de cette structure pour sélectionner des expériences conduites qui se révèlent les plus emblématiques.

Plus précisément, sa fonction sera d’interroger, notamment à partir du projet « tast’ in fives », la réception de l’économie sociale et solidaire par le droit social, le droit de l’urbanisme, le droit public économique et le droit de l’Union européenne. Sans qu’il s’agisse d’une liste exhaustive, il aura pour mission de travailler sur les questions suivantes :

  • sur la création d’une entreprise de l’ESS. Tout d’abord, il s’agit d’étudier quels statuts, quelles conséquences dans le choix du statut L’intérêt n’est donc pas d’étudier les différents statuts qui sont proposés par la loi en faisant une comparaison (ce qui existe déjà) mais de l’adapter ensuite aux projets ESS. Il s’agit aussi d’étudier quelles règles en matière d’urbanisme quand l’implantation du projet ESS pose des problèmes spécifiques (comme c’est le cas pour le projet Tast’in Fives où il s’agit d’une ancienne friche industrielle). Il s’agit enfin d’étudier les modes de financement adaptés à cette économie.
  • sur les conditions de recrutement et de travail des salariés, et de vérifier si ces conditions sont conformes aux bonnes pratiques des entreprises de l’économie sociale et solidaire (lutte contre l’exclusion, insertion sociale ou professionnelle …). Il existe en effet une multitude de travaux sur les différents contrats permettant de recruter un salarié. Par contre, il n’y a pas de travaux sur les contrats qui répondent le mieux aux grands principes posés par l’ESS et ceux qui devraient être le plus pertinent d’utiliser selon les objectifs posés par le projet (ex : être facteur d’intégration dans un quartier, formation …)
  • sur la gouvernance mise en place dans le projet ESS
  • sur la  lucrativité limitée (encadrement des échelles de salaires, répartition équitable des bénéfices, etc.)
  • sur une approche territoriale pour répondre à des besoins identifiés sur le terrain – les activités sont non délocalisables.
  • Sur la mutation du droit de l’urbanisme. Le projet « tast’in fives » s’inscrit dans l’opération d’aménagement Fives Cail qui vise, par le biais de la rénovation urbaine, à promouvoir l’inclusion sociale. Cette opération constitue une parfaite illustration de l’utilisation des règles d’urbanisme au profit d’un objet social. Elle offre ainsi l’occasion d’observer la participation du droit de l’urbanisme aux enjeux de renforcement du principe de mixité sociale. Cette réflexion permettra de participer à celle, plus large, relative au décloisonnement du droit de l’urbanisme et le passage d’une police des sols à un outil ouvert aux préoccupations étrangères à « son objet naturel ». Par ailleurs, les moyens financiers et les contrats publics mis en place au soutien de ce projet offriront également l’occasion d’analyser les leviers et les obstacles de l’économie sociale et solidaire en droit public économique.
  • Sur les leviers et les obstacles de l’économie sociale et solidaire en droit public économique. Il s’agira d’analyser l’effectivité des règles mises en place en droit public économique au soutien de l’ESS dont, à titre d’exemple, les clauses sociales en droit des marchés publics.

Le recrutement d’un post doctorant permettra au LARJ de développer son expertise sur un nouveau modèle économique et social en mettant en pratique les recherches théoriques afin de maitriser les objectifs de l’ESS.

Des ateliers seront organisés dans les Masters en droit à partir de janvier 2018 par le post doctorant sous la direction d’enseignants chercheurs du LARJ afin de faire travailler les étudiants sur ces problématiques et un rapport sera rédigé sur la base de ces travaux.

Un colloque sera organisé en octobre 2018 par le post doctorant impliquant les acteurs régionaux dans le domaine sous le contrôle d’enseignants-chercheurs du LARJ.

Localisation et rémunération

Le post-doctorat sera basé à Boulogne-sur-Mer, au Laboratoire de recherche juridique (LARJ). Le recrutement sera effectué sous  forme de contrat  post doctoral à durée déterminée de 12 mois, non renouvelable. La date prévue de début du contrat est le 1er janvier 2018. Le montant de la rémunération est de 2 500€ mensuel (salaire brut hors charges employeur).  Le contrat établi mentionnera la possibilité d’effectuer des heures complémentaires dans l’établissement à hauteur d’un maximum de 24H, après avis du Directeur du laboratoire; il ne permet pas d’effectuer des heures complémentaires hors de l’établissement.

Conditions de recrutement et compétences attendues

  • Doctorat en droit
  • Doctorat obtenu moins de trois ans avant la date prévue d’entrée dans les fonctions ;
  • Autonomie et rigueur dans la formulation des problématiques ;
  • Capacité à dialoguer avec des chercheurs issus d’autres champs disciplinaires ;
  • Capacité à travailler en équipe ;
  • Rédaction d’articles de recherche.

Le jury prendra en compte la qualité du dossier, son adéquation à la thématique ESS, son adéquation au projet scientifique du LARJ, les compétences du candidat (expériences de recherche, publications), sa capacité à donner une dimension internationale à la recherche.

Dossier de candidature

Le dossier de candidature comprendra une lettre de motivation, un CV comprenant la liste des recherches et publications, le diplôme de doctorat du candidat, le rapport de soutenance.

A envoyer en un seul fichier à : sophie.bracqbien@univ-littoral.fr

Calendrier de recrutement

  • Date limite de dépôt des candidatures : 20 octobre 2017, 19 heures (heure de Paris)
  • Admissibilité : semaine du 23 octobre 2017
  • Auditions : semaine du 6 novembre 2017
  • Communication des résultats : début décembre 2017

Référents scientifiques : Catherine Minet-Letalle (catherine.minet-letalle@univ-littoral.fr), Camille Carbonnaux (camille.carbonnaux@univ-littoral.fr)

post-doctorat

Offre de deux emplois de chercheur

Offre d’emploi – Chargé de recherche temps plein sur le thème du numérique dans le secteur des services aux personnes (H/F) (publiée le 17/07/2017)

Le Lentic et le Centre d’Economie Sociale (centres de recherche de HEC Liège, Université de Liège) souhaitent engager pour une durée de 12 mois à temps plein un/une chargé/e de recherche pour collaborer au projet de recherche DIGI-SERV commandité par la Région Wallonne sur l’impact de la révolution numérique dans le secteur des services aux personnes. Il s’agit d’un projet interuniversitaire (ULg et UCL) et pluridisciplinaire impliquant des sociologues, des gestionnaires, des économistes et des juristes. Ce projet d’un an peut éventuellement mener à l’élaboration d’un projet de doctorat.

La fonction comprend les tâches suivantes :

  • Revue de littérature
  • Réalisation d’entretiens exploratoires et semi-directifs
  • Organisation de focus groupes
  • Rédaction de rapports et d’articles scientifiques

Pour mener à bien cette fonction, le/la chargé/e de recherche présentera le profil suivant :

  • Master en sciences économiques, sciences de gestion, sciences sociales, ou équivalent
  • Excellente capacité rédactionnelle en français ; la maîtrise de l’anglais constitue un atout
  • Bonne capacité à collecter des données et à mener des entretiens
  • Intérêt pour les enjeux liés aux nouvelles technologies
  • Intérêt pour le secteur des entreprises sociales et de l’économie sociale
  • Goût pour la recherche, esprit critique et bon esprit d’analyse
  • Autonomie et sens de l’organisation – Affinité pour le travail en équipe, capacité d’adaptation et intelligence relationnelle

Conditions offertes :

  • Un contrat d’un an (statut à préciser), pouvant être éventuellement prolongé dans le cadre d’un projet de doctorat
  • Un environnement de travail stimulant et la participation à un projet de recherche interuniversitaire et interdisciplinaire
  • Engagement à partir du 15 septembre 2017

Envoyez avant le 15 août aux adresses suivantes – charlotte.moreau@ulg.ac.be et françois.pichault@ulg.ac.be :

  • Votre CV,
  • Une lettre de motivation

Renseignements complémentaires auprès de Charlotte Moreau à partir du 1er août : charlotte.moreau@ulg.ac.be

En cas de candidature retenue, les candidat(e)s sélectionné(e)s seront convié(e)s à un entretien d’embauche (avec test des capacités rédactionnelles et de la connaissance des enjeux du numérique) entre le 21 août et le 8 septembre 2017.

 

Offre d’emploi : bourse doctorale temps plein sur le thème des circuits courts alimentaires (publiée le 17/7/2017)

Le Centre d’Économie Sociale de HEC-Liège (Pr. Sybille Mertens), en collaboration avec l’Unité d’Économie et Développement Rural de Gembloux Agro Bio tech (Pr. Kevin Maréchal), souhaite engager un(e) doctorant(e) pour réaliser une recherche sur le thème ‘Circuits courts, économie sociale et résilience des territoires’.

Cette recherche doctorale s’inscrit dans le cadre de l’obtention d’un projet ARC (Action de Recherche Concertée) intitulé : ‘DISEIN FOOD – Diffusing Social Economy Initiatives in the Sustainable Food Sector’. Il s’agit d’un projet pluridisciplinaire de l’Université de Liège, impliquant également une équipe en géographie et une autre en sociologie.

La recherche étudiera particulièrement les territoires de Liège (Belgique), Lille (France) et Liverpool (UK). La personne engagée sera amenée à travailler en étroite collaboration avec les partenaires scientifiques belges, français et anglais et à œuvrer à l’animation collective du projet.

Profil recherché :

  • Maîtrise bioingénieur ou équivalent, obtenue avec distinction. en sciences économiques, sciences de gestion, sciences sociales, géographie,
  • Connaissance de la problématique des circuits courts alimentaires et de ses multiples enjeux
  • Goût pour la recherche, esprit critique et bon esprit d’analyse
  • Excellente capacité rédactionnelle en français et maîtrise de l’anglais.
  • Expérience en matière de collecte de données
  • Affinité pour le travail en équipe, capacité d’adaptation et intelligence relationnelle
  • Autonomie et sens de l’organisation

Conditions offertes :

  • Bourse doctorale de 4 ans (soumise à approbation annuelle)
  • Un interdisciplinaire environnement de travail stimulant et la participation à un projet de recherche
  • Engagement à partir du 1er octobre 201 7

Envoyez votre CV et une lettre de motivation avant le 31 août 2017 aux adresses suivantes : K.Marechal@ulg.ac.be et smertens@ulg.ac.be

Les candidat(e)s sélectionné(e)s seront convié(e)s à un entretien d’embauche avec test (connaissance des circuits courts et capacités rédactionnelles) le 11, le 12 ou le 14 septembre 2017 en matinée.

La ChairESS Hauts-de-France recrute un(e) Chargé(e) de recherche

La ChairESS annonce le recrutement d’un(e) Chargé(e) de recherche en CDD. Pionnière en France, la ChairESS est la seule à être à la fois interuniversitaire et interdisciplinaire ainsi qu’à avoir associé acteurs, collectivités territoriales et enseignants-chercheurs universitaires dès la conception du projet.

Son projet général de recherche porte sur Les initiatives solidaires en communs.

Le/la Chargé(e) de recherche aura pour mission d’étudier la représentation et la gestion des communs par l’Economie sociale et solidaire (ESS) sur le territoire de la Région Hauts-de-France. Cette étude se réalisera à partir de la construction d’une réflexion sur la problématique des communs en lien avec l’ESS. Pierre Sauvêtre, recruté par le Clersé et la ChairESS en 2015-2016, a déjà réalisé des travaux de recherche en ce sens : Séminaire du 17 juin 2016

https://chairess.org/category/seminaire-2015/

Le/la Chargé(e) de recherche devra :

  • Construire une définition partagée à partir de la notion de « communs sociaux »
  • Réaliser des enquêtes de terrain approfondies autour des communs sociaux
  • Réaliser une grille des initiatives en commun par secteurs d’activités
  • Élaborer une méthodologie pour le dépôt d’un projet structurant
  • Fédérer des partenaires de la région, mais aussi d’autres régions et à l’international
  • Valoriser des travaux par des publications, des séminaires et des colloques.

Les candidat(e)s devront impérativement être docteur(e) en sciences sociales (gestion, économie, science politique, sociologie, géographie…), doté de solides compétences en méthodes qualitatives, et de connaissances en économie sociale et solidaire.

Délai de dépôt des candidatures : 15 janvier 2017

Entretien avec les premier(ère)s sélectionné(e)s : Durant la première semaine de février

Type de contrat: CDD 1 an à temps complet

Durée : 1 an (début du contrat : février 2017). Une prolongation du contrat est envisagée.

Lieu : MESHS (Lille, 2 rue des canonniers)

Salaire mensuel brut : 48000 euros brut / an suivant expériences.

Contact : amelie.lefebvre@chairess.org

Contenu du dossier à faire parvenir :

1 CV en 2 pages maximum

1 descriptif de la thèse en 1 page + pré-rapports et rapport du jury

2 pages qui présentent la manière qu’a le candidat de se représenter le projet « représentation et gestion des communs par l’ESS »

ChairESS

École française de Rome : comment devenir chercheur résident

Les Écoles françaises à l’étranger ont mis en place depuis la rentrée 2012 le statut de chercheurs résidents dans leurs établissements. À l’École française de Rome (EFR), ce titre est accordé à des enseignants-chercheurs, des chercheurs statutaires ou des post-doctorants sous contrat qui sont accueillis pour une durée d’un semestre (trois à six mois) éventuellement renouvelable, pour contribuer à la réalisation d’un programme scientifique inscrit au contrat quinquennal de l’EFR.

L’accueil est réglé par convention entre l’EFR et l’organisme de rattachement de ces chercheurs. L’École met à leur disposition tous ses moyens matériels et scientifiques pour faciliter la réalisation de leur programme.

Une aide pour favoriser leur séjour hors de leur résidence peut en outre être proposée par l’EFR lorsque le candidat ne bénéficie pas de financements extérieurs propres :

  • pour ceux qui se logent par eux-mêmes dans Rome, une aide de 2000€ mensuels est octroyée ;
  • pour ceux qui sont logés dans l’immeuble de la Piazza Navona, l’aide mensuelle est de 1200€ sur lesquels est effectué un prélèvement de 600€  pour le loyer du studio (chambre-cuisine-salle d’eau) ;
  • pour tous, remboursement d’un seul voyage par semestre, plafonné à 300€, vers leur résidence principale.

L’EFR propose pour l’année universitaire 2017-2018, sans préjuger d’autres demandes susceptibles d’être prises en compte sans aide financière, un total de 36 mensualités d’aide à la mobilité. En fonction des possibilités de financements qui resteraient disponibles, la commission pourra aussi examiner des demandes d’aides de séjour pour la fin de l’année universitaire 2016-2017, soit le premier semestre 2017. Une attention particulière sera portée aux dossiers s’inscrivant dans les champs disciplinaires relevant des Sciences Sociales.

Les dossiers, comportant un bref CV avec bibliographie sélective, une lettre de motivation détaillée précisant la période de séjour sollicitée, et une autorisation de résidence à Rome émanant de leur institution d’appartenance (conseil académique, ou conseil scientifique, ou UFR, ou département, ou laboratoire), peuvent être envoyés, par mail, au secrétariat de la direction des études concernée par le programme de recherches dans lequel s’insère la mobilité, avec copie à la direction (directrice(at)efrome.it ) dans les délais suivants :

  • au plus tard le 8 novembre 2016 pour les dossiers sollicitant une aide financière ;
  • au fil de l’eau pour les autres dossiers.

Pour les dossiers portant sur les époques moderne et contemporaine : secrmod@efrome.it

Les chercheurs sollicitant une aide à la mobilité seront informés de l’issue de leur demande dans la semaine du 21 novembre 2016

Retrouvez cet appel sur le site de l’EFR http://www.efrome.it/la-recherche/actualite-et-appels/evenement/appel-a-candidature-chercheur-resident-aupres-de-lecole-francaise-de-rome-2017-2018.html et sur sa page Facebook https://www.facebook.com/EcoleFrancaiseDeRome, publié le 14 octobre

Recrutement d’un MCF PAST Economie et management public à Lille 1

Campagne de recrutement de MCF associé à mi-temps (PAST)
Rentrée 01/2017
MCF PAST – Université Lille1

Intitulé : Economie et management public

Profil :
Activités d’enseignement, d’encadrement, de développement pour la mention Economie et
Management Public (EMP).
Idéalement, la personne recrutée devra justifier d’une expérience professionnelle dans l’ESS, et d’une
expertise et expérience dans le domaine de l’interface entre ESS et pouvoirs publics (collectivités locales
et territoriales).

Il/elle devra faire preuve de pédagogie pour aider au management, à la coordination et au développement de la mention EMP, et plus particulièrement du parcours de formation APIESS

  • Coordination (veille, aide à la prise de contact, communications) des partenaires extérieurs et des séminaires professionnels
  • Suivi des stages (au-delà du travail réalisé par le tuteur universitaire visant à consolider le contenu des mémoires de stage)
  • Appui au recrutement et à la sélection des étudiants
  • Capitalisation des stages, annuaire consolidé des stages
  • Entretien de la page web spécifique au parcours de formation
  • Prospective et communication pour faire connaitre et faire rayonner les spécialités
  • Proposer et assurer avec une équipe une politique de développement de la formation continue

Dépôt des dossiers de candidature sur l’application « ESPACE »/Université Lille 1  Avant le 28 octobre 2016.

Contacts :

Enseignement
Laurent Cordonnier, Doyen de la FSES
03 20 33 77 63
institut-ISEM@univ-lille1.fr
http://ses.univ-lille1.fr/

Recherche
Sébastien FLEURIEL Directeur du Clersé
03 20 33 62 61
Sebastien.Fleuriel@univ-lille1.fr
http://clerse.univ-lille1.fr/

 

info LRSG