Archives de catégorie : La recherche

Le rôle des organisations patronales en Europe dans la régulation de l’économie (XIXe-XXe siècles)

Modifié le

4e colloque – Paris 19-20 juin 2014

Universités de Paris – Cité – Paris 13 (Pleïade-CRESC) et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (IDHE) – LARHRA

Appel à communications

Ce colloque constitue la quatrième manifestation du programme pluridisciplinaire et international de recherche sur les organisations patronales en Europe engagé depuis 2009. Il vient à la suite :
– d’une journée d’études (11 juin 2010) qui a tiré un bilan sémantique, archivistique et historiographique du sujet.
– d’un premier colloque (9-10 juin 2011 Universités de Paris – Cité – Paris 13 et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) sur « Les organisations patronales en Europe aux XIXe et XXe siècles. Genèse et morphologies originelles »[1].
– d’un second colloque, qui s’est tenu à Paris ( 21-22 juin 2012 Universités de Paris – Cité – Paris 13 et Paris 1 – Panthéon-Sorbonne) sur les « Formes et moyens d’action des organisations patronales dans la sphère publique »
(31 intervenants dont la moitié provenant d’autres pays européens)[2].
– d’un troisième colloque, qui s’est tenu à Lyon (20-21 juin 2013 Université Lumière Lyon 2 – LARHRA) qui a eu pour objet « Les organisations patronales et les autres organisations collectives. Europe XIXe-XXe siècles »[3].

Par ailleurs, une session au Congrès mondial d’histoire économique (XVIth WEHC 9-13 juillet 2012, Université de Stellenbosch, Afrique du Sud) a permis d’élargir notre réflexion, en particulier en y intégrant l’étude de nouveaux pays[4].

Ces étapes ont notamment mis en évidence la grande variété des organisations patronales : diversité des secteurs, des fonctions exercées et des services fournis, variété des échelles d’intervention (local, régional, national, international). Elles ont également éclairé leur rôle dans la construction et l’affirmation des identités professionnelles et sectorielles ainsi que l’intensité de leurs interactions avec les pouvoirs publics. Le choix du temps long, plus de deux siècles, a permis de s’interroger sur les liens entre l’évolution des organisations patronales et les fluctuations conjoncturelles ou les mutations structurelles des économies capitalistes (mutation du rôle et de la forme de l’Etat, élargissement des marchés, avancées et reculs des échanges internationaux, modification des équilibres intra et intersectoriels, évolution des structures des firmes, etc.). Des hypothèses ont été avancées et demandent à être confirmées : ainsi l’importance du dernier tiers du XIXe siècle dans la genèse des organisations patronales et celle des fonctions économiques, plus précoces que les fonctions sociales (qui semblent s’affirmer à partir des années 1890, en particulier face à la montée du mouvement ouvrier et des législations sociales), dans la genèse des structures locales et régionales.

La manifestation scientifique de juin 2014 se propose d’étudier plus précisément la place tenue par ces organisations dans la régulation des activités économiques.

« Régulation » doit être entendue ici, non pas au sens restreint de réglementation de l’activité économique par l’Etat, mais comme une combinaison institutionnelle contribuant à la reproduction d’une formation économique donnée compte tenu des structures financières, économiques, sociales et politiques en vigueur, au total une forme de cohérence institutionnelle d’ensemble. Elle se manifeste comme un système hiérarchisé d’institutions, de normes et de règles, plus ou moins complémentaires ou cohérentes, variables dans le temps et dans l’espace, et situées à différentes échelles de territoires et/ou de groupes d’acteurs sociaux.

Dans cette perspective, l’objet de ce colloque sera de préciser quelle place tiennent les organisations patronales dans l’élaboration, la persistance ou la mise en question de ces systèmes et comment elles contribuent à la définition des différents types de règles hiérarchisées, qui contribuent à la construction des marchés et encadrent la production et l’échange de biens et services.

Dans quels domaines interviennent-elles (droit codifié, usages commerciaux, normes techniques, labels de qualité, organisation du travail, régulation de la concurrence, etc.) ? Plus particulièrement, on tentera de définir l’éventail des règles élaborées par les organisations patronales, et/ou d’évaluer leur contribution respective à cette élaboration, que ce soit au niveau international, national, de l’espace régional ou local, du secteur ou de la profession. On souhaiterait que soient éclairés les processus selon lesquels, à différents niveaux, les organisations patronales parviennent – ou ne parviennent pas-, à concilier les intérêts économiques divergents de leurs adhérents, intérêts qu’elles contribuent d’ailleurs à définir.

On se demandera comment et dans quelle mesure les organisations réussissent à faire respecter les règles qu’elles ont contribué à établir (intervention des pouvoirs publics, délégation de pouvoir coercitifs par ces derniers, puissance de marchés des adhérents les plus puissants etc). De quelle manière participent-elles à la modification du contenu, de la hiérarchie et du poids relatifs des règles ? Quels sont les facteurs qui les y conduisent (élargissement des marchés et intensification des échanges internationaux ou au contraire, dans l’entre-deux-guerres, leur repli ; transformations politiques ; modification des formes de concurrences…) ? Autrement dit, peut-on mesurer l’efficacité relative des organisations patronales sur le plan national et européen selon la conjoncture économique et politique, selon les branches, selon les enjeux ?

En retour, cette évolution du mouvement de la régulation et des règles qu’il engendre structure-t-elle ou reconfigure-t-elle les organisations patronales ? A-t-elle des effets sur leur fonctionnement ? S’établit-il de nouvelles hiérarchies entre les organisations nationales et internationales ?

Le colloque se déroulera en français et en anglais. Comme pour les colloques précédents, une publication est prévue.

Les propositions de communications (résumé succinct svp) seront adressées avant le 1er décembre 2013 à :
Danièle Fraboulet : danielefraboulet@wanadoo.fr
Pierre Vernus : pierre.vernus@ish-lyon.cnrs.fr
Clotilde Druelle-Korn : clotilde.druelle-korn@orange.fr

Comité d’organisation
Clotilde Druelle-Korn (Université de
Limoges) ; Danièle Fraboulet (Université de Paris-Cité -Paris 13/CRESC) ; Cédric Humair (Université de Lausanne) ; Michel Margairaz (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne/ IDHE) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II/LARHRA)

Comité scientifique
France : Eric Bussière (Université de Paris IV) ; Olivier Dard, (Université de Paris IV) ; Dominique Barjot (Université de Paris IV) ; Clotilde Druelle-Korn, (Université de Limoges) ; Jean-François Eck (Université de Lille III) ; Danièle Fraboulet, (Université de Sorbonne Paris-Cité Paris 13) ; Patrick Fridenson (EHESS) ; Hervé Joly (CNRS) ; Annette Jobert, (CNRS-IDHE) ; Michel Margairaz, (Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne) ; Hélène Michel, (Université de Strasbourg) ; Michel Offerlé (ENS Ulm) ; Gilles Richard, (IEP Rennes) ; Béatrice Touchelay, (Université de Lille III) ; Pierre Vernus (Université de Lyon II)

Autres pays européens : Werner Bührer (Allemagne) ; Suzy Pasleau (Belgique) ; Dirk Luyten (Belgique) ; A. Escudero (Espagne) ; G. Berta (Italie) ; Philip Ollerenshaw (R-U) ; Cédric Humair (Confédération Helvétique) ; Sébastien Guex (Confédération Helvétique) ; Hans-Ulrich Jost (Confédération Helvétique) ; Laurent Tissot (Confédération Helvétique).

International Workshop on Franchising, Retail & Service Chains les 11 et 12 juin 2014

Modifié le

La Chaire Franchise & Commerce en Réseau a pour mission de rapprocher les étudiants, les chercheurs et les professionnels de la franchise et du commerce en réseau autour des problématiques de ce secteur et de faire émerger des synergies grâce à une approche globale (multimétiers, multidisciplinaire et multipays).

Rozenn Perrigot, Titulaire de la Chaire Franchise & Commerce en Réseau, organise l’International Workshop on Franchising, Retail & Service Chains les 11 et 12 juin 2014 a l’IGR-IAE de Rennes, en partenariat avec le Centre de Recherche en Economie et Management (CREM UMR CNRS 6211).

L’objectif de ce Workshop sera de discuter des problématiques managériales, juridiques, stratégiques, etc. auxquelles sont confrontés les professionnels (franchiseurs, développeurs de réseau, animateurs de réseau, marketeurs de réseau, multifranchisés, etc.) d’une part, et lesquelles sont explorées par les chercheurs spécialistes du domaine d’autre part, avec l’idée également d’impliquer les étudiants du Master « Franchise & Commerce en Réseau », futurs animateurs, développeurs et marketeurs de réseau.

Des chercheurs experts en franchise et en commerce en réseau d’une dizaine de pays différents ont déjà confirmé leur participation. Ceux-ci viendront des pays suivants : Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Canada, Chine, Chypre, Etats-Unis, Espagne, France…

Des professionnels de la franchise et du commerce en réseau, de différents secteurs d’activités, interviendront également afin d’avoir une double approche (académique et professionnelle) des problématiques rencontrées au sein des réseaux.

Le programme sera annoncé prochainement, il inclura des tables rondes, des présentations, des « sessions posters » sur différents sujet tels que les formes organisationnelles (multifranchise, franchise sociale), la relation franchiseur/franchisé, la performance des réseaux, l’internationalisation des réseaux, l’utilisation d’Internet dans les réseaux, etc.

CONTACT
Rozenn PERRIGOT
rozenn.perrigot@univ-rennes1.fr
IGR-IAE de Rennes
11, rue Jean Macé
CS 70803
35708 Rennes Cedex 7

chaire-franchise-et-commerce-en-reseau-rozenn-perrigot

2e Congrès international en Sciences de Gestion du COMREFAS

Modifié le

Le Consortium pour le Management de la Recherche Fondamentale et Appliquée en Afrique au Sud du Sahara (COMREFAS) organise les 7 et 8 mars 2014
à Libreville au Gabon son 2e Congrès international en Sciences de Gestion sur le thème “Management et Performance des PME Africaines”.
Cette deuxième édition est organisée en partenariat avec l’AFC, l’AIREPME, le CAMES et le RUSTA. 
Pour télécharger l’appel à communications et connaître les dates à retenir : 
www.rusta-comrefas.org
Pour tout renseignement complémentaire : 
comrefas@gmail.com

http://www.rusta-comrefas.org/images/logo-du-comrefas.jpg

« Quelle régulation pour quel système ferroviaire ? »

Modifié le

Premier colloque juridique
Mercredi
26 mars 2014 – 9h00 à 18h00
Maison de la Chimie – Paris 75007

9h 15 Discours d’ouverture par Pierre CARDO, Président de l’ARAF
Les enjeux de la régulation

9h 30 Le point de vue d’un praticien
Pierre-Jean BENGHOZI, membre du collège de l’ARCEP

10h00 Le point de vue d’un universitaire
Marie -Anne FRISON-ROCHE, Professeur des Universités à Science Po (Paris)

10h45 – 11h00 Pause-café
Regards croisés sur la régulation du secteur ferroviaire

11h00 La régulation ferroviaire en Allemagne
Karsten OTTE, Directeur du département de régulation ferroviaire, Bundesnetzagentur

11h30 La régulation ferroviaire au Royaume-Uni
Brian KOGAN, Directeur du département Europe de
l’Office of Rail Regulation (ORR)

12h30 – 14h00 Déjeuner
Pratique et perspectives d’avenir de la régulation ferroviaire en France

14h00 Origine et pratiques de la régulation ferroviaire par l’ARAF
Béatrice BOURGEOIS-MACHUREAU, Maître des requêtes au Conseil d’Etat

14h30 Les enjeux juridiques de la régulation dans la réforme ferroviaire
Bertrand DU MARAIS, Conseiller d’État, Détaché comme Professeur de droit public à l’Université de Paris Ouest Nanterre La
Défense

15h30 – 16h00 Pause-café

Table ronde

16h00 L’évolution de la régulation dans le cadre de la réforme ferroviaire
Modérateur : Pierre CARDO, Président de l’ARAF
Dominique BUSSEREAU, Ancien Ministre des Transports, Député de Charente-Maritime
Jacques RAPOPORT, Président de Réseau Ferré de France
Sophie BOISSARD, Directrice générale déléguée stratégie et développement, SNCF
Gilles SAVARY, Député de la Gironde, rapporteur du projet de loi portant réforme ferroviaire à l’Assemblée nationale

 

Cocktail de clôture


araf-logo.jpg

Colloque SAYS 2014 – Ecole d’été RRI 2014 “La pensée économique des révolutions industrielles : innovation, entrepreneuriat et cycles longs”

Modifié le

l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation Congrès International Jean Baptiste Say

“La pensée économique des révolutions industrielles : innovation, entrepreneuriat et cycles longs”

Colloque SAYS 2014 – Ecole d’été RRI 2014

27-30 août 2014 – Auchy-les-Hedin – Nord/Pas-de-Calais France

Liste des grands axes du premier congrès international Jean-Baptiste Say :

1) Théories et réalités plurielles de l’entrepreneuriat : Jean-Baptiste Say, précurseur du triomphe de l’entrepreneur

2) Théories de la production et des relations nature-production, de Jean-Baptiste Say au développement durable

3) La pensée économique du progrès technique : des Classiques à la systémique de l’innovation

4) Innovation et cycles économiques : révolution industrielle par bond ou continue

5) Histoires d’entrepreneurs et d’inventions ou l’application de la science à l’économie : l’innovation

6) Les paradigmes sociotechniques au fil des révolutions industrielles : de la grande industrie à la « nouvelle économie
» : économie des services, de l’information et de la connaissance, de l’environnement…

7) Révolution industrielle, mutations du travail et nouvelles formes d’organisations sociales de la production : de la
société salariale à la société entrepreneuriale, quelles solidarités, quelle créativité ?

8) Révolutions industrielles et localisation des activités innovantes : effets de proximité, d’agglomération, d’échelle,
de variété, de diffusion, d’appropriation et d’accumulation

9) Les ressorts de la (re)industrialisation et la transition socio-économique : nouvelles activités, changement social,
politiques actives (coercitives ou d’accompagnement ?)

Participants

Le 1er Congrès Jean-Baptiste Say est ouvert aux chercheurs et accorde une place substantielle aux travaux des doctorants.

Le Congrès proposera des sessions plénières avec des conférenciers invités, des sessions spéciales autour de thématiques phares, des sessions posters dédiées spécifiquement aux doctorants en début de thèse. Une table ronde conclura les trois journées. Ces quatre jours seront agrémentés d’évènements culturels permettant de prolonger les discussions dans une atmosphère détendue. Le samedi 30 août sera exclusivement dédié à des activités culturelles.

Dates importantes :

– Envoi du résumé de la communication ou du poster avant le 15 avril 2014 à rri@univ-littoral.fr

– Réponse du comité scientifique au plus tard le 15 mai 2014

– Inscription au Congrès avant le 30 juin 2014. Attention, l’inscription est gratuite pour les membres du RRI à jour de
leur cotisation au 30 avril 2014.

– Envoi des papiers finaux ou des posters avant le 15 août 2014.

http://2ri.eu

Trophées des think tanks 2014

Modifié le

De nouvelles thématiques, de nouveaux trophées, et des personnalités prestigieuses au programme de la troisième édition
des trophées des think tanks.


trophees_thinks_tanks_2014.jpg

Partenaires et sponsors

La troisième édition des trophées des think tanks aura lieu le Lundi 17 mars 2014 à 18h30 dans
l’hémicycle du Conseil économique, social et environnemental et sous le haut patronage du Président du CESE, Jean-Paul Delevoye.

Trophées

Trophée des relations internationales
remis par Mme Clara Gaymard, Présidente de l’Amcham

Trophée de l’économie
remis par Mme Blandine Mulliez, Présidente de la Fondation Entreprendre

Trophée des affaires européennes
remis par Mme Nina Mitz, PDG de FTI Consulting France

Trophée éducation et culture
remis par M. Bernard Bazillon, directeur associé, Fondation KPMG

Trophée énergie, environnement et développement durable
remis par M. Christophe Février, PDG de GEO PLC

Trophée Politique et société
remis par M. Gilles Leclerc, Président de Public Sénat

Trophée de la Santé
remis par M. Emmanuel Roux, Directeur général de la Mutualité Française

Trophée Innovation et numérique
remis par M. François Aird, PDG de Cedrom SNI

Trophée de la meilleure stratégie de communication
média

remis par Mme Véronique Richard, Directrice du CELSA

Prix spécial du Jury
remis par M. André Marcon, Président de CCI France

Programme
17h30 Accueil des participants
18h30 Cérémonie de remise des trophées des think tanks
20h30 Cocktail et rafraîchissements

L’ensemble de la cérémonie sera retransmis en direct sur la chaîne youtube de l’Observatoire des
think tanks.

Inscription
Entrée libre sur inscription au  07 82 35 29 18 (mobile) ou par email :
trophees2014@oftt.eu, 
dans la limite des places disponibles.

Journée de la Recherche de l’EDHEC – Paris le 21 Juin 2013

Modifié le

Thème du prochain EDHEC Research Day :
« Quelles
politiques pour redresser les finances publiques ?
 »

La septième édition de l’EDHEC Research Day se déroulera à Paris, à la Maison de la Chimie, le 21 Juin 2013. Cette année, la conférence
s’articulera autour de la thématique :
Quelles politiques pour redresser les finances publiques ? Cette thématique permettra d’illustrer l’implication de l’EDHEC Business School dans le débat économique et d’apporter des éléments d’informations et des
voies possibles d’actions pour le redressement des finances publiques.

La première partie de la matinée abordera

la question de la dépense d’enseignement supérieur et les modalités possibles d’y faire participer de
manière équitable les bénéficiaires que sont les diplômés

          les
modalités de réformes de la protection sociale en France sur le marché du travail et l’intérêt de privilégier des politiques d’emploi favorisant les reprises
d’emploi rapides
permettant de réduire la déqualification rapide des personnes au chômage dans une situation de mutation technologique rapide

les difficultés, conflits d’intérêt entre autres, que rencontrent les banques
d’Etat
pour remplir  leurs missions 

les limites de la régulation financière et du messianisme de l’économie
réelle

 La deuxième partie de la matinée sera consacrée à une table ronde animée par Etienne
Lefebvre, Chef du service économie générale, Les Echos. La table ronde rassemblera Madame Valérie Rabault et Monsieur Gilles Carrez, Vice-Présidente et Président de la Commission des
Finances de l’Assemblée Nationale
, Madame Amélie Verdier, Directrice du Cabinet du Ministre délégué chargé du Budget et Stéphane Gregoir, Professeur d’Economie et Directeur de
la Recherche, EDHEC Business School,
autour du thème : Les finances publiques françaises : le retour est-il possible à l’horizon 2017 ?

La participation à la conférence EDHEC Research Day 2013 est gratuite.

Pour accéder au programme, cliquez ici . Pour vous inscrire, veuillez cliquer sur le lien suivant  : http://www.regonline.co.uk/edhecresearchday2013
(inscription gratuite).

EDHEC.jpg

Section 37 du CNRS : une nouvelle liste de revues élaborée en marge de la communauté

Modifié le

Nous informons notre lectorat d’un message du SNESUP à propos de la nouvelle liste de revues de la Section 37 (Eco-Gestion) du CNRS

Section 37 du CNRS  élabore une nouvelle liste

“La Section 37 du CNRS  (économie-gestion) vient d’adopter une nouvelle révision de sa liste de revues avec 9 voix pour, 4 contre et 3 absentions dont l’utilisation porte à conséquences pour la communauté des chercheurs et des enseignants-chercheurs. Cette révision intervient alors que les réformes gouvernementales visent à systématiser le recours à la bibliométrie dans l’évaluation des collègues et à faire de cette évaluation un instrument de sanction.

Comme lors des révisions précédentes, le classement de certaines revues a été modifié et de nouvelles revues sont rentrées dans cette liste révisée, désormais complétée par une liste de revues dites émergentes, non catégorisées, et une liste de revues Multidisciplinaire et Autres Disciplines (MAD), elles aussi non catégorisées. Dans son ensemble, cette révision renforce l’incitation à privilégier la publication dans des revues anglo-saxonnes.

En 2004, la première liste de la section 37 avait été élaborée sur la base d’une consultation des Directeurs d’Unité et, on peut le supposer, des membres des unités de recherche rattachées. La 1re révision, adoptée en 2008, avait fait l’objet d’une consultation, certes imparfaite, mais d’une consultation tout de même de la communauté (réunion des économistes du 16 février 2007). La dernière révision a encore rétréci le champ de la consultation. La section a ouvert une boite mail dédiée pendant 3 ans pour recueillir l’avis de la communauté sur sa liste. Cette procédure ne peut être assimilée à un processus démocratique.

Le rôle de la liste de la section 37, depuis sa première version, a fondamentalement changé. Il structure désormais l’évaluation du travail de la communauté scientifique, individuellement et collectivement, très au-delà de la question du recrutement et de la gestion de la carrière des chercheurs CNRS. Cette communauté, dans sa majorité, n’a jamais eu l’occasion de s’exprimer et donc d’orienter le contenu de la liste.

Or, l’évaluation a elle aussi beaucoup changé depuis la 1re liste. Aujourd’hui, la majorité des membres de cette communauté subit donc les effets, qui peuvent être lourds, d’un outil qui lui est totalement extérieur. C’est un déni de démocratie.

Le Snesup, sans méconnaître le travail des membres de la section 37, s’élève contre l’adoption d’une liste de revues dont l’usage est donc désormais structurant pour la communauté des chercheurs et des enseignants-chercheurs sans que les principaux intéressés n’aient été associés à son élaboration.

Parce que la décision doit finalement revenir à la communauté à laquelle elle s’applique, il est temps de lui rendre l’initiative pour que soient définis collectivement la finalité de l’évaluation, son mode opératoire et ses supports. Sur la liste elle-même, le Snesup a toujours considéré que l’existence même d’une liste qui fournit un classement selon un jugement de valeur sur la qualité supposée ex-ante des articles publiés renforce potentiellement des effets pervers bien connus (étouffement du pluralisme, dérive bibliométrique de l’évaluation, constitution d’un marché de chercheurs, ou de primes de productivité individuelles, etc..;

Le Snesup appelle donc la communauté et ses représentants à se mobiliser pour que chacun soit réellement consulté sur l’évaluation, son rôle et ses modalités. Nous voulons que la communauté puisse les définir en toute transparence dans le cadre d’un débat démocratique.”