Archives de catégorie : Colloques-Conférences

International Workshop on Franchising, Retail & Service Chains les 11 et 12 juin 2014

Modifié le

La Chaire Franchise & Commerce en Réseau a pour mission de rapprocher les étudiants, les chercheurs et les professionnels de la franchise et du commerce en réseau autour des problématiques de ce secteur et de faire émerger des synergies grâce à une approche globale (multimétiers, multidisciplinaire et multipays).

Rozenn Perrigot, Titulaire de la Chaire Franchise & Commerce en Réseau, organise l’International Workshop on Franchising, Retail & Service Chains les 11 et 12 juin 2014 a l’IGR-IAE de Rennes, en partenariat avec le Centre de Recherche en Economie et Management (CREM UMR CNRS 6211).

L’objectif de ce Workshop sera de discuter des problématiques managériales, juridiques, stratégiques, etc. auxquelles sont confrontés les professionnels (franchiseurs, développeurs de réseau, animateurs de réseau, marketeurs de réseau, multifranchisés, etc.) d’une part, et lesquelles sont explorées par les chercheurs spécialistes du domaine d’autre part, avec l’idée également d’impliquer les étudiants du Master « Franchise & Commerce en Réseau », futurs animateurs, développeurs et marketeurs de réseau.

Des chercheurs experts en franchise et en commerce en réseau d’une dizaine de pays différents ont déjà confirmé leur participation. Ceux-ci viendront des pays suivants : Allemagne, Angleterre, Australie, Autriche, Canada, Chine, Chypre, Etats-Unis, Espagne, France…

Des professionnels de la franchise et du commerce en réseau, de différents secteurs d’activités, interviendront également afin d’avoir une double approche (académique et professionnelle) des problématiques rencontrées au sein des réseaux.

Le programme sera annoncé prochainement, il inclura des tables rondes, des présentations, des « sessions posters » sur différents sujet tels que les formes organisationnelles (multifranchise, franchise sociale), la relation franchiseur/franchisé, la performance des réseaux, l’internationalisation des réseaux, l’utilisation d’Internet dans les réseaux, etc.

CONTACT
Rozenn PERRIGOT
rozenn.perrigot@univ-rennes1.fr
IGR-IAE de Rennes
11, rue Jean Macé
CS 70803
35708 Rennes Cedex 7

chaire-franchise-et-commerce-en-reseau-rozenn-perrigot

2e Congrès international en Sciences de Gestion du COMREFAS

Modifié le

Le Consortium pour le Management de la Recherche Fondamentale et Appliquée en Afrique au Sud du Sahara (COMREFAS) organise les 7 et 8 mars 2014
à Libreville au Gabon son 2e Congrès international en Sciences de Gestion sur le thème “Management et Performance des PME Africaines”.
Cette deuxième édition est organisée en partenariat avec l’AFC, l’AIREPME, le CAMES et le RUSTA. 
Pour télécharger l’appel à communications et connaître les dates à retenir : 
www.rusta-comrefas.org
Pour tout renseignement complémentaire : 
comrefas@gmail.com

http://www.rusta-comrefas.org/images/logo-du-comrefas.jpg

2e Colloque européen Innovation et Commerce – UPEC FVD 2014

Modifié le

IAE Gustave Eiffel,
Université Paris Est Créteil (UPEC), 2 et 3 avril 2014

Nousavions présenté l’appel initial.
Voici le programme définitif.

La Fédération de la Vente Directe en partenariat avec l’UPEC et l’Institut de Recherche en Gestion organisent, les 2 et 3 avril 2014, la deuxième édition du colloque européen Innovation et commerce autour d’une thématique générale : « Repenser le design de la fonction commerciale à l’ère du cross-canal ».

La Vente Directe est la 3e voie de distribution à côté de la vente en magasin et de la Vente par correspondance et à distance. Pour
qu’il y ait Vente Directe, il faut mettre en présence un vendeur et un acheteur en dehors d’un lieu destiné à la commercialisation. C’est la démarche personnalisée, la possibilité de démonstration en situation réelle et le service offert par un vendeur compétent qui font le succès de ce mode de distribution.

Si ce “shopping à la maison” fait un tabac, il ne relève en aucun cas d’un amateurisme dans son approche commerciale. Comme dans les
autres voies de distribution beaucoup plus étudiées, il existe des enjeux de poids en matière de management de l’activité, qu’ils se situent au niveau de la co-construction de sa marque/son enseigne, des compétences des vendeurs et de la gestion du réseau, de la capacité à utiliser les technologies de l’information et de la communication pour optimiser ses résultats, ou de l’articulation de ce mode de vente dans une perspective cross-canal. Ces enjeux sont une mine de questionnements pour le chercheur en management, à la fois dans une visée compréhensive et prospective.

colloque-europeen-innovation-et-commerce-copie-1.jpg

Colloque SAYS 2014 – Ecole d’été RRI 2014 “La pensée économique des révolutions industrielles : innovation, entrepreneuriat et cycles longs”

Modifié le

l’Académie de l’Entrepreneuriat et de l’Innovation Congrès International Jean Baptiste Say

“La pensée économique des révolutions industrielles : innovation, entrepreneuriat et cycles longs”

Colloque SAYS 2014 – Ecole d’été RRI 2014

27-30 août 2014 – Auchy-les-Hedin – Nord/Pas-de-Calais France

Liste des grands axes du premier congrès international Jean-Baptiste Say :

1) Théories et réalités plurielles de l’entrepreneuriat : Jean-Baptiste Say, précurseur du triomphe de l’entrepreneur

2) Théories de la production et des relations nature-production, de Jean-Baptiste Say au développement durable

3) La pensée économique du progrès technique : des Classiques à la systémique de l’innovation

4) Innovation et cycles économiques : révolution industrielle par bond ou continue

5) Histoires d’entrepreneurs et d’inventions ou l’application de la science à l’économie : l’innovation

6) Les paradigmes sociotechniques au fil des révolutions industrielles : de la grande industrie à la « nouvelle économie
» : économie des services, de l’information et de la connaissance, de l’environnement…

7) Révolution industrielle, mutations du travail et nouvelles formes d’organisations sociales de la production : de la
société salariale à la société entrepreneuriale, quelles solidarités, quelle créativité ?

8) Révolutions industrielles et localisation des activités innovantes : effets de proximité, d’agglomération, d’échelle,
de variété, de diffusion, d’appropriation et d’accumulation

9) Les ressorts de la (re)industrialisation et la transition socio-économique : nouvelles activités, changement social,
politiques actives (coercitives ou d’accompagnement ?)

Participants

Le 1er Congrès Jean-Baptiste Say est ouvert aux chercheurs et accorde une place substantielle aux travaux des doctorants.

Le Congrès proposera des sessions plénières avec des conférenciers invités, des sessions spéciales autour de thématiques phares, des sessions posters dédiées spécifiquement aux doctorants en début de thèse. Une table ronde conclura les trois journées. Ces quatre jours seront agrémentés d’évènements culturels permettant de prolonger les discussions dans une atmosphère détendue. Le samedi 30 août sera exclusivement dédié à des activités culturelles.

Dates importantes :

– Envoi du résumé de la communication ou du poster avant le 15 avril 2014 à rri@univ-littoral.fr

– Réponse du comité scientifique au plus tard le 15 mai 2014

– Inscription au Congrès avant le 30 juin 2014. Attention, l’inscription est gratuite pour les membres du RRI à jour de
leur cotisation au 30 avril 2014.

– Envoi des papiers finaux ou des posters avant le 15 août 2014.

http://2ri.eu

17e Colloque ETIENNE THIL : la soumission des communication est reportée au 22 avril

Modifié le

Créé en1998 par l’Association « Rencontres Université-Commerce », ce colloque consacré à la distribution met l’accent sur la transdisciplinarité et la communication entre le monde de
l’entreprise et le monde académique. La richesse des échanges provient du dialogue entre les universitaires, qu’ils soient gestionnaires, économistes, sociologues, géographes, historiens ou
juristes, et les managers, qui chaque jour imaginent et construisent le commerce de demain.

La GRH a  déjà consacré deux ateliers à son champ disciplinaire et les organisateurs seraient désireux de recueillir d’autres communications relatives à ce secteur y compris des doctorants lors de la journée doctorale. Le format initial est celui est celui d’un résumé long de 7 pages

17e COLLOQUE INTERNATIONAL ETIENNE THIL 

15-16-17- Octobre 2014 

APPEL A COMMUNICATIONS
(Délai supplémentaire)

La date limite de soumission des communications au 17e Colloque international ETIENNE THIL est reportée au 22 avril.

Pour rappel, les soumissions doivent être déposées sur la plateforme http://thil2014.sciencesconf.orgLe document ne doit pas excéder 7 pages (y compris figures et tableaux éventuels, hors première page de titre, résumé managérial et références bibliographiques).

Régine VANHEEMS
Co-Directrice du Laboratoire de Recherche PRISM
Pôle de Recherche Interdisciplinaire en Sciences du Management
Université de Paris I – Sorbonne

Jean-Yves Duyck
Professeur Émérite de Sciences de Gestion
Université La Rochelle, 17024 La Rochelle Cdx 1 +33546507607 jyduyck@univ-lr.fr

15e Colloque international de l’Association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique

Modifié le

Lyon, Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 mai 2014

LES ECONOMISTES ET LE POUVOIR

APPEL À COMMUNICATION

(Date limite de soumission des propositions : 1e septembre 2013)

Le 15e Colloque international de l’Association Charles Gide pour l’Étude de la Pensée Économique (ACGEPE) sera organisé à l’Université Lumière-Lyon 2, du 22 au 24 mai 2014. Ce colloque international est organisé par le laboratoire TRIANGLE (UMR n° 5206 du CNRS).
Il accueille des communications portant sur l’ensemble des thèmes relevant de l’histoire de la pensée économique. Il propose également des sessions sur un thème spécifique : « Les économistes et le pouvoir ».
« Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influences, are usually the slaves of some defunct economist ». John Maynard Keynes, 1936.

La crise financière et économique actuelle, parce qu’elle interroge à la fois la nature du savoir produit par la science économique d’aujourd’hui et les pratiques des économistes — en tant qu’experts, conseillers, voire membres de gouvernements dit technocratiques — incite les économistes à redoubler de réflexivité sur leur influence et leur responsabilité. C’est plus précisément la relation des économistes au pouvoir politique au cours de l’histoire que nous souhaiterions voir étudiée dans ces sessions thématiques. Les propositions de communications pourront par exemple aborder les trois niveaux suivants :

Savoir économique et pouvoir : quelle réflexivité des économistes ? Décrite alternativement comme « science de gouvernement », science de l’affectation des ressources rares à des fins alternatives laissées à la libre appréciation des gouvernants, science pure, science morale, la science économique doit-elle ou peut-elle être « neutre », pour reprendre l’adjectif choisi par Lionel Robbins en 1932 ? Comment peut-elle se décliner en savoirs purs ou autonomes, et en savoirs pratiques, dans la conduite de politiques économiques ou de réformes sociales ? Comment composer, en tant qu’économiste, avec l’éventuelle performativité des énoncés de la théorie économique ?
Outre les positions épistémologiques de chacun, peut-on identifier des périodes historiques de « crise » méthodologique ou épistémologique, faisant écho à nos interrogations actuelles ?

Les économistes du pouvoir. Il s’agit d’aborder ici le rôle explicite des économistes auprès ou au sein du pouvoir politique. Notons tout d’abord les fonctions institutionnelles de plusieurs économistes en tant que « conseillers du Prince », de François Quesnay et ses disciples aux bâtisseurs de plans au cours des XIXe et XXe siècles ou aux experts contemporains au sein d’organismes d’études, de conseils économiques. Notons ensuite les fonctions de parlementaires exercées par certains (Ricardo à la Chambre des communes par exemple), ou les fonctions de ministres endossées par d’autres (Turgot, Schumpeter, etc.). Notons enfin le rôle des économistes dans divers think tanks, groupes de pression engagés au service de partis politiques. Ces différentes fonctions ont-elles fait progresser la théorie économique ?

Le pouvoir politique des idées économiques. Au-delà des engagements politiques éventuels, quel fut l’usage politique des théories ou des savoirs économiques ? La théorie peut-elle devenir un instrument politique ? Les économistes sont-ils responsables de ces usages ? Plus largement, avec l’idée de performativité de la science économique, les politologues et les sociologues ont renouvelé l’interrogation sur le rôle des économistes dans l’action sur le réel, ou proposé des analyses nuancées des modalités de circulation du savoir. Les sessions thématiques du colloque pourront ainsi également réfléchir à la difficulté des pouvoirs publics à considérer l’expertise économique.

Les propositions de communications prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots. Elles devront être déposées au plus tard le 1e septembre 2013 à l’adresse suivante du site du colloque :

Des propositions de sessions complètes sont également les bienvenues : elles doivent le cas échéant comporter un
titre, un résumé de chacune des propositions de communications, et indiquer le nom des présidents de session.

Contact : gide2014@sciencesconf.org

Comité scientifique

Franck Bessis (Triangle, Université Lyon 2)
Tito Boeri (Université Luigi Bocconi, Milan, Directeur du Festival dell’Economia di Trento)
Pascal Bridel (Centre Walras-Pareto, Université
de Lausanne)
Loïc Charles (EconomiX, Université de Reims)
Pierre Dockès (Triangle, Université Lyon 2)
Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)
Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)
Roger Guesnerie (Paris School of Economics, Collège
de France)
Marco Guidi (Université de Pise, Italie)
Pascal Le Merrer (Gate, ENS de Lyon, Directeur des «Journées de l’économie»)
Jean-Hervé Lorenzi (Président du Cercle des
économistes)
Arnaud Orain (LED, Université de Paris 8)
Renaud Payre (Triangle, Institut d’études politiques de Lyon)
Jean-Paul Pollin (LEO, Université d’Orléans)
André Tiran (Triangle, Université Lyon 2)

Comité d’organisation

Clément Coste (Triangle, Université Lyon 2)
Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)
Jean-Baptiste Fréry (Triangle, Université Lyon 2)
Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)
Marion Gaspard (Triangle, Université Lyon
2)
Rebeca Gomez Betancourt (Triangle, Université Lyon 2)
Sylvère Matéos (Triangle, Université Lyon 2)
Jean-Pierre Potier (Triangle, Université Lyon 2)
Christophe Salvat (Triangle, CNRS – ENS Lyon)
Claire Silvant (Triangle, Université Lyon
2)

Colloque Psychanalyse, Management et Organisations

Modifié le

“Les enjeux de la santé au travail : regards et approches
psychanalytiques”
Les 15 et 16 novembre 2013 à la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel, Suisse

Objet :

L’organisation contemporaine du travail peut engendrer des dysfonctionnements dont l’impact humain de
plus en plus préoccupant (aliénation, épuisement, harcèlement, absentéisme, invalidité, suicide…) alerte tant les responsables et collaborateurs d’entreprise que les professionnels de la santé,
les autorités sanitaires et l’opinion publique. L’échange interdisciplinaire et la recherche de modèles pertinents de compréhension paraît plus que jamais nécessaire, à la fois sur le terrain et
en amont, dans la formation des cadres et des intervenants externes.
Les tendances dans l’enseignement et dans les pratiques du management depuis quatre
décennies ont eu tendance à favoriser presqu’exclusivement les approches béhavioristes, sans doute de par la capacité de ces dernières à adapter rapidement les individus à l’organisation du
travail. Il est à cet égard remarquable que les principaux manuels de gestion se réfèrent très peu à l’épistémologie analytique pour appréhender les dynamiques humaines dans les
organisations.(
1) Pourtant, les approches comportementales permettent moins que jamais de rendre compte des réalités
concrètesdes entreprises et autres organisations, soumises à des tensions et des contradictions inédites, et de la réalité du vécu des individus qui y travaillent.
Les approches psychanalytiques offrent des modèles de compréhension alternatifs qui font actuellement l’objet d’un intérêt renouvelé. Elles se sont développées
durant la seconde moitié du siècle dernier, tant dans une tradition anglo-américaine que latine, notamment francophone.
Relativement à la première sphère,
pensons aux approches de « socio-analyse » émanant du Tavistock Institute en Grande-Bretagne ou à celles de « psycho-dynamique du leadership » émanant de la Harvard Business School aux
États-Unis, par exemple. Et relativement à la seconde, mentionnons les approches de « psychanalyse groupale », de « socio-psychanalyse » ou encore de « psychosociologie d’inspiration analytique »
appliquées aux organisations, sans oublier d’autres courants féconds aussi divers que la « psychodynamique du travail » ou la « socianalyse institutionnelle ».(
2)

1 Parmi les exceptions, notons les ouvrages de Jean-François Chanlat (1990) et
d’Alexandre-Bailly et collègues (2004).
2 Pour des vues synthétiques de ces
courants, on renvoie notamment aux ouvrages de Gérard Mendel (2002) et de Gilles Arnaud (2004).

Colloque Psychanalyse, Management et
Organisations
2/4

La relative ignorance mutuelle entre, d’une part les sciences de gestion et les sciences sociales et,
d’autre part les approches analytiques, nous apparaît préjudiciable à une époque où dirigeants et managers semblent démunis face aux enjeux de santé dans les univers professionnels où la prise en
compte des phénomènes contingents et interpersonnels, conscients et inconscients, contradictoires et ambivalents est nécessaire pour prendre en compte la subjectivité au travail. L’épistémologie
freudienne ou post-freudienne qui sous-tend ces approches pourrait être mieux à même de rendre compte de l’engagement subjectif des individus requis, ou mis à mal, par les nouvelles formes
d’organisation. Au-delà des enjeux de compétence, le fait que le travail suppose aujourd’hui un fort investissement personnel oblige à comprendre les déterminants subjectifs et souvent
inconscients de cet investissement. Simultanément et paradoxalement, la tentative d’encadrer l’engagement personnel presque exclusivement par une rationalité opératoire peut renvoyer les
individus à une solitude où leur dynamique subjective n’est plus prise en compte. De plus, les difficultés à interpréter les problèmes rencontrés dans les tentatives de transformation des rôles
organisationnels(notamment les recherches de polyvalence) poussent également à mobiliser un cadre d’analyse faisant une place aux phénomènes subjectifs, dans leur interaction avec les enjeux de
compétence et de jeux d’acteurs.
Ce colloque a invité les chercheur∙e∙s lié∙e∙s au monde du
travail et des organisations comme les chercheur∙e∙s-praticien∙ne∙s de la psychanalyse à affronter les questions en lien avec les enjeux de la santé au travail à deux niveaux : celui de la
compréhension et celui de l’action.
– En quoi les approches analytiques, toute diversité prise
en compte – Freud, Lacan, Klein, Bion, Winnicott, etc. –, permettent-elles de comprendre ou non les enjeux de la santé au travail ? Et quels en sont les avantages et les limites
?
– De quelle manière peuvent-elles nourrir les enjeux de la santé au travail, autrement dit,
en quoi seraient-elles fécondes et utiles pour orienter et structurer les modes d’action ? Ou à l’inverse, pourquoi ne le seraient-elles pas ?

Deux entrées sont ainsi favorisées pour articuler l’organisation et la santé au travail. On s’intéressera
tout autant aux démarches qui partent des modèles de la psychanalyse pour montrer leur pertinence et leurs limites face aux réalités vécues dans les entreprises et organisations, voire aboutir à
des modes de prises en compte des questions concrètes, qu’aux démarches qui partent d’enjeux de santé, à travers par exemple les modèles de prévention, pour évaluer l’intérêt de l’utilisation des
concepts psychanalytiques au regard des enjeux professionnels.

Comité d’organisation :

Frédérique Alexandre-Bailly (ESCP Europe), Gilles Arnaud (ESCP Europe), Cédric Dalmasso (CGS,
MinesParisTech), Maryse Dubouloy (ESSEC), Frédéric Favre (HEG Arc, HES-SO), Achille Grosvernier (HEG Arc, HES-SO), Alain Max Guénette (HEG Arc, HES-SO), Sophie Le Garrec (Université de Fribourg),
Bernard Reith (Psychanalyste SSPsa), Jean-Claude Sardas (CGS, MinesParisTech), Jean-Pierre Waber (Psychanalyste SSPsa), Nicole Zangrando (Haute école de Santé Arc–HES-SO).

Programme de la journée du vendredi 15 novembre
Comprendre et gérer les enjeux psychosociaux au
travail

8h30 – 9h00 : Accueil des participant∙e∙s

9h00 – 09h15 : Ouverture : Alain Max Guénette, Jean-Claude Sardas (CGS, Mines ParisTech) et Nicole

Zangrando (HEG et HEdS Arc) : Objectifs de la journée

9h15 – 9h50 : Conférence de Cédric Dalmasso et Jean-Claude Sardas (Mines ParisTech) : Des modèles
d’analyse aux enjeux de prévention

9h50 – 10h25 : Conférence de Julien Perriard (Ville de Lausanne) : Retour d’expérience sur la mise
enplace, le fonctionnement et les évolutions possibles d’un dispositif interne de régulation des questions psycho-sociales et relationnelles

10h25 – 10h45 : Pause

10h45 – 11h20 : Conférence de Bernard Reith (Psychanalyste en cabinet privé) : Santé au travail et
enjeux organisationnels, point de vue d’un clinicien

11h20 – 11h55 : Conférence de Milos Tadić (Médecin responsable, PPEV) : Santé au travail et enjeux
organisationnels, point de vue d’un consultant en dynamique organisationnelle

11h55 – 12h30 : Discussion/animation : Achille Grosvernier (HEG Arc) et Sophie Le Garrec (Université de
Fribourg)

12h30 – 14h 00 : Repas

14h00 – 15h35 : Table ronde composée de : Marc Arial (ergonome, Seco), Cécile Pache (juriste,
consultante), Julien Perriard (psychologue du travail et ergonome, Ville de Lausanne), Anne-Marie Van Rampaey (DRH, CSEM), Francis Thode (DRH, SICPA), Christian Voirol (spécialiste SST, HEdS Arc)
:

Quels acteurs et quels dispositifs de prévention ? Quelle redéfinition des rôles et
repositionnement des acteurs de la SST
; animation : Nicolas Willemin (quotidien L’Express)

15h40 – 16h15 : Conférence de Bénédicte Vidaillet (Université de Lille) : La quête effrénée de
reconnaissance

16h30 : Synthèse et Cocktail

Programme de la journée du samedi 16 novembre
Les enjeux de la santé au travail : regards et approches
psychanalytiques

8h15- 8h45 : Accueil des participant∙e∙s

8h45 – 9h00 : Ouverture de la journée : Jean-Claude Sardas (CGS, Mines ParisTech), Bernard Reith

(psychanalyste) et Alain Max Guénette (HEG Arc)

9h00 – 9h45 : Conférence d’Achille Grosvernier (HEG Arc) : Malaise dans la Culture, malaise au
travail
9h45 – 10h55 : 1er set de communications en atelier :

Communication de Jacqueline Barus-Michel (Université de Paris 7) : Organisation et travail : le sens
ou les avatars du sujet

Communication de Jacqueline Girard (Psychanalyste en cabinet privé) : Mécanismes de défense. Concept
de la psychanalyse, de la psychopathologie et de la psychologie clinique

Modératrice : Nicole Zangrando (HEdS)

Discutant : Jean-Pierre Waber (SSPsa)

Colloque Psychanalyse, Management et Organisations

10h55 – 11h10 : Pause

11h10 – 12h30 : 2e set de communications en atelier :

Communication de Frédéric Blondel (Université de Paris 7) : L’usage de la notion d’espace
transitionnel de Winnicott dans l’intervention psychosociologique

Communication de Pascale Peuchmaur et Pascale Moins (Association L’Élan partagé) : Partition à deux
voix : à partir d’une pratique dans un lieu de soins

Communication de Maryse Dubouloy (ESSEC) : L’indicible de la peur Modératrice : Frédérique
Alexandre-Bailly (ESCP Europe)

Discutant : Bernard Reith (SSPsa)

12h30 – 14h00 : Repas

14h00 – 15h40 : 3e set de communications en atelier : *

Communication d’Annick Houel (Université de Lyon 2) : Rivalités féminines : la passion mère-fille à
l’épreuve du travail

Communication de Marie-Odile Legrand (Université de Lille 3) et Philippe Sailli (Université de
Valencienne) : L’antoedipe : un modèle opérant pour appréhender les dynamiques humaines dans les organisations

Communication de Jean-Philippe D’Introno (France Business School) : Sur la maladie définitive
en entreprise Modérateur : Olivier Schirlin (HEdS Arc)

Discutant : Gilles Arnaud (ESCP Europe)

15h40 : Synthèse (suivi d’un cocktail)

Inscription :
Auprès
d’Alain Max Guénette
alain.guenette@he-arc.ch en précisant votre adresse de facturation.

Prix :
Les deux jours : 180 euros
La journée du 15 novembre : 140 euros
L’après-midi du 15 novembre : 50 euros
La journée du 16 novembre : 50 euros
L’après-midi du 15 novembre et la journée du 16 novembre : 90 euros

Pour le comité d’organisation :
Alain
Max Guénette (HEG Arc) et Jean-Claude Sardas (CGS, Mines ParisTech)

colloque-escp-europe.jpg

4e colloque international sur les organisations patronales en Europe

Modifié le

Ce colloque portera sur
leur rôle dans la régulation de l’économie.

 

PROGRAMME

Le rôle des organisations patronales en
Europe dans la régulation de l’économie
(XIXe-XXe
siècles
)

4e
colloque – Paris 19 et 20 juin 2014

Université de Paris
13 Sorbonne Paris Cité – (Pléiade-CRESC) –
Université de Panthéon – Sorbonne –
Paris I (IDHES)

 

Jeudi 19 juin
2014  – Université de Paris 13

Institut Galilée –
Amphi D

8h45
accueil

9h ouverture : Présidence de
l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité

9h 15 :
Introduction : D. FRABOULET et M. MARGAIRAZ 

Session
: Entre auto-régulation et
collaboration avec l’État
Présidence : Dominique BARJOT
(Université de Sorbonne – Paris  IV) 

9h30 Présentation
de la session et questions transversales

10h Pierre VERNUS
(Université Lumière Lyon 2)
Organisations patronales et régulation économique dans les industries lyonnaises de la soie
(1860-1930)

10h15 Jean-Luc MASTIN
(Université de Lille 3)
Le cartel des peigneurs de laine de Roubaix-Tourcoing de 1881 à 1914 : un moment clé de la
régulation de l’industrie française du peignage de laine

10h30 Bruno PRATI
(Université de Franche-Comté)
Le juste profit ou l’entente impossible. Le Syndicat des fondeurs sur modèle des Ardennes
(SFMA) et la régulation de la concurrence (1931-1968)

10h45 Alain CORTAT
(Université de Neuchâtel)
La régulation d’une industrie au niveau européen et mondial – Le contrôle des prix, de la
production et des marchés par les associations patronales de l’industrie des câbles (1928-1970)

11h-11h15 Pause

11h15 Cédric HUMAIR
(Université de Lausanne) et Mathieu NARINDAL (Université de Neuchâtel)
Les organisations patronales suisses de
l’hôtellerie et la cartellisation du marché : des premiers balbutiements locaux à l’instauration d’un système national en collaboration avec l’État (1879-1939)

11h30 Marco TEODORI
(Université de Rome – La Sapienza) et Andrea ZANINI (Université de Gênes)
Self-regulation versus government intervention.
The Italian Hoteliers’ Association and the hospitality market (1899-1939)

11h45- 12h30 Discussion

12h30-14h Déjeuner

Session
: Organiser et réguler les secteurs
bancaires et financiers
Présidence : Michel MARGAIRAZ
(Université de Paris I Panthéon Sorbonne)

14h Présentation de
la session et questions transversales

14h30 Miguel ARTOLA BLANCO (Université autonome de Madrid)
The Spanish banking association and the regulation of the financial system (1920-1940)

14h45 Olivier BUTZBACH (King’s College London and Second University of Naples)
Joint producers of norms: the Building Societies Association and the Chief Registrar of Friendly Societies (1945-1986)

15h Sabine EFFOSSE
(Université de Paris X)
Le rôle des syndicats de constructeurs dans la création des nouveaux établissements de crédit à la
consommation des années 1930 aux années 1950

15h15 Sébastien GUEX et Malik MAZBOURI
(Université de Lausanne)
L’Association Suisse des Banquiers et l’organisation du marché (de 1912 à nos jours)

15h40 Béatrice TOUCHELAY
(Université de Lille 3)
La discrète influence du patronat français sur un outil de régulation : la normalisation
comptable (1947-1974)

15h40 – 16h Pause

16h-17h Discussion

Vendredi 20
juin 2014  Université de Paris I

Salle Marc
Bloch

Session 3 : La régulation
des marchés agricoles
Présidence : Clotilde DRUELLE-KORN
(Université de Limoges)

9h
Présentation de la
session et questions transversales

9h15 Jordi PLANAS
(Université de Barcelone)
Winegrowers’ organizations and the regulation of wine markets in France and Spain in early
twentieth century

9h30 Alain CHATRIOT (Centre
de recherches historiques / CNRS-EHESS – Paris)
Le rôle des organisations agricoles françaises dans la politique
économique au XX
esiècle

9h45 Claudio BESANA et
Andrea LOCATELLI (Université catholique du Sacré-Cœur de Milan)
The agrarian Bias’ and the regulation of market from WWII
to the Common Agricultural Policy (1944-1964)

10h Discussion

10h45 Pause

Session
: Les organisations faîtières et la
régulation
Présidence : Eric BUSSIÈRE
(Université de Paris Sorbonne – Paris IV)

10h45 Présentation
de la session et questions transversales

11h Philip OLLERENSHAW (Université de l’Ouest de l’Angleterre-Bristol)
British Employers’ Associations, Wartime Control and Postwar Deregulation (1914-1921 and 1939-1951)

11h15 Werner BÜHRER (Université de Munich)
German Business Associations Facing and Establishing Regulation (1945s-1957s)

11h30 Peter HEYRMAN
(Université catholique de Louvain)
Balancing big and small. Belgian Small Business Interest Associations and the
regulation of retail establishment

11h45 Paolo TEDESCHI
(Université de Milan – Bicocca Dems)
Participation des associations
patronales sidérurgiques à la définition des règles du marché au sein de la CECA (1950s-1960s)

12h Discussion

12h30 – 14h Déjeuner

Session
: Organisations patronales, travail et
régulation économique
Présidence : Danièle FRABOULET
(Université de Paris 13 Sorbonne Paris Cité)

14h Présentation de
la session et questions transversales

14h15 Nicolas STOSKOPF
(Université de Haute-Alsace)
La Société industrielle de Mulhouse et le travail des enfants (1826-1870)

14h30 Raymond DARTEVELLE
(Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne)
Les organisations patronales d’assurances face aux risques des accidents du
travail : les enjeux d’une régulation économique (1898-1947)

14h45 Mélanie LAROCHE
(Université de Montréal)
Les organisations patronales au Québec, le dialogue social et ses implications économiques

15h Discussion

15h30-15h45 Pause

15h45 Grands
témoins 
:
– Jean-Pierre FINE, Secrétaire général de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM)
– Jérôme FRANTZ, Président de la Fédération des industries mécaniques (FIM)

17h Conclusions par
les organisateurs

17h45 – 18h30
Cocktail de clôture du programme de recherche

Prochain EDHEC Research Day : « Quelles politiques pour redresser les finances publiques ? »

Modifié le

“Journée de la Recherche de l’EDHEC”, organisé à Paris le 21 Juin 2013.

Après deux éditions à Londres, la septième édition de l’EDHEC Research Day se déroulera à Paris, à la Maison de la Chimie, le 21 Juin 2013. Cette année, la conférence s’articulera autour de la
thématique : Quelles politiques pour redresser les finances publiques ?
Depuis 2001, l’EDHEC Business School poursuit une politique ambitieuse en matière de recherche promue sous le nom de « Research for Business ». La thématique de la journée permettra d’illustrer l’implication de l’EDHEC Business School dans le débat économique et d’apporter des éléments d’informations et des voies possibles d’actions pour le redressement des finances publiques.
La première partie de la matinée se déclinera en quatre interventions plénières, au cours desquelles, les professeurs de l’EDHEC présenteront les résultats des derniers travaux de recherche :
·        Peut-on augmenter les dépenses publiques d’enseignement supérieur en améliorant l’équité fiscale ?
·         Sécurisation des parcours professionnels et emploi : vers quelles réformes de la protection sociale en France ?
·         Les banques d’Etat remplissent-elles leurs missions ? Conflits d’intérêts et efficacité économique
·        Les limites de la régulation financière et du messianisme de l’économie réelle

La deuxième partie de la matinée sera consacrée à unetable
ronde
rassemblant Madame Valérie Rabault et Monsieur Gilles Carrez, Vice-Présidente et Président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, Madame Amélie Verdier, Directrice du Cabinet du Ministre délégué chargé du Budget, Monsieur Guez, Directeur, Chef Economiste, MEDEFet Stéphane Gregoir, Professeur d’Economie et Doyen de la Recherche, EDHEC Business School, autour du thème : Les finances publiques françaises : le retour est-il possible à l’horizon 2017 ?

La participation à la conférence EDHEC Research Day 2013 est gratuite.
Pour accéder au programme, cliquez ici
. Pour vous inscrire, veuillez cliquer sur le lien suivant : Inscription gratuite.


EDHEC Research Day 2013
Agenda de la
journée :
 
8h00 – 8h30 :    Accueil, enregistrement, café et thé

08h30 – 8h45 :   Discours d’ouverture – la stratégie « Research for Business », Olivier Oger, Directeur Général, EDHEC Business School

8h45 – 9h20 :     Peut-on augmenter les dépenses publiques d’enseignement supérieur en améliorant l’équité fiscale ? Pierre Courtioux, Directeur Adjoint de Recherche, EDHEC Business School

9h20 – 9h55 :    Sécurisation des parcours professionnels et emploi : vers quelles réformes de la protection sociale en France ? Arnaud Chéron, Directeur de Recherche Associé, EDHEC Business School

9h55 – 10h30 :   Les Banques d’Etat remplissent-elles leurs missions ? Conflits d’intérêt et efficacité économique Florencio Lopez de Silanes, Professeur de Finance, EDHEC Business School

10h30 – 11h30 : Les limites de la régulation financière et du messianisme de l’économie réelle Noël Amenc, Professeur de Finance, EDHEC Business School et Directeur, EDHEC-Risk Institue

11h30 – 11h45 : Pause

11h45 – 13h15 : Table Ronde : Les finances publiques françaises : le retour a l’équilibre est-il possible à l’horizon 2017 ?

Gilles Carrez, Député et Président de la commission des Finances, Assemblée Nationale

Stéphane Gregoir, Professeur d’Economie et Doyen de la Recherche, EDHEC Business School

Julien Guez, Directeur, Chef Economiste, MEDEF

Valérie Rabault, Députée et Vice-Présidente de la commission des Finances, Assemblée Nationale

Amélie Verdier, Directrice du Cabinet du Ministre délégué chargé du Budget

13h15 – 14h45 : Buffet

14h45 : Fin de la Conférence

Pour recevoir une copie du programme, veuillez contacter Julien Magnenet

Tél. : +33 (0)4 93 18 32 53 – E-mail : research@drd.edhec.edu