Archives de catégorie : Entreprises

Mission santé au travail, en attendant la publication du rapport 

Fin novembre 2017, les ministres du travail et de la santé Muriel Pénicaud et Agnès Buzyn annonçaient le lancement d’une mission sur la santé au travail, confiée à la députée LREM Charlotte Lecocq. Le rapport est attendu pour le mois de juin 2018.

La santé au travail : un sujet d’actualité

Au vu des différentes consultations et à la veille de la publication du rapport de « la mission santé au travail » les axes de réflexions qui semblent se dégager sont les suivants :

  • Au regard de la multiplicité des acteurs dans la santé au travail se pose la question de la nécessité de centralisation des informations pour mieux accompagner les entreprises
  • Le développement des actions de prévention devrait s’accentuer dans les prochains mois en entreprise, à voir si une politique de prévention des addictions sera mise en place dans le milieu de l’entreprise …
  • Quid de la coordination entre la médecine de ville et la médecine du travail par rapport aux questions de DMP et de prévention de la désinsertion professionnelle ?
  • Et enfin un accent sur la pédagogie devrait voir le jour en entreprise pour rendre la collecte de données de santé possible sur les lieux de travail et ainsi mieux identifier les enjeux de santé des prochaines année en entreprise

Propos de Karine Laurent
de la société Klen Impact
Pharmacienne consultante sur la santé au travail
contact@klen-impact.fr

santé au travail

BAC 2018 : les formations et métiers qui mènent au chômage

Comme chaque année, Qapa.fr, l’agence d’intérim 100%, dévoile son baromètre des métiers et des formations qui mènent au chômage après le BAC. Une analyse du marché de l’emploi destinée à mieux orienter les jeunes bacheliers afin qu’ils puissent en toutes connaissance de cause choisir leurs formations ou leurs secteurs professionnels en fonction des débouchés et des offres d’emploi.

Chaque année, les nouveaux bacheliers sont précipités dans la vie active ou avec des rêves de futurs métiers plein la tête. Mais la plupart n’ont aucune connaissance de la dure réalité de l’offre et de la demande. Qui plus est, beaucoup de choses changent d’une année sur l’autre. Ainsi, certaines formations qui risquaient de mener au chômage après le BAC en 2017, sont en 2018 devenues plus attractives, comme les métiers liés à la psychologie ou à la communication. Un changement dû pour ces métiers au fort développement de l’e-commerce et des startups françaises qui boostent le recrutement.

Top 5 des métiers qui recrutent le moins

Classé en sixième position en 2017, le métier de journaliste est aujourd’hui en tête des professions parmi les moins attractives en 2018. Les documentalistes restent en deuxième position, juste devant les employés de banque, les imprimeurs ou les artistes.

TOP 5 des métiers qui recrutent le moins
ClassementMétiers
20172018
N°1Opérateur Industrie textile (H/F)Journaliste (H/F)
N°2Documentaliste (H/F)Documentaliste (H/F)
N°3Psychologue (H/F)Employé de banque (H/F)
N°4Animateur socioculturel (H/F)Imprimeur (H/F)
N°5Professeur d’EPS (H/F)Artiste  (H/F)

Top 3 des formations les moins recruteuses après le BAC

En 2017, les formations dans les secteurs de l’Industrie textile, le Journalisme, l’Edition, l’Imprimerie et la Chimie, faisaient partie du trio de tête des moins recruteuses. En 2018, tout change ! Ainsi, ce sont les formations de géographe qui prennent la première place, suivies des arts du spectacle et du cinéma / audiovisuel.

Top 3 des formations qui recrutent le moins
ClassementFormations
20172018
N°1Industrie textile, cuir & confectionGéographe
N°2Journalisme / Edition / ImprimerieArts du spectacle
N°3ChimieCinéma et audiovisuel

Les pires régions pour l’emploi après le BAC

L’emplacement géographique semble également avoir une incidence sur l’emploi après le BAC. Ainsi, la Corse, reste en tête des régions où les recrutements sont les plus bas depuis deux ans. L’Occitanie a été détrônée par la région Centre – Val de Loire et la Bourgogne Franche-Comté reste à la troisième place du classement.

Où les recrutements sont-ils les plus bas ?
ClassementRégions
20172018
N°1CorseCorse
N°2OccitanieCentre – Val de Loire
N°3Bourgogne-Franche-ComtéBourgogne Franche-Comté

TOP 5 des métiers qui recrutent le plus

Paradoxalement, les 5 métiers en pénurie de profils ne nécessitent pas tous forcément l’obtention du BAC. Ainsi, les recruteurs manquent cruellement de candidats en 2018 pour des métiers de caristes, de chauffeurs livreurs avec permis C ou EC, de comptables, mais également de soudeurs, tourneurs-fraiseurs, chaudronniers et de techniciens industriels.

TOP 5 des métiers qui recrutent le plus
ClassementMétiers
20172018
N°1Préparateurs de commande (H/F)Cariste (H/F)
N°2Aides à domicile (H/F)chauffeurs livreurs avec permis C ou EC (H/F)
N°3Techniciens de maintenance (H/F)Comptable (H/F)
N°4Cuisiniers (H/F)Soudeur, tourneur-fraiseur, chaudronnier (H/F)
N°5Télé-conseillers (H/F)Technicien dans l’industrie (H/F)

* Méthodologie : baromètre basé sur l’analyse de plus de 450.000 offres d’emploi, toutes fonctions confondues, déposées par les 135.000 recruteurs qui publient leurs offres d’emploi sur Qapa.fr (commerçants, artisans, TPE, PME, grosses entreprises depuis janvier 2017 jusqu’à fin mai 2018). Ces offres d’emploi concernent tous les secteurs d’activité partout en France métropolitaine et sur une base de plus de 4,5 millions de candidats. Parmi ces candidats, 50% d’entre eux sont des non-cadres et 50% sont des cadres. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l’emploi en France pour l’ensemble de l’année 2017 et 2018. Toutes les informations mises en avant par les candidats et par les recruteurs sont déclaratives.

BAC

RGPD : pourquoi Mark Zuckerberg lui dit merci ?

L’application du Règlement Général sur la Protection des Données au 25 mai 2018 entre en résonance avec la récente déposition de Mark Zuckerberg auprès du Congrès Américain selon laquelle il est favorable à plus de régulation quant à la collecte et à l’exploitation des données personnelles.

Mark Zuckerberg RGPD

Mark Zuckerberg serait-il devenu altruiste ?

Google et Facebook se nourrissent de nos données Google et Facebook reçoivent, en fonction des estimations, entre la moitié et les trois-quarts des dépenses de publicité digitale dans le monde et cette part de marché incroyable semble devoir croître. Du fait de l’échec de Google à développer une réelle plateforme de media social, ces deux entreprises ne sont pas en concurrence frontale. Elles peuvent ainsi continuer de croître sans risquer de se confronter. Une telle concentration de puissance sur un marché ne peut qu’inquiéter car elle mène, fatalement, à des abus. Tout autant inquiétant est le contrôle exercé par ce duopole sur les informations personnelles de la majorité de la population connectée. Car, si les données personnelles sont le carburant de la publicité digitale, cette dernière vient à son tour les enrichir, les rendant encore plus précieuses pour optimiser de nouvelles publicités digitales qui à leur tour…

La mainmise sur le marché de la publicité digitale et l’exploitation des données personnelles sont plus que liées – ce sont les deux faces d’une même pièce.

Ceux que la mainmise de Google et de Facebook inquiète – j’en fais partie – tendaient à penser qu’une régulation plus forte, tant au niveau des données personnelles que de l’anticartel aiderait à atténuer le pouvoir grandissant de ces entreprises. Le raisonnement était que si les législateurs et les juges ne brisaient pas ces nouveaux titans, quelques contraintes apportées à leur capacité à collecter et à exploiter les informations personnelles limiteraient quelque peu leur expansion. Hélas, avec le nouveau règlement prenant effet sous 15 jours, il devient soudain clair que la réalité va être très différente de ce qui avait été anticipé.

Le RGPD va renforcer encore plus Google et Facebook

Loin de l’affaiblir, il va rendre le duopole encore plus puissant en le protégeant encore mieux de ses concurrents actuels et futurs. La raison en est simple : se mettre en conformité avec le RGPD, particulièrement complexe, coûte beaucoup d’argent et de temps. C’est un fardeau proportionnellement bien plus élevé pour les petits acteurs ou pour les porteurs de projets que pour les gros. Google et Facebook ont déjà des armées de lobbyistes, d’avocats et de développeurs pour gérer le RGPD, avec énormément d’argent disponible pour investir dans les programmes de mise en conformité.

Google et Facebook sont déjà conformes et cela leur a été indolore

Tant pis pour vous si vous gérez un petit réseau publicitaire, un réseau social ou un moteur de recherche. Non seulement les coûts de mise en conformité risquent d’être ruineux. Mais, pire encore, le RGPD peut donner envie à vos clients annonceurs d’aller voir les joueurs dominants. Car dans un environnement d’incertitude juridique les entreprises cherchent la sécurité et la sécurité se trouve… chez les gros joueurs.

Mark Zuckerberg le savait bien quand il a annoncé au Congrès Américain qu’il était en faveur de plus de régulation. Je ne milite pas contre le RGPD. Il pourra sans doute protéger le public d’abus ou, du moins, lui procurer une vue plus claire de ce qui se passe avec ses données personnelles. Ce je regrette c’est que la réalité des TPE-PME et même des ETI, n’ait pas été prise en compte par le RGPD. Pas plus que la réalité du marché de la publicité digitale. Voyez le G29, l’organisme fédérant les Cnil européennes, qui n’a pas encore terminé de publier ses guides de bonnes pratiques alors qu’il a eu 2 ans pour les réaliser. Ce que je dis c’est que le RGPD, imposé à partir d’une tour d’ivoire par une bureaucratie pour qui la réalité des entreprises et des entrepreneurs n’a aucune sorte d’importance, a comme effet « inattendu » de réduire encore plus la concurrence sur le marché de la publicité digitale et donc de renforcer ce duopole. Quand madame Falque-Pierrotin, présidente de la Cnil et ancienne présidente du G29 affirme que « Le RGPD remet les acteurs européens et internationaux à égalité de concurrence » je ne peux que me dire que Zuck lui dit merci.

Article de Jean-Paul Crenn, fondateur de VUCA Strategy, cabinet conseil en e-commerce et transformation digitale

Universum, le cabinet d’études et de conseil en Marque Employeur, racheté par StepStone

Universum, spécialiste et leader international de la Marque Employeur, a été racheté par l’entreprise d’e-recrutement StepStone, appartenant elle-même au plus important groupe de médias d’Europe, Axel Springer. Le cabinet d’étude et de conseil en Marque Employeur dont le siège est à Stockholm et qui possède des bureaux dans 6 continents, a connu une expansion rapide ces dernières années et continue toujours à diffuser l’enquête carrière la plus importante au monde.

Universum pour 2000 employeurs

Fondé en 1988, Universum travaille avec plus de 2 000 employeurs du monde entier. L’entreprise propose des services allant de la recherche et analyse de données, aux prestations de conseil et d’activation pour le développement de la Marque Employeur, et a déployé de nouvelles solutions digitales uniques dans le secteur telles qu’Acess et Acess Social. Le cabinet, à la palette de services très diversifiés, aide les entreprises à devenir plus attractives auprès des talents. Une part significative des plus attrayantes et des plus grandes entreprises du monde sont clientes d’Universum.

« Nous avons minutieusement recherché la bonne entreprise pour notre rachat. Nous avons refusé plus d’une proposition car nous cherchions un acquéreur possédant toutes les pièces manquantes à l’accélération de notre développement. Nous pensons sincèrement qu’Axel Springer et StepStone possèdent la culture et les ambitions qui nous permettront d’atteindre nos objectifs » déclare Petter Nylander, CEO d’Universum.

Axel Springer, dont le siège social est à Berlin, opère dans plus de 40 pays et a enregistré un Chiffre d’Affaires de 3.3 milliards d’euros en 2016. Stepstone est une entreprise d’e-recrutement appartenant augroupe de médias. Ils détiennent également des journaux tels que Bild, Die Welt, Business Insider ou encore Politico Europe.

Depuis 2013, Universum s’est appliqué à se digitaliser et à s’internationaliser. Auparavant, le chiffre d’affaires provenait majoritairement de contenus papiers et de publicités dans les pays nordiques.

Aujourd’hui, ce sont avant tout les services digitaux d’Universum, déployés dans 58 pays, qui font la part du lion.

Ces cinq dernières années, nous nous sommes concentrés sur deux principaux chantiers : passer d’une entreprise régionale à internationale et de canaux traditionnels à digitaux. Les cinq prochaines années, il s’agira de nous intégrer au sein de notre nouvelle structure, et de tirer profit des ressources de notre nouvel écosystème » Rajoute Petter Nylander.

Universum continuera d’agir comme une entreprise autonome et indépendante. La marque est reconnue pour ses données de grande qualité sur l’attractivité des employeurs, sources d’informations essentielles pour les employés et les employeurs. L’activité quotidienne et les équipes d’Universum resteront également inchangées. Dans l’avenir, Universum bénéficiera des solides ressources du groupe StepStone, permettant d’étoffer son offre de produits et de services dans le souci permanent d’aider ses clients à optimiser leurs recrutements et leur image.

L’ambition d’Axel Springer et de Stepstone est de faire de la Marque Employeur une nouvelle activité, dont Universum sera le moteur.

Ralf Baumann, CEO de Stepstone, précise : « Nous sommes très impressionnés par la position internationale d’Universum mais aussi par ses salariés, clients et offres de services dans le domaine de la Marque Employeur fondées sur des données et études globales. Nous souhaitons accélérer l’expansion d’Universum en combinant nos atouts organisationnels et leur connaissance du marché ».

 

À propos d’Universum

Universum est le Leader international de la Marque Employeur. Ces 30 dernières années, Universum a étendu son expertise sur plus de 60 marchés dans le monde et nos équipes sont réparties dans une vingtaine de pays. Parmi nos différents services, nous proposons aux entreprises des prestations de conseil, de recherche et d’analyse de données, de développement de Promesse Employeur, des stratégies de Marque Employeur, des solutions de communication sur les réseaux sociaux fondées sur nos données…

Nous travaillons aujourd’hui avec plus de 1700 clients à travers la planète, incluant de nombreuses entreprises classées parmi les « Fortune 500 » et établissons des partenariats avec les plus grands médias internationaux, qui publient chaque année nos classements et études.

Nous collaborons avec plus de 2000 universités, Grandes Écoles, associations d’Alumni et organisations professionnelles afin de récolter chaque année plus d’1,5 millions de réponses à notre enquête carrière.

Les résultats de cette enquête menée auprès des étudiants et des expérimentés nous permettent de connaître leurs aspirations, objectifs de carrière et préférences professionnelles et ainsi de conseiller les entreprises sur les éléments qui vont leur permettre d’attirer et de retenir les talents qui partagent leur culture et leurs valeurs.

www.universumglobal.com

Universum

Delville Management double son CA en 2017 en management de transition

Créé en 2010, Delville Management est aujourd’hui l’un des leaders du management de transition en France. Une position confirmée par les derniers chiffres de croissance de l’entreprise qui double son CA sur l’année 2017 (de 6,3 M€ à 13M€). Cette croissance, purement organique, appuyée par l’essor du marché du management de transition en France (+15% – Etude Xerfi 2017), entend se poursuivre sur l’année 2018 avec des objectifs ambitieux : réaliser un taux de croissance de 40% et confirmer sa place dans le TOP 3 des cabinets français de management de transition.

Bilan 2017 : de 6,3 à 13M€ de CA… sa plus belle progression depuis sa création

En croissance constante depuis 2010, Delville Management a réalisé, en 2017, sa plus forte progression en doublant son CA de 6,3 M€ à 13M€. Une progression appuyée en interne par le renforcement de ses équipes de 14 à 25 salariés, mais également par le démarrage de plus d’une centaine de missions auprès de ses clients, Grands Groupes comme ETI.

Fort du 1er réseau français et international de managers de transition (400 membres en Europe), Delville Management propose des accompagnements sur les fonctions du top et middle management. En 2017, les missions de transition proposées par Delville ont ainsi concerné des postes au sein des :

  • Direction administrative et financière et Direction des Ressources Humaines (50%),
  • Direction des opérations (30%),
  • Direction Générale (15%),
  • Direction juridique (5%)…

… auprès des secteurs :

  • Industrie (60%)
  • Services / Banques / IT (40%)

Une croissance 2 fois plus rapide que le marché (T1) du management de transition

Venant de conclure son 1er trimestre d’activités, Delville Management fait état d’un CA en progression de 30% par rapport à la même période l’année dernière, soit une croissance deux fois supérieure à celle du marché. En effet, le management de transition, représentant près de 300 millions d’euros de CA en 2016, et en plein essor depuis maintenant 5 ans, affiche une croissance annuelle de 15% (source Xerfi 2017).

Misant sur ces perspectives favorables, l’entreprise ambitionne d’accélérer encore cette croissance avec un objectif de + 40% d’ici la fin de l’année 2018, au soutien de plusieurs enjeux stratégiques :

  • le renforcement de son implantation au Royaume-Uni où Delville Management est présent depuis ses débuts (Londres) ;
  • le renforcement de ses équipes parisiennes (5 nouveaux recrutements sur le 1er semestre 2018) ;
  • et l’accélération de son déploiement international, notamment avec l’augmentation du nombre de ses missions en Allemagne et en Suisse, et aussi en Europe du Sud.

« Libéralisation du marché du travail, rajeunissement de sa population, émergence des cabinets de chasse de tête traditionnels sur ce segment… le marché du management de transition est aujourd’hui en pleine mutation ! Si le métier est déjà plus installé dans le Nord de l’Europe, la France demeure encore un marché récent disposant donc de formidables perspectives de croissance qui nous confortent, plus que jamais, dans nos choix comme dans nos ambitions de développement pour l’année à venir » explique Patrick Abadie, le co-fondateur de Delville Management.

À propos de Delville Management

Créé en 2010 par Patrick Abadie et Anthony Baron, Delville Management est un cabinet de management de transition présent à Paris et à Londres. Depuis sa création, le Cabinet a accompagné 300 clients à travers 450 missions. Delville est intervenu sur la plupart des fonctions de l’entreprise (DG, DAF, DRH ou Opérations), sans limitation sectorielle (industrie, services, grande distribution, etc.). Le thème récurrent des interventions est la transformation des organisations qui occupe 80% des missions. Avec 13 M€ de CA pour l’année 2017, le double par rapport à l’année 2016, le cabinet est aujourd’hui dans le Top 3 des cabinets français.

Delville Management s’appuie sur le Club Delville, un réseau de 400 décideurs en France et à l’international. Ce club comprend les managers de transition ainsi que les clients et autres experts (fonds d’investissement, avocats, coachs, experts-comptables, etc.). Fédérateur, le Club Delville permet de capitaliser sur les expériences de ses membres, de se former ou d’assurer le suivi des missions. Il permet également d’identifier, en un temps record, les meilleurs managers, à impliquer chez les clients sur des missions d’une durée moyenne de 7 mois.

delville management management de transition

70% des entreprises considèrent la responsabilité sociale et sociétale comme importante

Aujourd’hui, les résultats financiers seuls ne suffisent plus, l’entreprise doit également s’intéresser à son impact sur son environnement et l’ensemble de ses parties prenantes, dont la responsabilité sociale. Tel est le principal enseignement de l’étude Deloitte sur les tendances ressources humaines, intitulée ” L’entreprise sociétale, un nouvel essor “, et à laquelle plus de 11 000 leaders Business et RH (dont 261 en France) ont participé à travers 124 pays. Cette étude permet de mesurer le degré de maturité des ressources humaines face aux défis et aux nouvelles priorités auxquels elles sont confrontées, mais également l’importance qu’elles y accordent.

  • Les entreprises dont les dirigeants collaborent activement ont 26% de chance de plus d’obtenir une croissance de 10% supérieure à celles dont les dirigeants travaillent en silos
  • Seulement 5% des répondants perçoivent leur organisation comme très efficace dans le développement d’une politique de rémunération personnalisée et flexible
  • Seulement 18% des dirigeants aident et responsabilisent leurs collaborateurs dans le développement de nouveaux parcours de carrière
  • 73% des organisations déclarent que les dispositifs de bien-être au travail sont essentiels pour fidéliser leurs collaborateurs
  • Si 79% des employeurs en France pensent qu’avoir plus de 55 ans n’est pas un inconvénient, ils sont seulement 10% à créer des rôles spécifiques aux profils seniors
  • Seulement 26% des entreprises se sentent matures sur le sujet de l’intelligence artificielle, de la robotisation et de l’automatisation

« Cette année, 70% de nos répondants pensent que les questions sociales et sociétales sont importantes. Cette montée de la prise en compte de l’empreinte sociale n’est pas seulement due au développement d’une conscience collective, c’est également le fruit d’une réflexion rationnelle économique. Ainsi 30% des entreprises ont développé des programmes sociaux essentiellement pour développer leur marque employeur, 18% pour fidéliser leurs salariés et 18% pour leur image de marque. Elles doivent donc intégrer ces changements et se transformer en entreprise sociétale : une organisation se souciant autant de ses résultats financiers que de son empreinte sur son écosystème, qui est exemplaire et qui favorise la coopération » estime Philippe Burger, Associé responsable Capital humain chez Deloitte.

Les 4 tendances majeures en ressources humaines identifiées par Deloitte

La symphonie des dirigeants

Pour être en capacité de se transformer et d’être performantes, les organisations doivent répondre aux défis, internes comme externes, de façon cohérente et unique. Cette harmonie commence par les dirigeants. Ainsi, les entreprises dont les dirigeants collaborent activement ont 26% de chance de plus d’obtenir une croissance de 10% supérieure à celles dont les responsables travaillent en silos. Si les entreprises ont conscience de l’importance de cette forte collaboration au niveau des dirigeants (78%), celle-ci n’existe réellement que dans 30% des organisations.

Personnalisation : une exigence

L’hyperconnectivité et la transparence de plus en plus accrue, qui permettent à chacun d’affirmer son individualité, exacerbent l’importance de la personnalisation et de l’intérêt porté au collaborateur. Dans un souci de performance globale, les organisations doivent donc réinventer en profondeur leur approche du management, et réussir à engager l’ensemble de leur main d’œuvre tout en coordonnant les besoins de chacun. En effet alors que l’Europe, l’Inde et les Etats-Unis comptent 77 millions de freelancers1, seulement 10% des entreprises ont clairement définit une stratégie pour ce type de collaborateurs.

La rénovation des politiques RH passe aussi par de nouvelles stratégies de rétribution puisque seulement 5% des répondants perçoivent leur organisation comme très efficace dans le développement d’une politique de rémunération personnalisée et flexible.

Enfin, les organisations doivent insuffler une culture de l’apprentissage et créer de nouvelles expériences de carrière. Si 82% des parcours de carrière des entreprises ne sont plus fondés sur une évolution hiérarchique, seulement 18% des dirigeants aident et responsabilisent leurs collaborateurs dans le développement de nouvelles expériences de carrière.

L’empreinte citoyenne

Dans un monde toujours plus concurrentiel et ouvert, les organisations ne peuvent plus ignorer l’importance de l’empreinte sociale, elles doivent engager un dialogue avec les citoyens et démontrer leur capacité à s’emparer de problématiques sociétales majeures. En effet, 70% des entreprises jugent important de savoir faire preuve de leadership sur les enjeux sociétaux tout en améliorant leur performance et leur productivité. Pour l’instant seules 20% d’entre elles font de la responsabilité sociale une priorité inscrite dans leur stratégie.

L’étude note que le bien-être des collaborateurs contribue significativement à la création d’un capital social. Même si 73% des organisations déclarent que les dispositifs de bien-être au travail sont essentiels pour fidéliser leurs collaborateurs, il existe toujours de larges écarts entre les dispositifs proposés et les attentes des salariés.

De plus avec l’allongement des carrières, les entreprises doivent adopter de nouvelles stratégies pour s’entourer de talents seniors et rester compétitives. Si 79% des employeurs en France pensent qu’avoir plus de 55 ans n’est pas un inconvénient, ils sont seulement 10% à créer des rôles spécifiques à cette population.

Technologies et croissance durable 

Globalement, pour 87%2 des dirigeants, la transformation digitale générera plus d’égalité, de stabilité et influencera la construction de la société du futur. Si l’automatisation est désormais bien établie dans les organisations, celles-ci doivent travailler sur la collaboration Homme & Machine. En effet, 69% des entreprises affirment que l’intelligence artificielle aura un impact sur la composition de leur main d’œuvre dans les 3 à 5 prochaines années mais seulement 26% se sentent matures sur ce sujet.

La nouvelle approche du travail est façonnée par les évolutions technologiques, la création d’espaces de travail flexibles et le développement d’un leadership collaboratif. Ce sont 68% des répondants qui considèrent que les nouveaux outils de communication améliorent leur productivité personnelle.

Couplées aux compétences humaines, ces technologies peuvent également permettre de réaliser de nouvelles tâches. Les entreprises réalisent ainsi des investissements importants dans des systèmes d’information pour le traitement des données collaborateurs, la gestion de leurs talents et pour assurer leur développement opérationnel : 67% sont déjà impliquées dans des projets majeurs d’analyse et d’intégration des données dans les processus de décision mais seulement 11% se sentent vraiment matures pour faire face au challenge de la protection des données.

« En 2018, il est primordial que les entreprises se focalisent sur la création d’un capital social, par l’observation tant de leur écosystème interne qu’externe, l’implication de leurs collaborateurs et des parties prenantes, la définition du sens de leur mission et l’engagement sur les nouveaux enjeux sociétaux. Pour réussir ce changement, elles pourront s’appuyer sur les nouvelles technologies pour leur permettre d’assembler et d’analyser un grand nombre de données. De plus, elles devront se montrer cohérentes et alignées, d’où l’importance de la collaboration à tous les niveaux, surtout au niveau des dirigeants » souligne Gabriel Bardinet, Directeur de l’Observatoire du Capital humain chez Deloitte.

1 Ben Matthews, “Freelance statistics: The freelance economy in numbers.”

  1. Deloitte, The Fourth Industrial Revolution is here – are you ready?, Deloitte Insights, January 2018, pp.3-4

Grand Prix ESSEC : Monoprix récompensé avec le groupe Casino

Le 14 février, au ministère de l’Économie et des Finances, Brune Poirson, secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, a présidé la 4e édition du Grand Prix ESSEC du Commerce Responsable, qui vise à récompenser les enseignes du commerce pour leurs initiatives en matière de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Le groupe Casino et ses enseignes Monoprix et Franprix ont été mis à l’honneur en remportant 4 Prix dont le Grand Prix 2018.

Le groupe Casino récompensé

Le groupe Casino s’est ainsi vu remettre quatre prix à l’occasion de cet événément :

  • le prix « ressources humaines » pour le groupe Casino pour son engagement en faveur de la lutte contre le sexisme avec le réseau C avec Elles ;
  • le prix « services et information au bénéfice du consommateur » pour Monoprix et son offre de service à domicile Shop & Give, participant à la lutte contre le gaspillage ;
  • la « mention spéciale des étudiants » pour Franprix et sa démarche de recrutement innovante qui révolutionne le processus de recrutement classique en utilisant les nouvelles technologies ;
  • le prestigieux « Grand Prix RSE » pour Monoprix, saluant l’entreprise pour l’ensemble de sa démarche RSE et le caractère innovant des initiatives mises en place. L’enseigne a en effet su convaincre le jury grâce à la cohérence des projets menés, à leur ampleur et surtout à sa vision, en attestant d’un engagement global pour une distribution plus durable et responsable.

Jean-Charles NAOURI, Président directeur général du groupe Casino déclare : « Je suis très fier de voir les initiatives du groupe Casino et de ses enseignes récompensées. Ces prix illustrent la capacité du Groupe à repenser et à faire évoluer la distribution en répondant aux attentes et aux préoccupations citoyennes des clients, des collaborateurs et des acteurs du secteur ».

La 4e édition du Grand Prix ESSEC a été marquée par une forte mobilisation des enseignes du secteur, puisque 94 dossiers de candidatures ont été reçus. Ce Grand Prix ESSEC est soutenu activement depuis son origine par les fédérations professionnelles FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution), FCA (Fédération du Commerce Coopératif et Associé) et FEVAD (Fédération du E-commerce et de la Vente À Distance).

Focus sur les initiatives innovantes du groupe Casino et de ses enseignes

Le groupe Casino réaffirme son engagement dans la lutte contre le sexisme

Engagé depuis plus de 20 ans dans une politique de lutte contre les discriminations et de promotion de la diversité,  le groupe Casino a décidé de s’attaquer de façon volontariste au sexisme ordinaire, véritable frein à l’égalité professionnelle. En 2016, avec le concours du réseau mixité du Groupe C avec Elles, il a ainsi lancé une campagne d’information interne en réalisant un guide de sensibilisation sur la lutte contre le sexisme ordinaire qui précise les attitudes managériales attendues. Plus de 11 000 guides ont été mis à disposition dans les magasins, entrepôts et les sites administratifs, avec à l’appui une campagne d’affichage.

Monoprix participe à la lutte contre le gaspillage avec son offre de service à domicile Shop & Give

Lancé en juillet dernier, Shop & Give permet aux consommateurs de réaliser un geste solidaire et écologique lors d’une livraison à domicile. Les clients peuvent donner des produits alimentaires non périmés qui seront ensuite redistribués à des associations mais aussi des piles ou ampoules usagées qui seront recyclés.

Franprix révolutionne son processus de recrutement classique grâce aux nouvelles technologies

Ce projet innovant appelé projet « Papillon » vise à révolutionner le processus de recrutement classique en utilisant les nouvelles technologies. En 2017, Franprix a opté pour une solution tout à fait inédite à travers un partenariat avec la start-up de l’économie sociale et solidaire Chance.co qui propose de révéler les talents invisibles à eux-mêmes et au monde du travail, en développant leur performance professionnelle. Chance propose un service semi-virtuel de recrutement pour des postes opérationnels, utilisant l’intelligence artificielle.

groupe Casino

Vers une généralisation de la notation extra-financière

27 grands signataires et soutien viennent ensemble de s’unir pour la généralisation de la notation extra-financière, dans le cadre d’une déclaration commune le 8 décembre 2017. On s’étonnera toutefois que le choix soit porté pour désigner les critères “Environnement, Social et Gouvernance” sur une abréviation mettant la confusion avec l’Ecole de commerce ESG.

La notation extra-financière comme critère d’évaluation

Conscients de notre responsabilité dans le développement d’une économie durable et responsable, nous, figurant parmi les plus importantes sociétés d’investissement et de gestion d’actifs privés, publics et mutualistes, et infrastructures de marché, de la Place de Paris, avons signé une Déclaration commune invitant les émetteurs à une communication de leur notation ESG – Environnement, Social et Gouvernance –, en complément de leur notation financière.

Notre initiative inédite illustre notre conviction que les facteurs sociaux, environnementaux, éthiques et de gouvernance influencent la qualité de crédit, la valorisation des entreprises et la création de valeur future. L’accès à la notation ESG nous renseigne sur la soutenabilité des modèles d’analyse des entreprises et projets dans lesquels investir en faveur d’une croissance soutenable, inclusive, moins intense en carbone et relevant le défi du changement climatique, tout en préservant le capital et en recherchant un rendement cohérent avec cet objectif.

Conscients des enjeux de la croissance durable, nous voulons apporter ainsi notre contribution à l’ambition de l’Europe et de Paris Europlace de promouvoir une finance durable et responsable, et particulièrement à l’occasion du troisième Climate Finance Day.

Les signataires de cette déclaration : Maurice Ronat, Président du groupe AESIO ; André Renaudin, Directeur Général d’AG2R La Mondiale ; Yves Perrier, Directeur Général d’Amundi ; Patrick Dixneuf, Directeur Général d’AVIVA France ; Thomas Buberl, Directeur Général d’AXA ; Frédéric Janbon, Administrateur-Directeur Général de BNP Paribas Asset Management Holding ; Virginie Chapron-du Jeu, Directrice des Finances du groupe Caisse des Dépôts et Consignations ; Naïm Abou-Jaoudé, Directeur Général de Candriam Investors Group ; Olivier Vaillant, Directeur Général de CM-CIC Asset Management ; Frédéric Lavenir, Directeur Général de CNP Assurances ; Nicolas Moreau, Directeur Général de Deutsch Asset Management ; Nicolas Demont, Directeur Général d’EGAMO ; Philippe Desfossés, Directeur de l’Établissement de Retraite Additionnelle de la Fonction Publique ; Stéphane Boujnah, Directeur Général et Président du Directoire d’Euronext ; Yves Chevalier, Membre du Directoire du Fonds de Réserve pour les Retraites ; Philippe Setbon, Directeur Général de Groupama Asset Management ; Stéphane Junique, Président d’Harmonie Mutuelle ; Jean-Pierre Costes, Président du Conseil d’Administration de l’Ircantec ; Daniel Roy, Président du Directoire de La Banque Postale Asset Management ; Roland Berthilier, Président du groupe MGEN ; Laurent Mignon, Directeur Général de Natixis ; Jean-Pierre Grimaud, Directeur Général d’OFI Asset Management.

Avec le soutien de : Paris Europlace, l’Association Française de la Gestion Financière, l’Association Française des Investisseurs Institutionnels, la Fédération Française de l’Assurance et la Fédération Nationale de la Mutualité Française.

Selon MOOVJEE plus d’1 étudiant sur 3 veut créer son entreprise

En amont du Salon de l’éducation qui aura lieu le 17 novembre 2017, MOOVJEE – CIC – AFE dévoilent dès à présent les résultats de leur baromètre en partenariat avec OpinionWay sur les étudiants et l’entrepreneuriat. 8 ans après une première sortie, les chiffres de l’édition 2017 montrent que l’entrepreneuriat gagne très nettement du terrain chez les étudiants et jeunes de lycéens professionnels. Au-delà de l’image positive qu’ils ont de ce qu’est un entrepreneur, le sondage révèle les freins et atouts identifiés à la création. Pour 66% un coup de pouce les inciterait à se lancer.

MOOVJEE

L’étude MOOVJEE – CIC – AFE

  1. L’envie d’entreprendre des lycéens professionnels et étudiants est toujours forte et même en progression

Selon le baromètre OpinionWay pour MOOVJEE – CIC – AFE 2017, 36% des jeunes interrogés ont envie d’entreprendre (+2% par rapport à l’étude précédente). 20% de ceux-là, pensent le faire pendant ou juste après leurs études (+7% par rapport au baromètre 2015, + 9% /2013, +7%/2009). Cette envie est également identifiable dans la bonne perception générale chez les jeunes de l’image de l’entrepreneur. Ainsi, 44% pensent que l’entrepreneur est quelqu’un de passionné, un leader (43%) et un créatif (36%). Cette image positive de l’entrepreneur chez les jeunes est également prégnante dans les motivations de création d’entreprises.

  1. Ils veulent entreprendre pour se faire leur propre expérience…

Les lycéens professionnels et étudiants conçoivent avant tout l’entrepreneuriat comme un moyen de travailler différemment en dehors de la sphère plus « classique » du salariat. Dans cette optique, ils valorisent notamment le fait de pouvoir être libre de leurs décisions (motivation importante et assez importante pour 87% d’entre eux), de se faire ses propres expériences (motivation importante et assez importante pour 87% d’entre eux) ou de montrer son potentiel (motivation importante et assez importante pour 85% d’entre eux).

Là encore ce sont des valeurs très positives qui sont associées au monde de l’entrepreneuriat.

  1. …mais restent réalistes quant aux difficultés à surmonter

Pour 95% des sondés, créer son entreprise en étant étudiant ou à la fin de ses études reste difficile. Ce chiffre reste stable depuis 2009 (premier sondage) oscillant entre 95% et 97%. S’ils ont conscience que les moyens financiers (71%) et l’expérience (50%) sont toujours des atouts dont ils ne disposent pas, ils comptent également sur ceux de leur jeunesse : l’enthousiasme (38%) et la capacité de travail (47%). Ces qualités constituent pour eux des avantages différenciants par rapport à leurs aînés. Ils ont également pleinement conscience que de nombreux obstacles jalonnent la création d’entreprise : le manque de liquidité de départ, le manque de confiance du marché et la méconnaissance de la création d’entreprise sont les trois éléments les plus fréquemment cités (respectivement 89%, 88% et 85% d’entre eux les identifie comme dans les principaux obstacles sur la voie de la création d’entreprise).

La question des soutiens est également primordiale dans la réussite d’un projet entrepreneurial et les sondés en ont bien conscience. Depuis le premier sondage de 2009, trois types de soutien se partagent le podium : en première place à chaque questionnaire, le soutien de la famille. Viennent ensuite en deuxième place ex aequo la possibilité de bénéficier du nouveau statut d’étudiant d’entrepreneur et le soutien d’organismes et d’associations dédiées.

  1. L’importance d’une aide financière à l’entrepreneuriat et l’accès à l’information

Pour 66% des étudiants et lycéens interrogés, une aide financière à l’entrepreneuriat changerait ou conforterait leur décision quant à la création d’une entreprise. 42% d’entre eux déclarent ainsi qu’ils n’ont pas encore l’intention de créer une entreprise mais qu’un dispositif dédié pourrait les faire envisager de le faire. 24% déclarent de leur côté qu’ils ont déjà un projet entrepreneurial et que cela les conforterait dans leur décision.

Pour Dominique Restino, Président Fondateur du Moovjee : « Nous accompagnons quotidiennement les jeunes entrepreneurs et cette notion de coup de pouce financier est capitale pour ceux qui souhaitent se lancer à l’issue de leurs études. Nous devons trouver les ressources pour les encourager et amorcer cette aventure qui permet de créer de la richesse et des emplois. »

Mais l’existence d’aides n’est pas en soit suffisante car faut-il encore que les publics concernés soient au courant des différentes aides disponibles. Une écrasante majorité (81%) des étudiants et lycéens n’ont pas été informés sur les dispositifs d’aides à la création d’entreprise. Ce chiffre est stable depuis le dernier sondage de 2015 et même en légère augmentation par rapport à la première enquête de 2009 (74%). Il existe donc un véritable déficit d’information en la matière depuis plusieurs années. « L’information est au cœur du choix entrepreneurial. Nous avons donc décidé de lancer le 17 novembre prochain, avec 15 partenaires KANGAE le premier portail web dédié à l’entrepreneuriat des 15-25 ans. Il met à leur disposition l’ensemble des ressources nécessaires pour les sensibiliser à l’esprit d’entreprendre et les accompagner dans leurs démarches entrepreneuriales, associatives ou de micro-projets éducatifs » explique Dominique Restino.

Graphique 1 : Vous-même, envisagez-vous un jour de créer ou reprendre une entreprise ?

création d'entreprise

Méthodologie

Etude réalisée par l’institut OpinionWay pour MOOVJEE-CIC-AFE après d’un échantillon de 1001 étudiants et lycéens en lycée professionnel, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, de type d’établissement et de région de résidence et interrogé en ligne entre le 25 septembre et le 2 octobre 2017.

A propos

Créé en 2009, par Dominique Restino et Bénédicte Sanson, deux entrepreneurs, le Moovjee (Mouvement pour les jeunes et les étudiants entrepreneurs) a pour mission d’accompagner les jeunes entrepreneurs de 18 à 30 ans dans leur développement personnel et la croissance de leur entreprise.

Le Moovjee a 3 axes d’action :

  • Accompagner les jeunes entrepreneurs au travers d’un programme de mentorat adossé à un pool d’expert métier bénévole
  • Promouvoir l’entrepreneuriat jeune par l’exemple avec une action phare, le Prix Moovjee national et généraliste
  • Animer une communauté de soutien et d’échange pour informer et faire grandir tous les jeunes qui souhaitent se diriger vers l’entrepreneuriat